Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 35 Résultats Classements Options

Football History X

Message posté par Arsenic le 09/05/2018 à 11:26

Le topic où l'on parle de l'histoire du foot ou de l'histoire tout court...

Précédent 1 2 3 4 5 6 7 8 Suivant
Réponse de Don't mess with Tonygoal
le 09/05/2018 à 11:27
Voilà l'histoire du foot en résumé: Cela fait aujourd'hui 20 ans jour pour jour que le RC Lens a été champion de France.
Réponse de Max_Payne
le 09/05/2018 à 11:34
Message posté par Don't mess with Tonygoal
Voilà l'histoire du foot en résumé: Cela fait aujourd'hui 20 ans jour pour jour que le RC Lens a été champion de France.


Et 9 ans jour pour jour que Guingamp a gagné la coupe de France !
Coïncidence ? Les Lensois sont les seuls supporters à avoir eu toute une tribune latérale quand ils venaient jouer chez nous.
L'amour commun pour Coridon je pense.
Réponse de Don't mess with Tonygoal
le 09/05/2018 à 11:42
Et pour Daniel Moreira!
Réponse de Fred Astaire
le 09/05/2018 à 11:57
Merci d'avoir retenu mon sous-titre !
Réponse de Fred Astaire
le 09/05/2018 à 12:05
Un topic sur mesure pour Alain, Alegria, Ajde, Zizou, Ubriacone, Totti, Franz, Lemoine, Sainté, Nederland, et tous les barjots du forum !
Réponse de Totti Chianti
le 09/05/2018 à 12:17
Mon titre a été choisi!
Je suis tout rouge devant mon ordi!

J'avais fait pas mal de présentations de joueurs/capitaines cultes de la Roma, si jamais ça vous intéresse, ça se situe entre les pages 7 et 10/11 (je crois) du Taupique de la Roma.

Les prochains seront donc ici.
(si y en a!)
Réponse de Don't mess with Tonygoal
le 09/05/2018 à 12:26
J'ai pas suivi la conception de ce topic, mais ça pourrait être pas mal de parler de sujets en lien avec la date du jour (je dis pas ça parce qu'il y a une anniversaire important aujourd'hui hein, si j'en parlais ça serait plus avec les souvenirs d'un petit garçon de 10 ans qu'avec une mine d'informations) --> anniversaire d'un joueur, d'un match, d'un titre.
Réponse de Fred Astaire
le 09/05/2018 à 12:38
Message posté par Don't mess with Tonygoal
J'ai pas suivi la conception de ce topic, mais ça pourrait être pas mal de parler de sujets en lien avec la date du jour (je dis pas ça parce qu'il y a une anniversaire important aujourd'hui hein, si j'en parlais ça serait plus avec les souvenirs d'un petit garçon de 10 ans qu'avec une mine d'informations) --> anniversaire d'un joueur, d'un match, d'un titre.


C'est ad lib !
Réponse de sainté
le 09/05/2018 à 13:31
rhoooo là là je sens qu'on va se régaler!la madeleine de proust est en route!! effectivement y'a de quoi faire avec les fadas qui déambulent dans les parages...enthousiasmant je sens que papy fred va être inarrêtable^^
Réponse de Fred Astaire
le 09/05/2018 à 14:01
La photo, c'est bien le Onze d'Or ?
Difficile de faire meilleur choix pour illustrer un Topic historique !
Réponse de Max_Payne
le 09/05/2018 à 14:06
Vraiment content de voir un topic de ce type s'ouvrir.
C'est toujours un plaisir de lire les commentaires bien écrits, fournis, documentés des membres de SF.
On apprend plein de trucs.
Réponse de Fred Astaire
le 09/05/2018 à 14:18
Message posté par sainté
rhoooo là là je sens qu'on va se régaler!la madeleine de proust est en route!! effectivement y'a de quoi faire avec les fadas qui déambulent dans les parages...enthousiasmant je sens que papy fred va être inarrêtable^^


A propos de Papy, trouvé plus ancien. Sur l'article de "Nîmes en Ligue 1", un supporter pur jus de 71 ans, "C'mon Crocs" (Loisir).
Malheureusement, il n'a pas répondu à mon post. Sa place est toute trouvée ici. Peut-être interviendra-t-il lors de la saison prochaine de L1.
Réponse de Max_Payne
le 09/05/2018 à 14:21
@Fred : Tu peux essayer de le contacter avec le système de messagerie privée ?
Réponse de Fred Astaire
le 09/05/2018 à 14:32
Message posté par Max_Payne
@Fred : Tu peux essayer de le contacter avec le système de messagerie privée ?


Impossible, n'étant que "Loisir", il n'y a pas accès (c'est à partir de CFA ou CFA 2 je crois).
Réponse de So-Frites
le 09/05/2018 à 16:51
40 ans jour pour jour:
https://www.lequipe.fr/Football/Actuali … 978/899196

(cette saison le SCB termine anonymement 2éme de N3 et y restera, c'est loinnnnnnnnnnnn '78)
Réponse de Fred Astaire
le 09/05/2018 à 17:27
Message posté par So-Frites
40 ans jour pour jour:
https://www.lequipe.fr/Football/Actuali … 978/899196

(cette saison le SCB termine anonymement 2éme de N3 et y restera, c'est loinnnnnnnnnnnn '78)


Le match aller n'aurait jamais dû se jouer: une mascarade !

Bonjour à Pierre Cangioni.


Les superbes hommages à Claude Papi, par deux de nos plus brillantes plumes (extraits du Top Bastia).


Au-delà de son talent, qui en faisait un légitime concurrent de Platini (le départ de Stefan Kovacs et l'arrivée d'Hidalgo ont sonné le glas de sa carrière internationale), Papi incarne surtout l'image du joueur de club par excellence. 

Coéquipier exemplaire, meneur à l'altruisme formidable - bien plus généreux en ce domaine que Platoche, bien moins "politicien" aussi, Papi était une sorte de totem corse, il incarnait l'image bienveillante d'un club à l'identité très marquée mais capable d'accueillir tous ceux souhaitaient se convertir à la beauté, des yougos apatrides, des hollandais pré-punks...

L'épopée de 78, c'est beaucoup grâce à Papi, à son sens du lien et de la fraternité. Qu'il manque la finale de CDF 81 (victoire devant l'ASSE de Platini), et surtout sa disparition tragique 2 ans plus tard, suffisent à réunir à jamais son destin à celui du SCB. 

Partout où on l'a vu jouer, Papi a montré l'immense joueur qu'il était, mais il n'y a qu'à Bastia qu'on le considère à sa juste valeur : une idole. 

Tant mieux, les idoles les moins partagées sont les plus vivantes.

