1. // Rétro
  2. // 1er juillet 2017
  3. // Les 100 ans de Georges Boulogne

Georges Boulogne, le chef instructeur du football français

Georges Boulogne aurait eu 100 ans ce 1er juillet 2017. Homme clé du foot français, cet ancien instituteur à la personnalité complexe a été un sélectionneur au bilan modeste au tournant des années 1970, une époque où les Bleus enchaînaient les gamelles. Mais il est surtout considéré comme le père fondateur de la formation tricolore et de l’entraînement moderne. Une figure incontournable quoique largement méconnue aujourd’hui.

Modififié
Directeur des sports de Radio France, c’est peu dire que le mythique Jacques Vendroux est heureux qu’on l’interroge sur Georges Boulogne, surtout lorsqu'on le renseigne sur le support de parution de l’article. « Ah vraiment, je suis content qu’un média comme So Foot s’intéresse à lui parce que j’ai l’impression qu’il a été complètement mis aux oubliettes. Et pourtant, c’était quelqu’un, Georges Boulogne, un magnifique constructeur, un innovateur ! Faudrait pas qu’on l’oublie. » C’est que le temps fait son œuvre et que le Georges appartient à une époque où les archives de l’INA sont presque toutes en noir et blanc. Une dizaine de ces extraits collector de l’époque ORTF permettent de constater un physique lui aussi d’un autre temps, sorte de Bourvil un peu enrobé et un poil rustique, plutôt affable devant les caméras néanmoins, le petit sourire en coin. « Un homme complexe, psychorigide sur les bords, mais chaleureux aussi, qui savait rire. Un amoureux du football, profondément intègre » , présente Vendroux. Ce même Georges Boulogne qui fut séquestré le temps d’une demi-journée de ce qu’on appelait alors « les événements » , le 22 mai 68 précisément, dans les locaux de la FFF rue d’Iena à Paris, par une poignée de footballeurs et de journalistes. Une troupe emmenée par François Thébaud, meneur de fronde du football français à l’époque, plume de l’hebdomadaire Miroir Sprint, proche du PCF. Thébaud qui accusait alors Boulogne d’être le « chef de la mafia des entraîneurs » , rien de moins, puisque suspecté de réserver à ses amis coachs les postes les mieux rétribués. C’est qu’à l’époque, Georges Boulogne occupe une place importante dans le football français. Un parrain ? Tout de même pas, mais disons plutôt un incontournable à tendance autocrate.

Père fondateur du foot de compétition


En 1958, sa carrière décolle vraiment lorsqu'il est nommé instructeur national à la FFF. Un poste qui vaut à cet ancien instituteur au passé de footballeur amateur, né dans le Pas-de-Calais en 1917, d’être en position pour prendre la mesure du retard pris par le football tricolore sur la concurrence, notamment en matière de détection des jeunes talents, de formation et de méthodes d’entraînement. Le Reims chatoyant de Batteux et la France de Kopa et Fontaine, demi-finaliste du Mondial suédois, sont deux exceptions dans un océan de médiocrité. En guise d’entraînement, la plupart des équipes de D1 se contentent de courir dans les bois et de multiplier les petits matchs. Les plots, les cerceaux, le sifflet et le chrono n’ont pas la cote dans le monde du ballon rond époque René Coty. Boulogne le prof va prendre les choses à bras-le-corps avec autorité et participer au renouveau du football français pendant toute la décennie 60. Inspiré par l’ouvrage L’Homme, cet inconnu d’Alexis Carrel, qui prône un eugénisme douteux, il structure le haut niveau du football français, professionnalise la détection et la formation des meilleurs talents de l’Hexagone. « Instructeur national » , « bâtisseur » et même « baron » , autant de surnoms pour qualifier ce père fondateur abrupt et énergique du football-compétition, anti-Coubertin d’une France jusqu’alors trop gentille. « C’est Georges Boulogne qui formalise progressivement les conceptions globales de ce qu’il appelle le football moderne. (...) Le football doit cesser d’être une "activité ludique" pour devenir une "activité éducative". (...) Boulogne calque sur le football les concepts qui ont cours dans la pensée économique du temps et qui s’appellent croissance, industrialisation, performance, etc. (...) Cette orientation conduit à renoncer au jeu improvisé, brillant, fondé sur les initiatives individuelles et qui fut celui préconisé par Albert Batteux, à Reims, et quelques autres techniciens » , explique l’historien Alfred Wahl dans l’essai Le Mai 68 des footballeurs.

