1. // Tour de France
  2. // 11e étape
  3. // Carcassonne-Montpellier

Froome en Hérault

Encore une fois auteur d'une attaque tactiquement impressionnante dans les derniers kilomètres de l'étape, Christopher Froome a pris de nouvelles précieuses secondes sur ses adversaires. Peter Sagan, lui, a accroché le bon wagon pour s'adjuger l'étape.

Modififié
16 5
Il est tout simplement le génie de son temps. Après avoir surpris tout le monde en attaquant dans la descente du Val Louron-Azet il y a quelques jours, Christopher Froome a encore fait jouir les amoureux du cyclisme en profitant d'une bordure dans les derniers kilomètres de la course pour prendre quelques secondes et une bonification sur ses principaux rivaux. Un coup tactique à montrer dans toutes les écoles de cyclisme. Une nouvelle fois, Froome a lancé un signal effrayant à tous les coureurs. Tout ça à quelques heures du Mont Ventoux... Peter Sagan, qui avait bien senti le coup, s'est adjugé l'étape.

Chutes à l'arrière


On ne sait pas si les nougats de Carcassonne ou l'excès de Vi(n)chot – parti en échappée avec Howard au kilomètre 6 – ont rendu les coureurs plus lourds, mais toujours est-il qu'ils semblaient avoir tous perdu leur équilibre au départ de cette onzième étape du tour de France. Après une première grosse chute dans le peloton, c'est Thibaut Pinot qui doit être ramené par ses coéquipiers suite à une belle gamelle. Décidément, l'actuel maillot à pois vit un tour compliqué. Toujours dans le peloton, ce sont Luis Leon Sánchez et Jurgen Van den Broeck qui chutent à leur tour, suivis un peu plus tard par Rafal Majka et Winner Anacona. Bref, aujourd'hui sur les routes du Tour, personne ne tenait debout.


Dans un peloton extrêmement nerveux, les équipes ont mis du temps à s'organiser pour reprendre les deux échappés du jour. Pas vraiment aidés par le vent, Vichot et Howard n'ont jamais pu porter leur avance au-dessus des cinq minutes. Le passage du coureur français en tête au sommet des deux cols du jour (la cote de Minerve et la cote de Villespassans) n'a aucun incident sur le classement du maillot à pois, qui reste sur les épaules de Pinot jusqu'à demain soir au moins. À soixante kilomètres de l'arrivée, les deux fuyards sont finalement repris. Pile à temps pour se faire prendre dans les bordures successives de plusieurs équipes.

Au temps en emporte le vent


Sur les longues lignes droites menant à Montpellier, les Trek, les Sky et les Tinkoff tentent tour à tour de profiter du vent pour casser le peloton et laisser sur le carreau les coureurs du fond. De nouveau distancé, Pinot et ses coéquipiers font les efforts nécessaires pour recoller au groupe de tête et rester devant au moment d'une nouvelle accélération de la BMC. Usés par ces tentatives répétées, les coureurs semblent finalement se mettre d'accord sur une arrivée en groupe dans les rues de Montpellier. Le vent n'aura finalement emporté que quelques vains efforts et peu de secondes. L'incendie croisé sur la route n'aura lui finalement eu aucune incidence sur l'étape.


Alors que tout le monde semblait d'accord pour se la donner au sprint, Chris Froome veut, lui, s'emparer de l'étape. Le leader de la Sky profite donc d'une bordure et s'envole avec Peter Sagan et son coéquipier Maciej Bodnar vers les rues de Montpellier. Très rapidement, le peloton, où se trouve Quintana, décidément rarement dans les bons coups, perd de précieuses secondes sur Froome flanqué de Geraint Thomas. Malgré les efforts du peloton, Sagan remporte l'étape devant Christopher Froome qui, en plus de prendre quelques secondes, profite d'une bonification non négligeable. Par Gabriel Cnudde
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Quand je pense à la presse belge qui à chaque fois que Gilbert commence une course s'oblige à évoquer ses chances de la remporter.. Mais Sagan c'est juste un gilbert dans chaque doigt de pied
volontaire 82 Niveau : CFA2
Les Movistar ont un sens tactique équivalent à celui de Domenech. Putain que cette équipe est hallucinante de bêtise en continu.

Après les descentes, Froome met même des douilles sur le plat maintenant. Bientôt il prendra aussi 10 secondes à tout le monde dans les jours de repos. Le mec se permet de ridiculiser tout le monde à un point que ça en devient comique. Enfin peut-être aussi que ça veut se dire qu'il ne se sent pas si fort que ça en montagne. Soyons optimiste, pour le suspense au moins..

Sinon pour demain le Ventoux va être raccourci.
Les Movistar ont un sens tactique équivalent à celui de Domenech. Putain que cette équipe est hallucinante de bêtise en continu.

Après les descentes, Froome met même des douilles sur le plat maintenant. Bientôt il prendra aussi 10 secondes à tout le monde dans les jours de repos. Le mec se permet de ridiculiser tout le monde à un point que ça en devient comique. Enfin peut-être aussi que ça veut se dire qu'il ne se sent pas si fort que ça en montagne. Soyons optimiste, pour le suspense au moins..

Sinon pour demain le Ventoux va être raccourci.

Ouais je suis tellement d'accord que je mets la même chose...
Et j'ajoute même que le plus ridicule c'est qu'ils se font baiser à chaque fois... Alors qu'ils devraient attaquer, on en parle même pas, c'est dingue... Quintana a un Andy Schleck dans chaque neurone.
Albert Londres Niveau : District
Andy Schleck n'était pas réputé pour son intelligence tactique, mais son attaque lors de l'étape du Galibier en 2011 montre qu'il avait un Quintana dans chaque couille.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
SO FOOT CLUB #23
16 5