Serie A - 3e journée - Genoa/Juventus

Alexandre Pauwels

Genoa – Juventus, drôle de choc

Conte en sous-sol, Preziosi avec des Chinois, Borriello et Immobile qui retrouvent leur ancien club. Sur le papier, ce duel entre le Genoa et la Juve au Marassi a de sacrés arguments.

Note
4 votes
4 votes pour une note moyenne de 4/5
Cliquez sur une étoile pour donner la note

Claudio Marchisio (Juventus)
Claudio Marchisio (Juventus)
« Conte ? Au stade, nous avons des sous-sols, on le mettra là, de manière à ce qu’il ne voie pas la partie. Je le prends à la rigolade, parce que c’est paradoxal : il entraîne son équipe toute la semaine, et ne peut pas la voir le weekend. » Enrico Preziosi se marre auprès de la Gazzetta dello Sport, mais, en attendant, le président du Genoa non plus ne sera pas présent en tribunes, sanctionné qu’il est après son implication dans des matchs arrangés (dont certains remontent à la saison 2004/2005). Alors, que fera-t-il à 15 heures ? « J’ai un rendez-vous d’affaires avec des Chinois. » Bon. En attendant, ce Genoa – Juventus est peut-être la rencontre la plus intéressante de la 3e journée de Serie A. Aussi parce que les Grifoni n’ont pas perdu un seul match face à la puissante Juve la saison dernière (2-2 à Turin, 0-0 à Gênes). Et il n’y en a pas beaucoup, des clubs qui ne se sont pas ramassés contre les Bianconeri l’an passé.

Du changement pour la Juve

Antonio Conte, même s’il est sanctionné, a bien réfléchi à ce match face au Genoa. Évidemment, que la Juve veut le gagner, mais il est aussi évident que la Vieille Dame ne veut absolument pas manquer son retour en Ligue des champions, qui se fera mercredi face à Chelsea. Impossible de ne pas tenir compte d’une telle échéance. Pour le coup, le coach turinois va effectuer un petit turnover. Certains internationaux étrangers sont rentrés tardivement de leurs convocations ? Pas grave, y a du monde à disposition. Sur l’aile gauche de son naturel 3-5-2, le jeune De Ceglie devrait remplacer le Ghanéen Asamoah, rentré seulement hier en Italie. Comme Vidal d’ailleurs, qui pourrait souffler en cédant sa place à Giaccherini.

Lúcio, quant à lui, pourrait profiter de la situation pour s’insérer en défense centrale, où Chiellini récupère encore d’une blessure contractée en Supercoupe face au Napoli. Enfin, et même surtout, Alessandro Matri devrait débuter la patrie. Resté à Turin cet été malgré la sensible baisse de sa cote auprès de Conte, il profitera de la fatigue d’un Giovinco pour retrouver un peu d’estime. Il lui faudra marquer pour ça, lui qui n’a pas inscrit le moindre but depuis le 25 février dernier. En tout cas, ça va tourner côté turinois. Mais, manière de parer une fâcheuse éventualité, tous les bonshommes laissés au repos se trouveront sur le banc. Faut pas déconner, la Juve à une réputation à tenir. Mais gare à ce Genoa, motivé par un début de saison pas trop dégueulasse.

Premier test pour le Genoa

Avec une victoire et une courte défaite, les Grifoni semblent avoir oublié leur dernière campagne catastrophique. D’autant que coach De Canio propose du jeu, avec son 4-3-3. Enfin, le technicien n’a pour le moment pas réussi à régler les problèmes défensifs. Il y travaille, pour sûr. Les quelque 69 buts encaissés l’an passé par le club (pire défense de Serie A, normal) n’ont pas vraiment poussé le très dépensier Preziosi à l’achat, puisque le seul Canini a été recruté en défense centrale. Du coup, bah, les Rossoblù repartent sur les mêmes bases, avec trois buts encaissés sur le dernier match à Catane (3-2). Heureusement qu’il y a Sébastien Frey pour éviter les dégâts supplémentaires, mais il faut aussi tenir compte du fait que la Juve ne réussit pas au portier français, qui a encaissé 34 buts en carrière contre cet adversaire, sa véritable bête noire. Du reste, il faudra se passer d’un Juan Manuel Vargas (encore) rentré épuisé du le Pérou, ainsi que du capitaine courage Marco Rossi. À signaler, tout de même, une certitude : la titularisation de Borriello à la pointe de l’attaque ligure. Contre les ex (et il en a beaucoup), le beau Marco est habitué à scorer (10 buts en 34 rencontres).

Ça tombe bien, cette présence des ex. Parce que c’est justement un élément déterminant pour le sulfureux Preziosi : « Les ex sont de notre côté, cette fois-ci. Comme Borriello ou Immobile. Dans le passé, les anciens nous ont punis, je pense aux Floccari ou Di Vaio. Maintenant, ce pourrait être notre tour.» Vrai qu’on sait tous à quel point un ex peut être vicieux lorsqu’il éprouve un désir de vengeance. Mais si ceux-là seront motivés, d’autres pourraient encore souffrir moralement. Il y a quatre jours, le procureur de la FIGC, Stefano Palazzi, convoquait 16 Rossoblù à venir s’expliquer de leur attitude lors du triste Genoa – Sienne de l’an dernier, où les tifosi avaient « invité » les joueurs à enlever leurs maillots. Ça peut peser, dans les tronches. Pas dans celle de Preziosi, également convoqué, mais droit dans ses bottes : « On veut nous sanctionner, alors que nous avons fait preuve de bon sens et que nous avons juste évité le pire. (...) Si 16 joueurs sont disqualifiés, j’irai jouer moi-même.» À force de cumuler les sanctions, le président se croit libre.




Alexandre Pauwels

Parier sur les matchs de Genoa

 





Votre compte sur SOFOOT.com

4 réactions ;
Poster un commentaire

  • Message posté par Eudoxe le 16/09/2012 à 10:42
      Note : 1 

    « Vrai que » c'est une souffrance de vous lire Monsieur Pauwels : m'enfin, écrivez-vous avec vos pieds ou avec vos Genoa ?

  • Message posté par maxlojuventino le 16/09/2012 à 11:30
      

    j'espère qu'il donnera un tour de repos à Pirlo, il en a bien besoin... C'est là qu'on se dit qu'un Verratti aurait pu être utile...

  • Message posté par Tato le 16/09/2012 à 14:01
      

    @max: Pogba il est pas dégueulasse.

  • Message posté par woody vann halen le 16/09/2012 à 14:55
      

    L'important pr ce choc c'est d'avoir des captain


4 réactions :
Poster un commentaire