En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 20 Résultats Classements Options

Gaël Angoula : « Les arènes de Nîmes ? Je m'en tape »

Après avoir retracé son parcours chaotique durant son adolescence, Gaël Angoula évoque le deuxième chapitre de sa vie, celle de son entrée dans le milieu du foot professionnel. Du folklore bastiais au match Angers-TFC la saison dernière en passant par sa relation au pognon, Angoula ouvre les vannes pour la seconde fois.

Modififié

Malgré ton essai non concluant à Auxerre, tu finis tout de même à Pacy-sur-Eure en National. Et après deux bonnes saisons là-bas, les dirigeants bastiais viennent te chercher. Manque de pot, c'est l'année où le club se casse la gueule, c'est ça ?
Ouais, en fait, je rencontre les dirigeants de Bastia très tôt lors de la deuxième partie de saison, dans un hôtel parisien, alors que le club est déjà à l'agonie au classement de L2, et ils me disent que mon profil les intéresse. Moi, perso, je ne connaissais pas plus que ça Bastia. Je ne vais pas mentir en disant que j'y suis allé pour les supporters, pour le stade Furiani, patati patata. J'étais devant ma télé pendant le drame survenu contre Marseille et c'est la seule chose que je savais vraiment à propos de ce club.
« J'arrive à Bastia, je signe mon contrat, sauf qu'à ce moment-là, on n'avait même pas de coach et il ne restait plus que six joueurs de l'effectif professionnel. L'hécatombe totale ! »
Bref, les dirigeants me proposent un contrat professionnel que j'accepte dès le mois de mars. Du coup, je termine la saison avec Pacy et là, on apprend que le Sporting est rétrogradé en CFA... Entre-temps, il y a d'autres clubs de Ligue 2 qui se présentent, mais j'avais donné ma parole aux dirigeants bastiais. Et en arrivant là-bas, je débarque dans un contexte de dingue. J'arrive, je signe mon contrat, sauf qu'à ce moment-là, on n'avait même pas de coach et il ne restait plus que six joueurs de l'effectif professionnel. L'hécatombe totale ! Là, je sors de la pièce et je tombe sur Frédéric Hantz qui était avec sa femme et qui visitait les installations. Il me demande si j'ai signé, je lui dis que oui, je lui retourne la question et il me dit qu'il allait bien voir. Du coup, on s'est dit : « Ben peut-être à bientôt ! » C'était énorme, du grand n'importe quoi ! (rires)

Et au final, Hantz signe. Ces mésaventures, ça a au moins le mérite de souder un groupe dans l'adversité.
Carrément. Le premier match de Coupe de la Ligue, on arrive à Angers, on était en sous-effectif total et on se retrouve menés 2-0 à la mi-temps. Là, le coach nous demande juste d'éviter de prendre une branlée, sauf qu'à l'arrivée, on les tape 3-2 chez eux ! Grosse, grosse mise en confiance ! (rires)


Et à l'arrivée, vous faites une saison de tarés.
Ouais c'est clair, on a marché sur le National. Notre force, ça a été de ne jamais sous-estimer les adversaires. Pire, on avait toujours la crainte de perdre. Je pense que c'est ça qui a fait qu'on a survolé le championnat en fait. Même en allant jouer, je sais pas, moi, à Gap, jamais je me suis dit qu'on allait les éclater. Et à l'arrivée, je crois qu'on les tape 5-0.