O Alegria Do Povo



Papi est la Corse, Papi est le football corse, Papi est le Sporting, Papi est l'épopée en C3 78... Magnifique footballeur, possédant toute la palette propre à son poste : virtuosité technique, excellente vision du jeu, vista, vivacité, qualité de passe, contrôles, prises de balle, précision de frappe, dribbles... Un n°10 qui était également un très bon finisseur, un peu à l'image de son principal concurrent en EDF, un certain Michel Platini (quel dommage qu'Hidalgo n'ait jamais vraiment tenté de les associer au milieu lors du Mondial 78). Je ne saurais pas forcément dire exactement pourquoi mais je trouve que Papi ressemblait un peu, par son style de jeu, à certains grands meneurs de jeu sud-américains des 70's (notamment les Argentins Bochini et Beto Alonso, malgré d'évidentes différences). 

Alain Proviste


 
Réponse de sainté
le 09/05/2018 à 17:32
rooo la tête du jeune olmeta en supporter excellent! ça sent bon le foot à l'ancienne et krimau un nom qui sent bon ma découverte du foot au début des 80's le héros de mes 11 ans pour sa seule année à GG
mince j'ai pas suivis les derniers matchs du N3 pour le SCB c'est chaud de rester en N3 une année de plus!
Réponse de TheDuke8
le 09/05/2018 à 17:56
Message posté par Don't mess with Tonygoal
J'ai pas suivi la conception de ce topic, mais ça pourrait être pas mal de parler de sujets en lien avec la date du jour (je dis pas ça parce qu'il y a une anniversaire important aujourd'hui hein, si j'en parlais ça serait plus avec les souvenirs d'un petit garçon de 10 ans qu'avec une mine d'informations) --> anniversaire d'un joueur, d'un match, d'un titre.


Sans prétention, mais un peu quand même, j'en revendique la paternité!

Aux âmes heureuses de s'épancher sur le foot et l'histoire! Un vrai régal!

D'ailleurs, je reporte une idée que je proposais et qui à mon sens semble intéressante (nécessaire) pour le concept de ce topic, une problématique en réalité : une histoire faite et discutée sur internet, par ses acteurs, peut-elle revendiquer un statut, une légitimité? Un topic d'utilité publique, ne laissons se dire n'importe quoi, usons de notre esprit critique et de notre raison pour rendre ce topic sain!
Réponse de So-Frites
le 09/05/2018 à 17:57
Le SCB est parti de trop loin, bcp de retard à l'allumage en début de saison avec un paquet de matchs en retard à rattraper après avoir reconstruit totalement une équipe. Logique...
Ca devrait être bon pour la saison prochaine.

Papi <3
Réponse de Fredinhovic95
le 09/05/2018 à 18:16
Il y a 14 ans et 5 mois,le Rwanda jouait sa seule et unique CAN en Tunisie,l'édition de 2004,les Guêpes(le surnom de l'équipe nationale)était dans le groupe B avec le pays hôte,la Guinée et les voisins de la RDC.

Le premier match contre la Tunisie s'est soldée par une défaite 2-1,le deuxième match ,on arrache un nul à la dernière minute contre la Guinée de Titi Camara (il avait ouvert le score) et une victoire contre la RDC 1-0 lors de la dernière journée!

Malheureusement cette victoire n'a pas pu suffir pour qualifier le Rwanda en quarts de finale à cause du match nul entre la Guinée et la Tunisie(1-1)
à cause d'un but tardif de... Titi Camara (encore lui!)

Voila,je vous ai raconté l'histoire footballistique de mon petit pays!
Réponse de Max_Payne
le 09/05/2018 à 18:51
Message posté par Fredinhovic95
Il y a 14 ans et 5 mois,le Rwanda jouait sa seule et unique CAN en Tunisie,l'édition de 2004,les Guêpes(le surnom de l'équipe nationale)était dans le groupe B avec le pays hôte,la Guinée et les voisins de la RDC.

Le premier match contre la Tunisie s'est soldée par une défaite 2-1,le deuxième match ,on arrache un nul à la dernière minute contre la Guinée de Titi Camara (il avait ouvert le score) et une victoire contre la RDC 1-0 lors de la dernière journée!

Malheureusement cette victoire n'a pas pu suffir pour qualifier le Rwanda en quarts de finale à cause du match nul entre la Guinée et la Tunisie(1-1)
à cause d'un but tardif de... Titi Camara (encore lui!)

Voila,je vous ai raconté l'histoire footballistique de mon petit pays!


Et depuis on a des chances de vous revoir lors d'une phase finale de CAN ?
Réponse de Fredinhovic95
le 09/05/2018 à 20:23
Message posté par Max_Payne
Et depuis on a des chances de vous revoir lors d'une phase finale de CAN ?


Non on est trop bidons!
Bon pas nuls comme la Somalie ou les Comores mais pas au niveau des gros non plus,juste moyen

Mais pourtant on ne prends pas de raclée contre des gros comme le Ghana,le Nigéria ou l'Egypte,ils ont galéré à Kigali mais on arrive à perdre des matchs qu'on devrait gagner comme contre la Mozambique,l'ile Maurice, des défaites à la con contre des adversaires abordables, c'est ce qui nous prive de CAN la plupart du temps.

Et ç'est frustrant(ah tiens un sentiment que j'éprouve lorsque je regarde Arsenal, quelle surprise!)


Petite anecdote:Pour la qualification en CAN 2004,match de barrage contre le Ghana de Micheal Essien,Appiah et cie ,on l'a gagné 1-0 à Kigali ce qui veut dire que Essien reste à Lyon pendant que nous on va jouer en Tunisie :)
Réponse de Fred Astaire
le 09/05/2018 à 20:50
En parlant de Lille et de Lens.

Il y aura 70 ans demain.

Le 10 mai 1948, au Stade de Colombes, devant 60 739 spectateurs*, Lille battait Lens en finale de la Coupe de France, 3 à 2 (Vandooren, Baratte ( 2) pour Lille, Stanis (2) pour Lens).

Lille
Wittowski – Jadrejak, Prévost, Sommerlinck – Dubreucq, Bigot – Tempowski, Carré, Vandooren, Baratte, Lechantre.

Lens
Duffuler – Gouillard, Golinski, Mellul – Siklo, Ourdouillé – Maresch, Pachurka, Manko, Stanis, Habera

Le record d'affluence a longtemps appartenu à la finale Reims-Racing avec 61 722 spectateurs.

