En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 1 Résultats Classements Options
  1. // Euro 2016
  2. // Gr. A
  3. // France-Suisse (0-0)

France-Suisse débriefé par Kubilay Türkyilmaz

L'ancien attaquant de la Nati, passé (entre autres) par Bologne, les Grasshoppers et Galatasaray n'a pas vraiment apprécié les performances de la Suisse et de la France, même s'il estime que les deux équipes peuvent aller loin. Sinon, Kubilay Türkyilmaz est un grand nostalgique du fameux « numéro 10 » .

Modififié
Hier soir, la Nati a eu plus longtemps le ballon, mais n'en a pas vraiment profité...
C'était un match très bizarre. La Suisse n'a fait qu'assurer sa deuxième place, en fait.
« La France, elle, a beaucoup de bons joueurs, mais n'arrive pas à être une bonne équipe. »
D'autre part, j'ai vu une France plutôt arrogante. Alors oui, il y a de très bonnes individualités, mais ce n'est pas encore une équipe qui a trouvé la bonne route pour aller gagner l'Euro. Je trouve que cette équipe de France manque un peu d'humilité, ce qu'a par exemple l'Italie, ou même l'Albanie. Les Albanais n'ont peut-être pas les mêmes qualités que leur adversaires, mais ils jouent avec le cœur, et ils arrivent à faire de belles choses. La France, elle, a beaucoup de bons joueurs, mais n'arrive pas à être une bonne équipe.

Et la Suisse, sinon ?
La Suisse, on ne sait pas. Il y a de bons résultats, mais les joueurs importants n'arrivent pas encore à être décisifs. Je pense notamment à Admir Mehmedi, à Xherdan Shaqiri. Sinon, on n'a pas d'attaquant qui parviennent à faire la différence. On est bien organisés, on a un bon groupe, une bonne équipe, mais on n'arrive pas encore à montrer nos qualités.


C'est vrai que Shaqiri, c'est un peu le grand absent de la Nati pour le moment...
Shaqiri, on attendait tous beaucoup de sa part. On n'arrive pas à comprendre, on ne sait pas s'il est en forme ou non, s'il est content ou pas de jouer cet Euro... Je ne comprends pas comment un joueur de cette qualité n'arrive pas à faire juste un tout petit peu la différence. Devant, on est à la peine.

Surtout que tout devant, ni Seferović ni Embolo n'arrivent pour le moment à faire la différence.
On n'a pas d'attaquant. Embolo, c'est un milieu offensif. Et Seferović, je ne sais pas. Il n'a pas la vitesse, la coordination pour être un vrai buteur. Il fait du bon travail d'équipe, mais on a aussi besoin de quelqu'un qui marque les buts.

Peut-être qu'il faudrait que vous reveniez, en fait.
Ou Alex Frei, sinon. Il nous manque un joueur capable d'aller au but tout seul et de marquer. Xhaka, Džemaili, Behrami (ainsi que la défense) tirent l'équipe vers le haut, pour l'instant. Fort heureusement. Ce serait bien que les autres se mettent à jouer en huitièmes de finale.

S'il y a un joueur qui est très en vue en ce moment, c'est Yann Sommer.
Yann a fait des parades un peu bizarres hier, mais dans l'ensemble, il a été très bon.
« Peut-être qu'on était contents de ce qu'on avait fait jusqu'à présent. C'est un peu le problème de la Suisse : on se contente de ce qu'on a. »
Il a sauvé l'équipe à plusieurs reprises, d'ailleurs. Derrière et au milieu, on est solides. Faudrait que ça fonctionne devant, maintenant. Et puis sinon, on a eu un peu de chance jusqu'à présent : contre l'Albanie, Yann a sorti de superbes parades, contre la Roumanie, on a laissé un peu trop d'espace. Contre la France aussi, il y avait beaucoup d'espace. Peut-être qu'on a trop respecté la France, je ne sais pas. Peut-être qu'on était contents de ce qu'on avait fait jusqu'à présent. C'est un peu le problème de la Suisse : on se contente de ce qu'on a.


