En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 35 Résultats Classements Options

Franck Passi : « Nous ne sommes que des intérimaires »

Après des années à jongler entre les rôles d'adjoint, d'entraîneur principal et d'intérimaire à l'OM, Franck Passi a connu un passage éclair à Lille. En signant, il savait qu'il ne serait là que pour quelques mois, mais l'homme n'est pas du genre à se plaindre. Car pour lui, un entraîneur est quelqu'un qui entraîne. Et peu importe s'il est là pour six mois ou six ans.

Modififié
Vous avez passé votre carrière de joueur et d'entraîneur au soleil, dans le Sud de la France ou en Espagne. Vous n'avez pas eu peur du froid en arrivant à Lille ?
Il y a eu un dépaysement. Mais en Espagne, dans la région dans laquelle j'étais, il pleuvait tous les jours. En Galice, le soleil, on le voit quinze jours par an. Après, en passant dix ans à Marseille, je m'étais réhabitué au soleil, mais ce n'est pas important. Le soleil, il est dans les résultats ! À Lille, je m'étais adapté rapidement, car on avait des objectifs à très court terme. Lorsqu'on est plongés dans le travail comme on l'est en ce moment, on va à l'essentiel.

En France, on aime mettre les entraîneurs dans des cases. Il y a soit le tacticien, soit le meneur d'hommes. Vous en pensez quoi ?
Que ce soient les entraîneurs ou les joueurs, on met dans des cases, et parfois on se trompe. Ce sont des a priori, mais l'essentiel reste de fournir un bon travail. Qu'on soit meneur d'hommes ou tacticien, en tant qu'entraîneur, ce sont surtout les résultats qui comptent.

Si vous deviez définir votre profil ?
Je ne me sens ni meneur d'hommes, ni tacticien ! Enfin, je me sens en même temps l'un et l'autre. Je pense que tous les entraîneurs ont les deux casquettes. Certains utilisent leur voix, parce qu'ils ont une grosse voix, mais en même temps, s'ils n'ont pas le côté tactique, ça ne fonctionne pas. Et puis il y a ceux qui ont une voix qui porte moins, mais ce n'est pas pour ça qu'ils ne peuvent pas donner de bons messages.

La saison dernière, avant le match contre Marseille, vous parliez d'un moment « émotionnellement important » . Vous êtes plus attaché au club ou à la ville ?
C'est plus lié au club. J'ai été joueur là-bas, puis entraîneur, j'y ai travaillé pendant dix ans... Donc l'émotion, elle est plus par rapport aux gens avec qui j'avais travaillé. Après, quand je suis sur un terrain de foot, que ce soit contre Marseille ou qui que ce soit, je mets les mêmes ingrédients pour essayer de gagner. Mais par rapport aux joueurs que j'ai fait venir dans ce club, à l'équipe que j'avais montée, c'est vrai que ça faisait bizarre de se retrouver, déjà, en face d'eux !

Après dix ans passés là-bas, on imagine que le lien affectif était assez puissant...
Mes enfants sont nés à Marseille, j'ai connu ma femme à Marseille, j'ai de la famille là-bas, des amis... Lorsqu'on reste dix ans quelque part... C'est rare de rester autant au même endroit. Aujourd'hui, le métier d'entraîneur, c'est un métier d'intérimaire, rien de plus. Donc c'est évident que quand on reste dix ans dans un endroit, c'est différent. Après, au moment de jouer le match, je n'avais pas d'états d'âme. Aucun.

« Je suis attaché à l'humain. Mais l'humain, il est avant et après les quatre-vingt-dix minutes, pas pendant ! »

En voyant les joueurs et les coachs changer de club si souvent, on pourrait croire qu'ils ne s'attachent pas aux endroits dans lesquels ils passent. Vous avez l'air d'accorder une importance à tout ça.
On arrive toujours à s'attacher à un endroit. Je suis passé partout dans le Sud de la France, j'ai été en Espagne, en Angleterre, j'ai rencontré des gens que j'apprécie. Quand je les rencontre, c'est toujours des émotions, car je suis attaché à l'humain. Mais l'humain, il est avant et après les quatre-vingt-dix minutes, pas pendant !

En seulement quelques mois à Lille, vous avez eu le temps de créer des liens ?
Bien sûr, j'y ai été super bien reçu. Même si ce ne sont pas des liens d'amitié comme on peut avoir avec les amis d'enfance, car finalement, mes amis d'enfance, ils sont à Béziers, même pas à Marseille. Mais on arrive quand même à avoir des relations avec des gens qui laissent des traces.


