En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 9 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Interview

Gérald Passi : « Je faisais du Passi ! »

Gaucher talentueux, Gérald Passi faisait partie des successeurs potentiels de Michel Platini. Si le frère de l’ancien entraîneur de l’OM n’a pas égalé Platoche, il a régalé par son style atypique les supporters français et... japonais.

Modififié

Dans une interview donnée au Téfécé, vous déclariez : « On croit que je suis dilettante, mais je m’accroche comme les autres. »
C’est l’histoire de ma carrière. Les gens ont toujours pensé que je jouais de manière tranquille, mais je vivais le foot à 100%. Certains ont une façon particulière de jouer et on a toujours l’impression qu’ils peuvent faire plus, j’en faisais partie. Quand vous réussissez, on dit que c’est génial et lorsque vous ne réussissez pas, vous êtes nonchalant et manquez de détermination.

Vous étiez meneur de jeu.
Meneur de jeu à l’ancienne, numéro 10. Pas une grosse culture défensive, même si je m’y suis mis lorsqu’il a fallu, notamment à Monaco. J’aimais donner le ballon, faire des passes, jouer long. À l’époque, ça se faisait beaucoup. Les passes longues dans des intervalles. Je n’étais pas vraiment un dribbleur, mais j’aimais bien ça quand même.


Est-ce que la vision du jeu se travaille ?
« J’étais Passi, pas Platini. Lui avait une perception tellement large du terrain, tellement précise et surtout un pied magnifique. »
Il y a des choses innées. J’étais Passi, pas Platini. Lui avait une perception tellement large du terrain, tellement précise et surtout un pied magnifique. Mais en même temps, je pense que ça se travaille car il faut rester éveillé, concentré sur la situation, sur ce qui se passe sur le terrain. Ça faisait quand même partie de mes qualités d’être capable de savoir quasi à tout moment où j’étais situé et ce qu’il se passait autour de moi.

Numéro 10, c’était dans votre ADN ?
J’ai toujours joué milieu. Plus petit, je marquais quand même plus de buts. Je n’étais pas attaquant parce que je n’avais pas la vitesse. Je n’étais pas non plus explosif lorsqu’il fallait me retourner, mais j’avais une forme de dribble assez bizarre pour certains, faite de feintes, de touches de balle. Il me permettait de sortir du marquage adverse.

Vidéo

Après votre carrière, vous vous reconvertissez dans le design. Peut-on y voir un lien avec le côté artiste du numéro 10 ?
Il y a un lien dans le sens où c’est de la création. Sur le terrain, j’étais un créateur et j’avais trouvé, grâce au design, un moyen d’exprimer ma créativité à travers quelque chose qui était quand même de l’ordre de l’analyse. Il y avait un peu des deux. Le poste de numéro 10 demande cette analyse des temps de jeu, de la prise en considération de tout ce qu’il se passe autour, où sont nos partenaires, de ce qu’on peut faire avec le ballon. Je pense qu’il y a un lien. Je pense même qu’il y a un lien intéressant avec ce que je fais maintenant. Je suis recruteur, et pour moi, c’est du design. C’est exactement la même méthodologie de création, de pensée. Recruter, c’est à la fois trouver le produit qui va bien dans l’univers dans lequel il doit être exposé, et qui a les caractéristiques adéquates pour fonctionner.


Vous êtes né à Albi en 1964, le football, c’est une affaire de famille chez les Passi.
Ah oui, on ne pouvait pas y échapper ! Mon père est congolais. Il est venu en France pour jouer au football. Il a été joueur, puis entraîneur. Il aurait même pu être professionnel, mais il n’a pas eu autour de lui des personnes pour lui faciliter les choses. Mais il nous a suivis. Il était assez exigeant, mais proche de nous.