La Suisse a eu de la chance, la France ayant touché trois fois les montants ; néanmoins, certaines fautes n'ont pas été sifflées en faveur des Suisses...
La faute sur Džemaili, c'est un penalty. C'était net. Face à la Roumanie, Lichtsteiner a tiré le maillot de son adversaire, il y a eu penalty direct. On a eu de la chance d'un côté, de la malchance de l'autre : ça s'équilibre. Peut-être qu'au final, l'arbitre n'a pas vu la faute.

C'était un match très étrange, au final : des maillots déchirés (dont deux fois celui de Xhaka), un ballon crevé...
Concernant les maillots, je crois que Puma n'a pas réalisé une belle opération markting hier soir. Sinon, la Suisse réalise peut-être un parcours étrange, mais c'est le genre de parcours qui peut payer à la fin. Là-dessus, je suis très optimiste. C'est un parcours bizarre : on a de la chance, on passe quand même, on ne prend pas beaucoup de buts. On est sur le chemin pour faire quelque chose d'important.

Et la France, vous la voyez aller jusqu'où ?

« Là aussi, la Suisse a eu de la chance : si le terrain était en parfait état, la France aurait pu faire beaucoup mieux. »
Je pense que c'est l'équipe où il y a le plus de qualités. Il y a tout dans cette équipe, à tous les niveaux. Il ne lui reste plus qu'à faire preuve d'un peu d'humilité et se trouver un esprit d'équipe. Mais attention à la Suisse, hein, on pourrait se retrouver en finale ! Sinon, la pelouse, c'était un désastre hier. Ce qui fait que les joueurs techniques n'ont pas pu s'exprimer. Là aussi, la Suisse a eu de la chance : si le terrain était en parfait état, la France aurait pu faire beaucoup mieux.

Vous trouvez que la France a plus de qualités qu'une équipe comme l'Espagne, par exemple ?
Il y a plein d'équipes qui ont montré de belles choses : la Croatie, l'Espagne, ou encore l'Italie, qui est probablement l'équipe qui s'adapte le mieux à ses adversaires. Et puis ils sont très solides derrière, ils possèdent un vrai noyau. Si le Portugal se réveille, pourquoi pas, ou encore l'Angleterre. L'Allemagne, je trouve que c'est un peu comme la Suisse : les joueurs qui doivent faire la différence sont encore un peu en dedans pour le moment. Mais on sait bien que les Allemands répondent toujours présent quand il faut. Et l'Espagne, c'est la meilleure équipe pour l'instant. Mais si l'Espagne affronte l'Italie par exemple, il n'y aura pas les mêmes espaces que contre la Turquie.


Ça faisait longtemps qu'on n'avait pas eu un tournoi aussi ouvert que celui-ci...
On n'a pas vu grand-chose, je trouve. Les numéros 10 me manquent, d'une manière générale. Gheorghe Hagi, Lajos Detari, Andreas Möller... Quand j'allume ma télé, je cherche le vrai 10, c'est ce genre de joueur qui me fait vibrer. Aujourd'hui, on n'a que des demi-attaquants, des je ne sais quoi, pfff... Après, le football a changé... Vous savez, le football, c'est très simple. Et nous, on le complique.

Vous comptez revenir un jour dans le football professionnel ?
Non, je n'ai pas envie. Ce sont des enfants, et il faudrait que je joue au père de famille.


Propos recueillis par Ali Farhat
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié




Dans cet article


Hier à 15:40 Une ex-formatrice défonce la goal-line technology (via Brut Sport) Hier à 14:28 Quand Ronaldo planquait de la bière 48 Hier à 12:50 Dupraz quitte le TFC 128 Hier à 11:55 Robinho en route vers Sivasspor 59
Partenaires
Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur
Hier à 08:57 Un supporter arrêté après avoir uriné dans la bouteille du gardien adverse 18 dimanche 21 janvier La double fracture de McCarthy 4 dimanche 21 janvier Pablo Aimar va (re)faire ses adieux 10 dimanche 21 janvier Un gardien espagnol marque de 60 mètres 7