Premier DTN, fondateur de l’INF Vichy


Le 2 mars 1969, c’est ce penseur pragmatique du football qui est appelé pour succéder à Louis Dugauguez au poste de sélectionneur des Bleus. D’abord nommé par intérim, il va finalement rester sur le banc jusqu’en 1973 et son propre remplacement par Stefan Kovács, pour un bilan très modeste : quinze victoires, cinq nuls, onze défaites et surtout trois campagnes qualificatives manquées aux Mondiaux 70 et 74, ainsi qu’à l’Euro 72. Un vrai raté ? Pas forcément, répond Vendroux : « Faut voir l’équipe qu’il avait à l’époque, y avait personne ! C’était bidon complet, épouvantable. Il a fait ce qu’il a pu avec les moyens du moment et ils étaient trop faibles. » À en croire la voix de Radio France, sa réputation d’entraîneur défensif est d’ailleurs surtout la conséquence de ce réservoir trop faible : « Quand ton équipe n’a pas d’individualités, tu bétonnes, c’est normal. Mais faut retenir aussi son côté formateur, il a lancé un paquet de jeunes joueurs qui ont ensuite fait le bonheur du football français. » Dont Jean-Michel Larqué, Marius Trésor et Dominique Baratelli. L’avocat Vendroux poursuit sa plaidoirie : « La contribution de Georges Boulogne aux succès des Bleus d’Hidalgo et même jusqu’à aujourd’hui est immense, car c’est lui le premier à avoir usé de son pouvoir pour contraindre les clubs pros à se doter d’un centre de formation, ce qui n’était pas le cas de beaucoup de ce temps-là. » Premier Directeur technique national (DTN) de 1970 jusqu’à 1982, c’est lui aussi qui est à l’origine de la création de l’INF Vichy, ancêtre de l’INF Clairefontaine, centre national de préformation d’où sortiront Mombaerts, Ettori, Fiard, Cartier, Thys, Olmeta, Antonetti, Casanova, Papin, Tholot, Valencony, Warmuz et bien d’autres. Largement oublié, Georges Boulogne reste aujourd’hui cette personnalité complexe qui a grandement contribué à rendre le football français plus compétitif. Les supporters des Bleus comme des clubs de L1 lui doivent beaucoup, même si les tenants d’un certain romantisme retiendront l’image d’un technicien à la philosophie défensive, précurseur d’un football qui a un peu perdu de son âme en se modernisant. « Je suis là pour servir » , aimait-il à répéter. Le football français en a eu pour son argent.



Par Régis Delanoë
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article

Fred Astaire Niveau : Ligue 2
Personnage falot, sélectionneur médiocre: Vendroux, jamais le dernier pour défendre ses potes mêmes indéfendables, au lieu de prendre sa retraite.

"Faut voir l’équipe qu’il avait à l’époque, y avait personne ! C’était bidon complet, épouvantable. Il a fait ce qu’il a pu avec les moyens du moment et ils étaient trop faibles. »
Encore faut-il faire jouer les meilleurs !
Peñarol mi Amor Niveau : Ligue 1
Note : 1
Salut Fredi, tu connais sans doute bien mieux le sujet que moi, mais n'est-ce pas cette mise en avant de la patte G.Boulogne qui fait aujourd'hui le changement d'identité d'un football français sur le plan du style, du jeu et de la diversité de profils des joueurs français (je m'en tiens uniquement au terrain...) ?

J'aimerais que l'on nous rende la France pétillante, ludique, entreprenante et technique de l'axe Batteux-Sinibaldi-Hidalgo, mais j'ai malheureusement l'impression que l'École G.Boulogne a de beaux jours devant elle en France, elle zst en tout cas privilégié par bien des présidents de clubs français, pour qui le seul modéle économique n'est basé que sur la formation-vente rapide...
Fred Astaire Niveau : Ligue 2
L'axe Batteux-Sinibaldi (pas souvent cité)-Hidalgo: c'était un football romantique, qu'on est pas près de retrouver tant que Deschamps sera aux commandes de l'EDF.

