1. //
  2. // Interview

Gérald Passi : « Je faisais du Passi ! »

Gaucher talentueux, Gérald Passi faisait partie des successeurs potentiels de Michel Platini. Si le frère de l’ancien entraîneur de l’OM n’a pas égalé Platoche, il a régalé par son style atypique les supporters français et... japonais.

Modififié
761 7
Dans une interview donnée au Téfécé, vous déclariez : « On croit que je suis dilettante, mais je m’accroche comme les autres. »
C’est l’histoire de ma carrière. Les gens ont toujours pensé que je jouais de manière tranquille, mais je vivais le foot à 100%. Certains ont une façon particulière de jouer et on a toujours l’impression qu’ils peuvent faire plus, j’en faisais partie. Quand vous réussissez, on dit que c’est génial et lorsque vous ne réussissez pas, vous êtes nonchalant et manquez de détermination.

Vous étiez meneur de jeu.
Meneur de jeu à l’ancienne, numéro 10. Pas une grosse culture défensive, même si je m’y suis mis lorsqu’il a fallu, notamment à Monaco. J’aimais donner le ballon, faire des passes, jouer long. À l’époque, ça se faisait beaucoup. Les passes longues dans des intervalles. Je n’étais pas vraiment un dribbleur, mais j’aimais bien ça quand même.


Est-ce que la vision du jeu se travaille ?
« J’étais Passi, pas Platini. Lui avait une perception tellement large du terrain, tellement précise et surtout un pied magnifique. »
Il y a des choses innées. J’étais Passi, pas Platini. Lui avait une perception tellement large du terrain, tellement précise et surtout un pied magnifique. Mais en même temps, je pense que ça se travaille car il faut rester éveillé, concentré sur la situation, sur ce qui se passe sur le terrain. Ça faisait quand même partie de mes qualités d’être capable de savoir quasi à tout moment où j’étais situé et ce qu’il se passait autour de moi.

Numéro 10, c’était dans votre ADN ?
J’ai toujours joué milieu. Plus petit, je marquais quand même plus de buts. Je n’étais pas attaquant parce que je n’avais pas la vitesse. Je n’étais pas non plus explosif lorsqu’il fallait me retourner, mais j’avais une forme de dribble assez bizarre pour certains, faite de feintes, de touches de balle. Il me permettait de sortir du marquage adverse.

Youtube

Après votre carrière, vous vous reconvertissez dans le design. Peut-on y voir un lien avec le côté artiste du numéro 10 ?
Il y a un lien dans le sens où c’est de la création. Sur le terrain, j’étais un créateur et j’avais trouvé, grâce au design, un moyen d’exprimer ma créativité à travers quelque chose qui était quand même de l’ordre de l’analyse. Il y avait un peu des deux. Le poste de numéro 10 demande cette analyse des temps de jeu, de la prise en considération de tout ce qu’il se passe autour, où sont nos partenaires, de ce qu’on peut faire avec le ballon. Je pense qu’il y a un lien. Je pense même qu’il y a un lien intéressant avec ce que je fais maintenant. Je suis recruteur, et pour moi, c’est du design. C’est exactement la même méthodologie de création, de pensée. Recruter, c’est à la fois trouver le produit qui va bien dans l’univers dans lequel il doit être exposé, et qui a les caractéristiques adéquates pour fonctionner.


Vous êtes né à Albi en 1964, le football, c’est une affaire de famille chez les Passi.
Ah oui, on ne pouvait pas y échapper ! Mon père est congolais. Il est venu en France pour jouer au football. Il a été joueur, puis entraîneur. Il aurait même pu être professionnel, mais il n’a pas eu autour de lui des personnes pour lui faciliter les choses. Mais il nous a suivis. Il était assez exigeant, mais proche de nous.

Franck et vous avez deux ans de différence. Vous êtes l’aîné. Dans une interview donnée à 20 minutes, vous disiez : « Je lui montrais la voie, mais j’essuyais les plâtres.  »
Tous les aînés essuient les plâtres (rires). Il avait le droit de faire plein de choses qui ne m’étaient pas permises. Franck a bénéficié du fait que je sois passé avant. C’est logique.


Quelles choses par exemple ?
Les sorties, il y avait plus de mansuétude pour ce que faisait Franck. Mais c’est vrai dans toutes les familles. Les parents sont plus exigeants avec le premier qu’avec le second. Avec le premier, on est sur des principes, on relativise mieux avec le deuxième.

Qu’est-ce qui vous rapproche ?
Tout. Notre éducation, nos valeurs, la manière de voir la vie. Pourtant, on est vraiment éloignés en matière de personnalité.

