1. //
  2. //
  3. // Groupe F
  4. // Bordeaux/Francfort (0-1)

Francfort se qualifie et élimine Bordeaux

Après avoir été dominés, les Allemands de l'Eintracht Francfort ont su appuyer là où ça fait mal (0-1). Coupe double : ils se sont qualifiés pour les 16es de finale et ont jeté dehors des Bordelais pourtant séduisants…

Modififié
11 20
Bordeaux – Eintracht Francfort : 0-1
But : Lanig (83e) pour Francfort.

Pour la 100e (et peut-être dernière de leur histoire) à domicile en Coupe d'Europe, les Girondins se sont inclinés, sans tomber sur plus forts. Un truc qui leur arrive assez souvent. Par manque de réalisme, de justesse technique, ils ont permis aux hommes d'Armin Veh de claquer dans les dernières minutes de jeu. Martin Lanig (83e), tel un renard des surfaces, a glacé Chaban-Delmas et sauvé un groupe jusque-là en difficulté. Mais le football se joue à onze contre onze, et à la fin, ce sont toujours les Allemands qui gagnent…

Survie, optimisme, blessés et bière

Avec une bonne branlée dans la besace à l'aller (3-0), et une dernière place de groupe, au coup d'envoi, pas facile pour les Bordelais d'aborder l'échéance avec le sourire. D'ailleurs, Francis Gillot, la veille en conférence de presse, avait été cash : « Si on ne gagne pas jeudi, on est morts. » Car les Aquitains avaient encore une petite chance de composter leur billet… En face, optimisme affiché, puisqu'avec une victoire, même toute petite, c'était la qualif' assurée. Voire avec un nul, aussi. « Il nous faut une victoire pour que les choses soient claires » , avait indiqué mercredi Kevin Trapp, le gardien allemand. Histoire d'oublier les 5 nuls et les 3 défaites en Bundesliga, concédés depuis la première journée d'Europa League. La 15e place en championnat, également, presque synonyme de relégation.

Bref, match à enjeu(x). À pression(s), dans tous les sens du terme, puisque les cafetiers des alentours ont alors déjà réalisé leur chiffre annuel en vente de bière. 12 000 supporters teutons, pour environ 6 000 locaux : une ambiance de dingue… dans le virage nord. Parfums d'Europe, de houblon, d'oranges. Des absents – du moins si on veut –, aussi : Poko, Chalmé, Bréchet, Savić (blessés). Pour leur anniversaire, Nguemo (aujourd'hui) et Bellion (hier) se sont fait un beau cadeau : une suspension pour ce soir pour le premier et un match devant la télé pour l'autre ; merci coach ! Dieter Müller (ex-canonnier bordelais et champion d'Europe en 1980 avec la RFA) était invité ; Harald Schumacher, non. Meier, Aigner, Anderson, Russ (buteur à l'aller) et Celozzi out, tous à l'infirmerie.

Trois occases et puis c'est tout

On va être franc : il ne s'est pas passé grand-chose au cours du premier acte, malgré, il faut le souligner, des débats animés et rythmés. Malgré une domination d'ensemble bordelaise, aussi. Et pour ne pas se mentir, hormis la tentative au sol trop croisée de Jung (8e), les Rouge et Noir, verts de tunique ce jeudi, ne se sont procuré aucune occasion. Paradoxalement, ou paradoxe allemand, c'est selon. Et ce, en dépit d'une attaque prolifique ; la meilleure de la poule (10 buts). Bref, gros plan sur Maurice-Belay, Saivet et consorts, qui ont tenté de mettre un peu de folie dans cette course à la qualif'. Des actions construites, appliquées et de l'envie, mais peu d'occases quand même. Une franche pour Saivet, seul devant la cage, mais fermement détournée par Trapp (23e). Puis une pour Diabaté, de la tête, trop croisée (33e). Bordeaux a pressé, maîtrisé collectivement, et l'Eintracht a essayé de contrer. Voilà, c'est à peu près tout pour les quarante-cinq premières minutes.

Dominer n'est pas gagner

Heureusement, au retour, ça devait changer un peu. Notamment côté girondin, avec l'entrée de Sertic. Du dynamisme, de l'intensité ? Oui, s'il vous plaît ! Kadlec, le premier, dégainait. Incroyablement seul devant Carrasso médusé, il expédiait sa volée à côté (48e). Peut-être un tournant du match. Sinon, les Bordelais produisaient un match à sens unique. Parce que ce n'était plus Francfort, en face, mais Alamofort. Saivet, d'un superbe retourné aux 16,50 faisaient frissonner les bonnets oranges des fans allemands. Puis Diabaté, Faubert, Rolan… Bref. C'était beau, mais pas concret au tableau d'affichage. Comme souvent… Rush, frappes, etc. Stérilité style.

Barnetta, lui, donnait l'illusion au moyen d'une frappe lointaine, mais Carrasso gérait tranquillo (69e). Sauf que le Suisse, il avait décidé d'emmerder Bordeaux jusqu'au bout. Et à force de dominer sans marquer, les Boyz de J-Lo, ils ont craqué. À cause d'un centre à ras-de-terre devant la ligne de but de Barnetta, que Lanig – l'entrant – reprenait victorieusement au second poteau (83e). Et là, c'était plus pareil… Dominateurs mais incapables de marquer, les Marine et Blanc disaient au revoir à l'Europe, quand l'Eintracht se qualifiait pour les 16es, à une journée de la fin. Fin du calvaire d'un côté, début d'une belle histoire de l'autre.