L'entraîneur adjoint a une certaine proximité avec les joueurs. Ce n'est pas dur une fois qu'on passe entraîneur principal de prendre de la hauteur, d'incarner un autre type d'autorité ?
Ça n'a pas été compliqué. Même si j'avais de la proximité avec les joueurs, lorsque je suis passé entraîneur, j'ai fait mes choix. Les rôles ont changé, mais je n'ai pas changé ma relation personnelle avec chaque joueur. En revanche, j'ai changé dans le fait que je prenais les décisions. Et celui qui n'était pas content, ben c'est pareil. J'avais un rôle à jouer, et pour qu'une équipe fonctionne, il faut que l'entraîneur joue son rôle à fond. Là-dessus, pour moi, ça a été simple parce que les joueurs me connaissaient. Ils savaient aussi le caractère que j'avais. En tant qu'entraîneur adjoint, par moments, j'avais des discussions assez rudes avec des joueurs parce que pour moi, le foot, c'est d'une certaine manière et pas d'une autre.

Dans le quotidien, imposer son respect quand on devient entraîneur, ça passe par demander à des joueurs qui vous tutoyaient de vous vouvoyer, ce genre de choses ?
Pas du tout, le respect il n'est pas dans le vouvoiement, il est ailleurs. Puis à Marseille, la plupart de l'effectif m'appelait par mon prénom. Mais quand j'avais à dire à un joueur que sa manière de jouer ne me plaisait pas, qu'il m'appelle par mon nom, par mon prénom ou par autre chose, c'est la même chose. La première chose dont je parle à un groupe, c'est du respect. Chacun sa place, chacun son rôle et la seule manière de bien faire fonctionner tout ça, c'est qu'il y ai un respect mutuel, un respect de l'institution et des gens qui y travaillent.

« Qu'on ait cinq mois de contrat, douze ou vingt-quatre, c'est exactement le même problème : il faut gagner le match d'après. »

Vous vous êtes fait une belle réputation de pompier qui accepte des missions un peu impossibles en urgence. Vous pensez quoi de cette étiquette qu'on vous colle ?
Il y a des entraîneurs qui travaillent, et d'autres qui ne travaillent pas. Pompier, pas pompier... Tout ça, ce sont encore des étiquettes, des suppositions... Si je suis capable d'entraîner une équipe en première division et d'avoir des résultats, je continuerai. Sinon, je ne continuerai pas.

Mais à Lille, vous saviez que vous n'étiez là que pour quelques mois, et qu'un autre arriverait la saison d'après. Ce côté roue de secours, certains pourraient trouver ça dévalorisant, pas vous ?
Je ne vois rien de dévalorisant. On a une mission, on la mène à bout ou non. Si j'y arrive, je suis content de mon travail, rien de plus. Je ne suis pas quelqu'un qui subit énormément la pression, donc quand je vais quelque part, c'est pour travailler avec les bases que j'ai envie de mettre en place.


Entre votre départ de Marseille et votre arrivée à Lille, qu'avez-vous fait ?
J'ai pas mal voyagé, j'ai pris du temps pour ma famille. J'ai même été en Équateur pour me faire une liste des nouveaux gamins sud-américains de vingt ans qui vont arriver sur le marché européen. J'ai pris du bon temps ! Ce n'était pas que des vacances, mais quand on est dans un club, on est dans une machine à laver. Quand on sort de là, ça ressemble à des vacances !

J'imagine que le téléphone sonne moins aussi...
Oui, mais ça c'est bien ! (Rires)

Le jour où vous allez trouver un poste stable, ça risque de vous faire bizarre, non ?
Pas du tout. En fait, nous ne sommes que des intérimaires. La preuve, c'est Claudio Ranieri, qui était champion l'année dernière avec Leicester. Et dans un pays stable comme l'Angleterre, où certains managers restent très longtemps... Regardez Arsène Wenger ou d'autres, ça fait vingt et quelques années. Dans un pays comme ça, Ranieri a été champion la saison dernière et est viré cette année. Ça montre bien la fragilité du poste d'entraîneur. Mais il y a une constante : il faut gagner le match qui arrive. Qu'on ait cinq mois de contrat, douze ou vingt-quatre, c'est exactement le même problème : il faut gagner le match d'après.