Mais le record absolu, et il le sera pour l'éternité, ce sont les 63 000 spectateurs du match d'appui du quart de finale de C1, le 5 mars 1969, opposant Ajax à Benfica !
Réponse de Fred Astaire
le 09/05/2018 à 21:54
Message posté par Totti Chianti
Mon titre a été choisi!
Je suis tout rouge devant mon ordi!

J'avais fait pas mal de présentations de joueurs/capitaines cultes de la Roma, si jamais ça vous intéresse, ça se situe entre les pages 7 et 10/11 (je crois) du Taupique de la Roma.

Les prochains seront donc ici.
(si y en a!)



http://www.sofoot.com/as-roma-730168-p8-forum.html
Réponse de Totti Chianti
le 09/05/2018 à 22:07
De mémoire, j'avais fait Totti, Conti, Falcao, Ferraris, Di Bartolomei, Balbo, Cafu, etc., mais aussi les capitaines de la Roma, les joueurs du Hall of fame, etc.

Faudra que je reprenne ça un jour.
Réponse de Fred Astaire
le 10/05/2018 à 00:55
Message posté par Max_Payne
Vraiment content de voir un topic de ce type s'ouvrir.
C'est toujours un plaisir de lire les commentaires bien écrits, fournis, documentés des membres de SF.
On apprend plein de trucs.


Attendons les portraits de "Maître Alain", qui ne sera plus limité par le nombre de pages.
Seul bémol: pas de notations pour flatter nos égos, et accéder aux niveaux supérieurs !
Réponse de Fred Astaire
le 10/05/2018 à 18:37
Demain Reims - Nîmes, 1er et 2ème de Ligue 2.

Demain Reims - Nîmes, 1er et 2ème de Ligue 2.

Retour aux sources:
Il y a 60 ans, ces 2 équipes terminaient aux mêmes places, mais en 1ère division.
Nîmes Olympique, l'éternel malchanceux finira encore 2ème en 59 (derrière Nice), et en 62 (encore derrière Reims).

Comble de la poisse, les Nîmois perdront en finale de la Coupe de France 1958 devant Reims (toujours), qui signe là l'unique doublé de son histoire.

16 mai 1958, Stade Yves-du-Manoir à Colombes, 56 523 spectateurs.
3 buts à 1: Bliard (2) et Fontaine, pour Reims; Mazzouz pour Nîmes.

REIMS
Colonna – Zimny, Jonquet, Giraudo – Penverne, Siatka – Lamartine, Bliard, Fontaine, Piantoni, Vincent

NIMES
Roszak – Bettache, Lafont, Venturi – Schwager, Barlaguet – Salaber, Akesbi, Skiba, Mazzouz, Rahis

C'est encore le bon vieux WM des familles !
Réponse de Fred Astaire
le 10/05/2018 à 19:00
Message posté par Fred Astaire
Demain Reims - Nîmes, 1er et 2ème de Ligue 2.

Demain Reims - Nîmes, 1er et 2ème de Ligue 2.

Retour aux sources:
Il y a 60 ans, ces 2 équipes terminaient aux mêmes places, mais en 1ère division.
Nîmes Olympique, l'éternel malchanceux finira encore 2ème en 59 (derrière Nice), et en 62 (encore derrière Reims).

Comble de la poisse, les Nîmois perdront en finale de la Coupe de France 1958 devant Reims (toujours), qui signe là l'unique doublé de son histoire.

16 mai 1958, Stade Yves-du-Manoir à Colombes, 56 523 spectateurs.
3 buts à 1: Bliard (2) et Fontaine, pour Reims; Mazzouz pour Nîmes.

REIMS
Colonna – Zimny, Jonquet, Giraudo – Penverne, Siatka – Lamartine, Bliard, Fontaine, Piantoni, Vincent

NIMES
Roszak – Bettache, Lafont, Venturi – Schwager, Barlaguet – Salaber, Akesbi, Skiba, Mazzouz, Rahis

C'est encore le bon vieux WM des familles !



Rectif: Nîmes est deuxième en 58, 59, 60, et troisième en 62.
Réponse de Fred Astaire
le 10/05/2018 à 21:04
Il y a 37 ans, le 10 mai 1981, l'ancien gardien de but du collège Saint-Paul d'Angoulème au début des années 30, accédait à la Présidence de la République.


http://lefootselontrifon.blogspot.fr/20 … rrand.html
Réponse de O Alegria Do Povo
le 10/05/2018 à 21:16
C’est grave ce que vous avez fait là, les gars. Grave grave grave !!!

Alors que j’arrive enfin à me réinventer du temps, vous créez ce bazar génial où l’on peut échanger, disserter, lyriciser et remettre en perspective l’Histoire du Foot ! Vous êtes des inconscients.

Plus sérieusement, c’est une superbe initiative, tellement évidente. Je ne vous garantie pas d’être très assidu dans le postage (parce que vraiment, la vie m’emmène ailleurs en ce moment et c’est absolument salutaire pour moi), mais je serais volontiers des vôtres lorsque ma muse se reposera sur mon épaule, et surtout, je vous lirai avec un immense plaisir !).
Réponse de So-Frites
le 10/05/2018 à 21:38
Message posté par Fred Astaire

...
REIMS
Colonna ...

Ce bon vieux Dumè, 90 balais et tjrs alerte!
Je l'ai croisé qlqfois chez le coiffeur à Corte, un délice cet Homme.
Ca marche du feu de Dieu son hotel-resto ds la vallèe de la Restonica et pour l'anecdote il fut le premier vainqueur du loto sportif (ce qui l'a aidé à investir ds cette affaire tout autant que sa (belle) carrière ds le foot.
Réponse de TheDuke8
le 10/05/2018 à 21:42
Message posté par O Alegria Do Povo
C’est grave ce que vous avez fait là, les gars. Grave grave grave !!!

Alors que j’arrive enfin à me réinventer du temps, vous créez ce bazar génial où l’on peut échanger, disserter, lyriciser et remettre en perspective l’Histoire du Foot ! Vous êtes des inconscients.

Plus sérieusement, c’est une superbe initiative, tellement évidente. Je ne vous garantie pas d’être très assidu dans le postage (parce que vraiment, la vie m’emmène ailleurs en ce moment et c’est absolument salutaire pour moi), mais je serais volontiers des vôtres lorsque ma muse se reposera sur mon épaule, et surtout, je vous lirai avec un immense plaisir !).


Pas que histoire du foot! Serait-ce le pire?
Réponse de O Alegria Do Povo
le 10/05/2018 à 21:55
Oh non l’autre histoire, la petite, à part 1515 (dispositif tactique révolutionnaire du Réal qui inclut l’arbitre dans la compo) et 732, Gervais Martel qui boute les arabes hors de Bollaert, je trouve ça IN-SI-GNI-FIANT !
Réponse de TheDuke8
le 10/05/2018 à 22:38
Message posté par O Alegria Do Povo
Oh non l’autre histoire, la petite, à part 1515 (dispositif tactique révolutionnaire du Réal qui inclut l’arbitre dans la compo) et 732, Gervais Martel qui boute les arabes hors de Bollaert, je trouve ça IN-SI-GNI-FIANT !


