En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 25 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Milan AC-Inter

Geoffrey Kondogbia, le coup de la panne

Recruté pour 35 millions d'euros cet été à l'AS Monaco, Geoffrey Kondogbia peine à trouver ses marques avec l'Inter. Relégué sur le banc par Mancini, délaissé par Deschamps en équipe de France, il doit même désormais composer avec une presse sportive transalpine qui ne considère pas son jeune âge, mais simplement son prix.

Modififié
« Après avoir payé si cher, voilà où nous en sommes. » Le 11 janvier, la Gazzetta dello Sport y est allée franchement pour commenter la performance de Geoffrey Kondogbia lors de la défaite de l'Inter face à Sassuolo, la veille (0-1). Visiblement crispé, un peu perdu, le Français a perdu des ballons et eu un apport marginal. Un échec industriel, c'est clairement ce qu'évoque le plus grand quotidien sportif italien quand vient l'heure de dresser un premier bilan concernant la recrue estivale à 35 millions d'euros. « Un risque d'inondation question rapport qualité/prix » , peut-on lire, avec le jugement sans appel : Kondogbia a été payé trop cher. Ce que Silvio Berlusconi, qui aurait aimé s'approprier le joueur en juillet, a confirmé autant par réalisme que pour le plaisir d'une pique contre le rival local. Si la Gazzetta est impitoyable avec le Français de 22 ans, c'est parce qu'elle voit en lui plus qu'un problème d'adaptation, mais bien une erreur de casting. Un joueur certes bon techniquement et physiquement, mais qui n'a pas la ruse et la malice propre au football italien. D'où l'impression pour le journal italien que le joueur formé à Lens est un jeune homme se croyant « chez Alice aux pays des merveilles, alors que la Serie A est un monde de requins. »

Roberto Mancini, les yeux déjà rivés sur Yaya Touré ?


Le quotidien aux pages roses n'est pas le seul sur le dos du Français. Après la lourde défaite des Intéristes contre la Juventus en Coppa Italia en milieu de semaine (0-3), le Corriere dello Sport a proposé une analyse elle aussi peu valorisante : l'entrejeu milanais est trop faible. Composé ce soir-là de Felipe Melo, Medel et Kondogbia, ce dernier présent pendant 90 minutes, il y manque d'un réel « regista » capable de dicter le jeu selon le Corriere. Et si l'on se penche sur le cas spécifique du Français, le second quotidien sportif italien estime que l'ancien Monégasque n'a tout simplement pas digéré la transition physique et tactique entre Ligue 1 et Serie A. L'intéressé s'était pourtant voulu rassurant face à Sportmediaset début janvier : « Je ne pense pas que je sois en difficulté comme certains le disent, mais je dois faire mieux. De toute façon, on peut toujours s’améliorer. Mes débuts ont été intenses et je dois encore m’habituer au jeu qui se pratique en Italie. J’espère atteindre mon vrai niveau le plus vite possible. » Problème, en Italie, la patience n'est pas très prisée. Si début juillet, Roberto Mancini voyait en sa recrue française « un énorme potentiel » , quelqu'un qui pouvait « devenir l'un des tout meilleurs à son poste » , un équivalent d'Andrés Iniesta ou Yaya Touré, le technicien italien serait déjà à l'affût pour faire signer l'Ivoirien de Manchester City en juin.

Une saison d'adaptation, comme à Monaco ?


Devenu second choix en championnat depuis le début d'année 2016 - il n'est pas entré en jeu contre l'Atalanta, puis Carpi -, Geoffrey Kondogbia a perdu sa place en équipe de France bien plus tôt, n'ayant plus été rappelé depuis septembre contre la Serbie. S'il ne retrouve pas la forme très rapidement, ce sera cuit pour l'Euro, Didier Deschamps ayant déjà son groupe quasiment ficelé (Pogba, Matuidi, Diarra, Cabaye, Sissoko et Schneiderlin). Un motif d'espoir tout de même : avec Monaco, il avait connu une première saison également poussive à la suite de son recrutement en provenance de Séville. Avant d'exploser en 2014-2015, avec entre autres des performances de haut vol en Ligue des champions. Mais ce temps d'adaptation pourrait bien lui coûter le championnat d'Europe avec les Bleus.



Par Nicolas Jucha
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


jeudi 18 janvier 292€ à gagner avec Nice & Schalke 04
il y a 6 heures Coentrão casse le banc des remplaçants 8 Hier à 21:56 L2 : Les résultats de la 22e journée 4 Hier à 16:15 Un club espagnol offre un maillot à tous les bébés nés en 2018 3
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
jeudi 18 janvier Le Vicenza Calcio officiellement en faillite 9