Qu’est-ce qui vous différencie ?
« Mon frère Franck, c’est quelqu’un qui fait face à tout. Il est solide comme un roc. Il a une vision. Sans dire qu’il fonce, il va au bout de ses idées. »
On a été bercé par le football, c’est un peu notre éducation. J’avais un peu plus d’aisance avec le ballon. Pour Franck, c’était certainement un peu plus compliqué techniquement, mais il s’est construit au travers de cette difficulté. C’est quelqu’un qui fait face à tout. Il est solide comme un roc. Il a une vision. Sans dire qu’il fonce, il va au bout de ses idées. Moi, j’étais un peu plus artiste, un peu plus léger concernant tout ça. On n’a pas dû affronter les mêmes problèmes, donc on s’est construit différemment.

Vous avez joué à Toulouse et Montpellier ensemble. D'un point de vue technique, se comprend-t-on mieux, est-ce que ça facilite les automatismes ?
On n’avait aucun souci relationnel, c’est déjà important. Si on rencontrait un problème sur le terrain, ça pouvait se régler tranquille entre nous. En plus, Franck jouait à l’origine numéro 6 et moi numéro 10. Ça fait partie d’un lien privilégié aussi sur le terrain. On se comprenait, on se connaissait. Dans le jeu, chacun pouvait encore aider mieux l’autre parce qu’on était frères. Je trouve même qu’on ne l’a pas fait suffisamment. Lorsque Franck jouait latéral, on avait moins de proximité, donc c’était plus difficile.


Vous vous êtes affrontés en 1988 lors d’un Toulouse-Marseille, avec ce fameux tacle qu’il vous a adressé.
Ce n’était pas évident. On était attendu, il y avait un gros focus sur ce que nous allions faire. Je fais partie de ceux qui pensent que le football reste un jeu, au-delà de toutes les envies de gagner et tout ce qui en découle. Franck est quelqu’un de déterminé. Son tacle était engagé mais correct. Il n’aurait jamais fait quoi que ce soit de négatif. Il était dans sa tâche, à 100%. Il avait une grande détermination. Ça n’a pas été un grand match non plus, mais c’était un moment assez particulier que deux frères s’affrontent et que l’un marque l’autre. On était à l’époque du marquage individuel. Ce n’était pas simple, mais pas trop compliqué non plus.


Il y avait de l’intox entre vous, des clins d’œil, des sourires ?
Non, c’était quand même sérieux. Tous les matchs sont importants (rires). Je sais relativiser, mais si je peux gagner, je gagne. On fait le maximum, et à la fin, on se fait une bise et on repart ensemble. C’est d’ailleurs ce qu’on devrait tous faire, qu’on soit frère ou non.

Je vous cite : « J’ai toujours pensé que Franck était un numéro 1. Au départ, il fallait qu’il travaille sur lui, c’était une étape contre nature. »
Je connais trop bien Franck, c’est un leader. C’est quelqu’un qui depuis toujours est un numéro 1 dans la vie. C’est un leader de terrain, dans les vestiaires. Il était capable d’être leader pour sa vie et celle des autres. Quand je disais travailler sur lui, c’est que lorsque vous êtes un potentiel numéro 1, c’est dur de rester numéro 2. Au tout début, ce n’était pas gagné. Ce n’est pas simple de rester à sa place, mais il l’a très bien fait avec les différents entraîneurs dont il a été l’adjoint.

Vous avez été formé au Montpellier Paillade Sport Club, l’ancien nom du MHSC, et avez débuté en pro lors de la saison 1981-82.
« Un an plus tôt, j’étais en Junior B, à l’école. Un an plus tard, je jouais en pro, je n’avais même pas dix-huit ans. »
Ce sont des belles périodes pour moi, car elles étaient pleines d’insouciance. Un an plus tôt, j’étais en Junior B, à l’école. Un an plus tard, je jouais en pro, je n’avais même pas dix-huit ans. C’était une belle histoire, j’ai toujours aimé le football. Lorsque j’ai fait mon premier match contre Tours en première division, j’étais avec Jean-Louis Gasset dans la chambre et j’ai dormi toute la sieste. Le club était dans une situation inconfortable, lui n’avait pas trop dormi. Il me regarde et me dit : « Tu as dormi comme un bébé.  » Oui, ce n’était qu’un match de foot, en première division certes.

