1. //
  2. // 36e journée
  3. // AS Roma/Udinese

Gaetano D'Agostino, au nom du père

À 32 ans, Gaetano D'Agostino, ancien de la Roma et de l'Udinese, est passé à côté d'une carrière prometteuse. Fils d'un mafieux de la 'Ndrangheta, l'ancienne promesse italienne joue désormais à Benevento, en Serie C. Loin de sa Sicile natale, le milieu de terrain traîne le lourd héritage de son père criminel.

Modififié
24 6
« Je jure que si je ne respecte pas ce serment, je serai tué de la façon la plus atroce. » Cette phrase, prononcée lors du rituel d'initiation à la 'Ndrangheta, la mafia calabraise, poursuivra Gaetano D'Agostino tout au long de sa carrière. Pourtant, l'ancien joueur de la Fiorentina et de l'Udinese n'a jamais prêté serment à l'une des organisations mafieuses les plus influentes des années 90 en Italie. Promis à un bel avenir, le milieu de terrain italien a longtemps porté le fardeau de son père, Giuseppe D'Agostino, ancien chef de la 'Ndrangheta de la ville de Laureana di Borrello. Arrêté par les autorités italiennes en 2006, le père du joueur un temps pisté par le Real Madrid et la Juventus a collaboré pour faire tomber la mafia du Sud-Ouest du pays. Et en Calabre, on n'aime pas trop les balances.

« Le père sème, le fils récolte »


La 'Ndrangheta ne jure que par les liens du sang. Le jour où Giuseppe D'Agostino décide, par une piqûre rituelle dans le doigt, de s'engager à respecter les lois de l'organisation criminelle calabraise, il entre dans la mafia, qui supplante la Cosa Nostra. Dans les années 80, le père de Gaetano grimpe les échelons. Soutenu par la 'Ndrina Bellocco de Rosarno (chaque 'ndrina, composée des membres d'une même famille, contrôle son propre territoire), Giuseppe D'Agostino devient en 1996 l'un des trente mafiosi les plus recherchés en Italie. Il se cache alors dans une petite maison à Rosarno, dans la province de Reggio Calabria, loin de son fils, Gaetano, né en 1982 à Palerme. Cette même année, Gaetano D'Agostino marque plus de cent buts chez les jeunes du club de l'U.S Palerme.

En 1998, le milieu de terrain est recruté par l'AS Roma. Un transfert forcé par le père du joueur, qui considère que la sécurité de son fils sera plus facile à assurer à Rome qu'en Sicile. Aux côtés de Francesco Totti, D'Agostino remportera le titre de champion de Serie A, en 2001, avec un seul match disputé. Pour le Sicilien, l'adaptation à la capitale italienne est difficile. Entre 2000 et 2005, le joueur, qui appartient toujours au club romain, est prêté à Bari. Il signe ensuite à Messine et retrouve sa terre natale. Lors de la saison 2005-2006, D'Agostino partage le vestiaire avec Giuseppe Sculli, petit-fils de Giuseppe Morabito, aussi leader d'un clan de la mafia calabraise. Le grand-père mafieux se fera même arrêter après des années de cavale, alors qu'il assistait à un match de son petit-fils. C'est le début des ennuis pour le joueur formé à Palerme. En effet, en 2006, son père est arrêté, pour avoir participé à plus de dix homicides. Il décide de faire ce que la 'Ndrangheta interdit : collaborer avec les enquêteurs. La mafia, qui ne pardonne pas la trahison, condamne les traîtres et leur famille à la peine de mort. Gaetano D'Agostino devient alors une cible majeure et paiera pour la félonie de son père.

Un transfert raté au Real Madrid


Son club de Messine le sait, Gaetano D'Agostino est en danger. À chaque entraînement, le joueur est protégé par des policiers. Après une bonne saison en Sicile (quatre buts en 27 matchs pour le gaucher), l'Udinese et son président Giampaolo Pozzo, avide de bonnes affaires, le recrute. Il restera quatre ans dans le Nord de l'Italie. Lors de sa troisième saison, il forme avec Simone Pepe et Antonio Di Natale un des trios les plus redoutés d'Italie. Le club du Frioul atteindra même les quarts de finale de la Coupe de l'UEFA, éliminé par le Werder Brême. Gaetano D'Agostino se révèle aux yeux des plus grands clubs d'Europe. Le Real Madrid, la Juventus et Villarreal s'intéressent au joueur qui sera sélectionné avec la Squadra Azzurra à deux reprises en 2009, par Marcello Lippi. Mais ces clubs renoncent finalement à le recruter, conscients du surplus de sécurité nécessaire qu'impliquerait ce transfert. À l'époque, D'Agostino raconte l'épisode du transfert raté au Real, sur le site de Panorama : « J'ai vraiment été à deux doigts du Real. J'ai rapidement trouvé un accord pour un contrat de 5 ans à 2 millions d'euros annuels. Je devais seulement aller en Espagne pour signer, mais l'Udinese n'a pas conclu l'affaire. Ils voulaient là encore des promesses, des contreparties, l'affaire a sauté, et Xabi Alonso est arrivé.  »