« À Marseille, je savais aussi que le jour où le club serait acheté, je partirais probablement. Je l'avais déjà accepté. »

Frédéric Bompard qui dit qu'en arrivant à Marseille, le staff de Rudi Garcia a dû remettre pas mal de choses en place, vous y prêtez attention ?
Ce sont ses paroles à lui. Je n'ai pas envie de commenter. J'ai affronté une situation délicate à Marseille, je l'ai fait. Je le répète, quand j'ai quitté Marseille, on était à deux points de la cinquième place.

Ce détachement par rapport aux critiques, c'est un blindage ou votre vrai caractère ?
Non, je suis comme ça à la base. J'étais joueur de foot avant, et les gens parlent... Ce que les gens disent ou font, ça ne m'intéresse que moyennement. Ce qui m'intéresse, ce sont les chiffres et les faits. Après, si dans dix ans je suis toujours entraîneur, on fera le bilan.

De votre décennie dans le staff de l'OM, vous retenez quoi ?
Ce n'était que du bonheur. Évoluer dans un grand club comme Marseille, c'est beaucoup de pression, mais c'est du bonheur, de la passion. Je n'ai que des bons souvenirs là-bas. Je suis passé par plusieurs étapes parce que je l'ai voulu. Quand j'ai laissé de côté mon métier d'entraîneur pour devenir recruteur, je l'avais décidé. Surtout pour avoir plus de temps pour ma famille et mes enfants. Et quand j'ai voulu repartir vers le métier d'entraîneur, je l'ai fait. Tout ça est choisi et pensé, il n'y a rien de hasardeux.


Vous avez connu les débuts du projet marseillais, puis ceux du projet lillois. Quelles sont les similitudes et les différences ?
Ce sont deux projets différents. Aujourd'hui, Lille n'a pas le même statut que Marseille et l'attente des supporters n'est pas la même. En revanche, je vois qu'au niveau national et de la presse, le projet de Marseille est plus appuyé que celui de Lille. C'est une interrogation, pourquoi ? Les similitudes entre les projets, c'est qu'on pose des bases pour aller au bout. Les gens qui en sont à la tête, à l'OM ou au LOSC, ce sont des gens qui y ont pensé et qui sont aptes à les mener au bout. Alors pourquoi appuyer un projet plus qu'un autre ? Je pose la question.

Dans les deux cas, les nouveaux propriétaires ont voulu un gros nom sur le banc, Bielsa à Lille, Garcia à Marseille. Et dans les deux cas, celui qui en a fait les frais, c'est vous... Ce n'est pas un peu injuste ?
Non, lorsqu'une société, quelle qu'elle soit, est rachetée et qu'on va chercher un grand patron, eh bien on va le chercher. Il faut accepter le jeu. Au LOSC, je le savais, puisque j'ai signé pour cinq mois. À Marseille, je savais aussi que le jour où le club serait acheté, je partirais probablement. Je l'avais déjà accepté.

« Je pars du principe que pour faire un métier, il faut avoir des bases. Et les bases que j'avais, c'était vingt ans d'expérience dans le foot. »

Les joueurs qui deviennent entraîneurs après leur retraite, c'est parce que le terrain leur manque ? Ils n'arrivent pas à couper ?
Moi, je suis devenu entraîneur avant de prendre ma retraite. On est tous attirés par le foot, depuis qu'on est petits, et on aime ça. Si j'ai terminé ma carrière à 35 ans, c'est parce que j'aimais le foot. Sinon, je serais parti avant. Quand j'ai eu des problèmes à 28 ans, pendant deux ans où j'ai été blessé et malade, j'ai pensé à mon avenir. J'ai commencé à passer des diplômes, au cas où ma carrière s'arrêterait. Je suis parti vers le coaching. En plus, dans les équipes où je jouais, j'étais un leader, un meneur d'hommes, c'est pour ça que ce rôle-là, je l'avais en tête. Mais on sait comment est la vie. Aujourd'hui, je suis entraîneur, tant mieux pour moi, j'ai fait ce que je voulais. Mais si ça n'avait pas été ça, ça aurait été autre chose.

Autre chose, certes, mais forcément dans le football ? Vous ne vous êtes jamais imaginé faire un métier dans la cuisine, dans l'immobilier...
Ça, non. Je pars du principe que pour faire un métier, il faut avoir des bases. Et les bases que j'avais, c'était vingt ans d'expérience dans le foot. Alors que dans d'autres domaines, je ne l'avais pas. Ça ne m'aurait pas déplu de faire un autre métier. Mais quand on arrive sur le marché du travail à trente-cinq ans, avec peu de diplômes sauf le bac et des diplômes d'entraîneur, ben on tente de devenir entraîneur.

