1. //
  2. //
  3. // Freddy Rincón

Freddy Rincón : du Real, en cavale

Joueur vedette de la Colombie des nineties, Freddy Rincón est aujourd'hui un homme en fuite. Déjà enquiquiné par la justice panaméenne en 2007 et emprisonné au Brésil durant quatre mois, il se retrouve de nouveau avec un mandat d'arrêt international sur le dos. Une histoire aux relents de déjà-vu entre ballon rond et cartels de la drogue.

Modififié
98 3
Le stade Giuseppe Meazza rayonne en ce début de soirée estivale. Plus que ces quelques rayons de soleil, l'audience de l'antre milanais profite d'une rencontre ô combien incertaine. Alors que Pierre Littbarski, milieu offensif de la RFA, pense offrir aux siens un succès sur le gong, les Cafeteros répondent par une égalisation en forme de feux d'artifice. Un résumé du football prôné par Francisco Maturana que conclut Freddy Rincón, alors pointe de l'América de Cali, et qui envoie la Colombie en huitièmes de finale de la Coupe du monde 1990 - justement remportée par l'Allemagne de l'Ouest. Notamment passé par le Real Madrid ou encore le Napoli, le nom du Colosse de Buenaventura flirte aujourd'hui avec une actualité loin des fastes et des joies du ballon rond. Recherché par Interpol pour « blanchiment d'argent » et « trafic de drogues » au Panama, il se défend de tout délit, sans pour autant avancer de preuve de son innocence. Un nouvel épisode judiciaire qui rappelle une autre affaire, datant de 2009, et, plus largement, les liens qu'entretiennent les cartels colombiens avec le sport roi.

Youtube

« Le Panama ne possède aucune preuve contre moi et c'est pour cette même raison que le Brésil a classé l'affaire me concernant, explique-t-il fin avril au média colombien Semana. C'est également ce que devrait faire la Colombie. Cela me paraît étrange de constater que ,quand je souhaite reprendre une vie normale et retrouver du travail dans le football, cet avis de recherche d'Interpol apparaisse. » Aujourd'hui âgé de 48 ans, Freddy Rincón grandit dans la province colombienne dont Bonaventura est la capitale. Durant cette jeunesse sans un sou, il côtoie les frères Rayo Montaño. Pablo, le plus jeune de la fratrie, quitte rapidement le monde de la pêche pour celui, plus prolifique, du narco-trafic. De sous-fifre, son statut passe rapidement à celui de capo. Cette relation juvénile entre l'international des Cafeteros et celui qui se fait nommer El Tio ne se désagrège jamais. Pas même lors des passages de Rincón en Europe. Recruté par le Real Madrid à l'été 1995 sur les ordres de Jorge Valdano, il connaît le même destin que son entraîneur argentin et est pressé de quitter le club un an plus tard.

Entreprises de pêches, blanchiment d'argent et amitié de toujours


Revenu en Amérique du Sud, et plus précisément au Brésil où il fait le bonheur des Corinthians et de Palmeiras - entre autres -, il continue à y résider malgré sa fin de carrière annoncée en 2001. Les premiers ennuis judiciaires interviennent en 2006. À l'arrestation de Pablo Rayo Montaño, également résident au Brésil, les autorités panaméennes commencent à lui poser des questions embarrassantes quant à des investissements dans des entreprises de pêche du pays. Des sociétés qui permettraient le blanchiment de l'argent de la drogue. Lui promet n'avoir aucun lien avec le cartel du Tio. Dommage, la justice brésilienne n'en pipe pas un mot et l'arrête dans sa demeure l'année suivante. « Rincón a été arrêté à son domicile et restera dans la prison de São Paulo jusqu'à ce que la justice décide s'il doit être extradé au Panama » , explique alors la police fédérale. Quatre mois sous les barreaux plus tard, il retrouve sa liberté. Aujourd'hui, le scénario ne semble pas différer d'un pouce. La justice du Panama lui reproche toujours de faire affaire avec El Tio et de blanchir de l'argent via des sociétés écrans basées au pays des Canaleros.