Franck et vous avez deux ans de différence. Vous êtes l’aîné. Dans une interview donnée à 20 minutes, vous disiez : « Je lui montrais la voie, mais j’essuyais les plâtres.  »
Tous les aînés essuient les plâtres (rires). Il avait le droit de faire plein de choses qui ne m’étaient pas permises. Franck a bénéficié du fait que je sois passé avant. C’est logique.


Quelles choses par exemple ?
Les sorties, il y avait plus de mansuétude pour ce que faisait Franck. Mais c’est vrai dans toutes les familles. Les parents sont plus exigeants avec le premier qu’avec le second. Avec le premier, on est sur des principes, on relativise mieux avec le deuxième.

Qu’est-ce qui vous rapproche ?
Tout. Notre éducation, nos valeurs, la manière de voir la vie. Pourtant, on est vraiment éloignés en matière de personnalité.

Qu’est-ce qui vous différencie ?
« Mon frère Franck, c’est quelqu’un qui fait face à tout. Il est solide comme un roc. Il a une vision. Sans dire qu’il fonce, il va au bout de ses idées. »
On a été bercé par le football, c’est un peu notre éducation. J’avais un peu plus d’aisance avec le ballon. Pour Franck, c’était certainement un peu plus compliqué techniquement, mais il s’est construit au travers de cette difficulté. C’est quelqu’un qui fait face à tout. Il est solide comme un roc. Il a une vision. Sans dire qu’il fonce, il va au bout de ses idées. Moi, j’étais un peu plus artiste, un peu plus léger concernant tout ça. On n’a pas dû affronter les mêmes problèmes, donc on s’est construit différemment.

Vous avez joué à Toulouse et Montpellier ensemble. D'un point de vue technique, se comprend-t-on mieux, est-ce que ça facilite les automatismes ?
On n’avait aucun souci relationnel, c’est déjà important. Si on rencontrait un problème sur le terrain, ça pouvait se régler tranquille entre nous. En plus, Franck jouait à l’origine numéro 6 et moi numéro 10. Ça fait partie d’un lien privilégié aussi sur le terrain. On se comprenait, on se connaissait. Dans le jeu, chacun pouvait encore aider mieux l’autre parce qu’on était frères. Je trouve même qu’on ne l’a pas fait suffisamment. Lorsque Franck jouait latéral, on avait moins de proximité, donc c’était plus difficile.


Vous vous êtes affrontés en 1988 lors d’un Toulouse-Marseille, avec ce fameux tacle qu’il vous a adressé.
Ce n’était pas évident. On était attendu, il y avait un gros focus sur ce que nous allions faire. Je fais partie de ceux qui pensent que le football reste un jeu, au-delà de toutes les envies de gagner et tout ce qui en découle. Franck est quelqu’un de déterminé. Son tacle était engagé mais correct. Il n’aurait jamais fait quoi que ce soit de négatif. Il était dans sa tâche, à 100%. Il avait une grande détermination. Ça n’a pas été un grand match non plus, mais c’était un moment assez particulier que deux frères s’affrontent et que l’un marque l’autre. On était à l’époque du marquage individuel. Ce n’était pas simple, mais pas trop compliqué non plus.


Il y avait de l’intox entre vous, des clins d’œil, des sourires ?
Non, c’était quand même sérieux. Tous les matchs sont importants (rires). Je sais relativiser, mais si je peux gagner, je gagne. On fait le maximum, et à la fin, on se fait une bise et on repart ensemble. C’est d’ailleurs ce qu’on devrait tous faire, qu’on soit frère ou non.

Je vous cite : « J’ai toujours pensé que Franck était un numéro 1. Au départ, il fallait qu’il travaille sur lui, c’était une étape contre nature. »
Je connais trop bien Franck, c’est un leader. C’est quelqu’un qui depuis toujours est un numéro 1 dans la vie. C’est un leader de terrain, dans les vestiaires. Il était capable d’être leader pour sa vie et celle des autres. Quand je disais travailler sur lui, c’est que lorsque vous êtes un potentiel numéro 1, c’est dur de rester numéro 2. Au tout début, ce n’était pas gagné. Ce n’est pas simple de rester à sa place, mais il l’a très bien fait avec les différents entraîneurs dont il a été l’adjoint.