T'as bien fait d'être resté fidèle à ta parole.
Oui, vraiment. Au final, on termine champion de National, c'était le feu, les supporters, l'ambiance, tout. (Il appuie.) C'était le feu total. Franchement, j'étais sur le cul. Tiens, ça me fait penser à une petite anecdote qui montre la folie du truc à Bastia cette saison-là.
« Tu prends tout de suite conscience à quel point le Sporting est important dans la vie des Bastiais, c'est fou. »
Je venais d'arriver au club, les supporters de leur côté venaient d'apprendre qu'on était relégués en CFA sur une décision de la DNCG, et là je vais à la Poste pour déposer un colis et t'as la postière, une vieille dame, qui me dit : « Vous êtes un joueur du Sporting ? » Bon, déjà, je suis sur le cul, la vieille, elle me connaît alors que je viens à peine d'arriver... En fait, tout le monde suit le club là-bas. Bref, elle continue et elle me dit : « Oh putain, ces cons, ils nous ont mis en CFA, on va monter à Paris, on va tout faire péter ! » (Rires) Une vieille dame comme ça, mais tu vas péter quoi, mamie ? (Il éclate de rire.) Et après, t'as un politicien, un mec haut placé, qui se déplace en personne dans les vestiaires du club pour nous annoncer qu'on n'allait finalement pas aller en CFA. Ce que je veux dire par là, c'est que tu prends tout de suite conscience à quel point le Sporting est important dans la vie des Bastiais, c'est fou.

Et là, vous enchaînez par une deuxième montée consécutive et un second titre de champion.
Ouais, là, pareil, on commence la saison en se disant : « Bon, on va voir comment ça va se passer » . Nous, on a un seul objectif, c'est le maintien. Sauf que tu vois vite que les choix qui ont été faits au niveau du recrutement sont très bons. D'instinct, je pense à un mec comme Jérôme Rothen. D'ailleurs, c'est à cause de lui que je me suis retrouvé arrière droit ! Jusque-là, je jouais en 6, mais vu qu'il n'avait plus les cannes pour jouer sur le côté, Hantz a décidé de le mettre dans l'axe. Sauf que dans l'axe, il y avait moi et Cahu. Et Cahu à Bastia, c'est la statue, tu n'y touches pas. Eh ben du coup, c'est moi qui ai bougé à droite ! (Rires) Bref, quand tu vois que Rothen est à fond, qu'il gère les temps forts et les temps faibles de l'équipe, et que tu regardes le reste des joueurs offensifs (Rothen, Sadio Diallo, Wabbi Khazri, David Suárez notamment, ndlr), tu te dis qu'il y a de quoi jouer mieux que le maintien. C'était le feu, un vrai régal à voir jouer de derrière.

Et vous terminez de nouveau champions. Tu dois rêver à ce moment-là, non ?
Ouais, c'est clair.
« C'est énorme. Et donc là, boum, Ligue 1. À trente ans. Mais qu'est-ce que je fous là, putain ? »
Et pour la petite histoire, mon frère a été champion de National avec Évian un an avant moi, ensuite il a été champion de L2 encore une fois un an avant moi, et ensuite, on s'est retrouvés tous les deux en Ligue 1. C'est énorme. Et donc là, boum, Ligue 1. À trente ans. Mais qu'est-ce que je fous là, putain ? Là, tu te dis : « Merde, quel chemin parcouru depuis tout ce temps ! » (Il souffle) Inimaginable, impensable, incroyable, tous les superlatifs sont bons !


Surtout que ce n'est pas un truc après lequel tu courais...
Mais carrément pas. Après l'échec à Auxerre, sincèrement ça m'avait fait ni chaud ni froid, rien, que dalle. Même quand j'ai signé mon contrat pro avec Bastia, je n'ai pas ressenti grand-chose, pas de champagne ni rien. Après voilà, c'est comme ça, je ne suis pas sensible à ces choses-là.

Et quand tu poses ton pied sur une pelouse de Ligue 1 pour la première fois de ta vie (Sochaux-Bastia), tu ne vas pas nous raconter que t'as rien ressenti, si ?
Non là, franchement, ça fait quelque chose ! On entre dans un autre monde. T'arrives, il y a des fils partout, t'as les camions télé, t'es escorté, tu vois les gars de la télé, t'as Franck Sauzée. Ce n'est plus le même environnement, ce n'est plus de la Playstation. (Il réfléchit) Ouais, ça restera un super souvenir.

Toi qui as connu sur le tard le monde professionnel, comment tu jugerais le train-train quotidien du footballeur ? C'est pas un peu chiant ?
Non, ça ne peut pas être chiant pour moi parce que je suis arrivé tellement tard que je ne suis pas usé par le système, par les préparations, les mises au vert. Au contraire, j'en redemande, j'ai envie d'en profiter au maximum.


