G le maudit

André-Pierre Gignac avait le but du titre au bout des pieds à la 92e minute. Sa frappe a touché le poteau. Et tout changé. À jamais. Il faut se relever et apprendre à vivre avec ça. Monde de merde.

Modififié
4k 22
À quoi ça tient, au fond, une vie ? À des détails. Des centimètres. De la chance. Ou de la malchance. 92e minute sur la pelouse de Saint-Denis : André-Pierre Gignac récupère un ballon dos au but dans la surface portugaise. Il a Pepe dans son dos. Pepe, le défenseur du Real Madrid, vainqueur de la dernière Ligue des champions et présenté comme le meilleur stoppeur de cet Euro. Dédé crochète, se retourne, enrhume le défenseur comme personne ne l’a fait depuis une éternité. Pepe est au sol. Terrassé. Humilié. Il a enfin vacillé. Gignac est face au but de Rui Patrício. Une situation qu’il a vécue des centaines de fois dans sa carrière, que ce soit à Lorient, Toulouse, Marseille ou au Mexique. Souvent, ça faisait ficelle. Une routine pour un buteur qui affiche 176 buts en carrière. Alors, machinalement il frappe… Dans l’enceinte dionysienne, tout le monde s’est levé. Y compris en tribune de presse. S’il marque, c’est terminé, la France est championne d’Europe.

Les moments-clés du parcours des Bleus



« Vous me mettez le cafard »


La balle quitte la godasse et la maléole interne de Gignac… et fracasse le poteau avant de s’éloigner de la ligne de but. Putain de poteau, même s’ils ne sont pas carrés, pour une fois. « C’est la 92e, si je marque le match est plié… En plus, elle peut revenir sur Grizi, mais elle prend de la vitesse, puis elle s’échappe. C’est de la malchance, je ne sais pas… Là, je repense à ça et vous me mettez le cafard » , lâche-t-il en zone mixte, tard dans la nuit. André-Pierre Gignac aurait pu devenir un héros du peuple français. Un mec qui donne le plus beau des trophées au plus important des moments. Un but qui signifiait tant de choses. Mais le football est aussi cruel qu'excitant. Au coup de sifflet final, André-Pierre Gignac est resté longtemps allongé sur la pelouse, le regard perdu, à repenser à son poteau. À cette 92e minute qui dure une éternité. Le rapport au temps, quand on joue une finale, est anormal. En tribunes, son père avait fait tomber les lunettes de soleil sur son nez. Son fils était toujours assis dans le gazon. Seul. Le regard noir. Avant de s’allonger sur la pelouse, la tête dans ses mains. APG veut être loin. Ailleurs. Ou à rembobiner le match. Jusqu’ici, son Euro n’avait pas été une franche réussite (5 entrées en jeu plutôt quelconques, à chaque fois sur Giroud, et une titularisation contre la Suisse). Tout aurait pu être différent avec ce but. Donner un autre visage à son championnat d’Europe.

« Dans ma tête, j’avais 95% de chance de renoncer à l’équipe de France »


Il y a un an, André-Pierre Gignac quittait l’OM pour le Mexique et les Tigres de Monterrey. D’aucuns s’étaient moqués de ce choix exotique. D’autres saluaient l’envie du jeune homme de 30 ans d’évoluer dans un vrai pays de football où les stades sont colorés et bruyants. 32 buts, un Ballon d’or mexicain et une suspension de Karim Benzema plus tard, « APG » retrouvait l’équipe de France. Un peu par défaut, il est vrai. « Dans ma tête, j’avais 95% de chance de renoncer à l’équipe de France » , disait-il avant l’Euro. Mais l’homme, entier, est au-dessus des considérations hiérarchiques. Il prend ce qu’on lui donne. Il est là par défaut ? Peu importe, l’important, c’est d’être là. C’est d’ailleurs la première fois qu’un joueur évoluant hors d’Europe était sélectionné chez les Bleus. Un but marqué contre le destin. Un de plus. Dimanche, à Saint-Denis, le destin n’a pourtant pas été très tendre avec ce grand gaillard qui a toujours su se faire adorer, malgré les remous sportifs et extrasportifs. Souvent apprécié pour son franc parler, son amour du football et sa capacité à rebondir, Gignac s’avance aujourd’hui vers l’inconnu.

Comment se relever d’un tel coup du sort ?


En 2006, David Trezeguet avait eu toutes les peines du monde à surmonter son tir au but manqué en finale de Coupe du monde contre l’Italie. Dix ans plus tard, c’est un autre avant-centre des Bleus qui a heurté un montant en finale d’une grande compétition internationale. Ils sont plusieurs à s’être brisé les reins sur une finale et pas des moindres : Arjen Robben en 2010 face à l’Espagne, Ronaldo en 1998 face aux Bleus, pour ne citer qu’eux. L’important n’est pas de tomber, mais de se relever. Demain efface hier. Toujours. Oui, à quelques centimètres près Gignac aurait tout changé : de statut, de carrière, d’image, de vie. Là, il va devoir composer avec ça. Et se relever. En champion. « Je l’ai dit dans la douche, ce poteau va me hanter jusqu’à la fin de ma carrière, même après, c’est un cauchemar » , conclut-il après la finale. Bordel, à quoi ça tient un match de football…



Par Mathieu Faure
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

Higuain aussi il y a 2 ans.
Courage à lui, c'est clairement le genre de moment qu'il ne pourra jamais oublier.
Celà sent quand même la fin de carrière en edf, alors qu'il aurait pu être le héros de cette finale.
entre sa frappe et celle d'Eder, entre la défense française et celle du Portugal sur l'action, il n'y a pas photo.
une morale de ligue 1 pour un match de ligue 1.
et Sissoko n'est jamais décisif, comme Coman
Go_Scousers Niveau : CFA
Le bonheur dans la vie, c'est souvent une histoire de centimètre.
Message posté par Go_Scousers
Le bonheur dans la vie, c'est souvent une histoire de centimètre.


