Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 0 Résultats Classements Options
  1. // Coupe des confédérations
  2. // Nigeria/Uruguay (1-2)

Forlán sort l'Uruguay du piège nigérian

En danger face au Nigeria, l'Uruguay s'en est remis à ses cadres, Lugano et surtout Forlán, pour se défaire du champion d'Afrique (2-1), intéressant mais trop brouillon et peu expérimenté. Les demi-finales se rapprochent pour la Celeste.

Modififié
Nigeria 1-2 Uruguay
Buts : Obi Mikel (36e) pour le Nigeria ; Lugano (19e) et Forlán (51e) pour l'Uruguay

Les génies ne meurent jamais, paraît-il. Mieux, ils apparaissent toujours quand on a besoin d'eux, quand leur équipe est dos au mur, voire au bord du gouffre. Bousculée par les jeunes Nigérians, la Celeste s'en est donc remise à Diego Forlán. Le jour de sa 100e cape, le numéro 10 uruguayen a ressuscité, envoyé un missile sous la barre et offert les trois points (et sans aucun doute la qualification pour les demies) à son pays. C'était la finale de ce groupe B, et l'Uruguay l'a emportée, non sans peine. Dans l'Arena Fonte Nova de Salvador, les deux prétendants à la deuxième place s'affrontaient pour la première fois, dans deux styles opposés. D'un côté, un Nigeria trop vert. De l'autre, un Uruguay trop mûr. Finalement, c'est l'expérience qui a parlé. Besogneuse, la Celeste a un bon pied en demi-finale.

Lugano dans tous les coups

Positionnée en 3-5-2, la Celeste entame mieux que son adversaire cette première confrontation de l'histoire. Une minute de jeu, et déjà une frappe dangereuse de Cristian « l'Oignon » Rodriguez. Le trio Forlán-Suárez-Cavani combine bien, mais le Napolitain est beaucoup trop hors-jeu pour être dangereux. Trop timorés, les Nigérians finissent par entrer dans leur match grâce à Ideye, l'ancienne terreur du Doubs. Muslera dégage comme il peut. L'Uruguay est plus entreprenant, Forlán enchaîne les coups de pied arrêtés, et sur l'un deux, c'est capitaine Lugano, du tibia, qui ouvre la marque (19e). Bon, le reste du temps, l'éphémère Parisien fait des fautes et reprend son souffle. Toujours en retard, il se fait effacer comme un plot par Obi Mikel, qui crucifie Muslera et relance complètement les siens (36e). Les Verts sont brouillons, mais trop vifs pour les Uruguayens, à l'image du jeune Ahmed Musa, intenable sur son aile gauche. Le Nigeria a pris le contrôle des débats, passe à une claquette de Muslera de prendre l'avantage sur corner, mais doit finir le match sans son triple buteur Oduamadi, blessé à la cheville. C'est la mi-temps, les hommes de Tabárez filent tête baissée au vestiaire, ceux de Keshi se réunissent en cercle au milieu du terrain.

L'éclair de Forlán

Cette fois-ci, ce sont les Africains qui débutent tambour battant, mais il manque 10 centimètres à Ogu pour pousser la balle au fond. C'est derrière que le Nigeria est plus en difficulté, surtout face au trio offensif uruguayen qui, d'un contre foudroyant, va redonner l'avantage à la Celeste. Luis Suárez fait la différence, fonce et décale Cavani, qui sert à son tour Forlán, et boum (51e). Un missile du gauche sous la barre d'Enyeama, comme à ses plus belles heures. Après cinq minutes de flottement, les champions d'Afrique repartent à l'attaque, mais l'adversaire a resserré les rangs. L'Uruguay attend très bas les Super Eagles et se projette très vite en contre. Forlán ouvre magnifiquement pour Cavani qui, seul face à Enyeama, envoie la balle à l'autre bout du pays. Sympa, le meilleur joueur du dernier Mondial redonne une chance à son attaquant, avec un coup franc déposé sur sa tronche. Le hors-jeu est très mal joué par la défense nigériane, le Napolitain est seul au monde, mais il ne cadre pas. Il y a des soirs comme ça. Tabárez verrouille derrière en lançant Coates à la place de Suárez, Musa fait encore du grabuge, mais ce Nigeria manque cruellement d'organisation. Cette défaite condamne a priori les ouailles de Keshi, qui auront toutefois montré de belles choses. Avec Moses, Uche, Emenike et Onazi, ils auront d'autres arguments à faire valoir. L'Uruguay, lui, n'est jamais mort.

par Léo Ruiz
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 50 minutes Le Belge Tom Saintfiet, sélectionneur de la Gambie 1
Partenaires
Podcast Football Recall Un autre t-shirt de foot est possible Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi
Hier à 15:52 Usain Bolt pourrait jouer en Australie 17
À lire ensuite
L'Espagne puissance dix