1. //
  2. //
  3. // Fribourg-Bayern Munich

Fribourg, c'était le Brésil

À son arrivée en Bundesliga au début des années 90, le SC Fribourg a fait valdinguer l'Allemagne dans tous les sens, à commencer par le Bayern Munich. En trois matchs au Dreisamstadion, les joueurs du Brisgau font mordre la poussière au Rekordmeister et y gagnent une belle réputation en même temps qu'un drôle de surnom. Désormais, appelez-les les Breisgau-Brasilianer.

Modififié
Uwe Wassmer. Rodolfo Cardoso. Harry Decheiver. Trois noms pour trois victoires contre le Bayern en trois saisons sur des scores fleuves. Dans l'ordre : 3-1, 5-1, 3-1. Ils ne sont pas nombreux à avoir réussi une telle performance en Allemagne. Pourtant, au début des années 90, un petit promu qui vit ses premières saisons en Bundesliga met ainsi la misère au club le plus titré d'Allemagne à chaque fois qu'il ose s'aventurer dans son stade. Sous l'impulsion de Volker Finke, le SC Fribourg se fait ainsi un nom au plus haut niveau et s'attire une cote de sympathie qui ne s'est pas démentie depuis. Parmi les faits d'armes de la troupe qui débarque en Bundesliga comme une horde de Vikings déferle sur les côtes anglaises, un maintien à la différence de buts suivi d'une troisième place de feu. Mais il y a surtout ces succès de prestige, en particulier à domicile. Ou comment Fribourg a construit sa réputation d'équipe sympa et joueuse dès ses premiers matchs contre les meilleures équipes d'Allemagne.

Un Bayern perdu


Quand on lui demande de rembobiner, Martin Spanring savoure le coup réussi par son équipe. « Le Bayern n'a tout simplement rien compris à ce que nous avons fait ce jour-là et à notre système de jeu. Volker Finke avait mis en place trois joueurs au milieu de terrain, qui échangeaient leurs rôles à loisir pendant le match. Les joueurs du Bayern étaient perdus contre nous. » Pourtant, quelques mois plus tôt, le premier match de l'histoire de la Bundesliga pour le SCF ne se passe pas aussi bien contre ces mêmes joueurs. Fribourg encaisse un sévère 3-1 à l'Olympiastadion de Munich, malgré la présence de 20 000 de ses supporters – un reporter de l'époque écrit alors que « dans la Forêt-Noire, seuls les arbres sont restés chez eux » –, et apprend le haut niveau. « Nous étions une petite équipe et le Bayern avait des individualités très fortes. C'est pour cela que nous avions notre système de jeu aussi. Il fallait toujours avoir un joueur de plus au marquage pour éviter les situations de un-contre-un. C'est très difficile à faire sur 90 minutes, mais ce jour-là, ça a fonctionné. Nous avons suffisamment couru. » Spanring admet ainsi qu'il y avait de la « surprise » d'avoir réussi le coup parfait au match retour, surtout pour un club du calibre de Fribourg. Il y a aussi ce jour-là de la réussite pour un homme en état de grâce, Uwe Wassmer, qui claque un triplé à Raimond Aumann.



Alors que le Bayern arrache un nouveau titre, Fribourg souffre durant le reste de la saison. Il faut un scénario incroyable et trois victoires sur les trois derniers matchs pour obtenir le maintien à quelques buts près. Dès lors, libéré, Fribourg entame une période d'état de grâce. Le club enchaîne sur une incroyable 3e place en Bundesliga à... trois petits points du champion, le Borussia Dortmund. Et à chaque venue du Bayern au Dreisamstadion, le Bayern repart avec sa valise bien remplie. « C'était le match de l'année pour nous, celui que nous voulions gagner avant tout » , raconte Kohl. Selon Spanring, l'ambiance y est aussi pour quelque chose. « Au Dreisamstadion, il y a toujours une belle atmosphère, assez familiale. Sur le terrain, on sait qu'on a le droit à l'erreur, que le public ne va pas siffler à cause d'une mauvaise place, mais continuer d'être derrière son équipe. Même en 2e division, les spectateurs sont toujours là à soutenir le club. Il n'y a ça nulle part ailleurs, même si le stade n'est pas aussi grand et impressionnant que celui de Dortmund ou de Schalke. » Le 23 août 1994, pour la deuxième saison de Fribourg en Bundesliga, le stade est une fois encore plein et Trapattoni vit un calvaire sur les bords de la Dreisam. Cette fois-ci, le Rekordmeister encaisse trois buts en moins de vingt minutes et perd finalement 5-1, tandis que Papin voit rouge. L'analyse de Kohl est facile : « C'était une victoire d'équipe, nous gagnions tous ensemble, en courant les uns pour les autres, alors que le Bayern était plus une construction d'individualités. » Si Cardoso brille tout particulièrement à l'été 95, le collectif est la clé pour mettre à mal le FC Hollywood.


