Florentino Pérez, ou la négation de la remise en question

Inquiet suite à la débâcle du Clásico, le Madridismo l’est encore plus suite à la conférence de presse de son président. Dans un copier-coller de celle qui l’avait vu soutenir Ancelotti en mars, Florentino Pérez s’est faussement solidarisé avec Rafa Benítez. Surtout, il a fait preuve d’une manque de remise en cause tout en se personnifiant comme le Real Madrid.

Modififié
680 21
Les cameramen enclenchent le REC, les photographes dégainent en rafale et les gratte-papier lèvent haut la main. En une ouverture de porte, la salle adjacente au Palco de Honor du Santiago Bernabéu se plonge dans un silence quasi religieux. Costard cintré et lunettes bien vissées, Florentino Pérez tapote sur le micro, pose sa fiche sur le pupitre et entame son discours : « Nous avons analysé la situation sportive. Rafa Benítez a tout notre soutien et notre confiance. » En un préambule, le président merengue met fin à quelques spéculations allant bon train depuis la gifle du Clásico. Surtout, il donne du grain à moudre à une presse de moins en moins encline à le soutenir envers et contre tout. Bien que chahuté lors de la séance de questions qui suit, le big boss du BTP espagnol ne perd pas le cap. Tour à tour, il culpabilise les médias pro-madridistas, évoque les Ultras Sur pourtant jetés hors du stade, et fait fi de socios trop remuants. En soi, rien de plus qu’un remake de la dernière conférence de presse lors de laquelle il avait soutenu Carlo Ancelotti. Avant de le virer tel un malpropre deux mois plus tard. Suerte, Rafa.

Carlo Ancelotti, viré mais toujours coupable


Lorsque, le 12 mars dernier, un communiqué lancinant annonce une convocation de la presse, Florentino Pérez donne dans l’innovation. Peu prompt à rendre des comptes, il évoque une exception. «  Je veux dire, pour répondre à des fausses informations apparues, que quoi qu’il se passe lors des prochains jours ou dans les prochaines semaines, Carlo Ancelotti sera toujours l’entraîneur du Real Madrid » , déclare-t-il à l’époque. Deux mois plus tard, le discours diffère et la guérite de l’antre madridista pleure son Carletto, destitué à la stupeur générale. En ce lundi, le discours ne varie pas d’un iota : pour contrer des informations de Marca et de As, il décide d’afficher publiquement son soutien envers Rafa Benítez. Pire, à l’heure d’évoquer les maux qui frappent son effectif estampillé Galacticos 2.0, il pointe du doigt ce même Carlo Ancelotti, coupable d’avoir laissé « la situation se dégrader » . Une attaque personnelle qui répond aux propos du jour de l’Italien, qui avoue quelques heures plus tôt sur RMC que son « départ du Real n’était pas facile à vivre  » . Ou comment retourner ses propres erreurs contre ses sous-fifres de l’organigramme.

Justement, la cohérence sportive du projet merengue se trouve au cœur du marasme que traverse le Madridismo. Plus que par cette débâcle historique face aux Blaugrana (0-4), le public du Santiago Bernabéu s’inquiète du faible niveau dans le jeu et du manque de caractère de ses poulains face au PSG et au FC Séville. Là encore, Florentino Pérez ne trouve pas mot à dire. Il préfère se poser en victime, lui qui se permet de se passer des services d’un directeur sportif depuis le départ du sage Jorge Valdano en 2011 sous la pression de Mourinho. Ainsi, tout comme au printemps dernier, il se dit la cible « d’une campagne mensongère de certains journaux  » : « Certaines personnes se servent du mensonge pour détériorer non pas mon image, mais celle du Real Madrid. » Cette personnification du fanion blanc, la presse pro-madridista ne l’accepte pas et n’hésite pas à poser la même question en boucle à Florentino Pérez. Et pourtant, As et Marca continuent de passer sous silence nombre de décisions étranges de la Junta Directiva. À moins que cette conférence de presse aux accents égocentriques ne fasse changer la donne.

