1. //
  2. // 1re journée
  3. // Werder Brême/Schalke 04

Franco di Santo, le transfert qui dérange

Attaquant numéro un du Werder Brême la saison passée, Franco di Santo évoluera cette saison sous les couleurs du FC Schalke 04. Un transfert survenu au cours de l'été qui n'a pas manqué d'ébranler la maison vert et blanc et de placer le buteur argentin dans une situation très compliquée.

Modififié
224 1
Avec ses 13 buts en 25 matchs de Bundesliga, Franco di Santo a largement participé à la résurrection de Brême la saison dernière. Indispensable en première partie de saison avec six buts en 11 journées, il a tout simplement maintenu à flot un Werder chancelant et proche de la relégation. En seconde partie de saison, l'attaquant a plus que participé à la remontée fantastique de son équipe, il en a été un des principaux artisans. En plus de ses buts, son abattage et son engagement sur le terrain ont fait de lui un des chouchous du Weserstadion, au même titre qu'un Zlatko Junuzović. Une ascension fulgurante qui ferait presque oublier son arrivée sur la pointe des pieds dans la cité-état de la Hanse.

Après des passages plus au moins réussis à Chelsea, Blackburn et Wigan, Franco di Santo n'était plus franchement la star en devenir qu'il était en Argentine lorsqu'il est arrivé gratuitement à Brême en 2013. Sa première saison plutôt ratée (4 buts, 3 matchs de suspension et des blessures à répétition), n'augurait même rien de bon. Mais l'exercice 2014/15 a fait valser toutes les incertitudes à son propos. En l'espace de quelques mois, Di Santo est passé du zéro au héros et beaucoup le voyait déjà comme un futur pilier du Werder. À la fin de la saison, le joueur lui-même annonçait son envie de rester dans le club « qui lui a tout donné » et ce malgré une 10e place synonyme de non-qualification pour la Ligue Europa.

Juillet, mois orageux


Au sortir de cette saison réussie, le Werder cherche donc très logiquement à prolonger son attaquant vedette. Affaibli par le départ surprise de Davie Selke pour le RB Leipzig, Brême n'a pas d'autre choix que d'essayer de garder Di Santo au moins une saison de plus. Le hic, c'est que l'Argentin possède une clause de sortie ridiculement basse par les temps qui courent (6 millions d'euros environ). Les dirigeants du Werder savent dès lors qu'ils doivent proposer un salaire dantesque à l'Argentin pour l'empêcher de bouger. L'agent de Di Santo le sait et passe le mois de juillet à souffler le chaud et le froid auprès du board brêmois. Alors que l'on est déjà fin juillet (et qu'en Bundesliga les transferts se déroulent le plus souvent au début du mercato), la situation ne s'arrange pas et les deux parties semblent dans une impasse. Les clubs se bousculent alors au portillon pour choper l'attaquant, et c'est finalement Schalke qui empoche la mise. Le choix semble logique pour le club de la Ruhr qui souhaitait depuis quelques mois trouver une alternative à Huntelaar souvent blessé et/ou suspendu.

À Brême, on accuse le coup. Surtout du côté des fans puisque l'annonce du transfert de l'un des héros de l'année survient lors du « Tag der Fans » (jour des fans). Di Santo, lui, s'excuse dès sa présentation à Schalke de la façon dont lui et son agent se sont comportés et demande aux supporters de voir le bon côté des choses. « Je suis arrivé gratuitement d'Angleterre. En me vendant, le club récupère 6 millions d'euros. Ce n'est pas si mal » , expliquait-il le 25 juillet dernier. Mais lorsqu'il dit ça, il sait très bien qu'au fond, il aurait pu rapporter beaucoup plus gros. Sur les réseaux sociaux, les fans du Werder accusent Thomas Eichin, le directeur sportif du club, d'avoir instauré une clause de sortie trop basse et de ne pas avoir anticipé le potentiel de son joueur. Le transfert devient dès lors le feuilleton de l'été sur les bords de la Weser.

Le Werder se met au trash-talk


À quelques jours de la reprise du championnat et d'un bouillant Werder/Schalke lors de la première journée, l'encadrement du club ne mâche plus ses mots et tacle ouvertement l'Argentin à de nombreuses reprises. « Nous sommes très déçus de son départ. Nous sommes surtout déçus car nous avions tout fait pour répondre à ses exigences et à celles de son agent. Franco avait énoncé plusieurs fois l'envie profonde de rester » , confie Thomas Eichin. L'emblématique Torsten Frings, aujourd'hui entraineur-adjoint, y va quelques jours plus tard de son commentaire : « Il nous avait dit qu'il resterait. Nous avions donc fait des plans pour la prochaine saison en tenant compte de sa présence. Ce qu'il a fait n'est pas bien » .

Seul Aílton, l'ancien attaquant vedette du Werder auteur de 88 buts sous le maillot vert et blanc, est venu prendre la défense du nouveau « traître » : « Je comprends Franco. Honnêtement, même si le Werder s'est relevé, ce n'est pas encore le même niveau que Schalke à l'heure actuelle. Il part évidemment pour l'argent mais aussi et surtout pour jouer une Coupe d'Europe et progresser. À sa place, beaucoup auraient fait la même chose » . Pas sûr que les supporters du Werder entendent les arguments de leur ancienne star, eux qui ont promis de réserver un accueil particulièrement plaisant à l'attaquant argentin pour son retour. « Les fans feront ce qu'ils ont à faire » , a prévenu Frings. On ne battra sans doute pas le record de décibels établis par le public du Westfalenstadion lors du retour à Dortmund de Mario Götze, mais on ne sera pas très loin.

Par Sophie Serbini
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Je confirme, on l a bien sifflé comme il faut. Je lui souhaite de bien s enterrer a Scheiße 04 et de finir sa carrière en D2 roumaine.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
224 1