Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. // Supercoupe d'Espagne
  2. // Match aller
  3. // Real Madrid/Atlético Madrid

Gangs of Madrid, suite et fin

Un derby, c'est bien. Une opposition bouillante en deux actes, c'est chouette. Trois finales de trois compétitions en un peu plus d'un an, c'est fou. Une lutte de haute volée pour quatre titres bien distincts, c'est complètement dingue. Récemment opposés, en Copa del Rey, en Liga et en Ligue des champions, l'Atlético et le Real se défient ce mardi soir, à l'occasion du match aller de la Supercoupe d'Espagne. L'ultime chapitre d'une guerre des gangs et des styles.

Modififié
Depuis un peu plus d'un an, à Madrid, le football est un jeu simple : 22 hommes courent après un ballon pendant 90 minutes et à la fin, c'est la Mahou qui gagne. La Mahou, c'est une bière ou une eau minérale, selon comment vous aimez les boissons houblonnées. Toujours est-il que les soirs de victoire, elle coule à flots et qu'elle est peut-être la seule chose, dans cette ville de passion qu'est Madrid, qui unit supporters de l'Atlético et du Real. Si le règne d'une bière a été possible dans une ville que le football divise, c'est parce que depuis le 17 mai 2013, certains se bourrent la gueule pour faire la fête pendant que l'autre moitié boit pour oublier. Ce soir de printemps, le Real Madrid et l'Atlético s'affrontent en finale de Copa del Rey, à Santiago Bernabéu et les Colchoneros mettent fin à 14 ans de disette à l'échelon national au bout du suspense. Un but de Miranda à la 99e minute pour départager Arda Turan et Cristiano Ronaldo, tous deux buteurs. L'Atlético ramasse la mise, c'est la vérité d'un soir, d'une finale. Les deux gangs qui ne se contentent plus de guerres dans leurs quartiers : la vérité d'une longue année.

Une année de duels


2013-2014, une année de guerre sportive à Madrid. Un Palio de Sienne dans une version à deux chevaux où les bêtes s'affrontent dès qu'elles en ont l'occasion. Lancées dans l'arène après le premier affrontement du 17 mai, les deux équipes se tirent d'abord la bourre en Liga. Une course marathon où la monture de Diego Simeone n'est pas favorite, mais s'impose, au gré d'une victoire en confrontation directe (1-0) le 28 septembre 2013, d'une saison impressionnante et d'un mauvais sprint du casaque merengue, José Mourinho. Orgueilleux, les joueurs du Real Madrid profitent d'une demi-finale de Copa del Rey pour laver l'affront de la finale précédente. Un 5-0 sur deux matchs avant d'aller chercher le titre, une correction en bonne et due forme comme pour rappeler que s'il y a un shérif en ville, il gare son palefroi et sirote ses bières au saloon de Bernabéu. Prophètes en leur pays, les deux bandes se donnent finalement rendez-vous hors de leur frontière pour ce qui doit être une explication finale. Le reste appartient à l'histoire. Celle de Diego Godín, passé à une minute de la déification. Celle de Sergio Ramos, devenu maire de Madrid en un coup de boule. Celle de Cristiano Ronaldo, tout en abdos et en célébration excessive. Celle de la Decima, cap mythique qui ne pouvait être atteint autrement qu'après ce que le western a offert de plus beau depuis Il était une fois dans l'Ouest. Celle d'un choc des cultures appelé à durer.

On prend (presque) les mêmes et on recommence


Pour boucler la boucle, Merengues et Colchoneros se battent désormais pour une Supercoupe d'Espagne. Depuis Lisbonne, un été et un Mondial ont passé. Suffisant pour que dans leurs styles bien distincts, l'Atlético et le Real évoluent. Pas emmerdé, Florentino Pérez s'est « contenté » de recruter deux des meilleurs joueurs de la Coupe du monde : Toni Kroos et James Rodríguez. Le Colombien dont on ne sait même pas s'il sera titulaire ce soir, puisque Ángel Di María, annoncé aux quatre coins de la planète, est toujours là et toujours bon. « Nous avons acheté huit joueurs avec 95 millions d'euros ; eux, deux. Il y a une petite différence » , précise Diego Simeone ce mardi dans les colonnes d'AS, comme pour noter la différence entre la Maison Blanche et l'équipe que le Cholo appelait lui-même « le Robin des Bois de l'Espagne » . Une équipe étonnante dont le visage n'a pas tellement changé proportionnellement aux mouvements estivaux qu'elle a enregistrés. David Villa, Courtois, Filipe Luís, Diego Costa, Adrian, Sosa et Diego sont partis. Mandžukić, Oblak, Griezmann, Jesús Gámez, Baptistão ou encore Siqueira sont arrivés. Des grandes manœuvres qui, selon Gabi, ne perturberont pas le champion d'Espagne en titre ce soir : « La base de l'Atlético est solide, nous avons une idée très sûre en ce qui concerne le jeu que nous réalisons et les choses que nous faisons. L'équipe est tranquille, avec beaucoup de confiance. Après, faire mieux que la saison dernière, cela semble compliqué, mais… » Pour le milieu de terrain, désireux « d'obtenir des titres » , « la Ligue des champions est terminée. Elle est pour le Real et ne reviendra pas.  » La Supercoupe non plus ne reviendra pas. Les derbys à enjeu et la Mahou, eux…

Par Swann Borsellino et Christophe Gleizes
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 15:57 Quand Bryan Mélisse plante ses pieds dans un adversaire 24
Partenaires
Olive & Tom Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible Podcast Football Recall Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur MAILLOTS FOOT VINTAGE