Les Brésiliens normaux du Brisgau


Chaque fois que le Bayern passe par là, il prend ainsi une leçon par son exact opposé. Fribourg est alors une équipe sans stars, comme le raconte Spanring. « En 1993, je suis arrivé dans une équipe qui était uniquement constitué de types normaux. Il n'y avait que des gens sympas, équilibrés et intelligents. » Volker Finke, dans l'héritage des mouvements de mai 68, promeut le vélo comme moyen de transport et trouve son équilibre dans une ville déjà proche des valeurs écologiques. Le club devient en même temps le premier à installer des panneaux solaires sur le tout nouveau toit du stade, dès 1995. Surtout, Finke tient à ces joueurs ordinaires au sein du club. « C'était la politique de recrutement du club » , explique Ralf Kohl, fidèle au SCF toute sa carrière, qui souligne « l'harmonie » entre les joueurs malgré la concurrence. Le coach fait monter jusqu'au plus haut niveau des joueurs qui évoluaient jusque-là en amateur et qui n'ont pas que le football dans la vie. Cela se traduit sur le terrain. Avec son jeu léché, fait de passes courtes et rapides, Fribourg met à terre une dernière fois le Bayern 3-1, grâce à un doublé d'Harry Decheiver. Dans la ville la plus ensoleillé d'Allemagne, Fribourg crée pourtant quelque chose d'unique en son genre pour l'Allemagne, quelque chose qui ressemble au Brésil selon les observateurs de l'époque.


Ralf Kohl nuance de suite. « Dire qu'on jouait comme des Brésiliens, c'est un peu exagéré peut-être. On cherchait simplement à jouer vite au milieu, avec quelques individualités pour faire la différence comme Cardoso. » Le plus brésilien de tous s'appelle Cardoso, un Argentin qui émerveille par la qualité de ses passes et sa vision du jeu. Avec lui, Fribourg joue un football attractif pendant ces premières années de Bundesliga. Les victoires lors des grands matchs attirent la sympathie et donne naissance au surnom de Breisgau-Brasilianer, les Brésiliens du Brisgau en français. Spanring ne le trouve pas dénué de sens. « On essayait de jouer un beau football d'équipe, collectif, avec uniquement des passes courtes et rapides. Les ballons longs, cela n'existait pas chez nous. C'est ainsi que la comparaison avec le Brésil a commencé. Nous avions des petits joueurs qui jouaient comme des Brésiliens, en tiki-taka, bien que l'effectif ne comprenait pratiquement que des Allemands. Il y avait très peu d'étrangers en dehors de Cardoso. » Pendant seize ans à la tête du club, Volker Finke maintient cette envie et la spécificité de Fribourg, malgré plusieurs descentes. Un état d'esprit qui se retrouve désormais selon Martin Spanring dans la gestion de Christian Streich, à la tête de l'équipe depuis janvier 2012. D'ailleurs, en mai 2015, le SCF a renoué avec la victoire contre le Bayern pour la première fois depuis dix-neuf ans. « L'équipe actuelle ressemble à celle d'autrefois. Ils ont des joueurs très techniques, qui courent énormément. Si on regarde les statistiques, Fribourg est l'équipe qui parcourt la plus grande distance pendant un match en Bundesliga. Alors ce week-end, s'ils n'encaissent pas de buts sur les 20-25 premières minutes, ils ont une grosse chance de pouvoir gagner. C'est toujours difficile de jouer à Fribourg. » Seul problème : depuis, le Bayern l'a bien appris.

