Advertisement
Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 3 Résultats Classements Options
  1. // Santé
  2. // Amour

Foot et MST : Tu peux pas test

Des vestiaires des clubs amateurs aux alcôves adultérines de nos stars à crampons, le football ne prend pas toujours ses précautions. Alors que la question semble avoir disparu des préoccupations de santé publique, les MST, dont la plus mortelle, le VIH, continuent de venir gâcher les belles histoires de cœur ou les simples plans cul. Rien de plus naturel qu'ensuite, les joueurs se retroussent les manches pour les campagnes de prévention. Du moment que cela ne les concerne pas directement...

Modififié
Un nom perdu dans l'histoire du foot, qui ne vous dira sûrement rien. Arthur Wharton s'avéra pourtant être le premier joueur professionnel « de couleur » (une mère ghanéenne et un père de la Grenade) à évoluer dans le championnat britannique au cours des années 1890. Exemplaire et devenue symbolique, son histoire se termina néanmoins par un épilogue à la Dickens. Il décéda en 1930 des suites d'un cancer aggravé par une syphilis. Bienvenue dans l'époque des « fléaux sociaux » , alcoolisme et maladies vénériennes, qui font des ravages en Europe. Les standards de prévention et d'hygiène ne se révèlent évidemment pas les mêmes qu'aujourd'hui et l'on meurt alors de petite vérole, qui se soigne désormais par quinze jours d'antibiotiques.

Le footballeur est surtout un homme comme un autre sur ce terrain-là, ce qui ne l'aide pas forcément. Le cas d'Arthur Wharton se coulait finalement dans le fleuve morbide des pandémies qui affectaient fortement toute la population, surtout les plus pauvres. De nos jours, les paramètres dont il faut tenir compte sont tout autres que l'angoisse de la guérison. Toutes les pathologies ne sont en effet pas aussi communes ou simples à assumer, surtout quand elles accompagnent un mode de vie dont se régalent les tabloïds. Bref, si la plupart du temps, la principale relation du footeux à sa santé se résume à réparer ses blessures et les temps de récupération pour y parvenir (ainsi que les moyens de les raccourcir), il existe malgré tout des aspects guère reluisant qu'il doit apprendre à gérer. Certains savent même les retourner à leur avantage. Marco Borriello, alors en poste au Genoa, se retrouve ainsi coincé en 2007 lors d'un contrôle antidopage positif à la cortisone. Il n'hésita pas, pour se dédouaner, à reporter la responsabilité sur les épaules, et pas que les épaules, de sa fiancée, le mannequin argentin Belen Rodríguez, victime selon ses dires, d'une infection vaginale soignée avec une crème intime. Le transfert se serait réalisé lors d'un cunnilingus. Une défense inefficace, mais entrée dans les annales.

Beckham, Cole et Thierry Maquindus


C'est malheureusement loin d'être toujours aussi humoristique. Les forums et la presse people bruissèrent longtemps d'une rumeur d'herpès chez les Beckham, cherchant en vain à savoir qui de David ou de Victoria l'avait refilé à l'autre, et surtout de qui le fautif avait récupéré ce purulent cadeau. Derrière cette volonté obstinée d'éclairer la vérité se cache évidemment l'ombre peu réjouissante du soupçon d'adultère. Cheryl Cole raconta de la sorte avec moult détails sa vie de couple avec son cher Ashley, et en particulier les craintes qui s'emparèrent de sa charmante personne quand elle eut bel et bien la certitude que son compagnon attitré fréquentait d'autres lits, et au passage qu'il avait peut-être effectué un petit transfert microbien à son insu, sans attendre le mercato conjugal. « Il a bien fallu que je prenne conscience qu'Ashley m'avait exposée et mise en danger depuis un moment, et il fallait que je me rassure. » Apparemment, le Blues avait au moins su couvrir ses arrières et surtout sa pointe d'attaque. Quoi qu’il en soit, les agents de joueurs n'ignorent pas par expérience qu'un médecin discret peut sauver la mise de leur protégé qui n'aurait pas été aussi attentif un soir d'égarement.

