En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 7 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. // Groupe F
  4. // Francfort/Bordeaux (3-0)

Francfort coule Bordeaux

L’Eintracht Francfort s’est facilement imposé (3-0) sur sa pelouse, face à des Girondins bien trop limités techniquement pour espérer rivaliser. Mauvaise entame donc, pour un collectif à la peine et inquiétant, en ce début de saison. Bonnes perspectives, en revanche, pour la formation allemande.

Modififié
Eintracht Francfort – Bordeaux : 3-0
Buts : Kadlec (4e), Russ (16e) et Djakpa (52e) pour Francfort

Les Girondins sont bien entamés. C’est pas nouveau. Dans le moral, dans le jeu, et surtout dans le score. Parce que face à l’Eintracht Francfort, ils ont pris cher. Dans l’entame de match, surtout. Celle de la deuxième période, aussi. Trois buts au total : inscrits dès les 4e et 16e minutes de jeu, et peu après la reprise (52e). Plus un carton rouge récolté par Orban (61e), pour une poussette en tant que dernier défenseur. Bref, sale soirée pour les Aquitains qui, en plus, ont revu à la vidéo que le premier cageot était hors-jeu. Ça fait mal. Se faire secouer à chaque fois, d’entrée, ça laisse des traces. Rester passif, ça fait peur. Ceci étant, les meilleurs ont gagné. Logique, vu la qualité de jeu proposée, il ne pouvait pas en être autrement. Trop forts, les Allemands. Trop faibles, les sparring-partners.

La D2, ça fait la dif’

Oui, mais, avant que ça ne dégénère, c’était : « Bordeaux est favori par son histoire et son parcours européen en C1 en 2009, et ses titres de champions de France  » , d’un côté, et « Francfort, sur le papier, c’est l’équipe favorite pour sortir du groupe » , de l’autre… blablabla. Intox de circonstance, quoi, entre Armin Veh et Francis Gillot. Malgré deux techniciens respectueux des convenances et de l’adversaire. Nous, on verra bien dans quelques mois qui avait raison... En attendant, il fallait se la jouer un peu, histoire de ne pas passer pour des guignols. Et, là aussi, des deux côtés. Francfort, lui, a terminé 6e de Bundesliga l’an dernier. Bordeaux 7e de Ligue 1 ; merci la Coupe de France… Sauf que chez les Teutons, on n’oublie pas qu’il y a deux ans, c’était la deuxième division. Et ça, ça fait la dif’. Conséquence directe, on joue l’Europe à fond, parce qu’on l’a mérité. Sans Schwegler (le capitaine), Oczipka, Rosenthal, ni Schröck, tous blessés. Sans Meier (blessé), non plus. Mais ça, pour les Girondins, c’était bien, puisque lui, il en était à cinq buts en autant de matchs. Chez les Marine et Blanc, J-Lo a confiné Sané, Saivet, Savić, Mariano, Planus, Nguemo et Sacko dans le cocon moelleux du Haillan. Comme ça, pour le fun. En fait, non, c’est juste pour mettre une rouste à Lorient, dimanche. Ou pas.

Des occases et des regrets

Oui mais bon, l’équipe B, alignée par Droopy, on a vite vu que c’était celle qui avait le niveau L1 ; pas comme l’autre, 16e du championnat. Non, on plaisante, c’est pareil. Devant 50 000 spectateurs, dans une Commertzbank-Arena pleine et survoltée, ça a même été pire… À l’image de ce putain de premier quart d’heure de jeu. Enfin, oui et non, puisque les Girondins, après avoir été sonnés d’entrée, ont connu une phase de temps forts, qu’ils n’ont pas su concrétiser. Jussiê et consorts ont eu des situations et des occases, dans une première période au final assez équilibrée. C’est paradoxal, mais vrai. Vrai dans l’intensité, vrai dans l’impact, vrai dans le pressing. En revanche, ce sont les Rouge et Noir qui étaient le plus dans le vrai ; celui du tableau d’affichage. Inui, Kadlec, Russ ou Barnetta ont combiné facile, dominé dans la maîtrise technique, tenté, et pris de vitesse une défense bordelaise qui a mis du temps à se ressaisir. Bréchet, malheureux sur l’ouverture du score, s’est montré incisif dans ses interventions, et précis dans ses relances – première titularisation oblige. Les autres, pas toujours. Sinon, Poko devrait prendre des cours particuliers de cadrage ; sa tête, passée de peu à côté (25e), a peut-être été le déclic qui n’est pas venu pour les siens. Mais Trapp, le goal allemand, s’est employé pour ne pas y passer.

Des Allemands faciles

C’est bête, mais on sentait bien que ça allait être compliqué pour les Bordelais, en seconde période. Bien vu, ça l’a été. Rapidement, même, avec ce coup franc enroulé victorieux de Djakpa, et cette sortie prématurée d’Orban. Pourtant, il y avait Matthieu Chalmé. Mais non… Pas d’efficacité, et une infériorité numérique qui ne s’est pas plus vue qu’en première mi-temps, quand il n’y en avait pas. L’Eintracht a géré, maîtrisé son sujet et fait tourner l’effectif. Fait tourner en bourrique ses hôtes français, aussi. Du coup, Gillot a fait pareil (on parle du turn-over, hein) parce que la Ligue 1, c’est important. Une seule équipe sur le terrain et des Girondins revêtus de chasubles blanches d’entraînement : conservation de balle, passes courtes, jeu collectif léché, soit la panoplie du mâle – sportif – dominant. Tout y est passé. Les frappes de loin (signe de confiance), également. En face : rien ! Traoré, Poko et Rolan transparents, S.O.S fantômes version C3. Bon, on va le dire quand même : l’Uruguayen a pris un carton jaune à la 80e pour… gain ou perte de temps ! À la limite, c’était drôle, pas comme la prestation de son équipe.

Les Girondins se sont encore une fois pris une toise par un club étranger, dont le classement est de milieu de tableau dans son championnat (13e) ou pire. Après le Rayo Vallecano, Osasuna, Aston Villa ou Parme, ils se sont encore fait défoncer. Ils ne méritaient de toute façon pas meilleur traitement. L’Eintracht, lui, tranquillement, a posé les jalons d’une campagne européenne qui pourrait s’avérer fructueuse pour lui. Finalement, maintenant, on sait peut-être qui est le favori du groupe F. Deutsch qualität

Eintracht Francfort : Trapp (cap) – Jung, Zambrano, Bamba, Djakpa – Rode (Celozzi, 69e), Russ, Aigner, Barnetta, Inui (Flum, 46e) – Kadlec (Lakic, 80e).

Bordeaux : Carrasso (cap) – Faubert (Chalmé, 46e), Henrique, Bréchet, Orban – Sertic, Poko (Ben Khalfallah, 69e), Ab. Traoré, Maurice-Belay (Poundjé, 64e) – Rolan, Jussiê.

Tous les résultats et les classements après cette première journée de C3, c'est par ici !

Par Laurent Brun
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 23:00 L2 : Les résultats de la 21e journée 3
Hier à 15:55 L'entraînement extrême des gardiens du Dock Sud 20 Hier à 13:45 Le gouvernement italien veut intégrer les migrants par le foot 33 Hier à 11:55 Tévez : « En Chine, j'étais en vacances » 81
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
lundi 15 janvier La Fondation Lionel Messi pas très utile selon les Football Leaks 40