Vous avez été formé au Montpellier Paillade Sport Club, l’ancien nom du MHSC, et avez débuté en pro lors de la saison 1981-82.
« Un an plus tôt, j’étais en Junior B, à l’école. Un an plus tard, je jouais en pro, je n’avais même pas dix-huit ans. »
Ce sont des belles périodes pour moi, car elles étaient pleines d’insouciance. Un an plus tôt, j’étais en Junior B, à l’école. Un an plus tard, je jouais en pro, je n’avais même pas dix-huit ans. C’était une belle histoire, j’ai toujours aimé le football. Lorsque j’ai fait mon premier match contre Tours en première division, j’étais avec Jean-Louis Gasset dans la chambre et j’ai dormi toute la sieste. Le club était dans une situation inconfortable, lui n’avait pas trop dormi. Il me regarde et me dit : « Tu as dormi comme un bébé.  » Oui, ce n’était qu’un match de foot, en première division certes.

À partir de 48m12 secs
Vidéo

En 1985, vous partez à Toulouse où vous vous révélez aux yeux du grand public, avec cette même insouciance.
Oui, là encore, c’était une belle histoire. J’arrive à Toulouse de deuxième division, très content de fuir Montpellier, et finalement, on fait deux saisons exceptionnelles. Pour la première : qualification pour l’Europe à la dernière journée. C’était trop bien. L’insouciance a continué. Je jouais sans réfléchir, sans pression, et vous savez, moins il y a de pression, mieux on joue.

Comment ne pas avoir de pression lorsqu’on joue dans des stades pleins, en étant un meneur de jeu ?
Je le faisais naturellement, l’important c’était de jouer, m’amuser, régaler. Plus tard, ça a été plus compliqué. On prend la mesure de l’enjeu et d’un seul coup, on subit beaucoup plus de pression.

À quel moment le changement s’est-il produit ?
À partir du moment où j’ai été sélectionné en équipe de France. Tu es regardé, épié, à chaque fois que tu sors. Tu fais partie du groupe France, tout le monde te juge. Chaque semaine, chaque match représentait un niveau supérieur lié à l’équipe de France. C’est vrai que ça reste un poids important à porter. En club, dans la vie, le fait d’entrer en équipe de France, c’est une autre exposition.

À Toulouse, vous retrouvez Jacques Santini, que vous allez ensuite rejoindre à Saint-Étienne. Quels étaient vos liens ?
« Jacques, c’est celui qui m’a fait débuter, alors c’est bien que vous posiez la question. C’est quand même lui qui m’a permis d’arriver en équipe nationale. »
Jacques, c’est celui qui m’a fait débuter, alors c’est bien que vous posiez la question. C’est quand même lui qui m’a permis d’arriver en équipe nationale. Lorsque j’ai signé à Toulouse, j’avais été choisi par Daniel Jeandupeux, malheureusement pour lui, il n’a pas été conservé à mi-saison. Jacques est arrivé. Je le connaissais de Montpellier. C’était un jeune entraîneur, il me connaissait, des liens se sont créés. C’est aussi pour ça que je l’ai suivi après à Saint-Étienne.

Santini arrivait à comprendre votre âme d’artiste.
Mes plus belles années toulousaines, c’était avec lui. Il m’a fait travailler, il m’a même protégé à des moments où j’aurais voulu jouer tous les matchs. Logiquement, j’aurais dû les jouer, mais j’étais tout jeune. Il y avait une vraie relation.

