En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 12 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // 7e journée
  3. // PSG/Sochaux (2-0)

Gameiro marque son retour

Une victoire tranquille. Opposés à des Sochaliens sérieux, mais limités, les joueurs du Paris Saint-Germain ont décroché le principal sur leur pelouse : la victoire. Auteur d’un doublé, Kévin Gameiro a retrouvé le chemin des filets.

Modififié
PSG - Sochaux : 2-0

Buts : Gameiro (x2)


Dix-neuf équipes de Ligue 1 seraient bien emmerdées de devoir jouer sans cinq joueurs importants de leur effectif. Pas Paris. Privé d’Ezequiel Lavezzi, de Jérémy Ménez, de Thiago Motta, de Mathieu Bodmer et de Clément Chantôme, Carlo Ancelotti a puisé dans son vivier pléthorique pour aligner un onze compétitif et un banc de touche plus que correct. Grand gagnant de cette opération « Rechargeons les batteries avant la Ligue des champions » , Kevin Gameiro, 31 minutes de jeu cette saison, a parfaitement profité de sa première titularisation. Auteur d’un joli doublé, l’ancien Lorientais a, par ses appels en profondeur, son envie et son efficacité, montré aux sceptiques qu’il avait encore des choses à apporter au Paris Saint-Germain.

Kanté trop lent, Gameiro marque

Plus tôt dans la semaine, Guillaume Hoarau avouait n’avoir aucun problème avec sa situation actuelle au Paris Saint-Germain. Loin de partager la vision de son partenaire, Kevin Gameiro, ses 31 minutes de jeu en Ligue 1 et ses quelques ballons touchés faisaient grise mine. Avant l’éclaircie. Inspiré par une douce fin d’après-midi au Parc des Princes, l’attaquant parisien n’a attendu que onze minutes avant de se distinguer. Onze minutes d’une domination parisienne sans étincelle, que Javier Pastore, d’une délicieuse passe en profondeur, a dynamisé. Totalement à la ramasse, à l’image d’un Cédric Kanté beaucoup trop lent pour contenir Gameiro, la défense sochalienne est transpercée par l'éclair de l’Argentin. Toujours aussi vif sur ses appels, l’attaquant parisien, lui, est là. Un contrôle et hop, il glisse la balle sous un Simon Pouplin battu.

Loin d’abdiquer, les Doubistes se montrent intéressants. Contout s’offre le dribble de sa vie devant Thiago Silva, Bakambu sollicite Sirigu, Corchia déborde, bref, une prestation plus que correcte pour une équipe qui a eu le début de saison que l’on connaît. Statistiquement, cela se sent. Trois tirs cadrés pour les Parisiens en première période, trois pour les Sochaliens. Seul bémol pour les hommes d’Éric Hély, la troisième tentative des Parisiens, peu après la demi-heure de jeu, est celle du doublé de Kévin Gameiro. Après 15 passes, un Zlatan très discret hérite de la sphère, envoie une déviation magique pour Maxwell qui, depuis son couloir, délivre un caviar à Gameiro. Encore à la rue, Kanté, attiré par le ballon, oublie l’attaquant parisien dans son dos. Seul face à Pouplin, il score facilement et offre le break à Paris.


Verratti prince du Parc

Carlo Ancelotti est un homme heureux. Il vient de voir le genre de première mi-temps que les coachs aiment bien : sans fioriture, mais efficace. Cela tombe plutôt bien pour les Parisiens, car les 22 acteurs, revenus sur la pelouse, ont laissé le rythme aux vestiaires. Dans une partie qui, minute après minute, devient une vraie bataille du milieu de terrain, le prince du Parc, Marco Verratti, se distingue. Des tacles, parfois borderline, de la grinta et toujours cette qualité de passe qui fait du bien quand les créateurs sont absents. Privés de Ménez et Lavezzi, les Parisiens ont vu, pour la première fois de la saison, un Zlatan relativement silencieux. Un coup de pompe dans le dos de Corchia sur une tentative de reprise de volée, une torsion de la cheville et pas grand-chose d’autre à se mettre sous la dent. Au final, c’est encore Kévin Gameiro qui s’est montré le plus dangereux lors de cette seconde période soporifique. Un retourné acrobatique, une frappe cadrée et une sortie sous les applaudissements du Parc des Princes, autant dire les temps forts de la deuxième mi-temps. Au fait, c’est Guillaume Hoarau, une minute de jeu cette saison, qui l’a remplacé. La prochaine fois, ce sera peut-être son tour.

Par Swann Borsellino
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 17:42 292€ à gagner avec Nice & Schalke 04 il y a 4 heures Un club espagnol offre un maillot à tous les bébés nés en 2018 1
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
Hier à 17:56 Le Vicenza Calcio officiellement en faillite 9 Hier à 15:02 Ronaldinho : « Je vous remercie, de tout mon cœur et de toute mon âme » 27 PODCAST - Football Recall Épisode 2: Neymar, Kebab et Arabie Saoudite 12 Hier à 11:49 Deux joueurs de Boca Juniors accusés d'agression 17