Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 3 Résultats Classements Options

Gameiro : « Je ne me suis pas assez battu à Paris »

Modififié
Gameiro est arrivé à maturité.

Désormais titulaire à la pointe de l'attaque des Colchoneros et en équipe de France, Kevin Gameiro aurait pu connaître cet honneur plus tôt lorsqu'il a quitté Lorient pour le Paris Saint-Germain en 2011. L'attaquant de vingt-neuf ans raconte à France Football ce qui aurait dû être une belle idylle : « Ce n’était pas une erreur de venir à Paris. Je réalisais mon rêve. J’ai toujours dit à ma mère quand j’étais petit : "Tu verras, au lieu de crier Simone ! Simone !, ils crieront Gameiro ! Gameiro !" Donc il fallait que j’y aille alors que je gagnais moins à Paris que ce que me proposait Valence au même moment. »

Si, lors de sa première saison parisienne, Gameiro a disputé trente-quatre rencontres de Ligue 1, pour onze buts inscrits, lorsque la concurrence d'Erding et Hoarau a été remplacé par celle d'Ibrahimović et Lavezzi, l'ancien Strasbourgeois est très vite parti poser ses fesses sur le banc. Avec du recul, l'attaquant tricolore pense qu'il aurait dû avoir une autre attitude : « Je n’ai pas été assez costaud sur le terrain comme en dehors. Je ne me suis pas assez battu. J’ai été trop défaitiste face aux choix qui étaient faits. J’allais sur le banc, presque par habitude. Quand un joueur vit cette situation de remplaçant presque comme une fatalité, c’est foutu pour lui. Mais, quand un joueur comme Ibrahimović ne veut jamais sortir, tu n’as aucune chance de jouer. »


Alors que quand c'est Jean-Christophe Bahebeck qui ne veut pas sortir, tu as beaucoup plus de chances de jouer. SO
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Partenaires
Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom Podcast Football Recall
Podcast Football Recall Épisode 33: Le feu d'artifice belge, les Bleus s'ennuient et les scandales anglais Podcast Football Recall Épisode 32 : La France gagne 11-0, le miracle suisse et notre interview de Thomas Meunier