Peñarol, peux-tu me rendre un service ?
Intrigué et intéressé par l'épisode Didi au Real, j'aimerais que tu me traduises, ou me fasses un bon résumé de ces deux articles, qui doublonnent peut-être.
Merci.

http://blogs.elpais.com/memorias-blanco … 3%A9u.html

http://www.kaisermagazine.com/retroblog … al-madrid/
 
 





2 réponses à ce commentaire.
valeri klapine
je me trompe peut-être mais dixit mon père qui a connu cette période, il faisait partie de ceux qui souhaitaient agrandir les buts...
Fred Astaire Niveau : Ligue 2
Exactement, ton père a raison. Il sortait d'autres fadaises, mais j'ai oublié.
Faudrait que ton père s'inscrive sur So Foot, que l'on bénéficie de ses connaissances !

valeri klapine
heureusement il m'a transmis deux-trois trucs...^^, malheureux il arrive déjà pas à envoyer un sms, la marche risque d'être un peu difficile pour lui, mais je continue de le consulter...
et si on doit parler des mecs que Boulogne a du mettre de côté à cette époque, je pense qu'il devait y avoir guillou (trop intello sans doute) ou chiesa qui avait du émerger à l'OL...je viens de débarquer sur le site mais je lis les commentaires avisés du site depuis bien longtemps...au taf aujourd'hui, j'ai pris la décision de m'inscrire...
Ce commentaire a été modifié.
Alain Proviste Niveau : Ligue 1
Note : 1
Guillou, Chiesa, Di Nallo, Revelli, Bosquier, etc... C'était peut-être pas la meilleure période du foot français mais y avait pas que des peintres non plus.
En parlant de Jean-Marc Guillou, l'EDF a quand même eu le chic pour boycotter ses joueurs les plus fins et techniques, comme elle l'avait fait au début des 60's avec le meneur de jeu monégasque Theo.
Fred Astaire Niveau : Ligue 2
C'est effectivement une spécialité française: déjà pour la CDM 54, les dirigeants déclarent: "ils nous faut des athlètes, des battants au coeur généreux pour la Coupe du monde". "Piantoni et Ujlaki avec leur jeu jeu ciselé et jugé trop précieux, ne sont évidemment pas de ceux-là".
Il y eut aussi Scotti "trop lent", Douis jugé "nonchalant", Puis Jacky Simon, seulement 15 sélections de 65 à 69 (la dernière à 28 ans !), Guillou, entré en EDF à 29 ans!, même Larqué, sans parler de Papi bien sûr, Daniel Leclercq, zéro cap (c'est vrai qu'il marchait, mais quelle patte gauche !) Micoud; Rabiot prochainement peut-être ?
4 réponses à ce commentaire.
il y a 1 heure Le fils de Pelé retourne en prison 4 il y a 2 heures La mine de Batshuayi qui assomme Arsenal 11
il y a 3 heures Le beau geste de Boateng pour Nouri 6 il y a 7 heures Lama répond aux critiques sur la sélection guyanaise 11
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Hier à 17:07 Un joueur de MLS prend un amende à cause de ses chaussettes 9 Hier à 13:36 Manchester City passe au foot US 12 Hier à 10:27 La CAN se jouera l'été et à 24 équipes 75
jeudi 20 juillet Zabaleta claque une grosse volée pour accueillir Joe Hart 3 jeudi 20 juillet La théorie qui dit que Neymar va signer au PSG (via BRUT SPORT) jeudi 20 juillet Une remontée historique des Seattle Sounders 19 mercredi 19 juillet Les Brésiliens du PSG (via BRUT SPORT) mercredi 19 juillet La petite gourmandise de Callejón 4 mercredi 19 juillet Un but barcelonesque en D4 argentine 10 mardi 18 juillet Un supporter argentin dégomme un drone 18 mardi 18 juillet Utaka débarque à Sedan ! 19 mardi 18 juillet La Norvège, prochaine étape de Diego Forlán ? 11 mardi 18 juillet Un champion du monde 2006 recherche un club sur LinkedIn 41 lundi 17 juillet Lass officiellement à Al-Jazira 40 lundi 17 juillet Un tatouage de Lacazette sur le cul d'un fan d'Arsenal 44 lundi 17 juillet Les énormes fumigènes du Lech Poznań 11 lundi 17 juillet Michu arrête sa carrière 14 lundi 17 juillet Diego Costa parade avec un maillot de l'Atlético 13 dimanche 16 juillet Marco Simone nouvel entraîneur du Club africain 7 dimanche 16 juillet La mine de Pato avec le Tianjin Quanjian 5 dimanche 16 juillet David Bellion au Festival d'Avignon 15 dimanche 16 juillet Le lapsus