C'est en tant que joueur ou qu'entraîneur qu'on vit les matchs avec le plus d'émotions ?
Pour moi, c'est en tant que joueur.

Et les entraîneurs qui ont l'air possédé sur le bord du terrain, qui bougent partout ?
Ce n'est pas qu'on est possédés, c'est qu'on doit être attentifs à tout. Mais quand on est sur le banc de touche, on a très peu d'influence. Alors que quand on est au cœur du jeu, là, on peut en avoir une.

Comme joueur, vous avez vite été considéré comme un gros espoir, et mis dans la lumière. Comme entraîneur, c'est le contraire, vous avez démarré en tant qu'homme de l'ombre. Quelle situation vous plaît le plus ?
Sincèrement, je n'ai pas de réponse. Moi, tant que je suis sur un terrain et que je fais du foot, je suis heureux. Je ne vais pas chercher plus loin.

Votre frère a déclaré qu'être numéro 2, c'était contre nature pour vous. Vous confirmez ?
C'est vrai aussi. Mais si j'ai décidé d'être numéro 2, je le fais. Je suis quelqu'un qui a des principes. Si je dis « oui » ou « non » , je vais au bout de mon « oui » , ou au bout de mon « non » .



Propos recueillis par Alexandre Doskov
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


il y a 3 heures Mario Balotelli parodie Mario Kart 2
il y a 7 heures Le numéro 2 des ultras de Boca Juniors tué par balles 21 il y a 9 heures Craig Bellamy : « Le foot anglais est prêt à accepter l'homosexualité » 60 il y a 19 heures Steven Gerrard n'a pas une bonne mémoire, mais beaucoup de répondant 35
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
Hier à 11:15 Un espion, des drones et des caméras cachées à la solde de Grêmio 9 Hier à 10:53 Il marque un doublé, puis voit naître son enfant 20 Hier à 09:48 359€ à gagner avec Chelsea, Bayern & Juve - Barça mardi 21 novembre Pronostic Juve Barça : 365€ à gagner sur l'affiche de C1 ! 2 mardi 21 novembre Le capitaine de l'Atalanta reçoit un disque d’or 15 mardi 21 novembre Vincent Labrune veut lancer une nuit du football 34 mardi 21 novembre Tavecchio accusé de harcèlement sexuel 45 mardi 21 novembre Mexique : un assassinat lié au procès FIFA 19 lundi 20 novembre Galway United : vingt matchs en vingt-quatre heures 4 lundi 20 novembre Des associations d'ultras français s'unissent pour leur liberté 21 lundi 20 novembre Une pancarte « Wenger Out » lors d'une manifestation au Zimbabwe 27 lundi 20 novembre Il marque et adresse un doigt d'honneur à son coéquipier 15 lundi 20 novembre Ce but marqué en D8 anglaise va vous émouvoir 30 lundi 20 novembre Le merveilleux csc de Fankaty Dabo 16 dimanche 19 novembre Un supporter s'installe en tribune avec son scooter à Crotone 15 dimanche 19 novembre Le carton rouge complètement idiot de German Lux 18 dimanche 19 novembre Italie : « Ancelotti, Conte, Allegri, Ranieri et Mancini » ciblés par Tavecchio 29 dimanche 19 novembre Tapie : « C'est la plus belle cure de chimiothérapie » 9 dimanche 19 novembre Le raté de l'année signé Neal Maupay 13 samedi 18 novembre Orlando City donne 280 000 euros pour les victimes de l’ouragan Maria samedi 18 novembre Chris Coleman, du pays de Galles à Sunderland 3 vendredi 17 novembre 320€ à gagner avec Caen-Nice & Espanyol-Valence vendredi 17 novembre Une enquête du fisc espagnol menace le poste de Tebas 51 vendredi 17 novembre Le classement FIFA réformé après le mondial 39 vendredi 17 novembre Bebeto rejoint le parti politique de Romário au Brésil 8 vendredi 17 novembre Chapecoense assure son maintien 3 vendredi 17 novembre Deux éducateurs d'un club amateur écartés pour radicalisation 131 vendredi 17 novembre L’effigie d’un serial killer sur le drapeau d’un supporter 24 jeudi 16 novembre Parme passe sous pavillon chinois 41 