Ton niveau de vie a forcément changé ces dernières années. Est-ce que c'est quelque chose que tu as réussi à bien gérer tout de suite ?
« Avec l'argent du foot, au début je n'ai pas pris le bon chemin. Je m'achetais des sapes, tu vas chez Louis Vuitton, chez Dolce Gabbana, tu te prends pour un grand joueur, tu vois ce que je veux dire ? »
Ben, c'est vrai que déjà, quand j'étais dans le monde illégal entre guillemets, tu profites de ton argent. T'achètes une moto-cross, des quads, tu pars en vacances, tu flambes quoi. Et là, c'est vrai qu'avec l'argent du foot, au début je n'ai pas pris le bon chemin. Je m'achetais des sapes, tu vas chez Louis Vuitton, chez Dolce Gabbana, tu te prends pour un grand joueur, tu vois ce que je veux dire ? Tu veux te fondre dans le moule du milieu. La belle montre, la bagnole, etc. Et c'est là que ta femme et ton entourage jouent un rôle important. Moi, c'est clair qu'elle m'a aidé à calmer le jeu. Du coup, ce train de vie a duré un temps, pas long, mais ensuite, tu redescends vite sur terre parce qu'il ne faut pas oublier de préparer l'après-carrière.

On sait que de nombreux footballeurs qui ne gagnent pas le salaire de Zlatan se retrouvent souvent ruinés à cause justement de leur train de vie de pacha ou suite à des placements douteux.
Oui, et puis il ne faut pas oublier les impôts. Moi, en Ligue 1, je me suis retrouvé dans une tranche forte, mais avec un salaire relativement bas, donc forcément, tu te sens un peu moins privilégié que les autres. Les impôts, je les ai sentis autant que dans ma vie d'avant en fait.

Et est-ce que toi aussi tu t'es retrouvé subitement à avoir un paquet de nouveaux amis ?
Non pas forcément, j'ai toujours eu les mêmes potes. Après, ce qui est vrai, c'est que t'as beaucoup de gens qui te connaissent et que toi, tu ne connais pas. « Ah ouais t'inquiète, Gaël c'est mon poto » , et toi, t'es là : « Mais c'est qui ce mec, je ne le connais pas ! » (rires) Voilà, t'as pas mal de trucs comme ça, mais après, ça va. Je ne suis pas un joueur assez coté ni assez friqué au point que les gens viennent et se greffent à moi.


Je crois savoir que t'es pas un grand voyageur, voire même que tu es hyper casanier. En trois ans en Corse, tu n'as quasiment rien visité ?
« Là, je suis à Nîmes et tout le monde parle des arènes de Nîmes, des remparts d'Aigues-Mortes, mais qu'est-ce que je m'en tape... »
Ouais... En même temps, moi, visiter l'île, c'était un peu compliqué puisque j'étais en froid avec la Corse du Sud vu que j'ai souvent participé aux bagarres avec les Acéistes (AC Ajaccio, ndlr). Mais sinon, c'est vrai que je ne suis pas du genre à visiter. Là, je suis à Nîmes et tout le monde parle des arènes, des remparts d'Aigues-Mortes, mais qu'est-ce que je m'en tape... Voilà, ni ma femme ni moi ne sommes fanas de ce genre de sortie. Moi, quand je sors, je préfère que ça soit utile.

Un petit mot sur Angers avant d'en finir. On sait que t'as vraiment accroché avec les gens là-bas. Aujourd'hui ça va, tu arrives à digérer ce départ sur le plan humain ?
Ouais, petit à petit, mais c'est clair que les mecs me manquent. Je suis quelqu'un qui marche beaucoup à l'affectif et à partir du moment où j'apprécie quelqu'un, je suis capable d'aller au feu pour lui. Du coup, je ne vais pas te mentir, je suis parti de là-bas le cœur lourd et il y a certains mecs à Angers qui me manquent vraiment. Les gars, c'est (il réfléchit)... c'est comme ma famille, je les aime autant que mon frangin ou mes parents. C'étaient des gens qui rythmaient mon quotidien et se dire qu'aujourd'hui ils ne sont plus là... (Il souffle.) Mais bon, c'est ça la vie d'un footballeur. Et je serai leur premier supporter à Montpellier (l'entretien a été réalisé le vendredi 12 août, ndlr), j'irai les voir à l'hôtel et ça va me faire du bien.