Mais le sens d'histoire ce perd alors!

Ces dates demeurent de ce point de vue intéressantes!
Réponse de Fred Astaire
le 11/05/2018 à 00:32
Message posté par TheDuke8
Mais le sens d'histoire ce perd alors!

Ces dates demeurent de ce point de vue intéressantes!


Ça peut inclure l'histoire du sport en général.
Réponse de La Trousse Du Football
le 11/05/2018 à 00:32
Sur 1515 c'est flagrant, pourquoi cette année est-elle importante? A quoi fait-elle écho?

1515 en France c'est d'abord l'avènement de François 1er, homme de lettre, décrit comme un humaniste qui monte sur le trône en janvier 1515, en septebre de la même année la terrible bataille de Marignan qui se déroule le 13 et 14 septembre fût enseignée ce qui aboutit à ce raccourci terriblement réducteur "1515 = Marignan", emballé c'est pesé, peu importe l'endroit (aujourd'hui Melegnano au Sud-Est de Milan), les bélligérants (Le Royaume de France et La République de Venise contre Le Duché de Milan et la République des Suisses) quand aux conséquences...je vais citer Amable Sablon du Corail dans le prologue de son livre "1515 Marignan"


"Les conséquences de la victoire française ont été très inégales pour les deux protagonistes. Le roi de France y gagne le duché de Milan pour quelques années,[...] Il acquiert surtout une gloire immortelle, amplifiée à l'infini par la plume, le pinceau et le burin des propagandistes royaux, qui transforme en triomphe une boucherie longtemps indécise,[...] Victime consentante du discours officiel de la monarchie, l'Instruction publique républicaine a fait du si commode "quinze-cent-quinze" une date clé du roman national. Depuis la bataille de Marignan a disparu des manuels de l'Education nationale; elle est devenu le symbole d'une histoire-bataille vide de sens. Marignan illustre avec éclat la théorie selon laquelle les "faits" historiques n'existent que par la représentation qu'on s'en fait à travaers les âges."


Je tartine pas plus, mais je le paraphaserai pour continuer, notamment parce que c'est qu'on m'a enseigné. 1515 c'est une des années qu'on utilise pour borner le début de la période Moderne, et c'est ici que se trouve son importance dans l'histoire de France. Car c'est bien le plus dur avec l'histoire, c'est de trouver les dates justes pour pouvoir marquer un début et une fin, que ce soit un règne, un courant culturel ou artistique, mais aussi pour découper l'histoire.

Afin de séparer le Moyen Age de l'époque Moderne on a une belle fourchette de date qui va de 1453 avec la chute de Constantinople à 1520 et la découvert par Magellan du détroit éponyme.

1515 fait généralement le consensus dans l'enseignement universitaire français.

C'est une date injustement déconsidérée puisque réduit à un matraquage, mais elle marque l'entrée dans une des période les plus interessantes (pour moi en tout cas) de l'Histoire.
Réponse de Fred Astaire
le 11/05/2018 à 00:54
Message posté par So-Frites
Ce bon vieux Dumè, 90 balais et tjrs alerte!
Je l'ai croisé qlqfois chez le coiffeur à Corte, un délice cet Homme.
Ca marche du feu de Dieu son hotel-resto ds la vallèe de la Restonica et pour l'anecdote il fut le premier vainqueur du loto sportif (ce qui l'a aidé à investir ds cette affaire tout autant que sa (belle) carrière ds le foot.


Depuis le décès de Paul Sinibaldi, autre gardien de but corse du Stade de Reims, le plus veil international encore en vie serait Jean Grégoire, né le 27 juillet 1922 à Valence (Drôme).

Demi-centre au Stade français, il a été international à dix reprises entre 1947 et 1950.

Il a terminé sa carrière comme entraîneur-joueur, d'abord au SCO Angers puis au FC Rouen

Mais ça demande confirmation.
Réponse de Fred Astaire
le 11/05/2018 à 01:21
Message posté par La Trousse Du Football
Sur 1515 c'est flagrant, pourquoi cette année est-elle importante? A quoi fait-elle écho?

1515 en France c'est d'abord l'avènement de François 1er, homme de lettre, décrit comme un humaniste qui monte sur le trône en janvier 1515, en septebre de la même année la terrible bataille de Marignan qui se déroule le 13 et 14 septembre fût enseignée ce qui aboutit à ce raccourci terriblement réducteur "1515 = Marignan", emballé c'est pesé, peu importe l'endroit (aujourd'hui Melegnano au Sud-Est de Milan), les bélligérants (Le Royaume de France et La République de Venise contre Le Duché de Milan et la République des Suisses) quand aux conséquences...je vais citer Amable Sablon du Corail dans le prologue de son livre "1515 Marignan"


"Les conséquences de la victoire française ont été très inégales pour les deux protagonistes. Le roi de France y gagne le duché de Milan pour quelques années,[...



Bravo et merci pour ce cours d'histoire, moi qui ai toujours cru que c'était un numéro de bigophone: Marignan 15 15 (dans un vieux sketch de Jacques Bodouin (mari de Micheline Dax) "la table de multiplication").

Curieux de constater la similitude des millésimes des grands évènements qui marquent le véritable début des siècles.

1214 Bouvines
1415 Azincourt
1515 Marignan
1610 Mort d'Henri IV
1715 Mort de Louis XIV
1815 Waterloo
1914 Première guerre mondiale

Ça peut se discuter pour 1492, 1789,
Mais peut-être dis-je une grosse connerie ?

Le 21ème, plutôt 1989 ou plutôt 2001 ?
Réponse de Italia90
le 11/05/2018 à 01:30
Message posté par Fred Astaire


Le 21ème, plutôt 1989 ou plutôt 2001 ?


Pourquoi 1989, Mr Astaire ?
La chute du Mur et ce qui s'en suit à l'Est ?
Réponse de Fred Astaire
le 11/05/2018 à 01:45
Message posté par Italia90
Pourquoi 1989, Mr Astaire ?
La chute du Mur et ce qui s'en suit à l'Est ?


Oui, c'est ça, la chute du communisme à l'Est, c'est pas rien !
Réponse de TheDuke8
le 11/05/2018 à 08:01
Message posté par Fred Astaire
Bravo et merci pour ce cours d'histoire, moi qui ai toujours cru que c'était un numéro de bigophone: Marignan 15 15 (dans un vieux sketch de Jacques Bodouin (mari de Micheline Dax) "la table de multiplication").

