En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 25 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Euro 2004 U17
  3. // Le jour où

Génération 87, les dessous de l'épopée de 2004

Douze ans plus tard, c’est encore la génération tricolore qui cristallise l’attention. Une bande de gamins nés en 1987, insouciants et pétris de talent, qui devenait en 2004 championne d’Europe des moins de dix-sept ans. Derrière le quatuor Ben Arfa-Ménez-Nasri-Benzema, il y avait une vie de groupe. Des moments mémorables, aussi. Récit de l’intérieur d’un succès au prestige encore intact.

Modififié
Ses traits sont juvéniles, sa coiffure quelque peu échevelée, mais son regard traduit déjà une détermination palpable. Samir Nasri n’a pas encore 17 ans en ce printemps 2004 quand il caresse le doux rêve de trôner sur le toit de l’Europe. Mais ce 12 mai 2004, à l’occasion des demi-finales de l’Euro U17 contre le Portugal, les organismes des Bleus apparaissent éprouvés à la mi-temps après l’ouverture du score de Pereira. Steven Thicot, le capitaine tricolore, est lui prostré dans les couloirs du stade des Allées. Comme estourbi par la tournure des événements.
« Avant le tournoi de l’Euro, Nasri me disait qu’il avait rêvé qu’on allait gagner l’Euro et qu’il marquait le but vainqueur. Il me répétait tout le temps ça ! » Steven Thicot
Refusant d’abdiquer et animé d’un souffle presque inexplicable, son jeune coéquipier marseillais lui récite encore et encore sa prophétie. « J’étais triste à la sortie du vestiaire parce qu’on venait de faire une première période qui n’était pas bonne du tout par rapport à ce qu’on était en train de réaliser depuis le début du tournoi, assure avec conviction, douze ans plus tard, l’actuel joueur du CD Tondela. Puis Nasri me dit : "Arrête de faire cette tête. Je te l’ai dit sur la tête de mes deux petits frères jumeaux, je vais te faire gagner l’Euro et on va battre le Portugal. Arrête d’avoir peur comme ça !" Avant le tournoi de l’Euro, Nasri me disait qu’il avait rêvé qu’on allait gagner l’Euro et qu’il marquait le but vainqueur. Il me répétait tout le temps ça ! »


Une certitude serinée à tout-va, répétée à l’envi. Et qui va devenir réalité. En seconde période, l’équipe de France, portée par Nasri, Ménez et Ben Arfa, broie la Selecção. Trois jours plus tard, en finale, c’est la Roja de Fàbregas et Piqué qui est emportée à son tour (2-1). Sur un dernier but du gamin du quartier de la Gavotte-Peyre, comme annoncé. L’acmé d’une épopée hors du commun encore ancrée dans toutes les mémoires. « Par dessus tout, c’était surtout une bande de potes, souffle en préambule Benoît Costil, portier de l’époque. On était une bonne partie du groupe à avoir débuté ensemble à 16 ans. C’était comme une famille. L’Euro qu’on a gagné, on l’a fait en rigolant. » « On a vécu une superbe aventure. J’ai le souvenir d’un vrai esprit de camaraderie, on était tous contents de se retrouver aux rassemblements, appuie Pierre Ducasse, lui aussi membre du groupe bleu-blanc-rouge. Quand on se voyait à l’aéroport, on rigolait tous. On a passé quatre années formidables jusqu’aux U19. »
« C’étaient des garçons qui ne se prenaient vraiment pas au sérieux et qui avaient surtout du plaisir à évoluer ensemble. » Gilles Eyquem
C’était, aussi, l’une des générations les plus talentueuses du football contemporain français. « J’ai le souvenir d’une génération exceptionnelle et qui était agréable à mener. C’étaient des garçons qui ne se prenaient vraiment pas au sérieux et qui avaient surtout du plaisir à évoluer ensemble » , explique pour sa part Gilles Eyquem, ancien entraîneur adjoint, à travers des propos teintés de langueur. Douze ans plus tard, les souvenirs des acteurs demeurent intacts. Retour sur les coulisses d’un sacre pas comme les autres.