Par Côme Tessier Tous propos recueillis par CT
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article

Note : 1
C'est vrai que le SC est un club sympathique et atypique. Je pense que des personnalités peu communes comme Finke à une époque et Streich maintenant donne à ce club une dimension encore plus particulière. Comme Schmitt à Mainz, ce sont des tacticiens et des originaux du football, qui sortent des codes. Streich est actuellement l'entraineur qui est depuis le plus longtemps en place parmi les 18 clubs de Buli. 5 ans! et ce malgré la relégation il y a deux ans.

C'est justement cela qui fait la force de Freiburg: La stabilité et la pérennité. Les sponsors sont locaux, les salaires plafonnés, le budget entre la 1ère et la 2ème division ne bouge que peu et le club vends bien. Voilà pour le côté éco.

Après, là où c'est très fort ce qu'ils ont fait, et ils n'ont pas leur pareil en Buli, c'est l'identité et le schéma de jeu. Le SC à mis en place un système de jeu plus ou moins identique dans toutes ses équipes jeunes et amateurs. Une formation pour tous (couplé à l'impératif d'aller jusqu'au bac) qui permet d'avoir de nombreux joueurs formés, ou du moins post-formé au club. Ce qui fait que, même dans une année difficile et même lorsque les joueurs n'ont pas un talent fou, ils arrivent à proposer du jeu, à mettre en avant des joueurs techniques (Grifo, Niederlechner, Philips, etc...) qui leur permet de faire régulièrement bonne figure. Je ne pense qu'ils finiront européen, ils luttent tout de même pour le maintien officiellement et les 8 équipes au-dessus d'eux sont plus fortes, mais au moins, tout comme pour Mainz, on ne se lasse pas de les voir jouer (même si je n'ai spécialement d'affinités avec ce club).
Pepèrearnaud Niveau : Ligue 1
D'ici quelques décennies, le SC Freiburg deviendra un des clubs historiques en Allemagne (à cause de son caractère innovateur et ce qu'il atteindra en termes d'importance). Ne le doute pas, :)))
Note : 1
le côté innovateur, c'est déjà le cas, le club est une référence. Après de part son importance, j'en doute juste du fait de l'absence de puissance financière et de la volonté "politique" du club de rester avec un très fort ancrage local, ce qui amène stabilité et prospérité mais qui risque de limité dans la quête d'un statu plus grand. Après je peux me tromper, il faut voir s'ils changent leur fusil d'épaule.

Sinon ils ont livrés un très bon match ce soir, beaucoup couru, intelligemment, fait beaucoup d'efforts, tactiquement le 442 à poser de sacré problème au Bayern, mais voilà, quand tu possèdes des joueurs de classe mondiale, même en jouant mal contre une équipe plus que correcte et bien tu gagnes...
Pepèrearnaud Niveau : Ligue 1
C'est clair, mais je trouve un certain art de l'efficacité" chez Friburg. C'est ce qui me pousse (ça et l'envie que cela survienne aussi, ::) à y mettre un petit kopek de ma part quant à leur "future réussite" (on se comprend en ce qui concèrne la "dimension de la réussite"). Sinon, et par ailleurs, ravi de voir que le site héberge un peu de pluralité en matière de support. de clubs de cette sorte, :).
Quant au match, tout à fait. Le "passif" du Bayern a parlé. Bon, Leandowski qui en remet une de ses couches avec son jeu. Friburg a su trouver la faille de ce Bayern (défaut dans le repli intensif vs création espace en zone axiale) mais le but bavarois a fait mal: le sens du match tournait déjà vers la mainmise du Bayern et ce but a fini par leur offrir cette "tranquillité" pour envisager la feuille de route pour la 2ème mi-temps.
C'était lent, même brouillon dans certaines situations, mais c'est ça: même à mi-régime, ce Bayern est capable de l'emporter.
Tout à fait d'accord avec toi, le jeu direct et les transitions bien réussies on mis le Bayern en difficulté, surtout avec un jeu très rapide sur les centraux et entre la ligne de milieu et eux, mais le but arrive effectivement au pire des moments, si (avec des si on va loin je sais) ils avaient tenu jusqu'à la mi-temps, cela aurait pu être mieux récompensé mais la débauche d'énergie pour ce genre de pressing et de contre est très très importante.