À partir de 48m12 secs
Youtube

En 1985, vous partez à Toulouse où vous vous révélez aux yeux du grand public, avec cette même insouciance.
Oui, là encore, c’était une belle histoire. J’arrive à Toulouse de deuxième division, très content de fuir Montpellier, et finalement, on fait deux saisons exceptionnelles. Pour la première : qualification pour l’Europe à la dernière journée. C’était trop bien. L’insouciance a continué. Je jouais sans réfléchir, sans pression, et vous savez, moins il y a de pression, mieux on joue.

Comment ne pas avoir de pression lorsqu’on joue dans des stades pleins, en étant un meneur de jeu ?
Je le faisais naturellement, l’important c’était de jouer, m’amuser, régaler. Plus tard, ça a été plus compliqué. On prend la mesure de l’enjeu et d’un seul coup, on subit beaucoup plus de pression.

À quel moment le changement s’est-il produit ?
À partir du moment où j’ai été sélectionné en équipe de France. Tu es regardé, épié, à chaque fois que tu sors. Tu fais partie du groupe France, tout le monde te juge. Chaque semaine, chaque match représentait un niveau supérieur lié à l’équipe de France. C’est vrai que ça reste un poids important à porter. En club, dans la vie, le fait d’entrer en équipe de France, c’est une autre exposition.

À Toulouse, vous retrouvez Jacques Santini, que vous allez ensuite rejoindre à Saint-Étienne. Quels étaient vos liens ?
« Jacques, c’est celui qui m’a fait débuter, alors c’est bien que vous posiez la question. C’est quand même lui qui m’a permis d’arriver en équipe nationale. »
Jacques, c’est celui qui m’a fait débuter, alors c’est bien que vous posiez la question. C’est quand même lui qui m’a permis d’arriver en équipe nationale. Lorsque j’ai signé à Toulouse, j’avais été choisi par Daniel Jeandupeux, malheureusement pour lui, il n’a pas été conservé à mi-saison. Jacques est arrivé. Je le connaissais de Montpellier. C’était un jeune entraîneur, il me connaissait, des liens se sont créés. C’est aussi pour ça que je l’ai suivi après à Saint-Étienne.

Santini arrivait à comprendre votre âme d’artiste.
Mes plus belles années toulousaines, c’était avec lui. Il m’a fait travailler, il m’a même protégé à des moments où j’aurais voulu jouer tous les matchs. Logiquement, j’aurais dû les jouer, mais j’étais tout jeune. Il y avait une vraie relation.

Youtube

À Toulouse, vous découvrez la Coupe d'Europe et vous éliminez le Naples de Maradona en 1986.
C’était extraordinaire. En plus, à ce moment-là, je n’avais jamais joué la Coupe d’Europe. On a construit notre équipe en quelques années et on joue contre le meilleur joueur du monde de l’époque. Allez jouer à Naples, c’était fabuleux, mais malheureusement, je me dis que je n’ai pas assez de souvenirs. Les matchs s’enchaînent et on passe à autre chose. Les supporters se massaient le long de la route qu’on a empruntée pour aller jouer là-bas. Il y avait au moins 80 000 personnes dans le stade, c’était terrible. Maradona était un dieu. Très, très belle expérience, des souvenirs exceptionnels et en même temps, c’est aussi la limite de ce qu’était le football français à cette époque-là. Finalement, on a vécu ça comme une belle histoire, mais ça s’est vite arrêté. Il aurait fallu aller plus loin. On a éliminé Naples, mais pas Moscou.

Pourtant, vous inscrivez à l’aller face au Spartak, un triplé dont tous les Toulousains se souviennent.
Ça fait partie des matchs exceptionnels. Le premier but était extraordinaire. Je suis au-delà des vingt mètres. Le ballon m’arrive sur un corner, amorti de la poitrine, volée, dans la lunette de Dasaev. Magnifique. Après, les choses tournent bien, comme dans un bon film (rires). Le dernier but, je pars du milieu de terrain, je m’enfonce droit devant, en éliminant tous les joueurs de mes dribbles un petit peu bizarres, pour aller battre Dasaev. Si c’était le match parfait au niveau des buts, ça ne l’était pas au niveau du contenu. Je l’ai revu, il y avait pas mal à redire. Ce n’était pas mon meilleur match, mais c’était celui où j’ai marqué trois buts à Dasaev.