Vidéo

À Toulouse, vous découvrez la Coupe d'Europe et vous éliminez le Naples de Maradona en 1986.
C’était extraordinaire. En plus, à ce moment-là, je n’avais jamais joué la Coupe d’Europe. On a construit notre équipe en quelques années et on joue contre le meilleur joueur du monde de l’époque. Allez jouer à Naples, c’était fabuleux, mais malheureusement, je me dis que je n’ai pas assez de souvenirs. Les matchs s’enchaînent et on passe à autre chose. Les supporters se massaient le long de la route qu’on a empruntée pour aller jouer là-bas. Il y avait au moins 80 000 personnes dans le stade, c’était terrible. Maradona était un dieu. Très, très belle expérience, des souvenirs exceptionnels et en même temps, c’est aussi la limite de ce qu’était le football français à cette époque-là. Finalement, on a vécu ça comme une belle histoire, mais ça s’est vite arrêté. Il aurait fallu aller plus loin. On a éliminé Naples, mais pas Moscou.

Pourtant, vous inscrivez à l’aller face au Spartak, un triplé dont tous les Toulousains se souviennent.
Ça fait partie des matchs exceptionnels. Le premier but était extraordinaire. Je suis au-delà des vingt mètres. Le ballon m’arrive sur un corner, amorti de la poitrine, volée, dans la lunette de Dasaev. Magnifique. Après, les choses tournent bien, comme dans un bon film (rires). Le dernier but, je pars du milieu de terrain, je m’enfonce droit devant, en éliminant tous les joueurs de mes dribbles un petit peu bizarres, pour aller battre Dasaev. Si c’était le match parfait au niveau des buts, ça ne l’était pas au niveau du contenu. Je l’ai revu, il y avait pas mal à redire. Ce n’était pas mon meilleur match, mais c’était celui où j’ai marqué trois buts à Dasaev.

Vidéo

En 1990, vous signez à Monaco. On va évidemment parler de votre but en finale de Coupe de France 1991. Sur les images, vous avez l’air tellement heureux.
« J’ai travaillé très, très dur pour avoir la chance de participer au match. Finalement, je marque le but vainqueur. C’était à la fois une grande joie par rapport au résultat, mais aussi par rapport à ce que j’avais pu réaliser pour revenir au niveau. »
Je ressens une immense joie et ça se voit. Je n’ai pas l’habitude d’être comme ça au moment où je marque un but. J'entre en transe pour plusieurs raisons. D’abord parce que c’était la dernière minute et que ce but nous permet de remporter la finale de la Coupe de France. Mais la raison la plus forte est que, quelques semaines avant, alors que tout allait bien, je crois que c’est Fichaux qui m’avait blessé lors d’un match contre Lille. Il m’avait pété le genou. J’ai travaillé très, très dur pour avoir la chance de participer au match. Finalement, je marque le but vainqueur. C’était à la fois une grande joie par rapport au résultat, mais aussi par rapport à ce que j’avais pu réaliser pour revenir au niveau.

Vidéo

L’année suivante, il y a une finale de Coupe des coupes perdue contre Brême.
Ça m’évoque un grand regret, mais aussi la finale de la Coupe de France gagnée. J’étais avec Franck Sauzée. Je lui dis : « Franck, tu te rends compte, on va jouer une finale de Coupe de France. » Et lui qui en avait joué avant moi m’avait dit : « Mais Gérald, jouer une finale si on ne la gagne pas, ça ne sert à rien.  » Sur le coup, je n’ai pas compris la profondeur de cette phrase, mais je l’ai réalisée l’année suivante lorsqu’on perd cette finale de Coupe d'Europe. C’est une phrase bateau, mais une finale, ça se gagne. On l’a perdue, c’est un vrai regret. J’aurais aimé vivre ça, être le premier club français à gagner une Coupe d’Europe.


En 1992 vous signez à Saint-Étienne à la demande de Jacques Santini, mais la saison suivante, vous demandez un entretien pour mettre fin à votre carrière.
L’année d’avant, on finit cinquième ou sixième aux portes de l’Europe. L’année d’après, il y a un putsch. Le président Laurent est éjecté, on met un nouveau président, de nouveaux joueurs. Ça n’a pas trop fonctionné. Je ne l’ai pas trop vécu parce que j’étais souvent blessé. À la suite de cette année, les dirigeants ont voulu faire des économies, repartir à zéro. J’avais d’autres projets.