Toutefois, si certaines formes de MST peuvent malgré tout toujours avoir de graves conséquences, comme l'hépatite B (qui peut se refiler autrement que par un rapport sexuel), la dernière arrivée, le VIH, demeure à coup sûr mortel si elle n'est pas correctement traitée et se transforme en SIDA. Et socialement stigmatisante, d'où l'extrême pudeur des footballeurs à ce sujet. On peut aisément les comprendre. Le Camerounais Job Komol révéla sa séropositivité en 2010 auprès de son club néerlandais, le Vitesse Arnhem. Il fut immédiatement accusé d'avoir peut-être contaminé ses coéquipiers, mais les tests prouvèrent qu'il n'en était rien. Sa licence lui fut aussi un temps retirée. Il ne put reprendre le foot, trop affaibli par son traitement. Autre cas autrement légèrement plus glauque, Thierry Maquindus, ancien footballeur, stagiaire du Stade rennais devenu ensuite moniteur sportif, qui fut condamné à trente mois de prison, dont six ferme, pour avoir volontairement transmis le virus du sida à son ancienne compagne, alors qu'il se savait atteint depuis 1999. La justice se retrouve en effet de plus en plus souvent amenée à juger ce type d'affaire...

Love United


Les entraîneurs du foot amateur ne cachent plus lors des formations être de plus en plus souvent conduits à endosser un rôle de conseiller sur ce terrain, face à de jeunes ados qui ont le sentiment que leur coach, lui au moins ne trahira pas leur confiance ou leurs confidences, à un âge ou les rumeurs et les réputations pèsent lourdement sur les comportements. Pourtant, malgré ces remontées de la base, la Fédération semble décidée à demeurer sur une prudente réserve à ce propos, préférant s'investir dans les campagnes sur le cannabis ou l'épilepsie. Le moins que l'on puisse dire, c'est que lors de l'Euro 2016, les campagnes sur le sujet, telle que celle de l'association AIDES – « L'Euro c'est possible sans maillot mais pas sans capote » –, ne furent pas véritablement relayées.


Hors d'Europe, les joueurs manifestent étrangement moins de crainte à s'exposer. Peut-être parce que la connotation ressentie toujours « gay » de la maladie semble toujours les gêner chez nous, quand, sur le continent africain, où l'ampleur de l'épidémie a depuis longtemps renvoyé cette question d'image au second plan. Lilian Thuram s'était par exemple engagé au Liberia en 2007, à l'invitation de l'ONU, pour alerter la jeunesse locale sur les dangers des MST : « Je veux que vous évitiez les choses qui peuvent vous donner les maladies telles que la gonococcie et le sida. Restez également loin de la drogue et des boissons alcoolisées si vous voulez être de bons sportifs. Vous devez plutôt vous intéresser à des choses positives, tels que le foot et autres choses qui sont bien pour votre avenir. » Une tonalité étrangement proche du discours des premiers hygiénistes qui défendirent sur le vieux continent le sport au début du siècle dernier pour lutter contre les mauvaises fréquentations et les maladies honteuses.

Enfin, preuve que le foot est en train de prendre en Chine, Gervinho, ambassadeur spécial de l'ONUSIDA pour la jeunesse et la collaboration Chine-Afrique, et Shao Jiayi, un ancien de Munich 1860, ambassadeur itinérant national de l'ONUSIDA pour la Chine, se sont associés pour sensibiliser la jeunesse de l'empire (rouge) du milieu quant aux risques du VIH. Un moyen aussi pour les autorités, qui semblent peiner avec leur vieille propagande, d'informer la population, après avoir longtemps nié le problème. Cela dit, en France, nous sommes bien loin du Live for Love United de Pascal Obispo, où défilaient 45 footballeurs internationaux autour de Youssou N'Dour. On parle plus de ces choses-là, semble-t-il...

Par Nicolas Kssis-Martov
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 16:58 Euro Millions : 107 Millions d'€ + 1 Millionnaire garanti
Hier à 17:42 Une équipe amateur à Caen coachée par ses supporters 19 Hier à 15:43 Ronaldo, Salah et Modrić nommés pour le titre de joueur UEFA de l'année 61
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Tsugi Un autre t-shirt de foot est possible MAILLOTS FOOT VINTAGE Olive & Tom Podcast Football Recall
Hier à 12:12 Le maillot sans sponsor de River Plate bat des records 66 dimanche 19 août Un Ukrainien refuse de faire face au drapeau russe 25