Cette même année, la Juventus préfère même recruter Felipe Melo à la place du talentueux milieu de terrain italien. La Fiorentina le recrute ensuite en 2010, pour dix millions d'euros. Après une saison quelconque à la Viola, le joueur végète entre les clubs italiens comme Sienne ou Pescara. À 32 ans, Gaetano D'Agostino joue désormais à Benevento, en Serie C1, à près de 750 kilomètres de sa Sicile natale. Son club est toujours en course pour se qualifier pour les play-offs en vue d'une montée en Serie B. Au crépuscule d'une carrière gâchée, Gaetano D'Agostino vit toujours avec la pression de la mafia et le lourd héritage d'un père qui a condamné son fils et sa famille. La famille, dont l'écrivain calabrais Corrado Alvaro disait qu'elle est la « force de la Calabre, sa colonne vertébrale, le champ de son génie, son drame et sa poésie » . Gaetano D'Agostino peut en témoigner.

Par Ruben Curiel
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Merci pour ce très intéressant article sur d'agostino. Je connaissais et appréciais le joueur malgré sa phase de déclin après son transfert raté au real, alors qu'il avait vraiment franchi un palier important; j'ignorais presque tout de cet environnement familial particulier qui l'a tellement influencé.
vinnyroma Niveau : CFA2
c'est sidérant qu'un tel joueur joue en serie C à 32 ans, oui je me rappelle quand il était un super grand espoir de la Roma avec le défenseur lanzaro...bon au moins lui a su se relancer à l'udinese
Calabrese o Siciliano ???!!!???!!!
McMilkshake Niveau : CFA2
ça, c'est un très bon article!
Je connais peu ce joueur mais je l'appréciais à l'Udinese, l'équipe tournait très bien à ce moment-là, et Toto était dans une forme olympique. On parle de Stevie G, mais quand Toto arrêtera, Udine aura mal. De quoi faire descendre un club.
Quand toto arrêtera, cannavaro postera une photo de lui-même en duel avec montella!

http://www.sofoot.com/l-hommage-rate-de … 01301.html
Il Ragno Nero Niveau : CFA2
C'est marrant de parler du trio D'Agostino - Pepe - Di Natale, alors que Quagliarella fait une grosse saison en pointe, dans le trident offensif complété par Pepe et Di Natale du coup (et le jeune Sanchez en super sub)...

D'Ago est considéré comme le vice-Pirlo dans le Frioul cette année-là, le regista qu'on n'a jamais retrouvé depuis.

Il fait une belle saison, mais il y a de l'exagération quand même. Il était bien entouré par les Inler, Asamoah et Isla, qui confirmeront, eux.

Mais c'est pas son père qui fait foirer le transfert au Real, comme mentionné par D'Ago lui-même dans la citation de l'article, mais bien le prix demandé par les Pozzo. Une négociation avortée qui impactera négativement le rendement sportif du joueur l'année suivante, ce qui conduira les dirigeants de l'Udinese à être plus souple dans les négociations quand un de leurs joueurs manifeste une forte volonté de partir...

Ceci dit, si le Real ne s'est pas aligné sur le prix demandé et quand on lit le salaire proposé par les Madrilènes, on comprend bien qu'il n'était pas question d'en faire un titulaire à la place de Xabi Alonso non plus !

Bref, hors du contexte familial dramatique, bon joueur mais pas un crack non plus. Il en était déjà à sa 2ème chance à Udine, et ne pouvait se permettre l'année sans qu'il a eu en 2009-2010. Il pouvait ambitionner un club un peu plus huppé qu'Udine à l'époque (genre, la Viola d'aujourd'hui, le Napoli, une des deux Romaines) mais guère plus.

Dommage.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
24 6