Qui a mené le putsch ?
À l’époque, Casino avait repris les rênes, donc il y avait M. Guichard qui était président, et l’année d’après, c’était M. Vernassa.


Pourquoi être sorti de votre retraite pour tenter l’aventure japonaise ?
« Lorsque le coach Wenger m’a dit qu’on était venu le solliciter, il m’a dit : "Gérald, je ne savais pas que tu étais intéressé par l’Asie." J’ai répondu : "Ça m’a toujours intéressé." »
J’ai toujours eu envie d’aller vivre en Asie. Et là, pour le coup, il y a eu une espèce de concours de circonstances. Un jour, mon frère m’appelle pour me dire qu’Arsène Wenger a signé au Japon. Et là, je me suis demandé comment il avait fait, parce que pendant mes années monégasques, j’avais moi aussi essayé d’aller en Asie. À l’époque, il n’y avait pas tant de possibilités. J’avais pensé à la Chine, mais il n’y avait rien, et le Japon n’avait pas commencé. Lorsque le coach Wenger m’a dit qu’on était venu le solliciter, il m’a dit : « Gérald, je ne savais pas que tu étais intéressé par l’Asie. » J’ai répondu : « Ça m’a toujours intéressé. » Il conclut : « Si ça t’intéresse, moi aussi. »

Quels souvenirs en gardez-vous ?
Magnifiques et frustrants. Magnifiques parce que tout était là pour s’éclater avec un football qui était ce qu’il était, mais il y avait tout autour des structures pour lui permettre d’émerger. Il y avait beaucoup de choses à faire, une folie autour du football. Tout était réuni pour s’éclater. Malheureusement, ma blessure datant de Saint-Étienne ne m’a pas permis de bien jouer. J’ai arrêté. Mais avec le recul, j’aurais pu rester longtemps au Japon.


Et Arsène Wenger ?
Il fait partie des grands hommes. On ne va pas parler de l’entraîneur, mais de l’homme. On a gardé un lien, c’est sûr. C’est un homme fidèle, avisé, stable, mesuré, intelligent, qui a dédié sa vie au football, mais il n’oublie pas pour autant la vie des hommes.

Vous comptez onze sélections en équipe de France. Est-ce qu’il n’y a pas quelques petits regrets ?
« Ma génération vient juste après celle de Platini, Giresse, Tigana. Ces joueurs mythiques ont régné sans partage sur l’équipe de France pendant une quinzaine d’années. Il n’y avait pas de place pour les jeunes de la génération d’après. »
Si, il y en a, parce que je pense que j’aurais pu mieux faire. Ce n’était peut-être pas le moment ou le bon environnement. Je retiens un truc qui m’a quand même assez étonné a posteriori. Ma génération vient juste après celle de Platini, Giresse, Tigana. Ces joueurs mythiques ont régné sans partage sur l’équipe de France pendant une quinzaine d’années. Il n’y avait pas de place pour les jeunes de la génération d’après. Finalement, l’équipe était faite, et tellement bien faite que seul un ou deux jeunes ont pu s’intégrer. Toute la génération d'Ayache, Vercruysse n’a pas eu la chance de jouer ou en tout cas pas suffisamment. Ils manquaient d’expérience. Et quand tous les gros joueurs ont arrêté, c’était au même moment. Ça nous a mis dans une situation assez inconfortable. Ce n’est pas une critique. Je ne me permettrais pas de juger. Ils avaient déjà fait l’histoire de l’équipe de France. Mais en revanche, les dirigeants auraient dû prévoir la suite et ils ne l’ont pas fait. J’espère que ce genre d’erreurs permettra d’anticiper les ruptures de générations.