Curieux de constater la similitude des millésimes des grands évènements qui marquent le véritable début des siècles.

1214 Bouvines
1415 Azincourt
1515 Marignan
1610 Mort d'Henri IV
1715 Mort de Louis XIV
1815 Waterloo
1914 Première guerre mondiale

Ça peut se discuter pour 1492, 1789,
Mais peut-être dis-je une grosse connerie ?

Le 21ème, plutôt 1989 ou plutôt 2001 ?


Ah monsieur Astaire, ta réponse est dans ton post!

Ces dates "font date" car elles sont en soi importantes, mais pas beaucoup plus que d'autres si on y réfléchit bien, le fait de les retenir vient surtout du fait qu'elles marquent le début de la Renaissance "française". Pourtant, si on parle de la Renaissance c'est flou (voir Le Goff "Faut-il vraiment découper l'histoire en tranche?". Dès le XIIème siècle (et même les Carolingiens) on parle de Renaissance (la "Renaissance du XIIème siècle", dont je suis spécialiste) et opère très significativement une modification du schéma mental et découle très largement de... la réforme grégorienne! Alors que dans l'histoire "commune", notamment et surtout, pour la Renaissance (du XVème cette fois-ci) on fait de l'eglise un adversaire, alors que...non, l'initiation de la Renaissance italienne vient de l'Eglise et débute... au XIVème siècle (pareil pour la Hanse par ailleurs mais avec la Réforme).

Finalement les dates de débuts de siècle marque le début d'une "période" qu'on a tranchée.

Pour le XXIème siècle, d'un point de vue historiographique je pencherai pour 2001, qui actuellement commence à peine à traité avec recul par les historiens, ce n'est plus exactement "présent" mais ça rentre dans l'histoire notamment par un champs particulier, "l'histoire du temps présent", très à la mode actuellement. 1989-1991 est plutôt pour le coup, une fin de siècle. 1492 est un début de "siècle" et 1789 si on prend le poids de l'événement dans l'histoire française c'est le début d'une ère qui dure jusqu'en 1958.
Réponse de TheDuke8
le 11/05/2018 à 08:02
Message posté par TheDuke8
Ah monsieur Astaire, ta réponse est dans ton post!

Ces dates "font date" car elles sont en soi importantes, mais pas beaucoup plus que d'autres si on y réfléchit bien, le fait de les retenir vient surtout du fait qu'elles marquent le début de la Renaissance "française". Pourtant, si on parle de la Renaissance c'est flou (voir Le Goff "Faut-il vraiment découper l'histoire en tranche?". Dès le XIIème siècle (et même les Carolingiens) on parle de Renaissance (la "Renaissance du XIIème siècle", dont je suis spécialiste) et opère très significativement une modification du schéma mental et découle très largement de... la réforme grégorienne! Alors que dans l'histoire "commune", notamment et surtout, pour la Renaissance (du XVème cette fois-ci) on fait de l'eglise un adversaire, alors que...non, l'initiation de la Renaissance italienne vient de l'Eglise et débute... au XIVème siècle (pareil pour la Hanse par ailleurs mais avec la Réforme).

Finalement les dates de débuts de siècle marque le début d'une "période" qu'on a tranchée.

Pour le XXIème siècle, d'un point de vue historiographique je pencherai pour 2001, qui actuellement commence à peine à traité avec recul par les historiens, ce n'est plus exactement "présent" mais ça rentre dans l'histoire notamment par un champs particulier, "l'histoire du temps présent", très à la mode actuellement. 1989-1991 est plutôt pour le coup, une fin de siècle. 1492 est un début de "siècle" et 1789 si on prend le poids de l'événement dans l'histoire française c'est le début d'une ère qui dure jusqu'en 1958.


Navré pour les fautes, je me dépatouille avec un cours à côté.
Réponse de Alberaymond
le 11/05/2018 à 10:19
Message posté par Fred Astaire
Bravo et merci pour ce cours d'histoire, moi qui ai toujours cru que c'était un numéro de bigophone: Marignan 15 15 (dans un vieux sketch de Jacques Bodouin (mari de Micheline Dax) "la table de multiplication").

Curieux de constater la similitude des millésimes des grands évènements qui marquent le véritable début des siècles.

1214 Bouvines
1415 Azincourt
1515 Marignan
1610 Mort d'Henri IV
1715 Mort de Louis XIV
1815 Waterloo
1914 Première guerre mondiale

Ça peut se discuter pour 1492, 1789,
Mais peut-être dis-je une grosse connerie ?

Le 21ème, plutôt 1989 ou plutôt 2001 ?



2015 : Attentats de Paris.
Etat d'urgence généralisé ; ère de la surveillance de masse :)
Réponse de Nifa
le 11/05/2018 à 11:07
Y a pleins d'évènement au 15e et 16e qui laissent penser qu'il y a un changement : l'imprimerie, la Réforme de Luther, le tournant économique induit par la découverte occidental de l'Amérique (début du capitalisme moderne) etc. Tout ça conduit à ce que les contemporains de l'époque ont nommé La Renaissance. Ce que je trouve très intéressant la dedans, c'est comment la propagande a survécu aux siècles. Pour la plus part des gens, le MA c'est une époque obscure, de sombres abrutis etc. C'est resté dans les moeurs. Alors que la réalité semble bien plus complexe, et si changement il y a eu entre les deux périodes c'était pas aussi brutal que ça ne le laisse paraitre, mais plutot une transition sur le temps.
Je me souviens d'un cours à la fac sur les relations entre musulmans et chrétiens en péninsule ibérique au 11e et 13e. C'était bien plus complexe que le simple "ils se foutent sur la gueule", y avais notamment beaucoup d'échanges culturels, comme le laisse voir encore les cathédrales de Cordoue ou autres !
Réponse de TheDuke8
le 11/05/2018 à 11:30
Message posté par Nifa
Y a pleins d'évènement au 15e et 16e qui laissent penser qu'il y a un changement : l'imprimerie, la Réforme de Luther, le tournant économique induit par la découverte occidental de l'Amérique (début du capitalisme moderne) etc. Tout ça conduit à ce que les contemporains de l'époque ont nommé La Renaissance. Ce que je trouve très intéressant la dedans, c'est comment la propagande a survécu aux siècles. Pour la plus part des gens, le MA c'est une époque obscure, de sombres abrutis etc. C'est resté dans les moeurs. Alors que la réalité semble bien plus complexe, et si changement il y a eu entre les deux périodes c'était pas aussi brutal que ça ne le laisse paraitre, mais plutot une transition sur le temps.
Je me souviens d'un cours à la fac sur les relations entre musulmans et chrétiens en péninsule ibérique au 11e et 13e. C'était bien plus complexe que le simple "ils se foutent sur la gueule", y avais notamment beaucoup d'échanges culturels, comme le laisse voir encore les cathédrales de Cordoue ou autres !


