1. // Euro 2016
  2. // 8es
  3. // France-Irlande (2-1)

France-Irlande : la revue de presse étrangère

Modififié
0 8

Portugal


Au Portugal, l’heure est encore à la fête après la victoire au bout du suspense contre la Croatie en huitième de finale de l’Euro 2016 samedi. Les Portugais ont tout de même regardé le match de leur « meilleur ennemi » français. Et les journaux sont assez unanimes pour résumer le match. Pour A Bola « la France s’est fait peur, mais a finalement composté son billet pour les quarts de finale de l’Euro 2016 » . Et le nom qui revient partout est celui d’Antoine Griezmann. Le journal Record déclare que malgré une « grande nervosité » les Français sont « en quart de finale au rythme de Griezmann qui a réalisé une partie exceptionnelle » .

Mais, si la presse portugaise parlait autant de la France ce week-end, ce n’est pas pour son match, mais essentiellement pour revenir sur les critiques de la presse française envers le jeu « minimaliste » des Portugais contre la Croatie. Le journal 20 Minutes est particulièrement dans le viseur des journaux portugais après avoir écrit « ce Portugal est dégueulasse, mais il est en quart » avant de s’excuser et de changer son titre.

Espagne


El Mundo envoie la salsa avec un titre « La France et Griezmann trouvent leur antidépresseur » . On n'échappe pas à sa réputation de consommateurs fous d’anxiolytiques. Avec son doublé, Grizi est donc sorti « du puits dans lequel il était tombé depuis le point de penalty à Milan » , référence à son échec à 11 mètres en finale de C1. Qualifié de « spécialiste du mouvement » , il disparaît pour mieux réapparaître. C'est beau comme du MC Solaar. Bouge de là, l'Éire ! Cela dit, la défense est également pointée du doigt. Logique. Mention spéciale pour Coman. Pour le quotidien généraliste, la France commence un nouvel Euro. On y croit aussi ?

El Pais calme tout le monde avec une titraille peu sympathique pour les Bleus, mais toujours aussi dithyrambique pour le Colchonero : « Peu de France et beaucoup de Griezmann » . L' « Irlande quelconque, en supériorité pendant une heure, ne s'est rendue que devant le joueur de l'Atlético » . Le quotidien de référence met l'accent sur les changements de système et de XI de Deschamps et s'inquiète du rendement de Pogba. Ce qui est sûr, c'est que José Samano a claqué LA punchline qui tue : « Par chance pour la France, le pinceau rojiblanco n'a pas la forme des machines à brocher de Pogba et Matuidi » . Qui ramène le rosé pour le barbeuc ?

En ce qui concerne les quotidiens sportifs, le numéro 7 des Bleus est couvert de louanges. « La France c'est Griezmann » lance AS tandis que Marca le compare successivement à Astérix ( « Il a la potion magique » ), à Louis XIV ( « Ni Pogba ni Payet : Griezmann a été l'authentique roi soleil » ) et à... un acteur porno ( « La France a trouvé son point G » ). Ouais, tout ça à la fois. Uderzo, Stéphane Bern, Liza del Sierra. Sacré tableau de chasse le Grizou ! Mieux vaut ne pas se faire trop d'images mentales, du moins pour les deux premiers cités.

Allemagne


« Griezmann délivre des Français sensibles » , titre la Süddeutsche Zeitung, qui estime que l'équipe de Didier Deschamps livre la même impression que depuis le début du tournoi : « Une équipe très engagée, mais très sensible, pour laquelle le tournoi pourrait continuer longtemps, mais aussi s'arrêter du jour au lendemain. » Même son de cloche du côté du Spiegel, qui considère que « la France aime se mettre dans des situations difficiles. Les deux buts qu'elle a pris l'ont été sur penalty. Et celui contre l'Irlande ressemble fortement à celui face à la Roumanie » . La FAZ va même plus loin, puisque pour le quotidien de Francfort, le match référence n'a pas toujours pas eu lieu. « En conséquence, la confiance fait défaut à cette équipe, qui doit gagner son troisième gros tournoi à domicile après l'Euro 1984 et la Coupe du monde 1998 – et ce dans les meilleures conditions possibles, après toutes les affaires et les scandales autour des Bleus il n'y a pas si longtemps encore. » Heureusement, Antoine Griezmann « a sauvé toute une nation en 226 secondes » , selon Bild, qui rappelle au passage que le but de l'égalisation est le premier de l'équipe de France dans un match à élimination directe de l'Euro depuis... le but en or de David Trezeguet en finale de l'Euro 2000. Ce qui ne rajeunit personne.
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

footixallezlesbleus Niveau : Loisir
Moi pas comprendre la fameuse punchline de l'Espagnol ?
Danse, biatch! Niveau : Ligue 1
 //  13:19  //  Passionné de la Jamaïque
Griezmann qui marque le premier but dans un match du second tour de l'Euro depuis le but en Or de Trezeguet, wah, sacrée stat!

Charles K'est bourré Niveau : DHR
Pareil, je pense que la traduction est à remettre en cause, parce qu'une "machine à brocher", moi pas comprendre...
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
0 8