On vous a comparé à Platini. Comment le viviez-vous ?
C’est très simple. Ce que faisait Platini en tant que joueur, ça m’éclatait. Ça reste une référence. Je savais pertinemment que je n’étais pas capable de le faire. Ça ne m’a donc jamais mis de pression. Ça me l’aurait mise si je m’étais dit que je n’étais pas loin (rires).


Vous étiez réaliste ou vous manquiez un peu d’ambition ?
J’étais réaliste, je ne manquais pas d’ambition. Je faisais du Passi et l’histoire me donne raison. Pour l’instant, des Platini, il n’y en pas eu cent. Il y a eu Zidane, mais Zidane faisait autre chose. Il a fait gagner l’équipe de France en Coupe du monde. Il fait des choses encore plus fortes. J’essaie d’être objectif. Quand on voit ce qu’était capable de faire Platini...

NB : L’interview a été réalisée avant le départ de Franck Passi de l’Olympique de Marseille.

Par Flavien Bories
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 15:39 115 Millions d'€ à gagner ce mardi à l'Euro Millions !
Hier à 15:12 Heinze retrouve un banc en Argentine 7 Hier à 14:40 Le lob du milieu de terrain de Ronaldinho lors d'un match de charité 6 Hier à 09:25 Un supporter mexicain détruit sa télé après un penalty manqué 6 Hier à 09:01 Les Tigres sacrés pour la troisième fois de suite 4
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
samedi 9 décembre CR7 présente son Ballon d'or au Bernabéu 5 samedi 9 décembre Denílson fait le show dans un match de gala au Brésil 5 samedi 9 décembre 427€ à gagner avec OM & Manchester United - Manchester City samedi 9 décembre Jean-Marc Furlan debriefe son match en chanson 2 samedi 9 décembre Mavinga : « Les choix d'argent pour aller dans une ville de merde, ça ne m'intéresse pas » 20 vendredi 8 décembre Le maire de New York a proclamé « Andrea Pirlo Day » le 6 décembre 2017 14 vendredi 8 décembre Les supporters du MK Dons aident Hyde United à réparer sa pelouse 7 vendredi 8 décembre Changement d'horaire pour la Premier League en 2019 16 vendredi 8 décembre Rai nouveau directeur sportif de São Paulo 3 jeudi 7 décembre Le vrai Ballon d'Or est... jeudi 7 décembre Le vrai 2e du Ballon d'Or est... jeudi 7 décembre Le vrai 3e du Ballon d’or est... jeudi 7 décembre 380€ à gagner avec Rennes & Real Madrid - FC Séville jeudi 7 décembre Un hommage à Johnny dans les stades de France 19 jeudi 7 décembre François Ruffin en maillot de foot à l'Assemblée nationale 29 jeudi 7 décembre Leonardo quitte Antalyaspor 25 jeudi 7 décembre Independiente prend une petite option sur la Sudamericana 9 mercredi 6 décembre Rami chante du Johnny en conférence de presse 11 mercredi 6 décembre 106 Millions d'€ à gagner ce vendredi à l'Euro Millions ! 1 mercredi 6 décembre Drogba intègre la direction d'un club ivoirien 6 mercredi 6 décembre DERNIER JOUR : Un pari gratuit de 10€ + 100€ de CASH offerts chez Winamax mardi 5 décembre Un député propose de rencontrer ses électeurs autour d'un FIFA 23 mardi 5 décembre Un joueur paraguayen visé par un mandat d'arrêt international 26 mardi 5 décembre La FFF fait un don de 10 000 euros pour les Rohingyas 29 mardi 5 décembre Combien ça coûte de supporter les Bleus en Russie ? (via Brut Sport) mardi 5 décembre 619€ à gagner avec Liverpool, Séville, Porto & Shakhtar - Man City 1 lundi 4 décembre La technique infaillible de Ryan Bertrand pour gratter du temps 14 lundi 4 décembre Chapecoense retrouve la Copa Libertadores 8 dimanche 3 décembre Momo Sissoko signe au Mexique 6 dimanche 3 décembre Les Tigres encore en finale samedi 2 décembre Pascal Nouma en roue libre à la télé avant le derby d'Istanbul 9 samedi 2 décembre Un club de 8e division en 32e de Coupe de France 13 samedi 2 décembre Raquel Garrido taille la « Ligue 1 Castorama » 72 vendredi 1er décembre Tirage au sort censuré en Iran ? 