Youtube

En 1990, vous signez à Monaco. On va évidemment parler de votre but en finale de Coupe de France 1991. Sur les images, vous avez l’air tellement heureux.
« J’ai travaillé très, très dur pour avoir la chance de participer au match. Finalement, je marque le but vainqueur. C’était à la fois une grande joie par rapport au résultat, mais aussi par rapport à ce que j’avais pu réaliser pour revenir au niveau. »
Je ressens une immense joie et ça se voit. Je n’ai pas l’habitude d’être comme ça au moment où je marque un but. J'entre en transe pour plusieurs raisons. D’abord parce que c’était la dernière minute et que ce but nous permet de remporter la finale de la Coupe de France. Mais la raison la plus forte est que, quelques semaines avant, alors que tout allait bien, je crois que c’est Fichaux qui m’avait blessé lors d’un match contre Lille. Il m’avait pété le genou. J’ai travaillé très, très dur pour avoir la chance de participer au match. Finalement, je marque le but vainqueur. C’était à la fois une grande joie par rapport au résultat, mais aussi par rapport à ce que j’avais pu réaliser pour revenir au niveau.

Youtube

L’année suivante, il y a une finale de Coupe des coupes perdue contre Brême.
Ça m’évoque un grand regret, mais aussi la finale de la Coupe de France gagnée. J’étais avec Franck Sauzée. Je lui dis : « Franck, tu te rends compte, on va jouer une finale de Coupe de France. » Et lui qui en avait joué avant moi m’avait dit : « Mais Gérald, jouer une finale si on ne la gagne pas, ça ne sert à rien.  » Sur le coup, je n’ai pas compris la profondeur de cette phrase, mais je l’ai réalisée l’année suivante lorsqu’on perd cette finale de Coupe d'Europe. C’est une phrase bateau, mais une finale, ça se gagne. On l’a perdue, c’est un vrai regret. J’aurais aimé vivre ça, être le premier club français à gagner une Coupe d’Europe.


En 1992 vous signez à Saint-Étienne à la demande de Jacques Santini, mais la saison suivante, vous demandez un entretien pour mettre fin à votre carrière.
L’année d’avant, on finit cinquième ou sixième aux portes de l’Europe. L’année d’après, il y a un putsch. Le président Laurent est éjecté, on met un nouveau président, de nouveaux joueurs. Ça n’a pas trop fonctionné. Je ne l’ai pas trop vécu parce que j’étais souvent blessé. À la suite de cette année, les dirigeants ont voulu faire des économies, repartir à zéro. J’avais d’autres projets.

Qui a mené le putsch ?
À l’époque, Casino avait repris les rênes, donc il y avait M. Guichard qui était président, et l’année d’après, c’était M. Vernassa.


Pourquoi être sorti de votre retraite pour tenter l’aventure japonaise ?
« Lorsque le coach Wenger m’a dit qu’on était venu le solliciter, il m’a dit : "Gérald, je ne savais pas que tu étais intéressé par l’Asie." J’ai répondu : "Ça m’a toujours intéressé." »
J’ai toujours eu envie d’aller vivre en Asie. Et là, pour le coup, il y a eu une espèce de concours de circonstances. Un jour, mon frère m’appelle pour me dire qu’Arsène Wenger a signé au Japon. Et là, je me suis demandé comment il avait fait, parce que pendant mes années monégasques, j’avais moi aussi essayé d’aller en Asie. À l’époque, il n’y avait pas tant de possibilités. J’avais pensé à la Chine, mais il n’y avait rien, et le Japon n’avait pas commencé. Lorsque le coach Wenger m’a dit qu’on était venu le solliciter, il m’a dit : « Gérald, je ne savais pas que tu étais intéressé par l’Asie. » J’ai répondu : « Ça m’a toujours intéressé. » Il conclut : « Si ça t’intéresse, moi aussi. »

Quels souvenirs en gardez-vous ?
Magnifiques et frustrants. Magnifiques parce que tout était là pour s’éclater avec un football qui était ce qu’il était, mais il y avait tout autour des structures pour lui permettre d’émerger. Il y avait beaucoup de choses à faire, une folie autour du football. Tout était réuni pour s’éclater. Malheureusement, ma blessure datant de Saint-Étienne ne m’a pas permis de bien jouer. J’ai arrêté. Mais avec le recul, j’aurais pu rester longtemps au Japon.


Et Arsène Wenger ?
Il fait partie des grands hommes. On ne va pas parler de l’entraîneur, mais de l’homme. On a gardé un lien, c’est sûr. C’est un homme fidèle, avisé, stable, mesuré, intelligent, qui a dédié sa vie au football, mais il n’oublie pas pour autant la vie des hommes.