À Angers, lors de la dernière journée, même si vous n'étiez pas concernés en premier lieu, vous avez quand même vécu une sacrée soirée avec le match contre le TFC. Tu peux nous en dire un mot ?
Ouais, c'est clair. Après, je trouve qu'ils s'en sortent bien parce que franchement, à la mi-temps, jamais je ne les voyais gagner ce match.
« Pour avoir participé à ce match contre Toulouse, je peux te dire qu'ils peuvent être fiers, ils ont joué comme des bonhommes et ils sont allés chercher leur maintien au mérite. »
Et quand Braithwaite a raté son péno, je me suis dit que c'était fini pour eux. Mais du coup, chapeau à eux, s'ils sont en Ligue 1 aujourd'hui, c'est qu'ils se sont sortis les doigts du cul. Parce que sincèrement, on n'a pas joué ce match à moitié, rien à voir avec le match de Lyon contre Reims. Nous, ce soir-là, je te promets que c'était pas Reims-Lyon hein, si les Toulousains ce sont maintenus, ce n'est pas pour rien, c'était un vrai combat et on a joué au taquet. Et quand je vois la branlée que va prendre Lyon à Reims... C'est moche, ça. Si le Téf était descendu à cause de ça, j'aurais compris qu'ils puissent avoir les boules. Du coup, pour avoir participé à ce match contre Toulouse, je peux te dire qu'ils peuvent être fiers, ils ont joué comme des bonhommes et ils sont allés chercher leur maintien au mérite.

Ils n'ont pas trop foutu le dawa dans les vestiaires après le match ?
Non, ça va. Après, quand tu perds, t'es toujours un peu énervé, donc ça a un peu chauffé à la fin, mais c'est normal, on est des mauvais joueurs ! Après, certains nous ont reproché d'avoir joué à fond, mais ça veut dire quoi ça ? Au final, leur mérite est encore plus ample. J'étais déçu pour nous qu'on finisse mal devant notre public, mais content pour eux, car ils ont été méritants. Leur joie était incroyable, ils ne pouvaient pas se retenir, les mecs. Non, mais attend... le gamin qui marque le but sur coup franc (Yann Bodiger, ndlr), il frappe, il marque, il passe devant moi et il pleurait déjà ! C'est pour te dire la pression qu'il y avait dans le match. Le match n'était même pas fini, on pouvait encore égaliser, mais le mec, il pleurait déjà.


Pour terminer, un petit mot sur ton après-carrière. Tu y as déjà pensé ? Qu'est-ce qui te botterait une fois le foot terminé ?
« Je suis admiratif des mecs qui partent de zéro et qui te montent des entreprises de dingue, qui créent des emplois et font vivre des gens, je trouve ça énorme. »
J'ai commencé à me pencher sur mon avenir dès maintenant. Il faut s'y préparer le plus vite possible, car derrière, il faut continuer à faire vivre sa famille. Du coup, j'aimerais bien aller dans l'entrepreneuriat, puisque j'aime bien tout ce qui touche à la gestion et que ça colle à mon cursus scolaire. Et puis on va dire que la gestion, c'est un peu pareil qu'on soit dans le légal ou dans l'illégal ! (Rires) J'ai vraiment envie de créer ma petite boîte, et mes démarches vont dans ce sens. Je suis admiratif des mecs qui partent de zéro et qui te montent des entreprises de dingue, qui créent des emplois et font vivre des gens, je trouve ça énorme. Ça serait un vrai kiff de faire partie de ceux-là.



