1. // Reportage

Football en Terre Neuve

Ce n'était pas au nord de l'Atlantique, juste au nord de Paris. La fondation de gauche libérale Terra Nova organisait mercredi un colloque sur l'avenir du foot français à la Bellevilloise. On y était.

Modififié
140 4
Fauteuils en velours, tables en bois et éclairage à la bougie. « Ambiance Café Picouly » , comme dit Vikash Dhorasoo, l'un des cinq intervenants invités par le think tank de gauche Terra Nova pour son colloque intitulé “Football français : quelles solutions pour renouer avec la victoire ?”, ce mercredi soir. Dans quelques minutes, l'ancien joueur sera rejoint sur l'estrade du bar de la Bellevilloise (lieu nocturne bobo-branché du 20e arrondissement parisien) par Luc Dayan (président iconoclaste spécialiste des clubs à la dérive : Lille, Sannois, Nantes, Strasbourg, etc.), Hervé Mathoux (animateur félin du Canal Football Club), Philippe Diallo (Directeur-orateur de l'Union des clubs professionnels de football) et Valérie Fourneyron (députée PS de la Seine-Maritime calée en sport et en dopage).


« Une réflexion sérieuse »


Pour encadrer tout ce petit monde, l'autoproclamée “Fondation progressiste” a désigné Patrick Mignon (sociologue du sport, chercheur à l'INSEP) et un mec en costard noir, cravate rouge, qui dit avoir « préparé six éléments de langage à l'arrache » à quelques minutes du lancement des hostilités. C'est aussi ça, la politique de gauche. On est détendu. On est détendu mais Terra Nova reste le seul groupe de réflexion un peu sérieux à avoir mis en place une cellule spécialisée dans le sport, alors on arrête de se moquer. « Tout est parti de Knysna, explique William, organisateur de l'évènement chargé des relations presse. Nous sommes des amateurs de foot comme tout le monde et nous nous sommes dit qu'il devait y avoir une réflexion politique sérieuse sur la question » . Pas con.


Terre Neuve a donc commencé les auditions de personnalités du sport (dont les cinq présentes ce soir) afin d'aboutir à un rapport plein de propositions ambitieuses sur les valeurs sportives, l'économie et la gouvernance du football français. Les trois parties se retrouvent dans le déroulement du débat. Trois fois, les deux “animateurs” commencent par annoncer les propositions du think tank, plus ou moins pertinentes ou innovantes : installer le fair play financier, une DNCG européenne, un salary cap, améliorer les relations des clubs pros avec les collectivités locales, avoir un État plus régulateur qu'utilisateur des passions (allusion aux récupérations politiques de l'été dernier), amener le suffrage universel dans les fédérations (scrutin par listes, élues par les licenciés de plus de 18 ans), garder l'équipe de France dans le giron de la FFF, etc. Le rapport sort ce vendredi, juste avant l'assemblée fédérale de la fédé qui doit entériner ses nouveaux principes de gouvernance.


« On est à Terra Nova quand même »


Ces propositions sont ensuite débattues. Certaines laissent perplexes les intervenants, comme le salary cap qui, d'un avis général, ne fonctionne que dans une ligue fermée. Or, tout le monde est contre le principe de ligue fermée. Sauf Luc Dayan, le méchant de la soirée. Bien dans son personnage, Dayan fait celui qui s'emmerde pendant une demi-heure puis agrippe le mic' pour donner sa vision des choses, que personne ne partage sur la scène mais qui a le mérite d'être franche : il faut stabiliser les clubs, qui sont des entreprises de spectacle comme les autres, pour éviter les faillites. Donc séparer clairement l'amateur et le professionnel, d'où l'idée de la ligue fermée. Une idée rejetée en bloc par Terra Nova, dans un souci de préservation de l'aléa sportif.


Au fond, tout le monde reste dans son créneau. Valérie Fourneyron est l'élue socialiste qui parle de « maintenir le lien social » ; Hervé Mathoux est le représentant de la chaine qui fait survivre la Ligue 1 et celui qui n'hésite pas à prendre des positions naïves (sur les footballeurs trop payés, par exemple) ; Philippe Diallo est le représentant du Medef du foot français ; Vikash Dhorasoo est le footeux qui réfléchit, qui est de gauche et qui du coup se moque un peu de ses anciens coéquipiers. Exemple : « Pour que les joueurs acceptent de jouer gratuitement pour la France, il faut qu'ils comprennent ce qu'est leur pays. Ils ne veulent pas payer d'impôts en France parce qu'ils ne savent pas à quoi ça sert, les lumières, les poubelles, tout ça. La redistribution, c'est une valeur progressiste, non ? On est à Terra Nova, quand même » .


Clashs et bonnes volontés


Cette distribution des rôles a au moins le mérite de donner plus de clarté au débat, qui tourne vite au fourre-tout vu le nombre de participants. Elle mène aussi à quelques battles. Dayan et Mathoux contre Dhorasoo sur la vidéo (injustice et conséquences économiques VS football à dimension humaine) ou Dhorasoo contre Diallo, sur la minorité de blocage que devrait atteindre le football professionnel à la FFF après le vote qui y sera organisé ce samedi* ( « Vous avez monnayé vos 12% supplémentaires contre un petit billet » Vs « On n'a rien monnayé du tout » ). On ressort de là dans le froid et les interrogations. Certes le débat de ce soir n'aura aucune influence sur l'avenir du football français, certes les propositions de Terra Nova n'ont rien de révolutionnaires, mais il ne s'agit que du premier rapport de la fondation sur le sujet. Et on ne peut que se réjouir que la politique ait ne serait-ce que la volonté de réfléchir sur le football de manière sérieuse, et pas pour se faire mousser en surfant sur des vagues de polémiques foireuses. En espérant que les bonnes volontés dépassent les murs de la Bellevilloise.





* Le football professionnel devrait passer de 25 à 37% des voix à la FFF, ce qui lui permettra de rejeter les propositions qui ne lui plairaient pas.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Merci pour votre article.
Juste une petite précision, le mec en costard noir et cravate rouge est Arnaud Flanquart, coordonnateur du pôle sport de Terra Nova et co-rapporteur du rapport sur l'avenir du foot français !

Merci !
@ Arnaud, serais-tu ledit mec en costard noir et cravate rouge?

Bon article sinon, qui montre qu'une réflexion approfondie peut se faire. Ca change du livre blanc du foot français lancé par le meilleur quotidien sportif de France, d'Europe, du Monde (rayez les mentions inutiles)
Les propositions de Terra Nova (installer le fair play financier, une DNCG européenne, un salary cap) n'a rien de neuf, d'innovant ou autre.

Le Fair Play Financier (FPF) se mettra en place à la saison 2013-2014.

Mais kézako ?

"Les finances des clubs seront évaluées selon les risques assumés, en tenant compte des dettes et de la masse salariale ainsi que de trois points fondamentaux :

• Exigence d'équilibre financier – les clubs ne doivent pas dépenser plus qu'ils ne peuvent générer sur une période donnée

• Aucun retard de paiement en cours de saison – envers d'autres clubs, des employées et/ou les autorités sociales/financières

• Informations sur les finances futures – pour garantir que les clubs pourront répondre à leurs obligations futures"

In UEFA.com

Il n'y aura donc pas besoin d'une Euro DNCG ou de salary cap.

Alors ils sont sympa à Terra Nova mais le chantier sur ce sujet est déjà engagé à l'UEFA. Faut juste se mettre à jour.
@bing23, oui tout à fait, c'est bien moi !
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
L'Atletico lâche son titre
140 4