C'est plutôt savoir bien bouger et se déplacer
JimPooley Niveau : CFA2
Merci Dédé, il est l'heure de retourner claquer des ciseaux au milieu de défenseurs d'1m20. T'oublieras pas de passer au guichet toucher ta prime, et on t'écriras si on a besoin de toi.
Eomer fils d'Eomund Niveau : CFA2
Message posté par toof11
Higuain aussi il y a 2 ans.
Courage à lui, c'est clairement le genre de moment qu'il ne pourra jamais oublier.


je pense que c'est plus dur pour Gignac, comme il le dit le match était plié si ce but rentrait.

De mémoire le face a face de Gonzalo c'était en première mi temps, l'allemagne avait largement le temps de se refaire derrière et lui aussi.
Putain ça me fout le cafard de repenser à ce poteau...

Va me falloir 6 mois pour m'en remettre
So Foot vous êtes vraiment des enfoirés, vous voulez nous faire pleurer en ressassant cette action... Putin le pire c'est que c'est même pas un petit poteau sortant où le gardien est dessus, là Dédé est à 3 mètres, il la met bien, le gardien est battu, sur le coup on croit tous au poteau rentrant... Et là tu vois la balle qui s'éloigne, Grizou trop loin pour la reprendre... A ce moment, tu sais que c'est perdu et que tu es passé à 5 cms du bonheur, de l'extase.
Gignac-Trezegoal même combat
Bel article. C'est tragique, c'est le foot. Le foot est grand parce qu'il est tragique.
Message posté par Arsanal
Putain ça me fout le cafard de repenser à ce poteau...

Va me falloir 6 mois pour m'en remettre


Putain mais j espère que vous allez vous en remettre les gars ! Vraiment ! Je vous rappelle que si la France avait gagné ca aurait rien changé a vos vies; mais alors vraiment rien de rien pour le coup ..... Ca m hallucine ca.
PauletaSusicGaucho Niveau : Ligue 1
Note : 1
Message posté par Karpov
Putain mais j espère que vous allez vous en remettre les gars ! Vraiment ! Je vous rappelle que si la France avait gagné ca aurait rien changé a vos vies; mais alors vraiment rien de rien pour le coup ..... Ca m hallucine ca.


Du coup si la défaite ne te rend pas triste et que la victoire ne te procure pas de plaisir, permet moi de te poser une question simple mais non moins intrigante :

Qu'est ce que tu fous ici?
Message posté par Karpov
Putain mais j espère que vous allez vous en remettre les gars ! Vraiment ! Je vous rappelle que si la France avait gagné ca aurait rien changé a vos vies; mais alors vraiment rien de rien pour le coup ..... Ca m hallucine ca.


RIEN CHANGE A NOS VIES?????

MAIS SUR QUELLE PLANETE VIS-TU????
bévue_absolument_incroyable_de_jerzy_dudek Niveau : DHR
En gitan gignac se prononce pinilla?
Alain Proviste Niveau : Ligue 1
Message posté par Dharma
So Foot vous êtes vraiment des enfoirés, vous voulez nous faire pleurer en ressassant cette action... Putin le pire c'est que c'est même pas un petit poteau sortant où le gardien est dessus, là Dédé est à 3 mètres, il la met bien, le gardien est battu, sur le coup on croit tous au poteau rentrant... Et là tu vois la balle qui s'éloigne, Grizou trop loin pour la reprendre... A ce moment, tu sais que c'est perdu et que tu es passé à 5 cms du bonheur, de l'extase.
Gignac-Trezegoal même combat


Ouais enfin même combat, c'est vite dit... Trézéguet, c'est surtout l'homme du but en or en finale de l'Euro 2000, ce dont Gignac ne pourra jamais se targuer. D'ailleurs pour moi, quand on me parle de Trézégoal, la première image qui me vient en tête est bien celle-là, et pas celle de la finale 2006... et j'imagine (enfin j'espère) que c'est pareil pour 95% des footeux !
Alain Proviste Niveau : Ligue 1
Message posté par toof11
Higuain aussi il y a 2 ans.
Courage à lui, c'est clairement le genre de moment qu'il ne pourra jamais oublier.


C'est vrai mais la grosse différence, c'est qu'Higuain se chie vraiment dessus lors de son face à face avec Neuer alors que Gignac n'a pas grand chose à se reprocher : il met Pepe dans le vent et fait plutôt le geste juste, après ça heurte le poteau, c'est pas comme la vieille frappe moisie de Gonzalo. Et pourtant Higuain a 10 Gignac dans chaque pied, comme quoi...
JimPooley Niveau : CFA2
Message posté par Karpov
Putain mais j espère que vous allez vous en remettre les gars ! Vraiment ! Je vous rappelle que si la France avait gagné ca aurait rien changé a vos vies; mais alors vraiment rien de rien pour le coup ..... Ca m hallucine ca.


Ah mais j'ai compris, tu t'es cru sur le forum du Figaro ou de Rue89! Nan frère, ici c'est football, et le titre aurait changé la vie de tous ceux qui viennent en ces lieux! (sauf toi donc)
Sans-Chaise Pisse-d'Âne Niveau : Loisir
Non, sauf moi aussi.

Get a life, disent les anglophones !

Si un match de foot peut réellement changer ta vie, c'est soit que ta vie est très pauvre, soit que tu te lâches un peu vite sur les hyperboles...
Le foot sans émotions extrêmes, c'est pas du foot qu'on aime.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
4k 22