Propos recueillis par Aymeric Le Gall
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 09:53 408€ à gagner avec PSG, Lazio & Fiorentina vendredi 20 octobre OFFRE SPÉCIALE : 10€ offerts sans dépôt pour parier chez Winamax !!!
Hier à 18:44 Le président de la FA sous pression 3 Hier à 16:08 Course-poursuite entre un entraîneur et des supporters en colère 6 Hier à 15:30 Près de cinq mille agressions d’arbitres en France en 2016-2017 11
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Hier à 09:50 Golden Boy : Mbappé et Dembélé finalistes 46 vendredi 20 octobre Le Récap "Ligue des champions" de la #SOFOOTLIGUE vendredi 20 octobre Un U17 suspendu trente ans pour avoir frappé un arbitre 48 vendredi 20 octobre Bastian Schweinsteiger : « Je suis ouvert à toutes propositions » 25 vendredi 20 octobre Ils ont joué à Marseille ET au PSG (via Brut Sport) vendredi 20 octobre Luiz Felipe Scolari va quitter Guangzhou Evergrande 20 jeudi 19 octobre Le très joli but d'Olivier Giroud 37 jeudi 19 octobre Une sauce barbecue géante se frite avec les supporters adverses 27 jeudi 19 octobre Il parcourt 6 000 km pour son club sur Football Manager 30 mercredi 18 octobre Lyon-Duchère : Enzo Reale suspendu 7 matchs 11 mercredi 18 octobre Un club de D3 va construire une tribune debout grâce à un crowdfunding 8 mercredi 18 octobre La roulette insolente de JK Augustin 34 mercredi 18 octobre À Coventry, un fan descend sur la pelouse pour engueuler les joueurs 12 mardi 17 octobre 345€ à gagner avec PSG, Bayern & Juventus mardi 17 octobre 300€ offerts en CASH pour parier le cœur léger ! mardi 17 octobre Zebina condamné à deux ans de prison avec sursis 13 mardi 17 octobre Le fils de Giovinco ambiance les fans de Toronto 3 mardi 17 octobre Troisième commotion cérébrale en six mois pour Birnbaum 10 mardi 17 octobre Une chèvre s'invite sur un terrain de foot en Grèce 12 mardi 17 octobre Arbitre agressé et baston générale dans un match de U19 32 mardi 17 octobre Un maillot pour Halloween créé à Hawaï 6 lundi 16 octobre 216€ à gagner avec Dortmund, Man City - Naples & Real - Tottenham lundi 16 octobre Taarabt met fin à trois ans de disette 16 lundi 16 octobre C1/C3 : 100€ offerts pour miser chez BetStars ! 1 lundi 16 octobre Un joueur de Xanthi (Grèce) sanctionné à cause de la mousse 6 lundi 16 octobre Kaká a joué son dernier match à Orlando 12 lundi 16 octobre Un match retardé à cause des confettis 3 lundi 16 octobre Une équipe de D3 argentine déguisée en Lionel Messi 6 lundi 16 octobre Le missile de Guedes avec Valence 21 dimanche 15 octobre Alessandrini nommé pour le trophée du meilleur nouveau venu en MLS 14 dimanche 15 octobre Un match de foot suivi d'un match de rugby sur le même terrain 11 dimanche 15 octobre Pronostic Inter - Milan AC : 431€ à gagner sur le derby ! samedi 14 octobre L'incroyable raté de Mateta 5 samedi 14 octobre Martin Palermo est champion du monde ! (via Brut Sport) samedi 14 octobre Un club de migrants en Andalousie 4 vendredi 13 octobre Découvrez le mini-foot ! (via Brut Sport) vendredi 13 octobre Derby County clashe Nottingham avec un freestyle de rap 4 vendredi 13 octobre Billericay Town FC (D7 Anglaise) recrute deux SDF 4 vendredi 13 octobre À Brescia, les joueurs interrompent l'entraînement pour éviter un PV 1 jeudi 12 octobre Éric Cantona va chanter du Disney 28 jeudi 12 octobre Le Récap "Semaine Internationale" de la #SOFOOTLIGUE 1 jeudi 12 octobre Villarreal s’attaque aux pigeons 