35 vendredi 1er décembre Yann Lachuer nouveau coach de Créteil 7 vendredi 1er décembre Flamengo rejoint Independiente en finale de la Copa Sudamericana 3 vendredi 1er décembre Shandong Luneng : c'est fini pour Felix Magath 3 vendredi 1er décembre Seattle rejoint Toronto en finale de MLS 1 jeudi 30 novembre Bayal Sall a été forcé d'aller à l'Antwerp 19 jeudi 30 novembre 962€ à gagner avec Valence, Fiorentina & Istanbul BB 1 jeudi 30 novembre "Les synthétiques ont causé 200 cancers aux USA" (via Brut Sport) jeudi 30 novembre Hitler sur un tifo dans un derby soudanais 58 jeudi 30 novembre Un défenseur de Lanus envisage la retraite à 24 ans 34 jeudi 30 novembre Toronto est en finale de MLS 2 jeudi 30 novembre Messi et Cristiano Ronaldo dans Olive et Tom ? 42 jeudi 30 novembre Renato Sanches fait la passe à un sponsor 15 jeudi 30 novembre Jaap Stam inscrit les supporters de Reading sur la feuille de match 12 mercredi 29 novembre Un ramasseur de balle sauve un joueur en DH espagnole 13 mercredi 29 novembre Alexander Čeferin va donner 1% de son salaire à Common Goal 8 mercredi 29 novembre Villas-Boas va participer au Dakar 2018 15 mercredi 29 novembre Les horaires de la Ligue des champions changeront dès la saison prochaine 36 mercredi 29 novembre LE RÉCAP "CHAMPIONS LEAGUE" DE LA #SOFOOTLIGUE 15 mercredi 29 novembre Un guide de précaution pour les gays présents au Mondial 2018 36 mercredi 29 novembre Ce coup franc d’Ashley Young va vous rendre maboul 45 mercredi 29 novembre André Villas-Boas quitte Shanghai 29 mardi 28 novembre Un youtubeur devient sponsor maillot de Botafogo 19 mardi 28 novembre Roberto Carlos avoue que son coup franc improbable était dû au vent 58 mardi 28 novembre Mondial 2022 : Le Qatar présente le premier stade démontable 52 lundi 27 novembre Des T-shirts à l’effigie de Ratko Mladić en Serbie 62 lundi 27 novembre Géorgie : le Torpedo Koutaïssi arrache le titre au Dinamo Tbilissi 25 lundi 27 novembre 533€ à gagner avec Manchester City, Chelsea, Lyon & l'OM 1 lundi 27 novembre Le FK Željezničar peint ses ballons pour jouer dans la neige 7 lundi 27 novembre Énorme tifo lors du derby Bari-Foggia 20 lundi 27 novembre Les violences du Clásico tunisien laissent des traces 19 lundi 27 novembre Les supporters du Ponte Preta, relégué, envahissent le terrain 1 lundi 27 novembre Infantino « extrêmement ferme » contre le racisme au mondial 18 dimanche 26 novembre Quang Nam sacré champion du Viêt Nam 26 dimanche 26 novembre Un supporter file sa casquette au gardien 5 samedi 25 novembre Urawa Red Diamonds remporte la Ligue des champions asiatique 9 vendredi 24 novembre 390€ à gagner avec l'OM & la Real Sociedad vendredi 24 novembre Le tacle ridicule de Bonucci 50 vendredi 24 novembre Cantona déclare à nouveau son amour pour Pastore 67 jeudi 23 novembre OFFRE