jeudi 16 novembre Mondial 2022 : Le Qatar fixe un salaire minimum pour les travailleurs immigrés 24 jeudi 16 novembre Des spectateurs payés pour remplir les stades du Qatar 91 jeudi 16 novembre Corinthians sacré champion du Brésil 23 mercredi 15 novembre La boulette de Carragher lors d'un match amical 8 mercredi 15 novembre Les Danois arrosent un plateau TV avec de la bière 11 mercredi 15 novembre Valderrama fait de la prévention contre le cancer des testicules 14 mercredi 15 novembre Poursuivi pour corruption, un ancien dirigeant argentin se suicide 15 mardi 14 novembre Un jeune joueur suspendu par son club après un salut fasciste 46 mardi 14 novembre Des drapeaux LGBT sur les poteaux de corner anglais 33 mardi 14 novembre Tony Chapron va prendre sa retraite 48 mardi 14 novembre Les Suédois ont cassé le plateau d'une chaîne de TV après la qualif' 30 lundi 13 novembre Évra tracte une Jeep à Dubaï et promet de revenir plus fort 103 lundi 13 novembre Ryan Giggs futur directeur d'une académie au Vietnam 13 lundi 13 novembre Le GRAND TOURNOI de la #SOFOOTLIGUE 40 lundi 13 novembre Benzema : « Il ne faut pas être bête... » 189 lundi 13 novembre OM : la photo souvenir d'Évra 43 dimanche 12 novembre Le geste de grande classe de la réserve du Rayo Vallecano 14 dimanche 12 novembre Un penalty d'une dimension parallèle marqué en D4 roumaine 21 dimanche 12 novembre Le golazo de Ronaldinho 23 dimanche 12 novembre Un chien tacle un joueur en plein match de D3 argentine 20 dimanche 12 novembre Un gardien explose le record de matchs de Peter Shilton 14 dimanche 12 novembre Real Madrid : 450 millions d'euros pour Neymar ? 59 samedi 11 novembre Privé d'arbitrage à cause de son nom 22 samedi 11 novembre Van Basten teste des nouvelles règles en D4 néerlandaise 28 vendredi 10 novembre Mondial 2018 : un ancien responsable russe reconnaît avoir détourné 735 000 euros 5 vendredi 10 novembre Bernard Ross toujours porté disparu 28 vendredi 10 novembre Un joueur de NBA lâche un « Matuidi Charo » en plein match 49 vendredi 10 novembre Le but classieux de Lys Mousset lors de France-Bulgarie 6 jeudi 9 novembre Coupe du monde : Un rapport inquiétant du Conseil des droits de l'homme de la FIFA 9 jeudi 9 novembre Ben Arfa piégé comme un bleu par Hanouna 50 jeudi 9 novembre Le but de furieux signé Keisuke Honda en Coupe du Mexique 16 jeudi 9 novembre Rémi Garde reprend du service à l'Impact de Montréal 18 jeudi 9 novembre Guangzhou : Cannavaro remplace Scolari 3 mercredi 8 novembre 735€ à gagner avec France, Brésil & Allemagne 2 mercredi 8 novembre So Foot Club 100% Neymar 7 mardi 7 novembre Le coach de Vélez Sársfield démissionne, car on lui a craché dessus 10 mardi 7 novembre Modène fait faillite 12 mardi 7 novembre Manfredonia perd un match sur tapis vert en Serie D 5 mardi 7 novembre Il entre sur le terrain en glissant sur les escaliers 14 mardi 7 novembre Ronaldo de retour au Corinthians ? 54 mardi 7 novembre Polémique autour des secouristes d'un match de D4 allemande 19 mardi 7 novembre Un match de Gambardella interrompu à cause d'un sabre 24 mardi 7 novembre Un fan anglais mate Chorley-Fleetwood depuis sa fenêtre 17 mardi 7 novembre Allemagne : le chef de la VAR limogé pour favoritisme 17 mardi 7 novembre Maradona va jouer avec le président Maduro 39 lundi 6 novembre Al Ahly veut déposer un recours contre l'arbitrage 22 lundi 6 novembre Makelele nouvel entraîneur d'Eupen 24 lundi 6 novembre L'attentat d'Ignacio Fernández pendant River-Boca 25 lundi 6 novembre Cannavaro du Tianjin Quanjian au Guangzhou Evergrande 6 dimanche 5 novembre Le tacle assassin d'un U17 de Fenerbahçe face à Galatasaray 22 dimanche 5 novembre