20 jeudi 12 octobre Une équipe éliminée sur tapis vert à cause de ses numéros de maillots 16 jeudi 12 octobre Une séance de tirs au but jouée trois semaines après la prolongation 5 mercredi 11 octobre Le Dynamo Dresde ressort son maillot anti-raciste 22 mercredi 11 octobre La voisine avait planqué 186 ballons 47 mercredi 11 octobre L'improbable dégagement en touche d'un remplaçant du Panama 12 mercredi 11 octobre Le feu d'artifice des supporters bosniens 3 mardi 10 octobre George Weah, président du Liberia ? (via Brut Sport) lundi 9 octobre Mondial 2018 : La folie dans les rues du Caire (via Brut Sport) lundi 9 octobre Ballon d'or : la liste des 30 nommés 84 lundi 9 octobre 245€ à gagner avec France-Bélarus & Lettonie-Andorre lundi 9 octobre Quand le pays de Galles foire sa photo d’avant-match 13 lundi 9 octobre Le caramel de quarante mètres d'une joueuse de l'OL 19 lundi 9 octobre Raté incroyable en D4 néerlandaise 6 lundi 9 octobre Ballon d’or : Kane et Lewandowski sont bien là 15 lundi 9 octobre Pronostic France Bélarus : 670€ à gagner sur le match des Bleus ! 1 lundi 9 octobre Ballon d’or : Suárez, Coutinho et Mertens y sont aussi 24 lundi 9 octobre Paraguay : match interrompu pour violences après huit minutes 3 lundi 9 octobre 12 matchs de suspension pour avoir critiqué le district de Moselle 8 dimanche 8 octobre 35 Hollandais font le déplacement pour voir un match de D6 anglaise 6 dimanche 8 octobre La FIFA veut reformer les trêves internationales 20 samedi 7 octobre Une blessure affreuse en Argentine 9 samedi 7 octobre U17 : des IRM pour contrôler l'âge des joueurs 13 samedi 7 octobre QPR a créé un groupe de supporters LGBT 117 vendredi 6 octobre Un nouveau rapport accable l'organisation du mondial au Qatar 42 vendredi 6 octobre Quand des supporters anglais marquent avec un avion en papier 8 jeudi 5 octobre 267€ à gagner avec Bulgarie-France, la Suisse & Iles Féroé-Lettonie jeudi 5 octobre 545€ à gagner sur Bulgarie France ! jeudi 5 octobre 190 Millions d'€ à gagner ce vendredi à l'Euro Millions !!! jeudi 5 octobre Mondial 2018 : la mise en place de la VAR remise en cause 6 mercredi 4 octobre Ivre, Alex Morgan se fait virer de Disney World 39 mercredi 4 octobre Le gardien prend un but gag, les supporters envahissent le terrain 6 mercredi 4 octobre Une équipe espagnole intégralement formée de Sud-Coréens 15 mardi 3 octobre Un triplé dont deux ciseaux en D2 Suisse 3 mardi 3 octobre Emmanuel Eboué fait taire la rumeur VIH 9 mardi 3 octobre Victime d’un malaise cardiaque, il prolonge son contrat 3 mardi 3 octobre Ribéry a payé le salaire de son frère à Bayonne 29 mardi 3 octobre Des fans en colère parce que leur équipe gagne 10 mardi 3 octobre La terrible faute sur Renato Civelli 2 lundi 2 octobre Rocket League dans la vraie vie (via Brut Sport) lundi 2 octobre Emmanuel Eboué atteint de graves problèmes sanguins 21 lundi 2 octobre Les funérailles du club de Modène organisées par ses supporters 12 lundi 2 octobre 190 Millions d'€ à gagner ce mardi à l'Euro Millions !!! 1 lundi 2 octobre Gignac collecte 241 000 euros pour une fillette atteinte d'une tumeur 4 dimanche 1er octobre Le tifo « Dikkenek » des ultras d'Anderlecht 32 dimanche 1er octobre Il envoie un coup de boule à son coéquipier en plein match 2 dimanche 1er octobre Le ciseau d'Haller 2 samedi 30 septembre Villas-Boas suspendu huit matchs 1 samedi 30 septembre Un club de D6 allemande sponsorisé par une actrice porno 26