1. // Jeux vidéo
  2. // Football Manager

Football Manager 2017 intègre le Brexit

Miles Jacobson est un europhile inquiet. Alors que Football Manager 2017 sortira officiellement le 4 novembre prochain, le boss du jeu reçoit dans son bureau londonien pour évoquer le danger du Brexit pour le football britannique, problème majeur des prochains mois pour la FA. Un spectre qu'il a mis à l'épreuve selon plusieurs scénarios avec FM lors des dernières semaines et qui aura son incidence dans la nouvelle édition.

Modififié
1k 26
C’est l’histoire d’une gifle inattendue. Celle d’un piège qui s’est refermé sur quelques inconscients et qui a été poussé par 51,9% de révoltés. Au matin du 24 juin dernier, le Royaume-Uni s’est réveillé avec la gueule explosée, gonflée et ce sale goût habituel de ne jamais rien vouloir faire comme les autres. Voilà comment quarante-trois ans d’histoire ont été arrachés, comme ça, sur la base d’un pari risqué, basé sur des raisons uniquement politiciennes, de David Cameron. Les premiers jours de l’été n’ont aucune couleur pour Londres, sur lequel la guillotine vient de tomber. Le résultat est clair, Cameron, alors Premier ministre démissionnaire, annonce que « la volonté du peuple britannique doit être respectée  » . Le Royaume-Uni vient de voter son départ de l’Union européenne avec tout ce que cela implique. Alors le bal des questions, des tentatives de bricolage et des scénarios jusqu’ici inenvisagés a commencé.

Il n’est toujours pas terminé, mais l’Angleterre n’a jamais paru aussi touchée moralement. Physiquement, aussi, depuis ce soir du 27 juin où le pays a définitivement été séché dans ce qui lui restait encore d’espoir, avec les images encore vives de la défaite de sa sélection nationale de foot contre l’Islande à Nice lors de l’Euro organisé en France. C’était il y a maintenant un peu moins de quatre mois, mais tout est aujourd’hui pire, entre des dirigeants politiques qui s’amusent à se balancer la patate chaude et un football national qui connaît une crise sans précédent depuis les récentes révélations du Daily Telegraph sur un univers dont on connaissait les travers, mais sur lequel on refusait jusqu’ici d’ouvrir les yeux. Alors, il est temps d’entendre une voix. Celle du créateur d’un monde qu’il décrit lui-même comme « un plus bel endroit pour le moment  » en comparaison à un univers qui n’est « pas particulièrement bon » . Son objectif est là : «  Offrir la possibilité aux gens de s’échapper dans un univers différent de celui dans lequel ils vivent aujourd’hui. » Comme souvent, Miles Jacobson, le créateur de Football Manager, a des choses à dire, alors il parvient à dégager deux places dans son bureau londonien où il reçoit, posé sur un siège incrusté de son maillot de toujours : celui de Watford où le numéro 9 de son ami Troy Deeney apparaît.

« Ce pays n’a pas la volonté d’améliorer les choses »


Si Miles reçoit, c’est d’abord pour présenter la nouvelle version de FM qui sortira le 4 novembre prochain, mais aussi pour parler d’un autre sujet qui mine son âme d’europhile depuis plusieurs mois : le Brexit. Il avoue ne pas y avoir cru sur le moment, lui qui aime répéter sa « fierté d’être anglais, britannique et européen » . Alors il fauche : « Je vais être franc. Ce pays n’a pas la volonté d’améliorer les choses. Il faut se rendre compte que ce qui se joue actuellement est quelque chose d’énorme pour nos vies, mais aussi pour notre football. Pour bien connaître le système national, je me suis longtemps posé plusieurs questions pour comprendre les scénarios, et on a décidé récemment de simuler des parties de Football Manager en incluant toutes les conséquences que pourrait avoir le Brexit sur le monde du foot. On a pris tous les types de scénarios, histoire de voir ce qui pourrait se passer. Tout ça n’aurait qu’une conséquence : un football national qui se referme sur lui-même, des droits télés qui dévissent et un problème majeur. Notre gouvernement doit en prendre conscience. Prendre conscience qu’un Brexit peut faire exploser le système. » La virtualité précise pour mettre en perspective les conséquences réelles qui n’ont jamais été aussi proches. Jacobson est honnête : « C'est la première fois qu'un jeu d'ordinateur essaye d'imaginer le futur d'un pays. » Comment ? En lisant les différents programmes, en consultant, discutant avec les politiques et les différents acteurs du monde du foot. Puis Miles Jacobson s'est posé avec ses analystes pour planifier toutes les possibles conséquences.