Le but magnifique de Meijers face au Feyenoord 1 dimanche 5 novembre Yoann Barbet humilie un adversaire pendant Brentford-Leeds 8 dimanche 5 novembre Al-Quwa Al-Jawiya remporte l'AFC Cup 5 dimanche 5 novembre Le Wydad remporte la Ligue des champions africaine 12 samedi 4 novembre 259€ à gagner avec Man City & Inter Milan samedi 4 novembre Chengtou, premier club tibétain dans une ligue professionnelle chinoise 15 samedi 4 novembre Marco Simone viré par le Club africain 23 samedi 4 novembre La pelouse du club d'Hyde United prend feu face à MK Dons 5 samedi 4 novembre EXCLU : 120€ offerts pour parier chez Unibet ! vendredi 3 novembre Patrice Évra mis à pied par l'OM 54 vendredi 3 novembre LE RÉCAP DE LA #SOFOOTLIGUE: BILAN DU MOIS D'OCTOBRE 8 vendredi 3 novembre L'Albirex Niigata Singapore champion du Singapour 4 vendredi 3 novembre Un club de D4 roumaine a payé ses supporters pour jouer 6 vendredi 3 novembre MHD présente le nouveau maillot du Cameroun 9 jeudi 2 novembre 326€ à gagner avec Valence & Porto jeudi 2 novembre Un jeune espoir belge décède d'une crise cardiaque 10 jeudi 2 novembre La blessure impressionnante d’Ustari 9 jeudi 2 novembre Un joueur de MLS suspendu pour violences conjugales 13 jeudi 2 novembre Un joueur argentin prend deux cartons jaunes en dix secondes 10 mercredi 1er novembre Ballon d'or africain : la liste des 30 nommés 28 mercredi 1er novembre L'ancien international ghanéen Abubakari Yakubu est décédé 13 mercredi 1er novembre Envahissement de terrain pendant l'entraînement d'Al Ahly 4 mercredi 1er novembre Les joueurs du Club africain refusent de s'entraîner 3 mercredi 1er novembre Le superbe but d'une joueuse de Nancy face à Grenoble 3 mercredi 1er novembre Boca Juniors interdit les cheerleaders à la Bombonera 16 mercredi 1er novembre Éric Abidal cartonne la prolongation de Deschamps 51 mardi 31 octobre 350€ à gagner avec Séville & Naples - Man City mardi 31 octobre Pronostic Besiktas Monaco : 500€ à gagner sur le match de C1 ! mardi 31 octobre Un entraîneur de D4 anglaise contraint de rejouer 1 mardi 31 octobre Le but « messiesque » d'un jeune de 14 ans du Benfica 11 mardi 31 octobre L’entraîneur d’Ipswich pète un câble en conférence de presse 21 mardi 31 octobre Pour Diego Maradona, Sampaoli est « un charlatan » 19 mardi 31 octobre Il se coince dans un mur pour assister à un match de Boca 11 mardi 31 octobre Le but insolent de Marcus Maddison avec Petersborough 11 lundi 30 octobre La Pro League belge envisage d'impliquer les entraîneurs pour la VAR 13 lundi 30 octobre Un promu en D2 chinoise offre 3,5 millions d’euros à ses joueurs 8 lundi 30 octobre 225€ à gagner avec Man U, Bayern & Atlético 3 lundi 30 octobre Des joueurs feront leur coming out dans le jeu Football Manager 2018 82 lundi 30 octobre La minute la plus folle en Angleterre 23 lundi 30 octobre Colombius Crew pourrait changer de ville 7 dimanche 29 octobre Malbranque rebondit à Chasselay ! 8 dimanche 29 octobre Deux Dunkerquois en viennent aux mains pour tirer un penalty 17 dimanche 29 octobre L'hommage des fans de Willem II à Fran Sol dimanche 29 octobre Thuram : « Je me demande s'il y a une réelle volonté d'en finir avec la haine » 62 dimanche 29 octobre Bittolo se fait poser dix points de suture sur le pénis à cause d'un coéquipier 17 dimanche 29 octobre Expulsé pour avoir uriné en plein match 9 vendredi 27 octobre Le Récap "Coupe de la Ligue" de la #SOFOOTLIGUE 7 vendredi 27 octobre Pronostic Lille OM : 380€ à gagner sur le Bielsasico ! vendredi 27 octobre La Coupe des confédérations remplacée par un Mondial des clubs ? 31 vendredi 27 octobre Olimpia vainqueur de la première CONCACAF League 1