1. // CAN 2012
  2. // Gr.C
  3. // Gabon/Tunisie (1-0)

Gabon premier de sa classe

En s’imposant sur le plus petit des scores face à la Tunisie, le Gabon finit premier de son groupe avec neuf points. En attendant les scores du groupe D demain qui détermineront les adversaires des Panthères (et des Aigles, aussi), Libreville et Franceville seront doux ce soir. De son côté, le Maroc a sauvé l’honneur en s’imposant également sur la plus petite des marges face au Niger.

Modififié
2 2
Gabon - Tunisie : 1-0
But: Aubameyang (62è) pour le Gabon

Après deux matchs disputés à Libreville, Gabonais et Tunisiens se sont donnés rendez-vous au stade de la Rénovation de Franceville, un stade qui porte bien son nom, puisqu’une extension de 25 000 places a été effectuée en vue de la CAN, le stade pouvant désormais accueillir 35 000 personnes. Ali Bongo est là, son épouse Sylvie Valentin aussi, avec son classique maillot national floqué du numéro 9, celui du nouveau buteur maison, Pierre-Emerick Aubameyang.

La rencontre débute sur un bon rythme, la Tunisie faisant circuler la balle de mieux en mieux au fil des matchs. Chose curieuse, puisque la moitié de l’équipe d’aujourd’hui est composée de remplaçants, comme du côté gabonais d’ailleurs. Les Aigles fondent sur le but des Panthères, s’essayant parfois de loin, à l’image de Wissem ben Yahia, qui met notamment la balle dans le filet, malheureusement pour lui du mauvais côté (10è). Parfois de près, comme en témoignent les différentes incursions de Saber Khelifa sur le côté gauche, quand ce n’est pas Youssef Msakni, qui pour sa part a tout compris au foot, sauf au niveau capillaire. Les conditions ne sont pas idéales, mais qu’importe, ça court dans tout les sens, le ballon vit, il y a de la qualité dans les deux équipes, et tant mieux pour tout le monde.

Le réveil gabonais

Lassés de regarder les Tunisiens jouer, les Gabonais décident de se réveiller. Après tout, ce sont eux qui reçoivent; en Afrique, on a le sens de l’hospitalité, aux locaux donc de montrer comment faut faire pour marquer un but. Ça commence par réinventer le kick-and-rush et à poser des problèmes à l’arrière-garde tunisienne tout d’abord, à s’installer chez l’ennemi et à construire ensuite. Les Gabonais ont faim de gagner, pour le prestige bien sûr, mais aussi pour s’assurer de jouer tous les matchs qui resteraient à la capitale Libreville. Poussé par son public donc, le Gabon prend les choses en main; un peu trop parfois, quand par exemple Daniel Cousin pose sa main sur la tête d’Abdennour et rentre un coude au portier Rami Jridi (25è). Ça se chauffe entre l’attaquant et le défenseur, l’occasion de se rappeler qu’un combat entre une carotte et un petit pois, c’est un Bonduelle. La mi-temps finira par les séparer.

Au retour des vestiaires, la Tunisie semble vouloir adopter la même tactique que face au Maroc, à savoir laisser le ballon à l’adversaire, procéder par à-coups, et surtout, beaucoup moins de rythme dans le jeu. Ça a failli mal tourner pour Jridi et compagnie, le gardien s’imposant d’extrême justesse devant une tête gabonaise (55è). C’est ça, vouloir jouer le hors-jeu à un mètre de sa ligne. Alors à force de faire les nonchalants, les Tunisiens finissent par passer à la caisse: ballon récupéré au milieu du terrain, Cousin transmet en profondeur à Aubameyang qui fixe son défenseur, et remet une passe en profondeur un peu plus appuyée, une frappe à ras de terre, quoi. Jridi se voyait déjà réaliser l’arrêt de la CAN, il plonge, mais la frappe est plein axe, le dernier homme tunisien la touche du pied, en vain (62è). 1-0 pour le pays organisateur, Sylvia Valentin est heureuse, elle a encore une fois tiré le bon numéro. Du coup, normal que Cousin ne puisse la mette qu’au dessus après une frappe repoussée par Jridi (68è). Y a pas que des numéros 10 dans sa team, à Mme Bongo.

Franceville est si doux (Keita)

Si le Gabon, soutenu par son public, joue à douze, la Tunisie, elle, joue…des fois. Carthage est en galère, et pas le moindre général pour lui venir en aide. C’est même le contraire, la preuve avec la sortie du capitaine Jemaa. Ça ne change rien au final, la Tunisie continue d’être dangereuse sur coups de pied arrêtés, comme sur ce coup franc où Ifa, décalé, décoche une frappe lourde qui finit dans les gants d’Ovono. Frustré par son carton jaune, Abdennour en fait de même, de plus loin, mais le ballon prend la direction de la Guinée Equatoriale.

Entretemps, à Libreville, le Maroc a ouvert le score par Younes Belhanda suite à une passe de Marouane Chamakh, qui est clairement son mentor en matière de cheveux. Les Nigériens réclament un hors-jeu, mais quand on joue à l’ancienne, avec un libéro, on ne peut pas réclamer grand-chose. Ce sera d’ailleurs le score final. En France, les Marocains d’origine pourront toujours charrier leurs potes Sénégalais, en leur disant qu’au moins, eux, ils rentrent avec trois points dans la besace. La fin de match est difficile. Anime Sana In Corpore Sano, certes, mais sur une pelouse détrempée où ça se charcle constamment, les organismes flanchent. Les gars, vous avez un quart après, faut déstresser. Darragi met un peu d’ambiance dans cette fin de rencontre en poussant toutes les tuniques jaunes qui se trouvent devant lui, Msakni tente de ravir à Mathieu Valbuena le record du nombre de roulades au sol après s’être fait découper. Coup de sifflet final, trois victoires sur trois pour les Panthères. Gernot Rohr est ravi, le couple Bongo aussi. Voilà qui devrait faire plaisir à au moins deux de leurs enfants, Noureddin Edouard et Jalil Louis.

Par Ali Farhat
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dionisio II di Siracusa Niveau : District
Aubameyang jouera à Lyon la saison prochaine
Bastos et Briand dans le même joueur
Si Si
En plus c un BG . . .
RIP Yoann Courcuff
J'ai l'impression qu'on a pas vu le même match, j'ai plutôt vu une Tunisie qui a largement dominé les débats, sauf en fin de première période, où ils ont connu une baisse physique. Sinon, s'ils avaient eu plus de réussite et de "gnac" devant le but, personne n'aurait crié au scandale, loin de là... Le Gabon, à l'exception de son but, s'est quant à lui contenté de balancer de longs ballons devant, et compter sur la puissance physique de leurs attaquants (comme Cousin). à noter aussi l'arbitrage pas vraiment juste j'ai trouvé.. Mais bon, c'est souvent le cas à la CAN, pour le pays hôte.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Les chiffres de janvier
2 2