Vous comptez onze sélections en équipe de France. Est-ce qu’il n’y a pas quelques petits regrets ?
« Ma génération vient juste après celle de Platini, Giresse, Tigana. Ces joueurs mythiques ont régné sans partage sur l’équipe de France pendant une quinzaine d’années. Il n’y avait pas de place pour les jeunes de la génération d’après. »
Si, il y en a, parce que je pense que j’aurais pu mieux faire. Ce n’était peut-être pas le moment ou le bon environnement. Je retiens un truc qui m’a quand même assez étonné a posteriori. Ma génération vient juste après celle de Platini, Giresse, Tigana. Ces joueurs mythiques ont régné sans partage sur l’équipe de France pendant une quinzaine d’années. Il n’y avait pas de place pour les jeunes de la génération d’après. Finalement, l’équipe était faite, et tellement bien faite que seul un ou deux jeunes ont pu s’intégrer. Toute la génération d'Ayache, Vercruysse n’a pas eu la chance de jouer ou en tout cas pas suffisamment. Ils manquaient d’expérience. Et quand tous les gros joueurs ont arrêté, c’était au même moment. Ça nous a mis dans une situation assez inconfortable. Ce n’est pas une critique. Je ne me permettrais pas de juger. Ils avaient déjà fait l’histoire de l’équipe de France. Mais en revanche, les dirigeants auraient dû prévoir la suite et ils ne l’ont pas fait. J’espère que ce genre d’erreurs permettra d’anticiper les ruptures de générations.

On vous a comparé à Platini. Comment le viviez-vous ?
C’est très simple. Ce que faisait Platini en tant que joueur, ça m’éclatait. Ça reste une référence. Je savais pertinemment que je n’étais pas capable de le faire. Ça ne m’a donc jamais mis de pression. Ça me l’aurait mise si je m’étais dit que je n’étais pas loin (rires).


Vous étiez réaliste ou vous manquiez un peu d’ambition ?
J’étais réaliste, je ne manquais pas d’ambition. Je faisais du Passi et l’histoire me donne raison. Pour l’instant, des Platini, il n’y en pas eu cent. Il y a eu Zidane, mais Zidane faisait autre chose. Il a fait gagner l’équipe de France en Coupe du monde. Il fait des choses encore plus fortes. J’essaie d’être objectif. Quand on voit ce qu’était capable de faire Platini...

NB : L’interview a été réalisée avant le départ de Franck Passi de l’Olympique de Marseille.

Par Flavien Bories
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

Barton_fink Niveau : Ligue 2
Putain il connait la crème solaire franck durix?
Lamine Turgut Niveau : CFA
Gerald, tu m’es sympathique et tout mais …

Je fais encore des cauchemars de ton match a-bso-lu-ment dégueulasse contre Chypre en 88 (qualif du mondial) : pas 1 passe n’arrivait, pas 1 ! :-(

Résultat : Henry Michel sauta dans la foulée et Platoche s’installa sur le banc.
Barton_fink Niveau : Ligue 2
un mal pour un bien?
Lamine Turgut Niveau : CFA
Ouais mais qu’est-ce que c’était dégueu sur le coup ...

Je viens de retrouver un article des CdF à ce sujet

http://www.cahiersdufootball.net/articl … etour-4909
danseavecmamie Niveau : DHR
On n'est pas prêt d'oublier la période 2008/2010 où on s'est fait humilier mais alors celle de 1988/1990 mériterait qu'on y revienne plus souvent niveau médiocrité.
3 réponses à ce commentaire.
Super interview et mon dieu ca me rappelle tellement de souvenirs...

Argh... Ce but assassin en finale de CDF face a mon Om, j'en ai pleuré...

Completement zappé que Frank Sauzé avait joué pr l'ASM
vata-fenculo Niveau : CFA2
Pas moi!
Sa joie au moment de recevoir la coupe de France m'a écoeuré.
D'une part je n'ai pas supporté de le voir si heureux avec un autre club ( que Marseille).
D'autre part le but de la victoire est dans les arrêts de jeux ( 91eme si mes souvenirs sont bons).... 3 jours après le tir au but manqué d'Amoros à Bari.
1 réponse à ce commentaire.
supernabot Niveau : DHR
super interview, c'est pour ca que j'aime ce site - je suppose qu'elle devait etre dans la version papier et que finalement une autre lui a ete preferee compte tenu du timing par rapport au depart de son frere de l'OM ?