Réputation flatteuse et le chef d’orchestre Bergeroo


Du millésime 1987, la mémoire collective a tendance à s’appesantir sur le pied gauche de Ben Arfa, les fulgurances pétaradantes de Ménez, la vision de jeu panoramique de Nasri ou encore des déplacements délicieux de Benzema. Un quatuor ébouriffant, véritable vitrine d’un groupe talentueux et dont la genèse remonte en moins de seize ans. « Notre premier match amical, si je ne me trompe pas, c’était contre l’Espagne. Avant ce match, ça devait être un ou deux ans avant l’Euro, le coach nous avait dit : "Écoutez, on commence avec cette génération. Notre objectif est de gagner l’Euro", relate Serge Akakpo, défenseur des Bleus à l’époque. D’entrée, il nous préparait afin qu’on remporte l’Euro qui allait se tenir en France. On jouait avec ça dans la tête. » Alors encore en centre de formation, les gamins forment un effectif homogène qui puise sa force dans ses différences : Nantes (Jean-Christophe Cesto, Abdelkarim El Mourabet, Thicot), l’OM (Nasri, Ahmed Yahiaoui), Sochaux (Ménez, Maxime Josse), OL (Ben Arfa, Benzema, Rémy Riou), Barcelone (Franck Songo’o), etc.
« Je me souviens de l’engouement qu’il y avait, tous les gens qui étaient autour de nous, la manière dont on nous regardait. On avait l’impression d’être considérés comme des stars. » Christophe Cesto
« Notre génération faisait beaucoup parler d’elle, poursuit Akakpo, aujourd’hui international togolais. Dès les premiers rassemblements, comme on était bons et qu’il y avait beaucoup de bons joueurs, les dirigeants se parlaient entre eux. Jusqu’à Aimé Jacquet d’ailleurs (alors directeur de la DTN, ndlr). Il venait nous voir à l’hôtel, il y avait beaucoup d’espoir dans notre équipe. » Jean-Christophe Cesto, ex-milieu de terrain, se remémore également l’effervescence qui régnait autour des Bleus : « Je me souviens de l’engouement qu’il y avait, tous les gens qui étaient autour de nous, la manière dont on nous regardait. On avait l’impression d’être considérés comme des stars. Des gens nous demandaient des autographes, il y avait les filles qui tournaient un peu autour aussi. »


Derrière les talents individuels et les qualités manifestes d’une troupe prometteuse, il y a le travail d’un homme. Celui du coach Philippe Bergeroo qui a su avec brio façonner et aiguiller un groupe. Tout en inculquant à chacun les premiers enseignements de leur futur métier. « C’était le garant.
« Je n’ai jamais autant bossé tactiquement qu'avec Bergeroo à cette époque. » Steven Thicot
Il arrivait à canaliser tous ces talents et à les faire jouer ensemble
, explique Cesto. C’est ce qui nous a permis de gagner ce titre. Je me souviens de séances d’entraînement où il n’y avait pas besoin de tableau ou quoi que ce soit. Il mettait ses dix coupelles sur le terrain et il nous montrait comment faire les exercices. » « Je n’ai jamais autant bossé tactiquement. Il avait ses principes, c’était un fervent praticien du 4-4-2, étaye l’ancien capitaine Steven Thicot. Pendant trois ans, on a mangé du 4-4-2 à tous les rassemblements. Tous les jours, on avait droit aux plots, à la vidéo et il nous disait : "Toi, tu dois faire ci et toi ça." Quand on arrivait sur le terrain, on était prêts. »

À travers l’insouciance de cette bande d’adolescents, l’ancien technicien du PSG a aussi retrouvé le sourire après plusieurs mois malaisés d’un point de vue personnel.
« Philippe était dans une période difficile à la fois socialement et professionnellement. Ce groupe a su lui redonner de l’énergie et l’envie de retravailler. » Gilles Eyquem
« Je me rappelle d’un tournoi qu’on avait gagné en Italie et j’avais pu discuter avec lui sur le chemin du retour. Philippe avait quitté le monde pro peu de temps avant et cela de manière difficile, confie Benoît Costil, désormais à Rennes. J’ai eu le sentiment qu’à travers notre épopée et après notre discussion, il avait pris un maximum de plaisir, qu’il était épanoui. Loin du milieu professionnel et de toute cette pression qu’il peut y avoir. » Gilles Eyquem, son ancien adjoint qui était très proche de lui, ne dit pas autre chose : « Philippe était dans une période difficile à la fois socialement et professionnellement. Il avait de l’appréhension, quelques craintes au départ. Mais ce groupe a su lui redonner de l’énergie et l’envie de retravailler. Cela a été pour Philippe une bouée de sauvetage et cela l’a aidé à sortir d’une période compliquée. »

