En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 19 Résultats Classements Options
  1. //
  2. //
  3. //
  4. // Billet d’humeur

Foot business ou pas, Samba les couilles

Vomir sur le football business, ses montages financiers et ses sommes astronomiques, est une occupation tellement prenante qu’on en oublie parfois de sortir la tête de la cuvette. Dommage, parce qu’une fois que la chasse aura été tirée, du positif restera de la probable arrivée de Neymar à Paris. La preuve.

Modififié
« Tu te rends compte qu’avec 222 millions d’euros, on peut acheter suffisamment de sacs de riz pour stopper un an de famine ? » La vérité, c’est qu’on peut même acheter assez de cahiers et de stylos Bic pour faire tourner les écoles du monde entier, dont quelques-unes qu’on aurait construit de A à Z. C’est triste, dommage, dégueulasse, inacceptable, à vomir, et même peut-être pire. Le football business vit actuellement ses plus grandes heures et le probable montage financier qui rendrait possible l’arrivée de Neymar à Paris en est une nouvelle preuve. Y en avait-il besoin pour réaliser l’existence du jacuzzi d’infamie dans lequel les puissants du football baignent paisiblement ? Non. Mais à force de regarder le foot et le marché des transferts à travers le prisme de l’argent, le grand public développe une cécité sportive. Un handicap qui empêche, dans le cas de la venue potentielle de Neymar à Paris, de voir le positif, notamment à l’échelle sportive.


Des espèces de lunettes de pessimisme qui, comme dans Men in Black, feraient oublier à certains que la dernière fois que le Paris Saint-Germain a été atteint du syndrome de Stockholm et a acheté un joueur qui lui a fait du mal en Ligue des champions, c’était en 2005, et que cet attaquant s’appelait Sergueï Semak. C’était bien. C’était un autre foot. C’était un autre PSG, où les Brésiliens qui arrivaient en grande pompe s’appelaient Everton et Souza. Ça avait certainement plus de « cachet » , comme dirait Stéphane Plaza. Mais si la pilule financière est difficile à avaler, vient désormais le moment de se prendre un peu de recul. D’arrêter le « c’est mieux avant  » à outrance et d’accepter le « ça sera différent demain » , même si le changement choque et qu’il est nécessaire de résister avant que le sport paradoxalement appelé le plus « populaire » ne le soit vraiment plus. Juste parce que le football reste du plaisir pour les yeux. Juste parce que dans une Ligue 1 dont on ne cesse de dire qu’elle n’a peut-être jamais été aussi sexy, l’arrivée potentielle de Neymar est encore un plus. À tous points de vue.

L’âge de raison


La première division française a connu des stars, c’est un fait. Ronaldinho, Hazard, Drogba, Ibrahimović, Benzema et bien d’autres avant eux. Mais il y a toujours eu un « mais » . Paris a été un tremplin pour le jeune Ronnie qui débarquait du Brésil, Marseille une brève et belle étape pour Drogba le Guingampais vers la Premier League, Lille a formé Eden Hazard et ses crochets dévastateurs, idem pour Lyon avec Benzema, tandis qu’Ibrahimović est arrivé alors qu’il était – quoique toujours aussi excellent – plus sur la fin qu’au top de sa carrière. À 25 ans et après quatre saisons passées en Catalogne, Neymar Jr arriverait à Paris au meilleur moment possible dans sa carrière. Il n’est plus « un joueur en devenir » . Il n’est pas sur la pente descendante. Son jeu, évidemment toujours perfectible, a progressé et mûri.


Il s’est européanisé tout en restant brésilien dans l’âme. Et s’il y a à redire quant à sa capacité à être présent lors des grands matchs – excepté justement contre le PSG –, Neymar, 132 buts et 75 passes décisives avec le Barça en 223 matchs, arrive pour donner à Paris le meilleur de sa carrière, entre talent et maturité, fougue et expérience. Surtout, il quitterait le Barça pour être « la star de son équipe » , ce qui lui vaut quelques critiques. Quel mal à ça ? À son âge, avec son talent, il veut être le leader d’une équipe qui en a parfois manqué la saison passée. Sportivement, tous les feux sont au vert pour Paris et pour Neymar. Mais évidemment, Paris a d’autres raisons pour faire venir Neymar.

Le plus beau meuble de Conforama


Car l’opération marketing n’est pas belle. Elle serait exceptionnelle. Club Nike, Paris signerait le joueur numéro un de Nike, n’en déplaise à Cristiano Ronaldo. En effet, la marque à la virgule a compris depuis quelque temps déjà que Neymar était la coqueluche des jeunes. Elle a ainsi multiplié les campagnes avec le Brésilien, qui a également passé son été à se faire plaisir avec un autre sponsor : Red Bull. À 25 ans, Neymar est plus bankable que jamais. Son Picsou de père l’a compris, la branche marketing du PSG aussi. Les ventes de maillot vont pleuvoir, des gens qui n'en avaient que faire du PSG avant vont s’y intéresser, plaçant ainsi si besoin, un peu plus le PSG sur l’échiquier européen et mondial du football. Bénéfique pour Paris, mais pas seulement. En effet, la Ligue 1 Conforama tire là son plus beau meuble.


Alors qu’on lui promet de partout qu’elle sera plus scrutée cette saison – même présente dans les choix potentiels de Hunter dans FIFA –, elle gagnerait en visibilité avec l’arrivée de Neymar. Mieux, le PSG prouverait ainsi qu’il est capable de faire venir un joueur d’un top club mondial au top de sa forme, montrant ainsi que le challenge sportif de la L1 ne rebuterait pas tant que ça les joueurs. En somme, si on a le droit de détester le transfert de Neymar parce qu’on vomit le football business, parce qu’on déteste le PSG, ou parce qu’on n’aime rien, on a aussi le droit de dresser ce constat : Neymar en Ligue 1 et à Paris, c’est une vraie folie pour le football français.

Par Swann Borsellino
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


Hier à 15:35 243€ à gagner avec la Juve & Naples 3 Hier à 23:25 Ligue 1 - 26e journée : Résultats et Classement Hier à 23:23 Suivez SoFoot.com sur Facebook jeudi 15 février 151 Millions d'€ à gagner ce vendredi à l'Euro Millions ! 2
Hier à 21:45 Nîmes, Le Havre et Nancy pleurent, Brest rigole enfin 6
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
jeudi 15 février Football Recall, épisode 6 :Real-PSG et le Barça écossais 2 jeudi 15 février L'étrange penalty de Cristiano Ronaldo 59
À lire ensuite
Neymar, rien de fair-play