Bordeaux : Carrasso (cap) – Faubert, Henrique, Planus (Sertic, 46e), Poundjé – Sané, A. Traoré (Obraniak, 75e), Rolan, Maurice-Belay (Jussiê, 65e) – Saivet, Ch. Diabaté.

Eintracht Francfort : Trapp – Jung, Zambrano, Kempf, Oczipka – Schwegler (cap), Rode (Lanig, 66e), Flum, Barnetta, Kadlec (Lakic, 79e) – Joselu (Schrock, 46e).

Par Laurent Brun, à Chaban-Delmas.
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Nos amis bordelais qui fréquentent le stade Chaban delsmas cette année sont vraiment très costauds mentalement.
Respect a eux!
On a bien vu ce soir qu'il ne manque que la vitesse à Diabaté pour ressembler à Messi, dommage, la vitesse, c'est ce dont il a eu le plus besoin pendant ce match...
Je veux bien qu'on fasse des efforts à Bordeaux pour ramener le public au stade, mais offrir les places de tout un virage au personnel de la DDE.. Joli geste néanmoins.

(Ok, je sors..)

Sinon y a avait 6 000 supporters girondins pour 12 000 allemands. Voilà voilà..
YESSSSSSSSSSSSSSSSS !!!!!!!
On sait qui est LB (sic) !

C'est Laurent Brun de J-Lo!

ENFIN!
J'ai regardé les 10 premières minutes du match, ça m'a suffit.

Sinon, je ne suis pas vraiment fan du foot féminin (le dernière match de l'EDF féminine que j'avais vu remontait aux JO de Londres et le niveau m'avait vraiment fait flipper), mais j'espère que So Foot nous balancera un petit billet sur leur performance de ce soir face à la Bulgarie. (14-0, pour ceux qui n'ont pas vu. Gardienne bulgare sortie à la 28e. Grosse, grosse branlée.)
C'est du même niveau que l'équipe de mon village (PH) et encore je suis méchant avec les bouzeux de mon patelin.
jean pierre adams Niveau : DHR
j ai mal aux yeux apres ce match... heureusement qu il ya eu la volee de saivet, sinon c etait le neant.
Bordeaux et sa culture de la mediocrite. Dire que Zinedine Zidane est passe par ce club de minable.
Les femmes c'est même pas niveau PH malheureusement...
en même temps, on se demande ce que Bordeaux pouvait espérer après la déclaration de Gillot qui disait que tout le monde se foutait de l'Europa league: arrogance + esprit de loser = entraîneur le plus agaçant de France.

Par pudeur, je ne dirai rien du fait que les supporters de l'Eintracht étaient en surnombre et que ça fait longtemps que le stade n'avait pas chanté comme ça...
oohdidiersenacleroidutacle Niveau : Loisir
Vous etes tous des bande-mous...on meritait pas cette annee c tout! Bordeaux et l'europe c'est bien + que tous vos clubs reunis.
Pierre du Bayern Niveau : CFA2
Et dire que la plèbe a hurlé quand l'eTG Croix de Savoie s'est retrouvé en finale de la coupe de France face à Bordeaux... ils avaient la possibilité de jouer l'Europe et quand on voit ce qu'en ont fait les girondins... on cautionne pas les "imaginez... le coefficient de la France avec l'eTG en europa ..."
Quelle surprise je suis choqué.
@juda
Aussi minable que les messages sans fond que tu laches régulièrement sur le site?
Dis toi bien une chose, si le Qatar n'avait pas eu besoin de se racheter une virginité (ce qui est assez ironique j'en conviens) et une image de marque en vue de la WC, tu regarderais toujours ce "club minable" comme un point à l'horizon comme tu l'as toujours fait avant qu'un père Noel arrive au mois d'août.
Que l'on critique mon club parfait, je suis le premier à le faire car il est largement critiquable, surtout en ce moment, mais ces qualificatifs gratuits, ca a le don de me hérisser le poil.
Si tu veux faire du bashing gratos, cas sur les forums yahoo ou sur foot mercato.

Raté va!
@juda
Aussi minable que les messages sans fond que tu laches régulièrement sur le site?
Dis toi bien une chose, si le Qatar n'avait pas eu besoin de se racheter une virginité (ce qui est assez ironique j'en conviens) et une image de marque en vue de la WC, tu regarderais toujours ce "club minable" comme un point à l'horizon comme tu l'as toujours fait avant qu'un père Noel arrive au mois d'août.
Que l'on critique mon club parfait, je suis le premier à le faire car il est largement critiquable, surtout en ce moment, mais ces qualificatifs gratuits, ca a le don de me hérisser le poil.
Si tu veux faire du bashing gratos, cas sur les forums yahoo ou sur foot mercato.

Raté va!
Bordeaux entre Villageoise et Beaujolais. Vilaine année.
Scotch_OMsoccer Niveau : Loisir
la classe, la vraie, c'est de finir avec 0 points en LDC

"A jamais les premiers"
Message posté par Scotch_OMsoccer
la classe, la vraie, c'est de finir avec 0 points en LDC

"A jamais les premiers"


ou, en l'occurrence " Ah, jamais les premiers :( "
Laura Bordelaise Niveau : CFA2
Perso je m'en fous que les opportunistes ne soient pas venus assister au match de mon club. Hier soir, il y avait que les vrais, ceux qui supportent le club en toute circonstances. On a chanté, loin d'êtres ridicules face à une marée orange (impressionnante que par le nombre d'ailleurs, j'ai été déçu de leur ambiance à part à l'entrée des joueurs). Les joueurs passent, le club reste comme on dit.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
11 20