En tout cas les freres Passi ca me rappelle mes vignettes Panini a l'epoque - et celui qui avait Franck essayait de l'echanger avec celle de son frere.
Et l'image avec Durix... nostalgie
Je crois bien que c'est l'ex joueur le plus sympathique que vous ayez interviewé chez sofoot !
Je viens de me rendre compte que c'etait bien Gerald Passi sur la photo pour acceder a l'article
Carambouilles Niveau : District
Ce type avait vraiment une classe folle sur le terrain...le genre de joueur dont tu regardes un match de son équipe, juste pour le plaisir de quelques passes et mouvements.
il y a 1 heure La nouvelle folie capillaire de PEA 12
il y a 2 heures Une merguez de gardien en D2 algérienne 3 il y a 3 heures Justin Kluivert régale en U19 3 il y a 5 heures Sauvetage héroïque en D3 anglaise 6 il y a 5 heures Hatem intime, épisode 2 63 il y a 5 heures Luís Fabiano exclu pour un coup de boule imaginaire 11 il y a 6 heures En Allemagne, une mascotte attaque un arbitre 6 il y a 7 heures La belle enroulée au Costa Rica 4 il y a 7 heures Superbe arrêt contre quatre attaquants 3 il y a 8 heures Barzagli pris la main dans la discothèque 24
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
il y a 8 heures Hazard accepte de négocier avec le Real 52 Hier à 16:18 Hatem Ben Arfa fait le point sur sa situation au PSG 63 Hier à 15:53 Fatma Samoura dément les rumeurs de dissolution du comité d'éthique de la FIFA 5
Hier à 11:10 Medel demande sa femme en mariage avec un avion 17 Hier à 10:23 Zubizarreta veut San Iker à l'OM 28 Hier à 09:40 Verratti veut rester à Paris 46 Hier à 09:22 Thiago Silva souffre du genou 24 samedi 25 mars Toni Kroos regarde plus son frère que le Bayern 25 samedi 25 mars La panenka syrienne à la dernière seconde 13 samedi 25 mars 50 heures de match pour les 50 ans de l'ASNL 4 samedi 25 mars La Chine veut Gameiro 10 samedi 25 mars Pronostic Luxembourg France : Analyse, prono et cotes du match des Bleus 2 samedi 25 mars Le golazo de Zaha 5 samedi 25 mars Des fans de San Diego veulent appeler une équipe Footy McFooty Face 7 samedi 25 mars Passe magique et inutile de Bale 7 samedi 25 mars Gros tacle et jambe cassée pour Seamus Coleman 6 vendredi 24 mars Kevin Kurányi prend sa retraite 20 vendredi 24 mars Shaqiri s'amuse à l'entraînement vendredi 24 mars Une pièce à l'effigie de Pavel Nedvěd 14 vendredi 24 mars Rosario tient-il son nouveau Messi ? 25 vendredi 24 mars Beckenbauer interrogé dans l'enquête pour corruption 6 vendredi 24 mars Quand Griezmann tremble devant Mbappé 35 vendredi 24 mars Vers une réforme de la Ligue des champions dès 2021 ? 66 vendredi 24 mars Superbe lob de Neymar 18 vendredi 24 mars Le raté d'Otamendi jeudi 23 mars 317€ à gagner avec Italie & Serbie 2 jeudi 23 mars Huntelaar de retour à l'Ajax ? 29 jeudi 23 mars Un match suspendu à la suite de l'agression d'un juge de ligne 8 jeudi 23 mars Arda vers Arsenal ? 39 jeudi 23 mars De la cocaïne Messi découverte au Pérou 14 mercredi 22 mars Le missile en lucarne de Podolski 19 mercredi 22 mars Quand Kylian Mbappé va aux cages 19 mercredi 22 mars Une réforme de la réglementation des transferts ? 21 mercredi 22 mars SO FOOT CLUB - Spécial Coupe de France mercredi 22 mars Deniz Aytekin ne sera pas suspendu 20 mercredi 22 mars Monaco aurait refusé 110 millions pour Mbappé 110 mercredi 22 mars L'agent de Lacazette nie avoir rendu visite à l'Atlético 50 mercredi 22 mars Une vidéo anti-Wenger embarrassante 39 mercredi 22 mars Un lob soyeux au Chili 2 mercredi 22 mars Rooney de plus en plus proche d'Everton 43 mardi 21 mars Baston entre parents pendant un match de jeunes à Majorque 20 mardi 21 mars La praline de Novick 5 mardi 21 mars En cas de montée en L2, Chambly jouerait au Mans 11 mardi 21 mars David James voit Joe Hart à la Juve 34 mardi 21 mars Bizutage en règle pour les