Tout à fait Nifa! C'est l'approche soliste de l'Ecole des Annales qui quelque part permet aujourd'hui de se poser la question et de "sentir" l'histoire sur un temps plus long que la périodisation ne le le suggère. Pour ça l'ouvre majeur c'est la "Méditerranée" de Braudel, l'histoire du temps long et la Renaissance est loin d'être une rupture bien au contraire. Les Lumières ont plus d'accointances avec la réforme grégorienne qu'avec les Humanistes du XVème, je dis ça en exagérant mais c'est tout à fait l'idée qui montre la limite de la périodisation. Celle-ci laissant place au comparatisme et donc aux limites des chronologies d'ensemble.
Réponse de TheDuke8
le 11/05/2018 à 11:30
Message posté par TheDuke8
Tout à fait Nifa! C'est l'approche soliste de l'Ecole des Annales qui quelque part permet aujourd'hui de se poser la question et de "sentir" l'histoire sur un temps plus long que la périodisation ne le le suggère. Pour ça l'ouvre majeur c'est la "Méditerranée" de Braudel, l'histoire du temps long et la Renaissance est loin d'être une rupture bien au contraire. Les Lumières ont plus d'accointances avec la réforme grégorienne qu'avec les Humanistes du XVème, je dis ça en exagérant mais c'est tout à fait l'idée qui montre la limite de la périodisation. Celle-ci laissant place au comparatisme et donc aux limites des chronologies d'ensemble.


holiste* et non pas soliste
Réponse de Fred Astaire
le 11/05/2018 à 13:25
Il y a 52 ans,

le 11 mai 1966, à Bruxelles, en finale de la Coupe d'Europe des clubs champions, le Real Madrid battait le Partizan Belgrade 2 buts à 1.
Sixième et dernière victoire avant une disette de 32 ans, mais ceci est une autre histoire.

Le Real est entièrement composé d'Espagnols (l'Etat interdit aux clubs de recruter des joueurs étrangers).
Di Stefano est parti depuis 2 saisons rejoindre l'Espanyol de son ami Kubala, et Puskas a disputé son dernier match, en huitièmes contre Feyenoord, avec à la clé, 1 quadruplé, histoire de terminer en beauté une carrière professionnelle commencée en...1943.


(extrait de «La fabuleuse histoire du football»)

...une bande de gamins, encadrée par Pachin, Zoco et Gento, leur a succédé. On les surnomme les ''yé-yé'' du Real.

Les yé-yé en question font des ravages en Coupe d'Europe et, sur leur terrain de Chamartin, sont proprement imbattables. Feyenoord (1-2, 5-0), Kilmarnock (2-2, 5-1) Anderlecht (0-1, 4-2)
subissent leur loi avant que le tirage au sort ne sorte de son chapeau, l'effrayant, le grand méchant loup, l' Inter Milan de Helenio Herrera, pour la demi-finale.

L'Inter, intrinsèquement supérieur au Real, commet à Madrid une impardonnable erreur. Il compte sur son tempérament et sur son volcanique public pour faire «la différence» au match retour, comme il l'a fait l'année précédente contre Liverpool. Il oublie cette vérité première, qu'en acceptant, même inconsciemment, l'idée d'une défaite, on est toujours battu. Battu 1 à 0 à Madrid, il sourit donc et attend la suite des évènements avec la sérénité d'un champion d'Europe qui croit en son destin.
Ce que l'Inter et Herrera oublient, c'est qu'en matière de défense, il peut exister plus «intériste» qu'eux. A Milan, au match retour, les Madrilènes s'appuient sur une super-défense, tout en gardant un esprit offensif constamment en éveil. Avant le coup d'envoi, le président Santiago Bernabeu est venu injecter à ses joueurs ce que son entourage appelle la «santiaguine», sorte de doping moral qui prend sa source et sa force dans la magie des mots. Cela marchait avec les vieux lions Di Stefano et Puskas, comment cela ne marcherait-il pas avec les jeunôts ?
Pour Don Santiago, pour la gloire du Real et de l'Espagne éternelle, les «yé-yé» s'attaquent donc au problème. Amancio les aide bien en ouvrant le score à la vingtieme minute et en faisant planer constamment la menace d'un autre but.
L'Inter, malgré son public, malgré ses millions de lires, malgre HH, est pris là où il prenait jadis. Facchetti, le roi des arrières gauche offensifs, égalise à la 77è minute, mais à l'addition, il manque un but à l'équipe milanaise, le but de Madrid.
Avec beaucoup d'emphase, un journaliste italien écrit: «Tous les généraux perdent des batailles. HH en a perdu une, mais comme Mac Arthur, il reviendra». On se rappelle pourtant la terrible phrase de Batteux, après un match télévisé que l'Inter venait de gagner à l'économie: « on croirait une mercédès munie d'un moteur de 2 CV».
Le Real finaliste se voit offrir comme adversaire, le 11 mai 1966, à Bruxelles, une équipe encore plus inattendue que la sienne: Partizan de Belgrade, représentant d'un football yougoslave extraordinairement doué, mais traditionnellement incapable de justifier sa valeur dans les grandes occasions. Partizan compte, il est vrai, dans ses rangs plusieurs héros de la Coupe du monde 1962 au Chili: Soskic, Jusifi, Kovacevic, Galic. Ce qui est la preuve et le garant d'une valeur non usurpée.
Les joueurs du Partizan, vieux et fideles soldats du club, habitués des longues tournées sud-americaines qui rapportent des dollars au trésorier, déclenchent l'enthousiasme en Yougoslavie. Plusieurs d'entre eux ont atteint la trentaine (d'âge) et la cinquantaine (de sélections). Ils obtiennent, puisqu'ils sont en finale et qu'ils ont honoré le drapeau d'être laissés libres par leur club pour aller tenter fortune à l'étranger. En échange, ils offrent leur prime à Partizan: ils joueront pour le plaisir et pour la gloire et s'ils gagnent, le sacrifice n'en sera que plus beau.
Pour l'occasion, leurs dirigeants sont allés sortir de la caserne leur avant-centre Galic qui fait son service militaire et n'a pas joué depuis six mois. C'est à Nis que Galic est cantonné, tout près de la Tour des Crânes que Lamartine a décrite dans «Voyage en Orient»: A peine étais-je assis que, levant les yeux sur le monument qui me prêtait son ombre, je vis que les murs qui m'avaient parus bâtis de marbre ou de pierre blanche, étaient formés par des assises régulières de crânes humains... Ils me dirent que c'étaient les têtes des quinze mille Serbes tués par le Pacha dans la dernière révolte de la Serbie... Ce monument apprendra à leurs enfants ce que vaut l'indépendance d'un peuple, en leur montrant à quel prix leurs pères l'ont payée...».
Mais Galic n'offre pas sa tête pour la victoire de Partizan. Il est avocat et plutôt chargé de sauver celle des autres. Il se bat courageusement contre le Real, et il pense, ainsi que ses camarades, que le but de Vasovic (de la tete, 55è) est peut-être celui de la victoire. Le match est alors celui de l'observation et des jaillissements contrôlés. Mais dès que Partizan a marqué, les jeunes Madrilènes explosent en accélérations soutenues. Lancés à pleine vitesse, ils prennent tous les risques et ne ressemblent guère à leurs ainés stylistes.
Un quart d'heure après le but de Vasovic, Amancio «brûle» la défense yougoslave et égalise. On ne sait plus très bien où va le match et à qui il va sourire lorsque, aussitôt après, Serena déclenche un tir fou, un tir illogique d'une extrème puissance qui fusille Soskic et le plonge dans le malheur.
Gento, capitaine du Real, reçoit sa sixième Coupe d'Europe pour sa huitième finale en onze ans. La «boule de feu» n'est pas encore éteinte. Les jeunes joueurs du Real, De Felipe en tête, prennent les journalistes espagnols «bille en tete»: «Les Yé-Yé» du Real, c'est fini. Nous avons maintenant le droit d'etre considérés comme des hommes à part entière». C'est promis, muchacha !


