1. // Europa Ligue
  2. // Hambourg/Fulham

Fulham en paix

Répétition générale ce soir à la Nordsbank Arena, où se disputera la finale de l'Europa Cup le 12 mai prochain. Le Hambourg SV de van Nistelrooy accueille la méga cote du dernier carré, les Cottagers de Fulham et son docteur miracle, Roy Hodgson.

0 0
Fin mai, sauf miracle (1), un des managers des deux mastodontes de la Premiership aura réussi le doublé. En plus de la coupe de la Ligue, Alex Ferguson pourrait gagner son douzième titre de champion d'Angleterre (le quatrième d'affilée) avec Manchester United ; en cas de victoire de la Cup (finale mi-mai à Wembley contre le FC Banqueroute –Portsmouth), Carlo Ancelotti pourrait réussir un fameux doublé pour sa première saison à la barre des Blues de Chelsea. Pourtant, pour la plupart des observateurs, c'est un troisième larron qui devrait se voir décerner le titre de « manager de l'année » . Le troisième homme répond au doux nom de Roy Hodgson. Globe-trotter impénitent (il a coaché en Italie, Suisse, Finlande, Danemark, Norvège, Emirats Arabes Unis, Suède et en Angleterre), le skipper de Fulham est même pressenti à Liverpool dans l'hypothèse où Benitez décamperait au Real ou ailleurs.

Près de mille kilomètres en bus pour disputer leur cinquante-neuvième match de la saison, les Cottagers de Fulham n'ont pas lésiné sur les efforts. De leur centre d'entraînement à Motspur Park dans l'ouest londonien jusqu'à la Nordbank Arena, où se tiendra dans un mois la finale de l'Europa Cup, ils viennent de passer dix-sept heures dans leur van. A en croire les résultats des Lyonnais et des Barcelonais, il y a de quoi être inquiet pour les joueurs de Fulham et de Liverpool qui se rendent à Valence dans l'autre demi-finale.

Les Cottagers viennent de loin. Après deux tours préliminaires en guise d'apéritif (les Lituaniens de Vetra et les Russes de Perm), puis une poule à quatre en formule championnat (6 matchs et 2 qualifiés : la Roma, le CSKA Sofia et le FC Bâle), les coéquipiers de Danny Murphy ont successivement éliminé le redoutable Shakhtar Donetsk (tenant du titre), la Juventus de Turin et les champions d'Allemagne du VFL Wolfsburg. Seize matchs plus les deux demies, ça fait dix-huit (2). Pas moins. Dire qu'il y a deux ans, presque jour pour jour, l'équipe londonienne jouait sa survie à Manchester dans le stade de City. Menés (0/2) à la mi-temps, Roy Hodgson chamboulait tous ses plans pour voir son équipe survoler la seconde période et l'emporter (3/2). Arrivé dans la capitale anglaise, à la toute fin 2007, il remplaçait Lawrie Sanchez après une énième défaite piteuse contre Tottenham, le jour du Boxing Day. Trois victoires de rang après leur succès mancunien sauvait le club de Mohammed Al-Fayed de la relégation. « Il a radicalement changé notre façon de faire, de voir, de penser. Il a fait de nous une équipe de foot, pas un commando qui balance devant à l'aveugle. C'était idéal pour les joueurs que nous avions, c'était des footballeurs, pas des athlètes » avance aujourd'hui, Danny Murphy, le capitaine.

Fulham ne scintille pas chaque fin de semaine mais «  son jeu est agréable à l'œil (selon Moyes, le coach d'Everton). Ses ailiers sont inventifs et Murphy rayonne au coeur de son milieu » . Et Wenger d'ajouter : «  On sent qu'Hodgson est passé par la Série A. Son organisation tactique est méticuleuse. Comme dans toutes les bonnes équipes, il peut bénéficier de talents singuliers comme Duff, Zamora ou Etuhu. Ils seront encore meilleurs l'an prochain » . La vente à Hull de Jimmy Bullard, le « Talisman de Craven Cottage » pour 5 millions de livres a permis quelques achats judicieux comme Dickson Etuhu. Comme Simon Davis, Bobby Zamora, Aaron Hugues, Chris Bird ou Paul Konchesky, c'est un adepte de la maxime préférée de l'ex-coach de l'Inter, «  team first, individual second » . Véritable révélation de l'ère Hodgson, pressenti pour être dans les « 23 anglais » , Zamora détaille : « Il a une approche continentale et délègue peu à ses adjoints. Il passe un temps fou sur le terrain, il est totalement impliqué. Mieux : quand il a quelque chose à dire, ses joueurs l'écoutent » .

Ce soir, le Hambourg SV sera revanchard. L'an passé, il s'est pris les pieds dans le tapis en avril (éliminé en ½ finale de la C3, battu en finale de la coupe d'Allemagne, il s'est écroulé en championnat sauvant in extremis sa place en Europa cup (5ème). Il bénéficiera de la rédemption de Ruud van Nistelroy. Impressionné par le parcours des Cottagers, Bruno Labbadia craint « l'organisation sans faille de Fulham en déplacement et sa capacité à se transcender à domicile où des joueurs comme Zamora et Duff peuvent faire des ravages. On l'a vu contre la Juve et le Shakthar » . Si Hambourg gagnait l'Europa League, il deviendrait le premier club allemand à gagner la C3 depuis 1997 et la victoire de Schalke 04 contre l'Inter de Milan de...Roy Hodgson. Depuis l'an 2000, la Turquie (1 fois), l'Angleterre (1), les Pays-Bas (1), le Portugal (1), l'Espagne (3), la Russie (2) et l'Ukraine (1) ont gagné toutes les éditions. L'Allemagne compte sur Hambourg pour entrer dans la danse. Si Fulham remportait l'Europa League, il déflorerait son palmarès international. Il deviendrait aussi la cinquième équipe londonienne à glaner une coupe d'Europe (après Tottenham, Arsenal, West Ham et Chelsea). Les Spurs et les Gunners ont gagné la coupe des coupes et celle de l'UEFA tandis que West Ham et Chelsea ne remportaient que la première. Aucun de ces clubs n'a jamais raflé la Champions. La malédiction des capitales... A part Madrid (avec le Real of course), aucun club d'une capitale des cinq ligues majeures n'a mis la main sur la plus belle des compétitions. Mais c'est une autre histoire...

(1) : le miracle consisterait à ce qu'Arsenal devance et Chelsea, et Manchester United. Ou encore que Portsmouth batte Chelsea en finale de la cup. Peu probable.


(2) : En cas de finale, les Cottagers auraient disputé 19 matchs. Le record appartient à Bordeaux en 1995/96, passé par l'intertoto et ayant atteint la finale, avec 20 matchs européens durant la même saison.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
0 0