Gameiro, le début d'un règne ?

Meilleur buteur français du dernier championnat, Kevin Gameiro fait tourner les têtes de nombreux clubs français. Même Laurent Blanc pourrait succomber au charme du petit gars de Senlis.

0 0
« Avec le départ de Nenê et de Pino, on souhaite recruter un attaquant, on a quatre ou cinq noms. Gameiro, c'est le joueur presque idéal, mais c'est un joueur très jeune, qui a marqué quelques buts et qui a donc pris de la valeur » . Marc Keller, le directeur sportif de l'AS Monaco, enfonce des portes ouvertes. Aujourd'hui, Lisandro Lopez à part, Kevin Gameiro est surement le meilleur attaquant de Ligue 1, l'un des plus complets en tout cas. L'an dernier, il a rendu une copie de bonhomme : 17 pions dont 12 à la maison (personne n'a fait mieux), et 6 caviars pour ses potes de chambrée. Ah oui, KG joue à Lorient et n'a que 23 ans. Si sa cheville n'avait pas tourné contre Rennes en amical, Kevin aurait sans doute été dans la première liste de Laurent Blanc. Celle de la Norvège. Celle des 23 bannis. Une offense à son talent serait-on tenté de dire. L'attaquant méritait plus qu'une place par défaut. Blessé, il regardera le match de son canapé. Partie remise, sans doute.

Parce que Kevin revient de loin. Millésimé 87 comme les Benzema, Ben Arfa, Menez et Nasri, Gameiro a eu du mal. Alors que Ben Arfa enflammait Clairefontaine sous son air de jeune surdoué, Kevin se fait recaler au bout de trois jours des tests d'entrée. Trop petit, trop mou, trop roux, trop nul.
Ironie du sort, le 11 août, Gameiro a plus de chance d'être dans la liste de Lolo que le Marseillais. Merci qui ? Merci Jacky Duguépéroux, alors superviseur pour le RC Strasborug, qui croit immédiatement en lui. Il faut dire que le petit Kevin s'éclate chez les moins de 15 ans de Chantilly. A Strasbourg, l'attaquant fait ses classes dans le même club que Pagis, Niang et Ljuboja. Kevin est précoce. Il débute à 18 piges en Ligue 1, au Parc des Princes. Il connait sa première grosse blessure à 19 ans (il repart avec ses croisés sous le bras suite à un tacle de Blaise Kouassi). Très vite, Gameiro enflamme l'Alsace. Il marque, déborde, fait marquer. Mais les dirigeants préfèrent l'utiliser sur un côté. Big mistake. Le feu follet se perd, se fatigue et s'ennuie. Strasbourg prend la direction de la Ligue 2, pas lui.

Le refus marseillais

Il faut attendre sa venue à Lorient pour que le joyau éclate définitivement. Christian Gourcuff, pas né de la dernière pluie, sait qu'il tient un sacré joueur. D'autant que Gameiro a la tête sur les épaules. Après Strasbourg, Marseille s'était renseigné. Mais le natif de Senlis a préféré décliner. « En signant dans un club comme Marseille, il y avait plus de risques d'y faire banquette. Je ne voulais pas griller les étapes » balançait-il sur Eurosport.fr lors de son arrivée en Bretagne. En deux saisons chez les Merlus, Kevin s'est fait un nom et un prénom. 11 buts en guise de dépucelage, 17 l'année dernière. Forcément, 2010/2011 est la saison à ne pas rater. Kevin veut aller jouer ailleurs, franchir le fameux "palier". Ça sous-entend un club plus huppé. Pas forcément les très (trop) médiatiques Marseille, Lyon ou Paris. Les pistes sont à moitié évoquées : Bordeaux et Monaco. L'ASM est à bloc sur le joueur. Un attaquant intelligent, altruiste, doté d'un sens du but au dessus de la moyenne. Juste ce qu'il manque dans la besace monégasque. Idéal pour former un duo avec Nicuale ou Park.

Le hic, car il y en a un, Lorient en réclame entre 10 et 15 millions. Une somme indécente pour les finances de la Principauté. Pourtant, comme Jérémy Menez avant lui, Kevin pourrait se servir de Louis-II comme d'un tremplin pour l'étranger. Même s'il ne sait pas sous quel maillot il débutera la Ligue 1 le 7 août prochain. Kevin sait probablement qu'il portera prochainement une tunique bleue sur le dos; peut-être en septembre contre la Biélorussie. Une liquette qui lui porte chance. Lors du festival espoirs de Toulon de 2007, Philippe Bergeroo avait emmené le petit rouquin dans ses bagages. Il n'avait pas déçu. Kevin avait tout cassé et terminé meilleur buteur et meilleur joueur du tournoi. Un présage ?

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 0