1. // Euro 2012
  2. // Bosnie/France

Foot français, la gueule de bois

Comme un lundi. Après la désillusion de vendredi soir et la défaite à domicile contre la Biélorussie, le constat s'impose : le foot français est dans le dur. A tel point que même si les Bleus allaient gagner en Bosnie demain soir, le foot national n'échapperait pas à une nécessaire remise en cause générale. Hard times are coming ?

Modififié
0 1
Pour l'instant, on a presque tout essayé... Un nouveau sélectionneur, Laurent Blanc. Un nouveau staff, avec Jean-Louis Gasset en adjoint et Fab Barthez en intermittent. Le retour des anciens des années de gloire pour la communication, Philippe Tournon et Henri Emile pour l'intendance. On a supprimé les casques à musique, fait chanter la Marseillaise, ouvert les entraînements au public, invité Zizou à Clairefontaine, fait une place à un Lizarazu, « journaliste-supporter » de son pote Lolo. On a même apporté du sang neuf en (r)appelant les chouchous de la France du Foot (Rami, Mexès, Mvila, Ménez, Diaby, Hoarau, Rémy, etc.) que Raymond avait un peu ou beaucoup snobés. Résultat : deux défaites, dont une à domicile, et une troisième à suivre demain soir. On rappelle les récents vainqueurs des Bleus : Chine, Mexique, Afsud, Norvège et Biélorussie, soit 5 nations plus mal classées au départ que les Bleus au classement FIFA. Mais y'a plus de classement FIFA ! La France 21ème, ça ne veut plus rien dire. On tremble même à l'idée d'aller jouer en Albanie, qui a tenu tête à la Roumanie (1-1). C'est vrai, il n'y a plus de petites équipes. Or, pour la France devenue nation « moyenne » (attention ! La France n'est pas « nulle » , non plus), l'avenir se complique au point qu'on va viser aujourd'hui la meilleure deuxième place du Groupe D, derrière la Bosnie, pour jouer les barrages de l'Euro 2012. L'horreur !

Où est le sauveur ?

C'est la question récurrente et post-traumatique de France-Biélorussie qui a traversé toute l'actu de ce week-end. Avec une lucidité sans faille, Dugarry a parlé au Canal Football Club de l'éventualité de zapper l'Euro 2012. Constat imparable : ces Bleus sont trop faibles et la nécessité de reconstruire en repartant d'encore plus bas qu'on ne le pensait commande qu'il faille d'abord réapprendre à jouer en équipe en oubliant et le nom du capitaine (on s'en fout) et le tableau d'affichage : mieux vaudrait perdre 3-0 contre la Bosnie, du moment qu'on se mette enfin à jouer et qu'on se libère ! Courageux, Duga... Il ne fait en fait que souligner le discours que Lolo Blanc prononce depuis sa prise de fonction, mais de façon plus indolore : la génération actuelle des Bleus, ce sont de « bons joueurs, mais pas de grands joueurs » . CQFD. La tendance inverse, résolument plus optimiste, mise sur l'apport décisif de plusieurs sauveurs. Sauveur N°1 : Benzema, star du week-end, adoubé chaleureusement mais sans conviction extrême sur Télé-Foot par Blanc, Barthez et Liza. En gros : « Karim est talentueux, mais le haut niveau c'est autre chose, où il faut prouver encore plus » . Mais, bon... On attend quand même de Super Karim qu'il batte la Bosnie à lui tout seul...

Autres héros de rechange : Ribéry (puni), Gourcuff (suspendu) et Nasri (blessé). Samir était à Canal +, hier soir. Lui aussi a été couvé et loué. Avec lui, Ch'ti Franck ou Yoann, ça ira forcément mieux... On résume : Super Karim + Yoann, Samir, Francky (voir Toulalan aussi, replacé au milieu) = fin de la crise automnale des Bleus. On verra déjà en octobre, contre la Roumanie... En élargissant la liste des sauveurs, on reparle beaucoup des générations montantes, les Espoirs et les moins de 19. De la première génération citée, on avance souvent le nom de Yacine Brahimi, le jeune milieu rennais (20 ans), dit le « nouveau Zidane » . Chez les – de 19, c'est bien sûr le nom de Gaël Kakuta (19 ans, surnommé le « black Zidane » par la presse anglaise) qui revient avec insistance. Problème : « Nouveau Zidane » et « Black Zidane » , ou le constat cafardeux qui sent la nostalgie à plein nez et forcément destructeur pour les épaules un peu trop faibles des deux talents qu'il ne faudrait pas griller trop prématurément. Demandez à Camel Mériem, autre « nouveau Zidane » de la génération précédente...

[page]
Remember Jérémie Aliadière ?