Cette histoire serait à ranger dans la rubrique « aléas du football » si elle restait anecdotique. Ce qui n'est pas le cas. Les liens entre le football colombien et les cartels de drogue du pays sont nombreux et ne datent pas d'hier. Pionnier dans ce mélange des genres, Pablo Escobar était ainsi devenu le propriétaire de l'Atlético Nacional, tandis que Gonzalo Rodríguez Gacha, l'un de ses sbires les plus influents, s'était, lui, offert les légendaires Millonarios. L'objectif de telles acquisitions reste le blanchiment d'argent, mais pas que. « Les intentions étaient claires : avoir le peuple de leur côté. Qui allait leur reprocher un manque de moralité s'ils donnaient de la joie au peuple à travers le foot ? » , s'interroge Nicolas Samper, journaliste colombien, dans les colonnes du Pais. De même, joueurs et trafiquants entretiennent des liens parfois amicaux. Comme Anthony de Avila qui, lors d'un match qualificatif pour le Mondial français, avait dédié l'un de ses buts aux narcos Miguel et Gilberto Rodríguez Orejuela. Ou encore René Higuita, qui n'a jamais renié son amitié pour Pablo Escobar… Un problème qui semble inextinguible, donc.


Par Robin Delorme, à Madrid Petit conseil : N'hésitez pas à regarder le superbe documentaire intitulé The Two Escobars, relatant l'assassinat d'Andrés Escobar, capitaine des Cafeteros au Mondial 1994, et les liens de Pablo Escobar avec le monde du football colombien. Un bijou.
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Cheric Zghemmfour Niveau : CFA
Rincon, il ne fait que des conneries.
raymond.kopé Niveau : District
"sans pour autant avancer la preuve de son innocence". Doit y avoir du monde en taule.
L'article me dérange légèrement sur sa conclusion. Il laisse entendre que les liens entre les narcos et les footballeurs colombiens sont toujours d'actualité. Le reportage "Los dos Escobares" est en effet très intéressant, mais il s'agit d'une époque presque révolue, où Andres Escobar a été assassiné juste après la CdM 1994. Depuis cet assassinat probablement diligenté par le cartel de Medellin, la conscience colombienne a largement évolué et le narcotrafic a perdu de son aura. Les Higuita, Rincon ou encore De Avila avaient certes des liens avec les cartels, mais étaient-ils pour autant majoritaires? Et, je le répète, ces évènements ont 20 ans. La société colombienne a largement changé depuis 95, et la criminalité comme le narcotrafic ont chuté ces 10 dernières années. Attention à la mesure de vos propos. Monsieur Delorme, vous êtes basé à Madrid. Je vous laisse donc mener votre enquête sur l'entourage de James, sur la famille Ospina, ou même sur Bacca, etc. Je ne suis pas sûr que vous trouviez beaucoup d'éléments vous laissant penser que ce sont de mauvaises personnes. Mis à part Téo Gutierrez, de River, on ne trouvera d'ailleurs que peu de joueurs colombiens "à problèmes". Merci donc de bien mesurer vos propos. La société colombienne a largement changé, et les joueurs de la sélection en sont le reflet. Tout n'est pas rose en Colombie, je ne dis pas le contraire. Mais voyager en Colombie vous montrerait que l'insécurité, la criminalité, la guérilla et les narcos ne sont finalement que des éléments isolés d"une société et un pays dont je suis tombé amoureux à l'instar de toutes les personnes connaissant de près ou de loin ce pays.
Désolé pour ce long message, mais je ressentais le besoin de "dépoussiérer" cette conclusion et d'actualiser un peu ce qu'est devenu la Colombie. Après tout, il me semble que tous les pays ont évolué et que la dernière personne guillotinée en France l'a été en 1977. Sommes-nous pour autant un pays prônant la peine capitale ?
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
98 3