Tout peut encore arriver et le boss de Football Manager en a conscience. Ce que l'équipe de développeurs sait pour l'instant, c'est que l'article 50 du Traité de Lisbonne pour déclencher le divorce avec l'UE sera activé avant « fin mars » comme l'a expliqué récemment le Premier ministre Theresa May. Ce que personne ne mesure encore est la durée des négociations. Alors Miles Jacobson a installé dans le nouvel opus trois scénarios en utilisant l'intelligence artificielle. Au moment du départ officiel, le joueur recevra alors un communiqué et verra face à lui l'une des trois voies possibles : un Brexit plus tendre où la liberté de mouvement des travailleurs est conservée ; un autre où les footballeurs conservent les mêmes exceptions que pour les artistes. Ils peuvent alors obtenir plus facilement un permis de travail que les autres, et ce type de Brexit toucherait de façon moins importante les joueurs venant de l'intérieur de l'UE ; ou un Brexit dur, où on retrouverait les règles qui s'appliquent déjà aux joueurs non issus de l'UE et qui s'appliqueraient alors à tous les joueurs non britanniques. Cette troisième option est clairement la plus difficile pour le joueur, car elle toucherait en profondeur la Premier League et serait « terrible » selon Jacobson. Il complète : « Ce serait positif d'un point de vue britannique. Pareil pour la sélection. Mais sinon, ce ne serait pas une bonne chose pour le football de ce pays, de la Premier League au Championship. »

« Partout où il y a de l’argent, il y a de la cupidité »


Oui, Miles Jacobson est touché par ce qui touche actuellement un pays de foot au sein duquel il a progressivement contribué à bousculer les mentalités dans l’approche du jeu depuis le début du siècle. Car au-delà du Brexit qui est le problème majeur actuel, c’est contre un système que se tournent les convictions du quadragénaire. « Ce qu’il se passe actuellement n’est pas une surprise, poursuit-il. Le foot est comme le milieu des affaires, partout où il y a de l’argent, il y a de la cupidité. Est-ce que je suis surpris ? Non. La seule façon d’éviter ces histoires est de dire non. Chacun a le pouvoir de dire non, de refuser quelque chose ou de l’accepter. » L’homme est touché, assez désabusé aussi et souhaite bouger l’approche pour sensibiliser aux risques d’un Brexit dont la FA tend depuis plusieurs semaines à repousser le problème. L’Angleterre du foot est aujourd’hui à l’heure des questions, alors qu’elle n’a jamais été aussi puissante financièrement dans sa volonté de générer toujours plus de profits. Avec les conséquences naturelles que cela comporte. Sa Fédération doit attaquer ses problèmes actuels par cette base avant de repenser un système de formation entier et un « milieu gangrené » par une culture du clientélisme à l’extrême. La virtualité ne peut pas être qu’une simple alerte, mais elle peut aider à prendre conscience des conséquences.

Par Maxime Brigand, à Londres
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

L'homme responsable du plus grand nombre de divorce!
Merci pour cet article Maxime, mais je trouve ton analyse très "continentale".

Certaines phrases me paraissent même franchement biaisées : « le Royaume-Uni s’est réveillé avec la gueule explosée » ; « Les premiers jours de l’été n’ont aucune couleur pour Londres, sur qui la guillotine vient de tomber. » ; « l’Angleterre n’a jamais paru aussi touchée moralement. » etc…

C’est faire peu de cas de l’histoire de ce pays, de sa capacité de résilience et de sa faculté à s’adapter, à accompagner, voire à déclencher les mutations de l’histoire.

Si l’on se fie à la presse Européenne en général et Française en particulier, on a l’impression que l’apocalypse économique a commencé, si on lit la presse Britannique, le choix était le bon, et tout se met en place pour un avenir prospère.

Il y a clairement du conditionnement des deux cotés…
fcsmchampionsleague Niveau : District
@bnark,
La presse en angleterre n'est pas aussi unanimne.
fcsmchampionsleague Niveau : District
et l'avenir est tres incertain.
Certes, mais moins que celui de Sochaux en Champion's league...