SPÉCIALE : 500€ de bonus offerts aux gros parieurs ! jeudi 23 novembre Mario Balotelli parodie Mario Kart 6 jeudi 23 novembre Le numéro 2 des ultras de Boca Juniors tué par balles 24 jeudi 23 novembre Craig Bellamy : « Le foot anglais est prêt à accepter l'homosexualité » 69 jeudi 23 novembre Steven Gerrard n'a pas une bonne mémoire, mais beaucoup de répondant 37 mercredi 22 novembre Un espion, des drones et des caméras cachées à la solde de Grêmio 9 mercredi 22 novembre Il marque un doublé, puis voit naître son enfant 21 mercredi 22 novembre 359€ à gagner avec Chelsea, Bayern & Juve - Barça mardi 21 novembre Pronostic Juve Barça : 365€ à gagner sur l'affiche de C1 ! 2 mardi 21 novembre Le capitaine de l'Atalanta reçoit un disque d’or 15 mardi 21 novembre Vincent Labrune veut lancer une nuit du football 35 mardi 21 novembre Tavecchio accusé de harcèlement sexuel 45 mardi 21 novembre Mexique : un assassinat lié au procès FIFA 19 lundi 20 novembre Galway United : vingt matchs en vingt-quatre heures 4 lundi 20 novembre Des associations d'ultras français s'unissent pour leur liberté 21 lundi 20 novembre Une pancarte « Wenger Out » lors d'une manifestation au Zimbabwe 27 lundi 20 novembre Il marque et adresse un doigt d'honneur à son coéquipier 15 lundi 20 novembre Ce but marqué en D8 anglaise va vous émouvoir 33 lundi 20 novembre Le merveilleux csc de Fankaty Dabo 16 dimanche 19 novembre Un supporter s'installe en tribune avec son scooter à Crotone 15 dimanche 19 novembre Le carton rouge complètement idiot de German Lux 18 dimanche 19 novembre Italie : « Ancelotti, Conte, Allegri, Ranieri et Mancini » ciblés par Tavecchio 29 dimanche 19 novembre Tapie : « C'est la plus belle cure de chimiothérapie » 9 dimanche 19 novembre Le raté de l'année signé Neal Maupay 13 samedi 18 novembre Orlando City donne 280 000 euros pour les victimes de l’ouragan Maria samedi 18 novembre Chris Coleman, du pays de Galles à Sunderland 3 vendredi 17 novembre 320€ à gagner avec Caen-Nice & Espanyol-Valence vendredi 17 novembre Une enquête du fisc espagnol menace le poste de Tebas 51 vendredi 17 novembre Le classement FIFA réformé après le mondial 39 vendredi 17 novembre Bebeto rejoint le parti politique de Romário au Brésil 8 vendredi 17 novembre Chapecoense assure son maintien 3 vendredi 17 novembre Deux éducateurs d'un club amateur écartés pour radicalisation 131 vendredi 17 novembre L’effigie d’un serial killer sur le drapeau d’un supporter 24 jeudi 16 novembre Parme passe sous pavillon chinois 41 jeudi 16 novembre Mondial 2022 : Le Qatar fixe un salaire minimum pour les travailleurs immigrés 24 jeudi 16 novembre Des spectateurs payés pour remplir les stades du Qatar 91 jeudi 16 novembre Corinthians sacré champion du Brésil 23 mercredi 15 novembre La boulette de Carragher lors d'un match amical 8 mercredi 15 novembre Les Danois arrosent un plateau TV avec de la bière 11 mercredi 15 novembre Valderrama fait de la prévention contre le cancer des testicules 14 mercredi 15 novembre Poursuivi pour corruption, un ancien dirigeant argentin se suicide 15 mardi 14 novembre Un jeune joueur suspendu par son club après un salut fasciste 47 mardi 14 novembre Des drapeaux LGBT sur les poteaux de corner anglais 33 mardi 14 novembre Tony Chapron va prendre sa retraite 50