Furiosa Lazio

C'est l'histoire d'une équipe qui s'est sauvée de la relégation dans les ultimes journées de la saison dernière et qui trois mois plus tard est leader de la Série A. Aux soubassements de ce putsch : un rapace, un coach à l'âge de prendre sa retraite et un prophète.

Modififié
0 4
Le peuple biancoceleste a tranché sur le site internet de la Lazio. L'aigle s'appellera Olimpia. Arrivé de Lisbonne en septembre dernier, le rapace est la nouvelle attraction du Stadio Olimpico di Roma. Symbole de la SS Lazio, il a rameuté 45 000 spectateurs pour le match face au Milan AC d'Ibra et consorts (1-1) lors de la 4ème journée avant de les terrasser d'allégresse lors de son envol sur l'hymne du club : le bien-nommé « Vola un aquila nel cielo » , soit en VF « Un aigle vole dans le ciel » . Un numéro que les laziali n'ont pas repris du Benfica, mais de la célébration du centenaire de leur association en 2000. Avec succès. Cet oiseau planeur diurne de prestidigitateur a permis au président incompris Claudio Lotito de s'acheter en un mois à peine une cote d'amour sur laquelle il a craché pendant six ans. Dans la poche les Irriducibili et autres ultras en mal d'allégories du glorieux passé. Hasard scientifique ou réalité chimérique, son arrivée correspond à la renaissance du deuxième club romain. Depuis son flop en ouverture face à la Sampdoria (0-2), la Lazio s'est refait la cerise pour prendre seule la tête de l'Italie du foot ce week-end grâce à sa victoire sur Brescia (1-0). Deux points devant l'Inter, elle compte déjà 8 points d'avance sur sa meilleure ennemie, la Roma.

Inconcevable en février 2010 lorsqu'Edy Reja, 65 ans, coach de l'Hadjuk Split a été appelé pour réécrire la fin de la chronique d'un échec annoncé. Arrivé au lendemain d'une violente manifestation d'ultras aux portes du centre d'entraînement de Formello, cet ami de Fabio Capello a fait mentir la réputation de Saint-Bernard qu'on lui collait à la peau : « Excellent dans la difficulté, inapproprié pour gagner » . Pour requinquer la 23ème équipe de sa carrière à rallonge, rien de mieux qu'une retraite en Ombrie dans une commune de 5 000 âmes. Le pacte de Norcia est né. Les termes du contrat prévoient du sacrifice et de la sueur mais interdit toute forme de jalousie. Pour ce faire, cet amoureux de vélo qui collectionne les cols hors-catégorie demande les plein-pouvoirs : « A partir de maintenant, je ne veux pas d'ingérence ni dans l'organisation de l'équipe ni dans les transferts. Je veux me sentir complètement indépendant, sinon je repars d'où je viens » . Il est finalement resté, a sauvé le club, ressuscité Ledesma, bâillonné Zarate pour qu'il ne parle plus qu'avec ses pieds et tout mis en gage sur le chamboule tout : 22 joueurs utilisés en 6 matchs et un schéma tactique différent d'un dimanche à l'autre. 3-4-1-2 en entrée, 4-4-1-1 en plat et 4-3-1-2 en dessert.

Seule continuité dans le changement, la titularisation de Hernanes en neuf et demi. Courtisé entre autres par l'OL, le Brésilien de Sao Paulo est le cadeau du président à ses tifosi. 13,5 millions d'euros pour 5 ans et un salaire annuel de 1,5 millions d'euros. Avoir un type qui se fait appeler O Profeta dans son pays, ça se mérite. Après avoir envoyé le directeur sportif Igle Tare en mission au Brésil, Lotito avoue avoir passé toute une nuit sur la véranda d'un hôtel des Dolomites l'oreille collée à son téléphone pour faire signer Anderson Hernanes de Carvalho Andrade Lima. Et aujourd'hui, l'entrepreneur ne regrette ni la nuit blanche ni la vente de Kolarov à City. Bouffeur de petits espaces, le meilleur joueur du championnat brésilien 2008 et néo-international auriverde offre caviars sur passes décisives à Mauri, Zarate et Rocchi. L'attaquant n'a pas attendu les terrains pour hypnotiser les biancocelesti. Costard blanc à la Eddy Barclay et sourire bright, il balançait à son arrivée à l'aéroport : « Il y a un dicton qui dit qu'on imagine toujours l'endroit avant d'y aller. Moi j'ai vu Gladiateur, le film, et j'ai fait connaissance avec le Colisée. Maintenant, c'est chez moi » . Amoureux de Rome, il répète à l'envie qu'il ne mange plus que « pizza et glace » et veut « faire une grande carrière avec ce maillot » . Les tatoueurs romains ont intérêt à vite savoir orthographier son nom.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Cette équipe peut viser le top 4!
Photo = sosie de Talal El Karkouri
Je la vois bien également réaliser une très belle saison, à l'image de la Sampdoria l'année dernière !
La Lazio, et puis quoi encore!
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
Hatem Ben Arfa foudroyé
0 4