En marge de la déroute contre la Biélorussie, deux autres événements sont un peu passés inaperçus dans le même temps. Le premier, pourtant grave, c'est l'élimination des Bleuets à l'Euro Espoirs 2011. Troisième échec pour la qualification d'affilée (2007, 2009 et 2011). La France n'a même pas atteint les barrages, incapables en quatre matchs de battre la Belgique et l'Ukraine. Les Bleuets ne joueront donc pas les JO de Londres en 2012. La dernière victoire de la France remonte à 1988. A part Brahimi (peut-être surcoté), on ne décèle pas a priori parmi eux des talents extraordinaires supposés épauler et suppléer la génération actuelle des A : Rivière, Kitambala, Bocaly, M'Bengue, Marcq, Biabiany... Peut-être des futurs « bons joueurs » , mais des futurs « grands joueurs » ? OK, Sakho, Sissoko et Mvila ont rejoint les A, mais les mêmes questions sur leur avenir à eux trois et leur talent propre se posent aussi. L'avenir, ce sont aussi les « moins de 19 » , Kakuta en tête, et dont on a déjà parlé plus haut. Mais les – de 19 sont une catégorie d'âge où il est très difficile d'évaluer la progression et l'aboutissement final réussi ou non chez les pros. On parle des six petits « Lionceaux » de l'OL champions d'Europe (Faure, Kolodzieczak, Réale, Grenier, Taffer, Lacazette). Qui peut prédire que ces six-là seront des futurs Bleus de talents ? On verra déjà ce qu'ils donnent en Espoirs. A ce titre, Erick Mombaerts, coach des Bleuets, a très justement averti : pas question de sélectionner des – de 19, même champions d'Europe, s'ils ne jouent pas régulièrement avec les pros. « Kakuta ne m'intéresse pas s'il ne joue pas avec Chelsea » . Comment donner tort à Mombaerts ?

Autre info un peu passée sous silence, c'est le cas Aliadière... Rappelez-vous ! Jérémie Aliadière, la petite perle du foot français transféré à 16 ans à Arsenal en 1999... Aujourd'hui, chômeur à 27 ans, après un passage nébuleux à Middlesbrough (D2 anglaise) et un dernier essai infructueux à West Ham. L'histoire de Jérémie Aliadière est un peu symbolique de sa génération qu'on croyait hyper talentueuse et qui était censée prendre la relève des Bleus de 98. Avec d'autres « futures perles » plus en réussite mais en stand-by actuel (Anthony Le Tallec, 26 ans aujourd'hui, ou Florent Sinama-Pongolle, « que » 25 ans), il incarnait l'avenir assuré des attaquants en équipe de France. Heureusement d'autres talents ont récemment émergé (Gourcuff, Ribéry, Benz). Mais pour des Aliadière donnés « gagnants » à coup sûr au départ le rêve s'est fracassé contre les exigences du haut niveau international. Voilà donc qui incite à la plus grande prudence quant à nos fameux « grands joueurs d'avenir » qu'ils soient chez les moins de 19, chez les Espoirs, ou bien qu'ils aient incorporé les A (comme Sakho, Mvila ou Cissoko). Les Bleus de Blanc ne sont pas encore éliminés de l'Euro 2012, loin de là. Mais la prédiction sans concession de Dugarry à propos d'une équipe de France qui va galérer encore pendant 2 ans semble juste. Question : cette galère va-t-elle vraiment s'arrêter pile au bout de deux ans... ou continuer encore plus longtemps ?

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Il me plaît bien à moi cet article.Enfin de la réflexion, des exemples concrets et etayés...une denrée rare dans les médias sportifs apparemment.

Je rajouterais qu'il faut arrêter (même provisoirement) avec cet insupportable "Culte de la victoire".

Pourquoi toujours vouloir gagner, gagner, gagner...? Ce que les footix ne comprennent pas c'est que y'a même pas le matos à disposition pour que la France retrouve son éclat d'antan...98 & 2000 y'a prescription, ca ne sert plus à rien d'en parler.Je me demande même si la finale 98 n'était pas truquée à l'avance bref.

Laissez les joueurs mûrir, apprendre...L'Olympique Lyonnais ne s'est pas fait en un jour, ils ont commencé par squatter le ventre mou, puis se rapprocher de la 5 eme place, puis l'UEFA, puis flirter avec le titre, et puis finalement le titre.

Mais pfff y'aurait tellement de choses à dire sur le sujet...une bonne 50aine de ligne. J'ai l'impression que c'est l'opinion public qui compose l'équipe.Blanc n'est même pas un séléctionneur, il fait de la politique et ca contribue à encore plus tout saborder.

Va falloir avoir l'honnêteté d'avouer que Domenech convoquait les meilleurs joueurs qu'il était possible d'appeler : L.Diarra,Toulalan, Gallas, Abidal, Evra, Gourcuff, Henry, Anelka,Malouda...si eux n'arrivaient même pas à passer un 1er tour de mondial, ne battait la Lituanie que 1-0, se qualifiait à l'arrache en barrage etc....pourquoi des puceaux du maillot bleu termineraient victorieux des éliminatoires ? C'est de l'utopie.

Si Blanc avait une paire de couilles, et si le conseil fed s'occupait de ses fesses, la France aurait pu repartir avec, je me répète, les meilleurs (ou moins pire c'est selon) joueurs possibles : Evra, Ribéry et toute la clique.

Faut arrêter la démagogie, ca ne paye pas en sport.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
0 1