Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 10 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // PSG-OM (0-0)

Garcia, une première en béton

Il a pris l'équipe deux jours avant le choc. Alors forcément, tout laissait à penser que son OM ne serait pas prêt et prendrait une valise à Paris. Sauf qu'on a découvert un Rudi Garcia méconnu, qui n'a pas hésité à renier ses principes de beau jeu pour réussir ses débuts marseillais.

Modififié
Sa nomination à deux jours du choc au Parc des Princes avait tout de la prise de risques comme les Américains les aiment. Bien désespérée, bien à l'arrache, bien couillue. Rudi Garcia a accepté le rôle, et que ses nouveaux patrons rajoutent une couche de pression avec sa prétendue première phrase des négociations : « Je veux gagner la Ligue des champions. » Heureusement pour lui, l'ancien coach de la Roma n'est pas simplement fort en gueule, il est aussi pragmatique. Alors la consécration européenne, ce sera pour plus tard, il le sait. Tout comme les idéaux de beau jeu qu'il a toujours véhiculés à Lille ou Rome. Pour aller faire un coup à Paris, coach Garcia n'opte pas pour un schéma Barça 2009, mais plutôt PSG-OM 2006. Sur la pelouse, cela donne trois centraux – dont le revenant Rolando, premier gagnant (provisoire ?) du changement de direction – deux latéraux et deux milieux défensifs. Florian Thauvin, Bafé Gomis et Clinton Njie n'auront qu'à se débrouiller comme ils l'entendent.

Garcia à la chasse au Pokémon ?


Le message est clair : Rudi Garcia vient chercher le 0-0. Une bonne vieille approche Ligue 1, que personne ne viendrait lui reprocher tant le rapport de force est déséquilibré. Et vu que son onze est censé se faire marcher dessus par celui de son homologue Unai Emery, Rudi Garcia sort rapidement de son banc. Doudoune à capuche aux couleurs de son nouveau club par-dessus son beau costume cravate et ses chaussures méticuleusement cirées, il enchaîne les allers-retours et arpente l'ensemble de sa zone technique. Au point que l'on pourrait le suspecter de jouer à Pokémon Go. À sa droite, Emery a beau être dans son registre habituel, il paraît beaucoup plus calme qu'à l'accoutumée tant le technicien français parle et recadre ses joueurs. Ou les applaudit, quand Thauvin réussit deux bons pressings de suite sur Marco Verratti pendant le premier acte. D'ailleurs, s'il a clairement intégré l'idée que c'était à Paris de faire le jeu, l'ancien technicien du LOSC n'entend pas forcément laisser Lucas, Rabiot et consorts à leurs aises. C'est pressing pour tout le monde, y compris pour Gomis et Njie. Et quand Thauvin gâche l'une des rares opportunités offensives d'une passe trop profonde pour Henri Bedimo (23e), il s'agace. Puis s'énerve complètement quand une relance ratée de Dória place son OM à deux doigts de la correctionnelle (27e). Les occasions parisiennes se succèdent, tête de Cavani, frappe écrasée d'Aurier, ou penalty refusé à l'Uruguayen, Rudi Garcia reste stoïque, même s'il bout sûrement à l'intérieur.

Le béton selon Rudi Garcia


À la pause, il a réussi son coup, Marseille tient le choc, mais au retour des vestiaires, il décide de rajouter une couche de ciment avec la sortie de Njie pour Zinédine Machach. Le bus devant le but, et ce n'est pas loin de payer quand un centre en retrait de Thauvin manque Gomis pour quelques centimètres en pleine surface. Jesé et Ben Arfa entrent. La tension est sûrement intense pour Rudi Garcia, si bien que pendant plusieurs minutes, c'est son fidèle adjoint Claude Fichaux qui vient le relayer sur le bord de la touche. Il faut dire que cela fatigue de s'énerver ou de crier à intervalles réguliers sur le 4e arbitre. Pareil lorsqu'il s'agit de mimer le mec cool quand Matuidi déborde et centre pour Cavani à dix minutes du terme, et que tout le stade voit la chique au fond. Saisissant l'avertissement au vol, il a appelé Karim Rekik pour suppléer Bedimo et solidifier encore un peu plus une équipe qui ne pouvait vraiment plus attaquer. Choix gagnant, puisqu'au bout du compte, ses joueurs ont tenu. Pas encore un grand OM, mais un OM qui ressort du Parc en bon état. Après tous les remous récents, c'est en soi un exploit héroïque.





Par Nicolas Jucha, au Parc des Princes
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 16:00 Tuto Panini Adrenalyn XL : Préparer son équipe 4
Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible Podcast Football Recall Tsugi Olive & Tom
Hier à 12:38 L'avocat de Mogi Bayat ne comprend pas pourquoi son client est toujours en prison 32 Hier à 09:06 Le magnifique coup franc de Rooney avec DC United 11
À lire ensuite
Le mur de Mourinho