Content de pouvoir échanger sur le SC héhé.
4 réponses à ce commentaire.
il y a 4 heures 202€ à gagner avec le Real Madrid & l'OM mercredi 16 août NOUVEAU : 100€ offerts pour miser chez BetStars !
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Hier à 14:37 Valdés lance sa société de production 8 Hier à 13:27 Zlatan à l'affiche d'un jeu vidéo 13
mercredi 16 août Un match arrêté par des jets d'œufs 11 mercredi 16 août Des lions sur les murs d'un vestiaire 30 mardi 15 août La belle ouverture du score de Liverpool 16 mardi 15 août Macron s'est invité à la Commanderie 30 mardi 15 août Un mercato raccourci en Premier League ? 26 mardi 15 août Gignac donne son nom à un tigre 22 mardi 15 août Déjà un doublé pour Gomis en Turquie 6 lundi 14 août Ribéry défait les lacets de l'arbitre en plein match 42 dimanche 13 août Le premier but de Neymar avec Paris 10 dimanche 13 août La banderole guingampaise pour Neymar 33 dimanche 13 août Gignac claque son premier pion de la saison dimanche 13 août La douceur de Bendtner 11 dimanche 13 août L'expulsion invraisemblable de Kaká 29 samedi 12 août Un joueur expulsé après 39 secondes 3 samedi 12 août Les Farc veulent une équipe professionnelle 23 vendredi 11 août Sneijder présenté à l'Allianz Riviera 11 vendredi 11 août 340€ à gagner avec Bordeaux & Caen-Saint-Etienne vendredi 11 août Watford annonce une recrue via Football Manager 13 vendredi 11 août L'énorme raté de Van Wolfswinkel 6 vendredi 11 août Burnley s'intéresse à De Préville 25 vendredi 11 août Botafogo et le Club Nacional voient rouge en Libertadores 5 vendredi 11 août La photo de Fellaini en street-art à Melbourne 11 jeudi 10 août Un club estonien marque sans avoir touché le ballon 7 mercredi 9 août La drôle de vidéo de présentation de Boudebouz au Betis 9 mercredi 9 août Taye Taiwo s'exile en Suède 23 mercredi 9 août Peux-tu résoudre l'énigme de Geoffrey Jourdren ? (via BRUT SPORT) mercredi 9 août Il se blesse en enjambant un panneau publicitaire 36 mercredi 9 août La mine exceptionnelle de Tierney pour le Celtic 7 mercredi 9 août Et si c'était la saison d'Arsenal ? (via BRUT SPORT) mardi 8 août Patrick Montel s'indigne du transfert de Neymar (via BRUT SPORT) mardi 8 août Maradona est prêt à se battre pour Maduro 61 lundi 7 août Nainggolan, Strootman et Cafu s'essayent au drone challenge 12 lundi 7 août Djourou finalement à Antalyaspor 13 lundi 7 août Ils remboursent leurs supporters après une défaite 8-2 18 lundi 7 août Bricomarché partenaire de la Coupe de la Ligue 83 lundi 7 août David Villa plante un triplé dans le derby new yorkais 4 dimanche 6 août Le PSG aurait dépensé 50 000€ pour illuminer la Tour Eiffel 28 dimanche 6 août Une reprise de volée monumentale en Russie 9 dimanche 6 août Aboubakar Kamara : appelez-le "AK 47" 9 dimanche 6 août Quand Buffon rend hommage à Bolt 32 dimanche 6 août La praline de Drogba 5 samedi 5 août La merveille de Graziano Pellè 28 vendredi 4 août 400€ à gagner avec Neymar meilleur buteur de la Ligue 1 ! 