Des mordus du ballon rond


Il faut dire que le parcours des Bleus lors du championnat d’Europe 2004, qui se tient d’ailleurs dans l’Hexagone, frise la perfection. En phase de groupes, la France termine première (3 succès, un seul but pris) avant d’écarter le Portugal et l’Espagne pour s’adjuger la couronne européenne.
« On ne s’en rend compte que maintenant, mais, à l’époque, gagner était une formalité. » Pierre Ducasse
Du groupe tricolore découle alors une force presque irrésistible, insolente même. « On était tellement décontractés, on abordait les matchs avec l’idée que c’était impensable de ne pas gagner, expose Pierre Ducasse, milieu qui officie à Boulogne depuis 2015. On était sûrs de notre force. Je ne sais pas combien de fois on a perdu, mais ça doit se compter sur les doigts d’une main (sourire)… On s’en rend compte maintenant, mais, à l’époque, gagner était une formalité. »


Serge Akakpo, lui aussi, livre le ressenti qui animait un groupe en constante quête de progression : « Ce n’était pas un excès de confiance, mais on était arrivés à un point où on jouait les matchs pour s’améliorer dans ce qu’on faisait. Par exemple, moi, au lieu de me dire qu’il fallait gagner ce match, je me lançais des défis. Comme le fait de rater le moins de passes possibles sur cinquante, de gagner le plus de duels possibles. Parce que je savais qu’on allait gagner. »
« On avait des rêves et on en parlait. On n’était pas suffisants, on ne se disait pas qu’on avait réussi parce qu’on était en équipe de France. On était ambitieux. » Serge Akakpo
Au-delà de l’histoire écrite sur les terrains, il y a une vie de groupe rythmée par d’interminables paroles autour de l’amour commun pour le ballon rond. « On était une génération mordue de football, clame Thicot, ravi de rembobiner le fil de cette aventure. On en parlait énormément, on ne jouait pas trop à la console. On se retrouvait à trois-quatre dans la même chambre et on se demandait mutuellement comment ça se passait dans nos clubs. » Les desseins, les rêves des uns et des autres viennent également nourrir les discussions. « Chacun parlait de ce qu’il voulait devenir, là où il aimerait jouer. On avait des rêves et on en parlait. On n’était pas suffisant, on ne se disait pas qu’on avait réussi parce qu’on était en équipe de France. On était ambitieux » , certifie d’une voix inébranlable Akakpo.

I Will Survive, Ben Arfa le dragueur refoulé et fête au grec


En outre, les rassemblements du groupe ont offert quelques parcelles de souvenirs mémorables. Des délires de jeunesse gravés à jamais pour tous les acteurs. Benoît Costil, d’abord : « J’ai une photo chez moi où je suis sur la selle d’un vélo et c’est Samir qui conduit. On était en train de faire les cons dans les rues en Suède, c’était drôle. (rires) »
« Quand Franck (Songo'o) allait parler avec des filles, il ne faisait pas profiter les potes. Il ne te plaçait pas et parlait que pour lui. » Serge Akakpo
Un voyage en terre scandinave où Hatem Ben Arfa s’est montré moins adroit avec les filles qu’avec le ballon. « Un moment, il y avait des filles autour et Hatem ne parlait pas un seul mot anglais. Une Suédoise, vachement maquillée, ne voulait pas le calculer, révèle en se marrant Cesto. Il voulait lui dire quelque chose, mais elle n’était pas réceptive. Il a donc dit quelque chose comme : "Mais vas-y, elle se la raconte alors qu’elle a du plâtre sur la gueule avec son maquillage, on dirait elle a une entorse de la gueule sérieux." » Franck Songo’o, lui, en revanche, a connu plus de succès auprès de la gent féminine. « Franck parlait anglais et espagnol. Partout où on allait à l’étranger, on le poussait et on le mettait devant pour qu’il parle. Mais c’était un crevard ! dénonce, amusé, Akakpo. Car quand il allait parler avec des filles, il ne faisait pas profiter les potes. Il ne te plaçait pas et parlait que pour lui. »