embarrassant de Biglia 17 dimanche 16 juillet Gold Cup : La Martinique quasiment éliminée 2 samedi 15 juillet La famille Ajax affiche son soutien à Nouri 7 samedi 15 juillet Éric Abidal flambe dans un tournoi de foot à six 13 samedi 15 juillet Ah, au fait, Sneijder est officiellement libre 25 samedi 15 juillet La Guyane éliminée de la Gold Cup 8 vendredi 14 juillet Un match amical à onze contre cent 12 vendredi 14 juillet La Guyane perd sur tapis vert à cause de Malouda 22 vendredi 14 juillet Candela régale avec l'équipe de France de légendes de futsal 14 vendredi 14 juillet Un jour après son transfert, il se prend un lob de 50 mètres jeudi 13 juillet Rooney claque une grosse mine pour son retour 18 jeudi 13 juillet Bolton installe des sièges de luxe dans son stade 16 jeudi 13 juillet Munich 1860 ne jouera plus à l'Allianz Arena 22 jeudi 13 juillet Chuck Blazer est mort 96 mercredi 12 juillet Un club anglais va payer ses joueuses autant que ses joueurs 27 mercredi 12 juillet En direct : la présentation de Dani Alves au PSG (via Brut Sport) 6 mercredi 12 juillet Solomon Nyantakyi accusé de double meurtre 40 mercredi 12 juillet Verratti affiche Trapp 36 mercredi 12 juillet La Guyane prend un point historique ! 41 mardi 11 juillet Malouda titulaire avec la Guyane 4 mardi 11 juillet Quel mercato pour la saison 2017/2018 ? 5 lundi 10 juillet Amavi recalé à la visite médicale 38 lundi 10 juillet Le pétard de Ziri Hammar 2 lundi 10 juillet Un Allemand passe du foot amateur à la D3 anglaise 21 dimanche 9 juillet L'hommage de United à Rooney 17 dimanche 9 juillet Sol Campbell prêt à travailler gratuitement 22 dimanche 9 juillet Un maillot interdit à cause d'une carte du XXe siècle 9 samedi 8 juillet Le coup franc sublime d'Anderlecht 1 vendredi 7 juillet Un cours d'anglais pour annoncer la dernière recrue de Swansea 1 vendredi 7 juillet Les joueurs de Bilbao se rasent le crâne en soutien à Yeray Álvarez 13 vendredi 7 juillet Guy Roux rêve d'aligner Macron 17 vendredi 7 juillet Le programme de la première journée de Ligue 1 31 vendredi 7 juillet Mbappé en tournée à Paris 66 vendredi 7 juillet Un Anglais va faire le tour des stades des 55 pays d'Europe pendant un an 14 jeudi 6 juillet Fusion Juvisy-Paris FC actée 9 jeudi 6 juillet Platini : suspension confirmée par le Tribunal fédéral suisse 5 jeudi 6 juillet Le golazo de Damião avec Flamengo 10 jeudi 6 juillet Wycombe dévoile un maillot de gardien hypnotisant 20 jeudi 6 juillet Giovinco continue de régaler à Toronto 12 jeudi 6 juillet Piqué s'éclate dans le désert 20 jeudi 6 juillet Maradona continue ses péripéties 13 mercredi 5 juillet Le Real met la main sur Theo Hernández 44 mercredi 5 juillet SOLDES : jusqu'à -20% sur la boutique SO FOOT 2 mercredi 5 juillet Asamoah Gyan revient en Europe 26 mercredi 5 juillet Un supporter fait 13 700 km pour voir jouer son équipe 8 mercredi 5 juillet Eric Dier fait l'essuie-glace 9 mercredi 5 juillet Chapecoense vire son entraîneur 7 mercredi 5 juillet Lingard tape un foot avec des gosses hystériques 43 mardi 4 juillet Le prochain SO FOOT en kiosque le 12 juillet 1 mardi 4 juillet Chine : un arbitre tabassé lors d'un match supposé truqué 12 mardi 4 juillet John Terry s'invite sur la fesse d'un supporter d'Aston Villa 15 mardi 4 juillet Un Géorgien se fait tatouer son onze de rêve des Pays-Bas 48 mardi 4 juillet Maradona au match pour Infantino 3 mardi 4 juillet Podolski et la culture japonaise 23 mardi 4 juillet La superbe vidéo de campagne d'abonnement de la Sampdoria 24 lundi 3 juillet Maradona accusé d'agression par une journaliste russe 45 lundi 3 juillet Djibril Cissé signe en D3 suisse 26 lundi 3 juillet Le portrait mural d'Hamšík dévoilé 13 lundi 3 juillet Maradona joue au hockey en Russie 4 lundi 3 juillet Un joueur nord-irlandais fait croire qu'il signe au Barça 13 lundi 3 juillet Éric Besson devient président du Blanc-Mesnil 15 dimanche 2 juillet Le solo de Pato 14 dimanche 2 juillet Blatter : « J'aurais dû m'arrêter plus tôt » 16