Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 36 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Demies
  3. // FC Séville-Shakhtar (3-1)

Gameiro offre une nouvelle finale à Séville

Un temps mis en péril, le FC Séville aura toujours conservé sa qualification en poche contre un Shakthar Donetsk méritant, mais victime de la torpeur sévillane (3-1). Auteur d’un doublé, Gameiro force la porte de l’équipe de France.

Modififié

FC Séville 3-1 Shakhtar Donetsk

Buts : Gameiro (9e, 49e) Mariano (59e) pour le FC Séville // Eduardo (44e) pour le Shakthar

Sur le terrain du Sánchez-Pizjuán, Kevin Gameiro est dans son match. Sa pression est effective depuis les toutes premières secondes de la partie. Le buteur possède l’instinct du tueur, comme depuis le début de la saison. La 9e minute de jeu s’écoule dans la fournaise sévillane. 9, comme le numéro que Gameiro porte au dos de sa tenue de soirée. Coïncidence ou non, sa présence rend fébrile la défense du Shakthar. Maksym Malyshev manque son contrôle, Gameiro surgit. Après une course aussi propre que sa conduite de balle, sa frappe file entre les jambes d’Andriy Pyatov, dépassé par le sang-froid du Français, toujours oublié par Didier Deschamps. Une fois encore donc, Gameiro prouve qu’il mérite une place dans la liste des Bleus pour l’Euro. D’ailleurs, son ballet ne fait que commencer.

La révolte d’Eduardo


D’entrée de jeu, Séville imprime un pressing haut et oblige sa concurrente ukrainienne à se mettre tout de suite au niveau. Pas synchronisés, déhanchés bien calculés, cette demi-finale prouve que les deux candidates au graal connaissent le moyen de passer en finale. Hélas, la partenaire en robe orange et noir semble hypnotisée par le savoir-faire de la belle andalouse vêtue de blanc. Un talon qui dérape, et c’est la boulette. La locale regarde sa concurrente avec un sourire aux lèvres. Comme si cette faute paraissait évitable. Cependant, elle continue d’aller droit vers son but et donne le meilleur d’elle-même, heureuse de se savoir devant aux points.

Sa rivale lui répond grâce à son jab Tyson sans grande réussite, et ce show de flamenco peut continuer sur un rythme effréné. Porté par un public venu en nombre pour admirer l’enfant du pays, Séville donne un nouveau tempo à la rencontre : par deux fois, sa botte secrète Vitolo offre des possibilités de creuser l’écart devant les jurés, mais sa partenaire va répondre de la meilleure des façons : la délicatesse de son enchaînement Marlos-Eduardo laisse le juge David Soria bouche bée (44e). Avant la fin de la première manche, son talent relance le duel. Séville reste toujours devant au score, mais l’écart reste infime. Vivement la suite.

Il faut qu’on parle de Kévin


De nouveau plein de suspense, ce face-à-face se mue très vite en une succession de voltes. La première, Kovalenko, se trouve maîtrisée par David Soria, avant un enchaînement adverse Banega-Gameiro des plus suaves, pour un dribble final sur Pyatov (49e). Cela s’appelle reprendre ses distances au score avec style. La Sevillista domine, et ses petits pas avant de taper fort par Krychowiak montrent son tempérament de feu. Impressionné par autant de caractère, Donetsk reste de marbre devant un nouveau saut périlleux de qualité signé Gameiro, encore et toujours. Donetsk recule trop devant la démonstration de Séville, le coup de grâce intervient par son arrière droit, Mariano. Sans le soleil de Mexico, sa frappe coup de pied des 25 mètres prend un effet dévastateur pour Pyatov (59e). La première finaliste de cette compétition européenne semble déjà connue, et son statut de double championne en titre lui offre de sérieux arguments pour prétendre à une troisième étoile consécutive. Reste à se défaire de cette rivale anglaise tout aussi brûlante.


  • Résultats et classement de la Ligue Europa
    Retrouvez toute l'actualité de la Ligue Europa

    Par Antoine Donnarieix
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié


    Dans cet article


    il y a 3 heures Gervinho vers Parme 7 il y a 3 heures Euro Millions : 99 Millions d'€ + 1 Millionnaire garanti
    il y a 4 heures Une ville anglaise ne veut plus des supporters 3 il y a 4 heures Le fils de Ronaldinho cache son identité lors d'un essai 20 il y a 7 heures Un match de Liga prochainement joué aux States 62
    Partenaires
    Tsugi MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Podcast Football Recall Olive & Tom
    Hier à 18:15 Quand les écrans de Bristol Rovers diffusent le téléphone rose 12 Hier à 17:45 Mathias Pogba recalé par un club de D3 allemande 28 Hier à 17:00 La finale de la Copa Libertadores en un seul match à partir de 2019 9 Hier à 16:40 Iniesta plante déjà son deuxième but au Japon 18 Hier à 15:15 Il chambre les fans adverses, mais son but est hors jeu 18 Hier à 14:35 À l'Ajax, on maîtrise l'art de la roulette 5