Au tour de Pierre Ducasse de remonter le temps : « J’ai le souvenir de notre communion dans les vestiaires après le titre gagné et d’Ahmed Yahiaoui qui avait pris le micro au stade. On aurait dit qu’on avait gagné la Coupe du monde parce qu’il chantait I Will Survive. Il avait pris le micro puis fait : "La, la, la…" Il se croyait au Vélodrome ! (rires) »
« On avait demandé au videur de nous laisser entrer en boîte, car on venait de gagner l’Euro U17. Mais comme on venait de lui avouer qu’on n’avait pas dix-huit ans, il a refusé. » Thomas Mangani
Puis de Gilles Eyquem, la voix encore empreinte d’émotion : « Les gamins blaguaient souvent avec le chef de la délégation, Claude Verduron, qui était un titi parisien. Avec Samir Nasri, il y avait souvent des joutes verbales à faire pleurer de rire tout le monde. » Mais quid de la célébration du titre à Châteauroux ? Là encore, c’est un moment savoureux. « On voulait aller en boîte, confesse Thomas Mangani, latéral tricolore à l’époque. On avait demandé au videur de nous laisser entrer car on venait de gagner l’Euro U17. Mais comme on venait de lui avouer qu’on n’avait pas dix-huit ans, il a refusé ! » Alors une partie de la troupe est finalement partie lâcher quelques crocs dans un grec aux environs. Avec le statut de champion d’Europe, oui. « C’est bizarre hein… (rires). Tu te dis que tu viens d’être champion d’Europe, tu es sur le toit de l’Europe, donc tu as envie de faire un truc de fou, déclare, hilare, Akakpo. Mais non, on a juste mangé un grec et on est restés à discuter jusqu’à presque 2h du mat’. C’est tout, mais ça montrait aussi notre état d’esprit. »

« Des moments qui resteront gravés toute notre vie  »


« Ce n’était que du bonheur. Quatre ans de bonheur. (Le parcours du groupe a pris fin après la non-qualification pour l’Euro U19 en 2006, ndlr.) » Dans la bouche de Steven Thicot, tout est résumé. Douze ans après cette épopée singulière, tous ont emprunté des itinéraires divers. Sans toutefois jamais enfouir cette aventure d’un autre temps. « C’est là où j’ai le plus kiffé parce qu’on avait que ça en tête, s’épanche Serge Akakpo, aujourd’hui à Trabzonspor. Les éducateurs arrivent encore à te protéger. Tu n’as pas encore tous les agents, tout ce star système qu’il y a autour. Il y avait moins de personnes autour, tu étais vraiment concentré sur ton objectif. C’étaient de belles années. »


« Ce sont des moments qui resteront gravés toute notre vie, personne ne nous les enlèvera, ajoute pour sa part Cesto, qui était à l’aube d’une carrière professionnelle avant qu’un problème cardiaque décelé en 2005 ne l’empêche de poursuivre. C’est quelque chose de commun pour nous et dans dix-vingt ans, ce sera toujours pareil. »
« Si quelqu’un avait un jour l’idée d’organiser un événement avec tous les joueurs de cette génération, je peux vous dire que je suis prêt à zapper mes vacances pour ça. » Benoît Costil
Plus ou moins en contact aujourd’hui, chacun trace sa propre route. Avant, pourquoi pas, de se retrouver un jour comme au bon vieux temps ? « Si vous demandez à n’importe qui faisant partie de cette aventure, ils vous diront qu’ils aimeraient revenir en arrière et revivre ça, avance, un brin nostalgique, Costil. C’était juste extraordinaire. Ce sont mes meilleures années de foot, clairement. Si quelqu’un avait un jour l’idée d’organiser un événement avec tous les joueurs de cette génération, je peux vous dire que je suis prêt à zapper mes vacances pour ça. » Ne reste désormais plus qu’à prendre rendez-vous.