néo-Bleus 17 mardi 21 mars Courtois n'ira pas au Real 30 mardi 21 mars Sven Kums expose ses photos Instagram 15 mardi 21 mars La boulette du gardien de San José 5 mardi 21 mars Schweinsteiger à Chicago 26 lundi 20 mars Un arbitre ghanéen suspendu à vie 21 lundi 20 mars Une équipe de D2 agressée à son hôtel 9 lundi 20 mars Jallet en renfort 41 lundi 20 mars Gago écrase son adversaire 11 lundi 20 mars Florentin et Mathias Pogba font le show à la télé 26 lundi 20 mars Le capitaine de Derry City retrouvé mort 11 lundi 20 mars Mon Petit Gazon : les tops et les flops de la 30e journée 5 dimanche 19 mars Rabiot relève le PSG 1 dimanche 19 mars Draxler donne l'avantage au PSG 2 dimanche 19 mars Lacazette ouvre le score au Parc 1 dimanche 19 mars Le caramel de Griezmann 8 dimanche 19 mars Quand le match Chambly-Marseille Consolat dégénère 20 dimanche 19 mars Le coup franc magistral de Mertens 10 dimanche 19 mars Pronostic PSG Lyon : jusqu'à 600€ à gagner sur l'affiche de Ligue 1 dimanche 19 mars Puni, il doit nettoyer les sièges du stade 14 dimanche 19 mars Un joueur ghanéen se trahit en interview 6 samedi 18 mars Les Ultramarines rendent hommage à Triaud, qui craque un fumigène 9 samedi 18 mars La bataille du ciel pour Wenger 15 samedi 18 mars La femme de Michael Essien rachète un club de D3 italienne 6 samedi 18 mars Un gardien complètement fou en Angleterre 8 samedi 18 mars Yaya Touré à United ? 15 samedi 18 mars Fernandão se fracture le bras vendredi 17 mars Une statue parodique de Peter Lim aux Fallas de Valence 3 vendredi 17 mars Golazo en Copa Libertadores 4 vendredi 17 mars Crystal Palace veut garder Sakho 12 vendredi 17 mars Le musée de la FIFA se sépare de la moitié de ses collaborateurs 10 vendredi 17 mars 211€ à gagner avec Monaco & Naples jeudi 16 mars Les buts de Roma - Lyon 1 jeudi 16 mars Les Aigles noirs à la fête 2 jeudi 16 mars La Ligue 1 aura bientôt son naming 51 jeudi 16 mars Pendant ce temps-là, Benzema se la coule douce au soleil 56 jeudi 16 mars À table avec Carlo Ancelotti 38 jeudi 16 mars Le triple arrêt d'Oblak contre Leverkusen 12 mercredi 15 mars Le coup de boule de Bakayoko mercredi 15 mars Leroy Sané sonne Monaco mercredi 15 mars Fabinho double la mise pour l'ASM mercredi 15 mars Le but de Mbappé mercredi 15 mars L'UJSF demande d'arrêter de filmer en tribune de presse 11 mercredi 15 mars Golazo en Uruguay 7 mercredi 15 mars Un club de D2 suédoise veut sanctionner ses joueurs qui simulent 15 mercredi 15 mars Des photos de mariage au stade d'Anderlecht 2 mercredi 15 mars Lukaku a refusé une prolongation à 140 000 livres par semaine 25 mercredi 15 mars 7000 km pour un match de D2 russe 15 mercredi 15 mars Une émission espagnole dévoile un maillot parodique du Barça 13 mercredi 15 mars Pronostic Monaco Manchester City : jusqu'à 735€ à gagner sur l'affiche de Ligue des Champions mardi 14 mars Deux joueurs suspendus un an pour agression sur un arbitre 5 mardi 14 mars Pirlo : « Pour rivaliser, la MLS doit supprimer les restrictions de transferts » 27 mardi 14 mars Un ultra de D3 argentine tire sur des supporters adverses 24 mardi 14 mars Les candidats de l'UEFA au Conseil de la FIFA sont connus 1 mardi 14 mars Des nouvelles de Michael Essien 8 mardi 14 mars Au Brésil, un match vire au chaos total 18 mardi 14 mars Wylan Cyprien sera opéré ce mardi 14 mardi 14 mars Le bourreau d'Axel Witsel lourdement sanctionné 37 mardi 14 mars Everton veut blinder la clause de Lukaku 11 lundi 13 mars Après son carton rouge, il est rétrogradé en équipe réserve 9 lundi 13 mars Ils s'embrouillent pour tirer un péno... et le ratent 9 lundi 13 mars Wayne Shaw vend des tourtes 5 lundi 13 mars Il se balade sur le terrain avec une barre de fer 26 lundi 13 mars Yuya Kubo se balade dans la défense adverse 4 lundi 13 mars Mon Petit Gazon : les tops et