Quand à l'unanimité, tu as raison, mais la tendance générale est quand même à l'optimisme, et c'était d'ailleurs déjà le cas cet été, juste après le vote.

J'ai d'ailleurs tendance à me méfier des pays ou la presse accorde unanimement ses violons (comme c'est le cas chez nous sur cette question précise), j'y vois un éventuel signe de déclin démocratique et d'absence de recul et d'empathie des formateurs de l'opinion publique.
Boh j'sais pas hein. C'est un partenaire essentiel de l'économie mondiale pour tout le monde donc personne ne déclenchera un haro sur eux. En plus de quoi ils sont liés quoi qu'il arrive avec bien des pays sans avoir besoin de faire partie de l'UE. Institution tellement mauvaise qu'aujourd'hui LE pays qui en tirait que des avantages a préféré la quitter quand même. Donc "avenir incertain"....
Non mais mec t'as pas compris. Les anglais ont voté pour sortir de l'UE mais ils étaient contre. Ils ont fait ça sans y croire, pour se marrer, tu sais ces gros cons de prolos.
6 réponses à ce commentaire.
TuniqueRouge Niveau : DHR
La beta de FM17 vient de sortir d'ailleurs!

Il est l'heure pour moi d'amener le redstar en finale de ldc 2050

VascoVince Niveau : DHR
Les mecs ont demandés à quitter l'Union Européenne.
Ils ont pas quittés le capitalisme, ou les pays développés...
Il y a une blinde de traités multilatéraux, et si la FA le veut elle peut autoriser un nombre d'étrangers illimité dans les effectifs, restera le problème des permis de travail mais comme les 3/4 des étrangers sont internationaux dans leur équipe nationales ça va pas changer le monde.

Et j'attends de voir si les politiques vont vraiment sortir le pays de l'Union Européenne et respecter le vote de leur peuple.
Moi j'y crois pas trop.
La sortie va prendre des mois et des mois, et les coups de Trafalgar (si je puis dire) du genre de celui de Sarkozy ("vous étiez contre mais vous m'avez élu donc on le fait quand même") les anglais peuvent l'avoir à l'envers.
Non, ils sortiront bel et bien. Mais comme l'UE est en déliquescence et qu'elle marche aujourd'hui à l'envers et qu'en parallèle on fait tout pour que ça se voit pas et qu'on croit le contraire, on va tout faire pour te faire croire que la catastrophe est en cours pour les anglais. Parce que faudrait quand même pas qu'entre le Norvège, l'Islande, les anglais et les suisses, ça se voit de trop qu'être hors de l'UE semble assurer une prospérité qui n'est pas permise en y restant. Faudrait pas que les gens s'aperçoivent enfin de la profondeur avec laquelle on les a enfilé avec Bruxelles, faut quand même pas déconner.
Bien d'accord avec toi.
Ce que je trouve assez étonnant dans cette affaire, c'est qu'autant je comprends qu'une population veuille quitter cette Europe qui "marche sur la tête", autant les principales raisons pour lesquelles une majorité de Britanniques ont voté pour le Brexit me paraît invraisemblablement débiles.
Ouais. C'est ce qui me dégoûte : en France, comme d'hab, on nous a montré la chose sous l'angle adéquat pour développer le vieil et fidèle argumentaire de " c'est les fachos qui veulent pas de l'Europe" en te montrant les gens qui votent chauffés par les populistes de droite et par peur du migrant et pas les ouvriers de gauche du Nord du pays dépossédés par l'UE, les agriculteurs, et j'en passe... Alors que le FN en France n'a JAMAIS proposé la sortie de l'UE CONCRETEMENT par l'article 50 qu'est entrain d'activer le Royaume Uni, et que ces derniers se gavent au fantoche parlement européen... Dévoyé le débat, le faire discréditer dans des mains de pauvres petits racistes à deux balles... Ca et le fameux "on va changer l'Europe", propre à tous les faux partis "contestataires", alors que tous savent très bien que les traités ne sont changeables qu'à l'unanimité des 27, autant dire jamais directement en somme... Toujours la même technique, et pourquoi changer ? Elle marche si bien... C'est dommage, parce que le débat de fond sur l'UE devient pourtant vital tant l'Europe telle qu'elle est construite nous fait mal aujourd'hui.
3 réponses à ce commentaire.
TsouinTsouin Niveau : Ligue 1
@Bnarck
Désolé, je t'ai donné mon +1, ce n'était pas du tout mon intention...
Un peu comme ce référendum débile. J'ai pas fait gaffe et je regrette.