Par Romain Duchâteau Tous propos recueillis par RD
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


il y a 6 heures 408€ à gagner avec PSG, Lazio & Fiorentina il y a 38 minutes Course-poursuite entre un entraîneur et des supporters en colère 1 Hier à 12:05 OFFRE SPÉCIALE : 10€ offerts sans dépôt pour parier chez Winamax !!!
il y a 1 heure Près de cinq mille agressions d’arbitres en France en 2016-2017 3 il y a 6 heures Golden Boy : Mbappé et Dembélé finalistes 43 Hier à 18:30 Le Récap "Ligue des champions" de la #SOFOOTLIGUE
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Hier à 14:50 Un U17 suspendu trente ans pour avoir frappé un arbitre 46 Hier à 12:16 Bastian Schweinsteiger : « Je suis ouvert à toutes propositions » 25 Hier à 11:47 Ils ont joué à Marseille ET au PSG (via Brut Sport) Hier à 09:50 Luiz Felipe Scolari va quitter Guangzhou Evergrande 20 jeudi 19 octobre Le très joli but d'Olivier Giroud 36 jeudi 19 octobre Une sauce barbecue géante se frite avec les supporters adverses 27 jeudi 19 octobre Il parcourt 6 000 km pour son club sur Football Manager 30 mercredi 18 octobre Lyon-Duchère : Enzo Reale suspendu 7 matchs 11 mercredi 18 octobre Un club de D3 va construire une tribune debout grâce à un crowdfunding 8 mercredi 18 octobre La roulette insolente de JK Augustin 34 mercredi 18 octobre À Coventry, un fan descend sur la pelouse pour engueuler les joueurs 12 mardi 17 octobre 345€ à gagner avec PSG, Bayern & Juventus mardi 17 octobre 300€ offerts en CASH pour parier le cœur léger ! mardi 17 octobre Zebina condamné à deux ans de prison avec sursis 13 mardi 17 octobre Le fils de Giovinco ambiance les fans de Toronto 3 mardi 17 octobre Troisième commotion cérébrale en six mois pour Birnbaum 10 mardi 17 octobre Une chèvre s'invite sur un terrain de foot en Grèce 12 mardi 17 octobre Arbitre agressé et baston générale dans un match de U19 32 mardi 17 octobre Un maillot pour Halloween créé à Hawaï 6 lundi 16 octobre 216€ à gagner avec Dortmund, Man City - Naples & Real - Tottenham lundi 16 octobre Taarabt met fin à trois ans de disette 16 lundi 16 octobre C1/C3 : 100€ offerts pour miser chez BetStars ! 1 lundi 16 octobre Un joueur de Xanthi (Grèce) sanctionné à cause de la mousse 6 lundi 16 octobre Kaká a joué son dernier match à Orlando 12 lundi 16 octobre Un match retardé à cause des confettis 3 lundi 16 octobre Une équipe de D3 argentine déguisée en Lionel Messi 6 lundi 16 octobre Le missile de Guedes avec Valence 21 dimanche 15 octobre Alessandrini nommé pour le trophée du meilleur nouveau venu en MLS 14 dimanche 15 octobre Un match de foot suivi d'un match de rugby sur le même terrain 11 dimanche 15 octobre Pronostic Inter - Milan AC : 431€ à gagner sur le derby ! samedi 14 octobre L'incroyable raté de Mateta 5 samedi 14 octobre Martin Palermo est champion du monde ! (via Brut Sport) samedi 14 octobre Un club de migrants en Andalousie 4 vendredi 13 octobre Découvrez le mini-foot ! (via Brut Sport) vendredi 13 octobre Derby County clashe Nottingham avec un freestyle de rap 4 vendredi 13 octobre Billericay Town FC (D7 Anglaise) recrute deux SDF 4 vendredi 13 octobre À Brescia, les joueurs interrompent l'entraînement pour éviter un PV 1 jeudi 12 octobre Éric Cantona va chanter du Disney 28 jeudi 12 octobre Le Récap "Semaine Internationale" de la #SOFOOTLIGUE 1 jeudi 12 octobre Villarreal s’attaque aux pigeons 20 jeudi 12 octobre Une équipe éliminée sur tapis vert à cause de ses numéros de maillots 16 jeudi 12 octobre Une séance de tirs au but jouée trois semaines après la prolongation 