les flops de la 29e journée 17 lundi 13 mars Reprise de folie au Kosovo 5 lundi 13 mars 299€ à gagner avec Monaco - City & Leicester - FC Sévillle lundi 13 mars Bale investit dans un pub au pays de Galles 9 lundi 13 mars Un Sénégalais tente de jeter un sort dans le but zambien 8 dimanche 12 mars La belle boulette de Navas 9 dimanche 12 mars Le but dingue de Depay 13 dimanche 12 mars Mats Hummels s'offre le tacle de l'année 15 dimanche 12 mars Wylan Cyprien revient sur sa blessure 12 dimanche 12 mars Un fan de Tottenham remercie la Croix rouge flamande 1 dimanche 12 mars L'œil de faucon d'un arbitre américain 7 dimanche 12 mars King Kazu devient le plus vieux buteur de l'histoire 8 dimanche 12 mars Un but « bumper » en Ukraine samedi 11 mars Pedro Caixinha nouveau coach des Rangers 3 samedi 11 mars Infantino appuie Čeferin contre Trump 6 samedi 11 mars Grève des arbitres au Mexique 1 samedi 11 mars Un csc ridicule au Danemark 4 samedi 11 mars Une mine en championnat tunisien 2 vendredi 10 mars Kaboré plaît en Chine 9 vendredi 10 mars En prison depuis 2010, Bruno pourrait reprendre le foot 29 vendredi 10 mars Hitzlsperger : « On ne fait pas son coming-out pour énerver les hétéros » 22 vendredi 10 mars 321€ à gagner avec PSG, Spartak & Chievo - Empoli vendredi 10 mars Zaza définitivement à Valence dès ce week-end 3 vendredi 10 mars Le stade fumi-friendly d'Orlando 9 vendredi 10 mars Un cavalier allemand trolle le BvB 3 vendredi 10 mars Le tifo fumeux de Copenhague 2 vendredi 10 mars Joe Hart ne veut pas retourner à City 16 vendredi 10 mars Gerrard bientôt dans le staff de la sélection ? 5 vendredi 10 mars La séance de tirs au but remise en question 13 jeudi 9 mars Les buts de Lyon - Roma 7 jeudi 9 mars Cruzeiro sort un maillot spécial 7 jeudi 9 mars Anthony Vanden Borre accueilli en héros en RDC 16 jeudi 9 mars L'Asie monte à son tour au créneau pour le Mondial à 48 24 jeudi 9 mars Arsenal casse sa tirelire pour prolonger Özil 26 jeudi 9 mars Xabi Alonso raccrochera en fin de saison 4 jeudi 9 mars André-Pierre Gignac enfonce Paris 38 jeudi 9 mars Neymar chambre le PSG 17 mercredi 8 mars Jérémy Mathieu se lâche dans les vestiaires 27 mercredi 8 mars Sergi Roberto abat le PSG 8 mercredi 8 mars Neymar relance tout ! 3 mercredi 8 mars Le penalty de Messi ! 2 mercredi 8 mars Kurzawa se troue pour Barcelone mercredi 8 mars Le but de Suárez d'entrée 1 mercredi 8 mars Eric Thomas détruit la FFF 2 mercredi 8 mars Everton veut retenir Lukaku à tout prix 2 mercredi 8 mars La Juventus bouillante sur Tolisso 47 mercredi 8 mars Mourinho aime Mbappé 49 mercredi 8 mars Christopher Aurier en garde à vue 35 mercredi 8 mars Un match caritatif entre des légendes françaises et italiennes 11 mercredi 8 mars BT fait monter les droits TV de la Premier League 17 mercredi 8 mars Les Parisiens discutent du match retour avec des pizzas 25 mercredi 8 mars Le président de Palerme se fait tatouer le blason du club 6 mercredi 8 mars Isco intéresse Paris 28 mercredi 8 mars Chapecoense gagne en Copa Libertadores 9 mercredi 8 mars Le Bayern trolle encore Arsenal 75 mercredi 8 mars Les Bleues remportent la She Believes Cup 13 mercredi 8 mars Pronostic FC Barcelone PSG : jusqu'à 1100€ à gagner sur l'affiche de Ligue des Champions 8 mardi 7 mars Dortmund se positionne sur Lacazette 45 mardi 7 mars Deux rescapés de Chapecoense retenus en Copa Libertadores 3 mardi 7 mars Le Munich 1860 maintient son boycott médiatique 9 mardi 7 mars Le Roi Bendtner rejoint Rosenborg 20 mardi 7 mars Les réformes proposées par la FA jugées insuffisantes 11 mardi 7 mars Huit ans de prison pour l'ancien président de la fédé du Salvador 11 lundi 6 mars Carlo Tavecchio réélu à la Fédération italienne 9 lundi 6 mars Au Monténégro, zéro but en cinq matchs 8 lundi 6 mars Il marque sur la remise en jeu 2
761 7