1 vendredi 4 août Le vrai salaire de Neymar au PSG (via BRUT SPORT) jeudi 3 août En direct devant l'hôtel de Neymar à Paris (via BRUT SPORT) jeudi 3 août Comment accueillir Neymar à Paris ? (via BRUT SPORT) jeudi 3 août L'ouverture du score du Videoton contre Bordeaux 2 jeudi 3 août La Premier League interdit les dessins sur ses pelouses 10 jeudi 3 août L'ancien boss de Disney s'offre Portsmouth 14 jeudi 3 août Le Real Madrid accroché par les All-Stars MLS 16 jeudi 3 août Domenech : « Les entraîneurs français ont un déficit d'image » 88 jeudi 3 août La lettre du maire d'Ostende aux supporters de l'OM 69 jeudi 3 août Un tifo du Legia revient sur la révolte de Varsovie 53 jeudi 3 août La franchise MLS de Beckham prend forme 35 jeudi 3 août 200€ à gagner avec PSG & FC Bâle jeudi 3 août Lampard embrasse la carrière de consultant 11 jeudi 3 août Aly Cissokho rejoint un promu turc 18 mercredi 2 août Kylian Mbappé souhaiterait quitter l'AS Monaco 114 mercredi 2 août Le super but collectif qui libère Nice 15 mercredi 2 août Le tifo en l'honneur de Nouri 2 mercredi 2 août Un joueur rémunéré en huile d'olive 39 mercredi 2 août Dundee met en vente son gardien sur Twitter 6 mardi 1er août Schweinsteiger trolle la presse US 7 mardi 1er août Les supporters bâlois s'invitent en conférence de presse 3 mardi 1er août Un cycliste parodie le tweet de Piqué 6 mardi 1er août Nainggolan met un coup de tondeuse à des supporters 5 mardi 1er août Excuse-toi comme Echouafni ! (via BRUT SPORT) mardi 1er août La formule « ABBA » lancée pour les TAB 33 mardi 1er août Klopp répare le micro de Simeone 22 lundi 31 juillet Adu testé en Pologne 26 lundi 31 juillet Les joueurs de Colo-Colo rentrent sur la pelouse avec des chiens 30 lundi 31 juillet "On peut te tuer dans la rue pour un téléphone portable" (via BRUT SPORT) lundi 31 juillet Giovinco claque encore un coup franc 16 lundi 31 juillet Dybala ridiculise Nainggolan 38 dimanche 30 juillet Le plus vieux derby du monde (via BRUT SPORT) dimanche 30 juillet La jolie praline de Kaká 16 dimanche 30 juillet Griezmann en saucisse sur Twitter 15 dimanche 30 juillet L'énorme boulette de la gardienne danoise 19 dimanche 30 juillet Un gardien égalise en dégageant 7 samedi 29 juillet Le derby de Soweto endeuillé 2 samedi 29 juillet Podolski débute par un doublé 5 samedi 29 juillet Laszlo Bölöni oublie le nom d'un joueur recruté la veille 15 samedi 29 juillet Kondogbia inscrit un superbe but... contre son camp 23 vendredi 28 juillet Les frangins dos Santos réunis aux Los Angeles Galaxy 23 vendredi 28 juillet Jermaine Pennant va signer en septième division anglaise 20 vendredi 28 juillet Le fils de Rivaldo claque une mine devant les yeux de son père 8 vendredi 28 juillet Metz veut rapatrier Emmanuel Rivière 27 vendredi 28 juillet Ángel María Villar démissionne de ses postes à la FIFA et l'UEFA 25 vendredi 28 juillet Brandão retrouve Anigo en Grèce 15 jeudi 27 juillet Le triplé de Valère Germain 20 jeudi 27 juillet La boulette de la gardienne portugaise 29 jeudi 27 juillet Bob Bradley va revenir en MLS à Los Angeles FC 2 jeudi 27 juillet Leroy Sané se tatoue son portrait dans le dos 103 mercredi 26 juillet Le Dynamo Kiev et Astana rigolent, Ludogorets et le Celtic font la moue 30 mercredi 26 juillet Les supporters niçois déjà bouillants 2 mercredi 26 juillet Un joueur quitte son club à cause de la croix catholique sur l'écusson 139 mercredi 26 juillet Siniša Mihajlović enquille les lucarnes à l'entraînement 22 mercredi 26 juillet Les fans de San Lorenzo reprennent Despacito (via Brut Sport) mardi 25 juillet Ederson atteint d'un cancer des testicules 67
À lire ensuite
Pourquoi changer son logo ?