5 mercredi 11 octobre Le Dynamo Dresde ressort son maillot anti-raciste 22 mercredi 11 octobre La voisine avait planqué 186 ballons 47 mercredi 11 octobre L'improbable dégagement en touche d'un remplaçant du Panama 12 mercredi 11 octobre Le feu d'artifice des supporters bosniens 3 mardi 10 octobre George Weah, président du Liberia ? (via Brut Sport) lundi 9 octobre Mondial 2018 : La folie dans les rues du Caire (via Brut Sport) lundi 9 octobre Ballon d'or : la liste des 30 nommés 84 lundi 9 octobre 245€ à gagner avec France-Bélarus & Lettonie-Andorre lundi 9 octobre Quand le pays de Galles foire sa photo d’avant-match 13 lundi 9 octobre Le caramel de quarante mètres d'une joueuse de l'OL 19 lundi 9 octobre Raté incroyable en D4 néerlandaise 6 lundi 9 octobre Ballon d’or : Kane et Lewandowski sont bien là 15 lundi 9 octobre Pronostic France Bélarus : 670€ à gagner sur le match des Bleus ! 1 lundi 9 octobre Ballon d’or : Suárez, Coutinho et Mertens y sont aussi 24 lundi 9 octobre Paraguay : match interrompu pour violences après huit minutes 3 lundi 9 octobre 12 matchs de suspension pour avoir critiqué le district de Moselle 8 dimanche 8 octobre 35 Hollandais font le déplacement pour voir un match de D6 anglaise 6 dimanche 8 octobre La FIFA veut reformer les trêves internationales 20 samedi 7 octobre Une blessure affreuse en Argentine 9 samedi 7 octobre U17 : des IRM pour contrôler l'âge des joueurs 13 samedi 7 octobre QPR a créé un groupe de supporters LGBT 117 vendredi 6 octobre Un nouveau rapport accable l'organisation du mondial au Qatar 42 vendredi 6 octobre Quand des supporters anglais marquent avec un avion en papier 8 jeudi 5 octobre 267€ à gagner avec Bulgarie-France, la Suisse & Iles Féroé-Lettonie jeudi 5 octobre 545€ à gagner sur Bulgarie France ! jeudi 5 octobre 190 Millions d'€ à gagner ce vendredi à l'Euro Millions !!! jeudi 5 octobre Mondial 2018 : la mise en place de la VAR remise en cause 6 mercredi 4 octobre Ivre, Alex Morgan se fait virer de Disney World 39 mercredi 4 octobre Le gardien prend un but gag, les supporters envahissent le terrain 6 mercredi 4 octobre Une équipe espagnole intégralement formée de Sud-Coréens 15 mardi 3 octobre Un triplé dont deux ciseaux en D2 Suisse 3 mardi 3 octobre Emmanuel Eboué fait taire la rumeur VIH 9 mardi 3 octobre Victime d’un malaise cardiaque, il prolonge son contrat 3 mardi 3 octobre Ribéry a payé le salaire de son frère à Bayonne 29 mardi 3 octobre Des fans en colère parce que leur équipe gagne 10 mardi 3 octobre La terrible faute sur Renato Civelli 2 lundi 2 octobre Rocket League dans la vraie vie (via Brut Sport) lundi 2 octobre Emmanuel Eboué atteint de graves problèmes sanguins 21 lundi 2 octobre Les funérailles du club de Modène organisées par ses supporters 12 lundi 2 octobre 190 Millions d'€ à gagner ce mardi à l'Euro Millions !!! 1 lundi 2 octobre Gignac collecte 241 000 euros pour une fillette atteinte d'une tumeur 4 dimanche 1er octobre Le tifo « Dikkenek » des ultras d'Anderlecht 32 dimanche 1er octobre Il envoie un coup de boule à son coéquipier en plein match 2 dimanche 1er octobre Le ciseau d'Haller 1 samedi 30 septembre Villas-Boas suspendu huit matchs 1 samedi 30 septembre Un club de D6 allemande sponsorisé par une actrice porno 26 samedi 30 septembre Scolari veut envoyer Ancelotti en Chine 4 samedi 30 septembre Le plan machiavélique de Lucas Digne (via Brut Sport) vendredi 29 septembre Le licenciement d’Ancelotti provoqué par cinq joueurs 70 vendredi 29 septembre L'Ukip accusé d'avoir plagié le logo de la Premier League 19