La presse britannique ? Poua !
J'espère que les Écossais vont vite se tirer de ce merdier histoire que l'Angleterre profonde (qui a voté "leave") se retrouve à rouvrir ses mines de charbon.
Ça me fera aussi bien marré quand ils iront lécher le culs des américains et leur donner le leur.
T'inquiète pour le +1, il m'est déjà arrivé nettement pire...

Quand je parle de la presse anglaise je ne la limite pas au Sun et au Daily Mirror, j'inclus des canards assez respectables comme le Telegraph, ou l'independant par exemple...

Quand à donner leur cul aux américains, je suis d'accord avec toi, c'est bien ce qui leur arrive de pire, mais ça date pas d'hier.
Il m'arrive souvent de me foutre de la gueule de mes potes anglais en leur rappelant qu'ils sont un des seuls pays de l'histoire qui soit devenu une colonie d'une ex-colonie.
Psychedelic Train Niveau : DHR
Faux! C'est déjà arrivé au Portugal, qui a vu sa famille royale se réfugier à Rio de Janeiro à l'arrivée des troupes de Napoléon à Lisbonne. Rio est ainsi restée la capitale de l'Empire durant une grosse dizaine d'années -à vérifier-. Par la suite, Lisbonne est redevenue la capitale, mais cette dernière, à l'occasion d'une difficile succession dans les années 1830 ou 40 -à vérifier encore- est passée à Angra do Heroismo, dans les Açores, un petit temps. Plus contemporainement, beaucoup de portugais diplômés partent vers les anciennes colonies pour avoir de vrais postes bien payés.

Ok, ça n'a pas grand chose à voir avec le sujet de l'article, mais vu ton propos, je tenais à corriger le palmarès annoncé... Même que ce dernier pourrait être faux aussi, quoique pas pour l'occident "moderne".
Psychedelic Train Niveau : DHR
Arf, me suis emballé! Tu as bien précisé qu'il s'agissait d'"un des seuls" et pas "le premier". Bref, c'était pour le plaisir d'étaler!
Ce que tu fis fort bien, on peut aussi citer j'imagine la Grèce conquise par les Romains.
Merci pour l'histoire, je vais aller jeter un coup d’œil.
Donner leur cul au américains ? Marrant c'est précisément la raison d'être de l'UE
Psychedelic Train Niveau : DHR
Je ne serais pas aussi catégorique pour la Grèce et Rome, mais après tout, pourquoi pas.

Si l'histoire que je tentais de relater t'intéresse, tu peux t'essayer à un excellent roman historique, qui a par ailleurs bien marché en Espagne, L'Empereur aux 1000 conquêtes de Javier Moro.

Mais c'est qu'il y a match!
7 réponses à ce commentaire.
Fabrizio Salina Niveau : CFA2
Et les joueurs anglais vont-ils toujours être surcôtés et surévalués?
Les regen anglais vont-ils marcher sur le foot mondial comme à chaque nouvelle édition?
J_Vous_Lavezzi Niveau : Ligue 1
Le principal fait du Brexit sera la dévaluation de la Livre, dans le futur vous verrez qu'un joueur estimé à 10M€ sur le continent, ils le payeront 35M£ (hors bonus).

Ca changera pas grand chose en fait.
1 réponse à ce commentaire.
"Le danger du Brexit pour le football britannique"... Ils vont plus pouvoir faire exploser le marché européen ? Quel drame...
Enorme deceidement FM!!

Le brexit, tous les anglais qu ej croise me disent que le critere numero 1 de voter pour est l'immigration. Ils vont manger leurs dents economiquement pendant un certain temps mais ils se releveront.
En Europe par contre (LA VRAIE, L'UNIE) ya pas moyen de lacher quoi que ce soit et surtout ne pas faiblir face aux moults tentatives a venir de la part de UK de gratter du pognon.

PAR CONTRE JOUEURS ANGLAIS VENEZ GAGNER VOTRE VIE EN EUROPE :)
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
1k 26