Des socios en colère ? « Non, les Ultras Sur »


Car plus que cette attitude désinvolte face à la presse, le président du Real Madrid agace de nombreux socios en niant ce qui lui est reproché : « Certes, beaucoup de gens disaient : "Florentino, démission". Mais ces chants sont venus de personnes bien identifiées : les Ultras Sur, que nous avons viré du stade depuis deux ans. » Une excuse brinquebalante pour faire fi des critiques d’un public excédé, pour qui la crise institutionnelle est tout aussi grave que la sportive. En effet, les socios demandent toujours des explications quant aux changements de statuts souhaités par Florentino Pérez. En 2012, il s’était ainsi permis de faire passer de 10 à 20 le nombre d’années d'ancienneté pour pouvoir se présenter. De même, chaque candidat devait avoir une garantie financière d’environ 80 millions d’euros. Deux modifications qui lui ont permis de ne pas avoir de concurrent aux dernières élections, et qui seront validées, ou non, par la justice espagnole ce mercredi. Une décision attendue par tous, sauf par le principal intéressé : « Il est clair que cela se terminera au tribunal Suprême dans beaucoup de temps. » Une affirmation qui pourrait vite être contrée par l’humeur des journalistes et, surtout, du Santiago Bernabéu.

Par Robin Delorme, à Madrid
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Dans cet article

Pourquoi se remettrait-il en question? Il sait très bien ce qu'il fait, liquidation du madridisme, et poursuit tout bonnement son agenda..

Aux socios et à nuls autres de le mettre dos au mur.
lemudream Niveau : CFA2
ce qui est sur c'est surtout que le jour où il finira par lâcher prise, il va laisser le real vraiment dans un sale état... à mon avis dans un futur proche le barça va faire la course seul pendant un bon moment (je veux dire encore pire qu'aujourd'hui)
Orso94210 Niveau : CFA
Pas bien surprenant...

Si y'en avait pour croire qu'il allait se pointer a la conf et declarer "Oui, j'ai decide de shooter le mec que j'ai mis en place il y a quatre mois, et j'endosse la pleine responsabilité de tout le marasme ambiant", ils sont bien naifs.

Je ne porte pas particulièrement le Real dans mon coeur, mais si on regarde les choses froidement, ils sont premiers de leur poule (par miracle, mais premiers quand même), et à six points du leader dans un championnat dont il reste encore les deux tiers a disputer.

Pas encore de quoi mettre le feu à la baraque, même si quelques fesses sont encore rougies depuis la manita à la Gerald Green de Samedi.
Ils restent quand même sur le match contre le PSG, une défaite à Séville t un 4-0 pris à domicile... Quand t'es le Real, ça fait beaucoup en peu de temps! Heureusement qu'il y a eu la trêve internationale.
Attaque-Defonce Niveau : CFA
Des centaines de millions d'€uros engloutis, plus de dix ans de présidence cumulée, une image ridiculisée, tout ça pour deux ligue des champions et trois ligas.

Je ne sais même pas si un jour il a été possible de considérer que ce mec est, non pas un grand président, mais ne serait-ce qu'un moyen. D'ailleurs c'est même pas qu'il est médiocre, ce type est un cancer du football. Voir sa tête de c** me fout en pétard.
pas faux surtout que l'année dernière le barca etait pas au top à cette periode
The Lunatic is on the grass Niveau : CFA
De toute façon, c'est trop tard, le cancer est généralisé, le footixisme madrilène a envahi la planète.
Suffit de voir ce que sont devenus les supporters anglais qui passent leur temps à réclamer du transfert à 100 million à leurs clubs, crachent sur des jeunes de 20 ans , les comparent à d'autres de 28 ans..etc
Le problème à mon avis c'est que les supporters ne parlent pas le même language que cet homme d'affaires déguisé en footix! J'ai l'impression que pour lui tant que le club est rentable, il n'y a AUCUN souci. Pour donner le change d'un point de vue sportif, il vire un coach quand y a pas de résultats (ou quand il y en a hein Carlo) ou achete la star du moment, solution court termiste...comme toute sa présidence! Jamais eu l'impression qu'il avait une quelconque vision sportive pour le club ce mec!
Cela dit 2 C1 ca n'a pas de prix, je connais pas mal de clubs qui ont investis plus pour en avoir qu'une et qui investiraient beaucoup plus pour avoir leur première (voir une finale) donc bon!
Vu le travail réalisé par ancelotti et il a fini par être débarqué donc c'est selon l'humeur. Benitez a décidé de faire plaisir à son président en faisant jouer toutes les stars et on vu le résultats, entraîner le real c'est facile vu l'effectif et c'est aussi compliquer avec les caprices du président de certains joueurs mais aussi des supporteurs
Je regarde que très occasionnellement le Real, mais n'y a t-il pas un fond de vérité, non pas dans le fait qu'Ancelotti ait laissé la situation se dégrader au sein du vestiaire, mais dans le fait que le problème vient en partie du vestiaire?