https://www.youtube.com/watch?v=IAgbcd28BC4
https://www.youtube.com/watch?v=D2ThxsZt1vs

Real-Partizan 2-1 (Vasovic-Amancio, Serena)
Araquistain-Pachin-De Felipe-Zoco-Sanchis-Pirri-Velasquez-Serena-Amancio-Grosso-Gento (cap)
Ent: Munoz
Soskic-Jusufi-Rasovic-Vasovic-Mihajlovic-Kovacevic-Becejac-Bajic-Hasanagic-Galic-Pirmajer
Ent: Gegic

http://solavancosport.fr/histoire/real-madrid-1966/

http://footballia.net/matches/real-madrid-fk-partizan
Réponse de Fred Astaire
le 11/05/2018 à 15:16
Message posté par Fred Astaire
Il y a 52 ans,

le 11 mai 1966, à Bruxelles, en finale de la Coupe d'Europe des clubs champions, le Real Madrid battait le Partizan Belgrade 2 buts à 1.
Sixième et dernière victoire avant une disette de 32 ans, mais ceci est une autre histoire.

Le Real est entièrement composé d'Espagnols (l'Etat interdit aux clubs de recruter des joueurs étrangers).
Di Stefano est parti depuis 2 saisons rejoindre l'Espanyol de son ami Kubala, et Puskas a disputé son dernier match, en huitièmes contre Feyenoord, avec à la clé, 1 quadruplé, histoire de terminer en beauté une carrière professionnelle commencée en...1943.


(extrait de «La fabuleuse histoire du football»)

...une bande de gamins, encadrée par Pachin, Zoco et Gento, leur a succédé. On les surnomme les ''yé-yé'' du Real.

Les yé-yé en question font des ravages en Coupe d'Europe et, sur leur terrain de Chamartin, sont proprement imbattables. Feyenoord (1-2, 5-0), Kilmarnock (2-2, 5-1) Anderlecht (0-1, 4-2)
subissent leur loi avant que le tirage au sort ne sorte de son chapeau, l'effrayant, le grand méchant loup, l' Inter Milan de Helenio Herrera, pour la demi-finale.

L'Inter, intrinsèquement supérieur au Real, commet à Madrid une impardonnable erreur. Il compte sur son tempérament et sur son volcanique public pour faire «la différence» au match retour, comme il l'a fait l'année précédente contre Liverpool. Il oublie cette vérité première, qu'en acceptant, même inconsciemment, l'idée d'une défaite, on est toujours battu. Battu 1 à 0 à Madrid, il sourit donc et attend la suite des évènements avec la sérénité d'un champion d'Europe qui croit en son destin.
Ce que l'Inter et Herrera oublient, c'est qu'en matière de défense, il peut exister plus «intériste» qu'eux. A Milan, au match retour, les Madrilènes s'appuient sur une super-défense, tout en gardant un esprit offensif constamment en éveil. Avant le coup d'envoi, le président Santiago Bernabeu est venu injecter à ses joueurs ce que son entourage appelle la «santiaguine», sorte de doping moral qui prend sa source et sa force dans la magie des mots. Cela marchait avec les vieux lions Di Stefano et Puskas, comment cela ne marcherait-il pas avec les jeunôts ?
Pour Don Santiago, pour la gloire du Real et de l'Espagne éternelle, les «yé-yé» s'attaquent donc au problème. Amancio les aide bien en ouvrant le score à la vingtieme minute et en faisant planer constamment la menace d'un autre but.
L'Inter, malgré son public, malgré ses millions de lires, malgre HH, est pris là où il prenait jadis. Facchetti, le roi des arrières gauche offensifs, égalise à la 77è minute, mais à l'addition, il manque un but à l'équipe milanaise, le but de Madrid.
Avec beaucoup d'emphase, un journaliste italien écrit: «Tous les généraux perdent des batailles. HH en a perdu une, mais comme Mac Arthur, il reviendra». On se rappelle pourtant la terrible phrase de Batteux, après un match télévisé que l'Inter venait de gagner à l'économie: « on croirait une mercédès munie d'un moteur de 2 CV».
Le Real finaliste se voit offrir comme adversaire, le 11 mai 1966, à Bruxelles, une équipe encore plus inattendue que la sienne: Partizan de Belgrade, représentant d'un football yougoslave extraordinairement doué, mais traditionnellement incapable de justifier sa valeur dans les grandes occasions. Partizan compte, il est vrai, dans ses rangs plusieurs héros de la Coupe du monde 1962 au Chili: Soskic, Jusifi, Kovacevic, Galic. Ce qui est la preuve et le garant d'une valeur non usurpée.
Les joueurs du Partizan, vieux et fideles soldats du club, habitués des longues tournées sud-americaines qui rapportent des dollars au trésorier, déclenchent l'enthousiasme en Yougoslavie. Plusieurs d'entre eux ont atteint la trentaine (d'âge) et la cinquantaine (de sélections). Ils obtiennent, puisqu'ils sont en finale et qu'ils ont honoré le drapeau d'être laissés libres par leur club pour aller tenter fortune à l'étranger. En échange, ils offrent leur prime à Partizan: ils joueront pour le plaisir et pour la gloire et s'ils gagnent, le sacrifice n'en sera que plus beau.
Pour l'occasion, leurs dirigeants sont allés sortir de la caserne leur avant-centre Galic qui fait son service militaire et n'a pas joué depuis six mois. C'est à Nis que Galic est cantonné, tout près de la Tour des Crânes que Lamartine a décrite dans «Voyage en Orient»: A peine étais-je assis que, levant les yeux sur le monument qui me prêtait son ombre, je vis que les murs qui m'avaient parus bâtis de marbre ou de pierre blanche, étaient formés par des assises régulières de crânes humains... Ils me dirent que c'étaient les têtes des quinze mille Serbes tués par le Pacha dans la dernière révolte de la Serbie... Ce monument apprendra à leurs enfants ce que vaut l'indépendance d'un peuple, en leur montrant à quel prix leurs pères l'ont payée...».
Mais Galic n'offre pas sa tête pour la victoire de Partizan. Il est avocat et plutôt chargé de sauver celle des autres. Il se bat courageusement contre le Real, et il pense, ainsi que ses camarades, que le but de Vasovic (de la tete, 55è) est peut-être celui de la victoire. Le match est alors celui de l'observation et des jaillissements contrôlés. Mais dès que Partizan a marqué, les jeunes Madrilènes explosent en accélérations soutenues. Lancés à pleine vitesse, ils prennent tous les risques et ne ressemblent guère à leurs ainés stylistes.
Un quart d'heure après le but de Vasovic, Amancio «brûle» la défense yougoslave et égalise. On ne sait plus très bien où va le match et à qui il va sourire lorsque, aussitôt après, Serena déclenche un tir fou, un tir illogique d'une extrème puissance qui fusille Soskic et le plonge dans le malheur.
Gento, capitaine du Real, reçoit sa sixième Coupe d'Europe pour sa huitième finale en onze ans. La «boule de feu» n'est pas encore éteinte. Les jeunes joueurs du Real, De Felipe en tête, prennent les journalistes espagnols «bille en tete»: «Les Yé-Yé» du Real, c'est fini. Nous avons maintenant le droit d'etre considérés comme des hommes à part entière». C'est promis, muchacha !