Il y a beaucoup d'égos, des cadres qui ne semblent pas être des lumières, ou tu du moins qui font parfois montre d'un manque de discernement.

Tout ça mélangé, à une énorme pression des médias et des supporters, à des choix de la direction parfois particulier sportivement... est ce que la marge de manœuvre des coachs n'est pas plus réduite que dans d'autres clubs?

Brandir le spectre du renvoi, à la première mauvaise passade, je trouve ça très dangereux... sauf si Benitez est réellement si incompétent...

Personnellement je m'interroge sur la part de responsabilité des joueurs, qui semblent relativement épargné coach après coach...

(par exemple: je veux bien tout ce qu'on veut, mais Ronaldo a rarement été un grand joueur dans l'adversité... et ce coach après coach...).

Enfin je sais pas ce qu'en pense les supporters (non footix) du Real, qui on un avis un peu critique sur la situation..
Message posté par Tad87
Vu le travail réalisé par ancelotti et il a fini par être débarqué donc c'est selon l'humeur.


Je remplacerais "Ancelotti" par "Mourinho" dans ta phrase. Le meilleur Real des dix dernières années, c'est pas celui de la Decima, mais celui du titre de 2012, et d'assez loin.

Ancelotti, en deux saisons, fait 3ème et 2ème de Liga, soit le plus mauvais bilan d'un entraîneur du Real en Liga depuis plus de dix ans.
The Lunatic is on the grass Niveau : CFA
Message posté par .Pelusa.
Je remplacerais "Ancelotti" par "Mourinho" dans ta phrase. Le meilleur Real des dix dernières années, c'est pas celui de la Decima, mais celui du titre de 2012, et d'assez loin.

Ancelotti, en deux saisons, fait 3ème et 2ème de Liga, soit le plus mauvais bilan d'un entraîneur du Real en Liga depuis plus de dix ans.


Merci Pelusa
Exactement ce que je voulais écrire
Mkhitaryan n'aurait pas été là, Ancelotti aurait été le bonnet d'âne des entraineurs du Real.
Frenchies Niveau : CFA
Depuis quand gagner la ligue des champions est "moins fort" et d'assez loin que de gagner la liga ...
l'adversité la plus grande, est en liga ? ah bon.
Captain Stevie Niveau : District
Je ne comprendrais jamais comment on peut aimer ce genre de club. J'ai rien contre eux à la base, j'aimais meme bien le Real quand j'étais gosse, mais le Real de Perez je n'ai jamais su l'apprécier. Il leur donne une de ses images de merde, c'est incroyable. Je n'ai jamais vu un club avec de tels moyens etre aussi mal geré. Déjà bon le coup de virer Ancelotti, c'est juste la plus grosse blague de l'histoire. Il était parfait pour eux, un très grand coach qui justement était l'homme idéal pour incarner ce grand club et donner ce petit supplément d'image. Il étaient plus que qualifié également pour gerer les égaux incroyables de ce vestaire. Le descendre pour une saison blanche est peut-etre ce que Perez a fait de plus stupide dans son role de président du Real. Ils ne trouveront pas mieux.

Après j'aime bien Benitez, il a laissé un très bon souvenir dans mon club de coeur à Liverpool. Il a accompli de belles choses, mais son échec au Real est déjà écrit d'avance malheureusement. Il n'a pas les épaules pour gérer la pression propre à ce genre de club. Il n'a pas ce "charisme" nécessaire pour gérer ce vestiaire de vedettes égocentriques et creer une cohésion, ca se voit déjà qu'il se met tout le monde à dos. A vrai dire, presque personne ne peut réussir dans ce club. Tant qu'ils fonctionneront avec cette logique des résultats à très (trop) court terme, il resteront toujours derrière le Barça. On ne peut pas virer son coach dès qu'il ne gagne pas un titre, c'est pas comme ca qu'on fait avancer une équipe, meme une équipe comme le Real.
Message posté par .Pelusa.
Je remplacerais "Ancelotti" par "Mourinho" dans ta phrase. Le meilleur Real des dix dernières années, c'est pas celui de la Decima, mais celui du titre de 2012, et d'assez loin.

Ancelotti, en deux saisons, fait 3ème et 2ème de Liga, soit le plus mauvais bilan d'un entraîneur du Real en Liga depuis plus de dix ans.


Ancelotti n'a jamais beaucoup brillé comme coach sur le plan local. Son Milan n'a remporté qu'un seul scudetto, est ce que ça voudrait dire que le meilleur Milan est celui de 2004?
Et ce que tu feins d'oublier, c'est que sans de nombreux faux-pas du Barça en Liga, notamment contre des équipes du ventre mou, il n'y aurait pas eu cette finale au Camp Nou, et le Barça n'aurait pas été obligé de se dévoiler plus que de raison. En plus derrière, le Real perd lamentablement contre Dortmund, puis contre Atletico, parce que le coach a trop d'ego pour accepter une pique de Pepe et préfère titulariser la chèvre Albiol. Donc non non, le Real 2012 n'était pas le meilleur, je ne pense pas.
Message posté par The Lunatic is on the grass
De toute façon, c'est trop tard, le cancer est généralisé, le footixisme madrilène a envahi la planète.
Suffit de voir ce que sont devenus les supporters anglais qui passent leur temps à réclamer du transfert à 100 million à leurs clubs, crachent sur des jeunes de 20 ans , les comparent à d'autres de 28 ans..etc


A la vue de ce commentaire je n'ai pu m'empêcher, en souriant, de penser à les réaction des fans knicks lors de la drazt de Porzingis.
Message posté par Captain Stevie
Il étaient plus que qualifié également pour gerer les égaux incroyables de ce vestaire.


C'est beau et amusant.

Merci pour ce moment.
Mister MUFC Niveau : Loisir


Le Real 2012 s'est fait sortir par le Bayern aux tirs aux buts en demi de C1. C'est bien le meilleur Real des 10 dernières années. Le seul Real qui était vraiment supérieur au Barça. Le Real qui a posé les premières fondations vraiment solides de la Décima, à n'en point douter
On en revient toujours à la même question : quelle est la part de responsabilité du coach dans les résultats de son équipe ?

Pour le Real actuel c'est difficile de tirer des conclusions. Benitez est arrivé y'a 4 mois, TOUS ses joueurs ont été touchés par des blessures, c'est la 1ere fois qu'il avait tout le monde à dispo, résultat : il a mis la grosse équipe. Enfin, il a mis l'équipe avec le plus de talents (hormis Danilo Sauf que.
Tu peux pas mettre cette équipe avec un Benzema la tête à Versailles, un James qui sort de 2 mois avec rechute, le cousin de Bale et même avec un Christian qui sait plus s'il doit courir ou pas parce qu'il peut pas te blairer toi son entraineur.

Verdict responsabilités : 2,5% les joueurs, 7,5% Benitez,
90% Papi Flo
Message posté par Mister MUFC
Le Real 2012 s'est fait sortir par le Bayern aux tirs aux buts en demi de C1. C'est bien le meilleur Real des 10 dernières années. Le seul Real qui était vraiment supérieur au Barça. Le Real qui a posé les premières fondations vraiment solides de la Décima, à n'en point douter


Supérieur au Barça??? Les mecs ont joué deux matchs de supercoupe, deux de coupe, deux de championnat, ils n'en ont gagné qu'un, mais vous sortez des énormités pareilles depuis 4 ans, et comme ya personne pour vous corriger, vous y croyez! Cette saison 2011-2012, le Real n'a gagné aucun de ses matchs à Bernabeu contre le Barça. Après ils gagnent le match le plus important de la saison, mais faut pas abuser, ils n'ont pas montré une quelconque supériorité flagrante. Si tu me dis en 2013 par contre, l'année avec Vilanova, je veux bien
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
680 21