https://www.youtube.com/watch?v=IAgbcd28BC4
https://www.youtube.com/watch?v=D2ThxsZt1vs

Real-Partizan 2-1 (Vasovic-Amancio, Serena)
Araquistain-Pachin-De Felipe-Zoco-Sanchis-Pirri-Velasquez-Serena-Amancio-Grosso-Gento (cap)
Ent: Munoz
Soskic-Jusufi-Rasovic-Vasovic-Mihajlovic-Kovacevic-Becejac-Bajic-Hasanagic-Galic-Pirmajer
Ent: Gegic

http://solavancosport.fr/histoire/real-madrid-1966/

http://footballia.net/matches/real-madrid-fk-partizan


Première fois que je voyais le Real gagner une finale: ça marque à vie !
Réponse de O Alegria Do Povo
le 11/05/2018 à 16:52
C’est un plaisir de vous lire messieurs.

En ce qui concerne les différentes façons de décrypter l’Histoire, celle qui m’a le plus interpellé est celle d’Elie Faure dans son Histoire de l’Art. Je n’ai pas lu beaucoup d’historiens (un peu de Fumaroli et de Guillemin), mais la démarche de Faure, sa manière inédite de transversaliser les âges, de révéler des connexions insensées (mais miraculeusement logiques) entre telle peinture rupestre, telle statue mésopotamienne et un quelconque tableau de maître, ça m’a sacrément aiguillé sur la distance et la hauteur qu’il faut pour embrasser l’Histoire dans toute son envergure.

Un extrait de la première préface à son Histoire de l’Art : l’Esprit des Formes :

« Spencer a vu les astres nus s’échapper de la nébuleuse, se solidifier peu à peu, l’eau se condenser à leur surface, la vie élémentaire sourdre de l’eau, diversifier ses apparences, pousser tous les jours plus haut ses branches, ses rameaux, ses fruits, et, comme une fleur sphérique s’ouvre pour livrer sa poussière à l’espace, le cœur du monde s’épanouir dans ses formes multipliées. Mais il semble qu’un désir obscur de retourner à ses origines gouverne l’univers. Les planètes, sorties du soleil ; ne peuvent s’arracher au cercle de sa force, comme si elles voulaient s’y replonger. L’atome sollicite L’atome, et tous les organismes vivants, issus d’une même cellule, cherchent des organismes vivants pour refaire cette cellule en s’abîmant en eux... Ainsi le juste quand il se contente de vivre, ainsi le savant, ainsi l’artiste quand ils pénètrent côte à côte dans le monde des formes et des sentiments, font remonter à leur conscience la route qu’il a parcourue pour passer de son ancienne homogénéité à sa diversité actuelle, et dans un héroïque effort, recréent l’unité primitive ».
Réponse de Fred Astaire
le 12/05/2018 à 00:47
Nous sommes le 12 mai:
Il y a 42 ans, finale de Glasgow !

Le direct, c'était sur TF1 (pas encore privé) avec le redoutable duo Jean Raynal-Pierre Cangioni, et le différé sur Antenne 2, avec Thierry Roland et Bernard Père.
Les plus masos d'entre nous, ont donc vu une défaite 2 fois de suite.
Précédent 1 2 3 4 5 6 7 8 Suivant

Connectez vous pour participer à cette discussion

Hier à 18:15 Quand les écrans de Bristol Rovers diffusent le téléphone rose 6 Hier à 17:45 Mathias Pogba recalé par un club de D3 allemande 11 Hier à 17:00 La finale de la Copa Libertadores en un seul match à partir de 2019 9 Hier à 16:40 Iniesta plante déjà son deuxième but au Japon 18 Hier à 15:15 Il chambre les fans adverses, mais son but est hors jeu 18 Hier à 14:35 À l'Ajax, on maîtrise l'art de la roulette 5
Partenaires
Podcast Football Recall Un autre t-shirt de foot est possible Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi Olive & Tom MAILLOTS FOOT VINTAGE
mardi 14 août La moitié des clubs anglais n'a plus besoin des spectateurs pour engendrer des profits 99 mardi 14 août La Liga gratuitement en direct sur Facebook en Asie du Sud 8 mardi 14 août River Plate devrait quitter El Monumental 14