En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 20 Résultats Classements Options
  1. // Coupe du monde 2014
  2. // Finale
  3. // Allemagne/Argentine

Flavio Carneiro : « Je déteste voir jouer l'Allemagne »

Romancier et critique littéraire brésilien, Flavio Carneiro a deux choses dans sa vie : l'écriture et le football. À 18 ans, il a choisi d'être écrivain plutôt que footballeur professionnel. A-t-il cessé de jouer ? « Excusez-moi, il y a des affaires de foot partout » , répond-il en invitant à monter dans sa voiture. Dans son salon, des photos de sa fille en grenouillère blanche et noire de Botafogo, à laquelle il murmure des chants de stade en guise de berceuse. Auteur de plusieurs essais et nouvelles sur le football, Flavio Carneiro reçoit chez lui, à Petrópolis, pour raconter sa relation au Brésil, à Botafogo et à la défaite.

Modififié
Vous avez déménagé à Petrópolis pour être près des montagnes ou pour être plus près de la Seleção ?
Je suis venu ici pour être près des montagnes. C'est plus tranquille et plus calme qu'à Rio. Cette Seleção est loin de faire l'unanimité au Brésil. Il y a une tradition qui veut que les Sud-Américains aient un jeu basé sur la créativité, le dribble, un jeu sans trop de discipline tactique mais avec de l'imagination. C'est une tradition que Parreira ou Felipão ne respectent pas, car ils préfèrent un système de jeu plus tactique et rigide. Le problème, c'est qu'un joueur comme Neymar a du mal à s'épanouir dans une équipe comme ça. Pour moi, l'équipe la plus sud-américaine de cette Coupe du monde était la Colombie. Et puis de l'autre côté, on a l'Allemagne. Je déteste les voir jouer, mais il faut avouer que leur football est efficace. Je joue dans l'équipe de foot des écrivains brésiliens, avec laquelle on affronte les sélections des autres pays. Contre les Allemands, on a pris cher. Ils ont gagné 9 – 1, mais ils n'ont jamais tenté de faire un seul dribble.

La déroute du Brésil contre l'Allemagne en demi-finale risque-t-elle de donner lieu à un traumatisme plus fort encore que le Maracanaço ?
La défaite de 1950 a, en vérité, été une grande avancée. C'est à partir de là qu'on a monté une équipe capable de gagner cinq Coupes du monde. La première d'entre elles en 1958, c'est-à-dire peu de temps après ce qui s'est passé au Maracanã. On a beaucoup appris de cette défaite. Je ne pense pas que la même chose se reproduise aujourd'hui. La défaite de 1950 a été bien plus intense que celle contre l'Allemagne. Tous les membres de l'équipe jouaient alors au Brésil, ils nous représentaient vraiment. Et une chose importante : nous n'avions jamais encore été champions du monde. C'était donc une étape capitale, c'était la Coupe du monde qui devait nous faire entrer dans le club des grandes sélections mondiales. Le 7-1 de mardi dernier a été humiliant, mais la défaite ne privera pas le Brésil de sa place parmi les puissances du foot mondial, elle a simplement terni notre lustre. Pour que les choses changent vraiment, il faudrait que toute la direction de la Fédération brésilienne saute. Et je ne crois pas que ça va se passer.

Pourquoi les joueurs brésiliens pleurent-ils tout le temps ?
Ils sont très jeunes et la pression qu'ils ont sur les épaules est immense. En Amérique du Sud, c'est plus dur encore : les joueurs représentent leur pays, leur famille, leurs amis. Cette année, le Brésil avait une pression supplémentaire parce que nous avons perdu en 1950. Le Maracanaço reste un trauma pour le Brésil. 10% de la population de Rio était dans le stade ce jour-là et les attentes étaient énormes. C'était la première Coupe du monde depuis 12 ans à cause de la Seconde Guerre mondiale, le Brésil avait des joueurs exceptionnels et les années 40 et 50 étaient celles de la modernisation : l'entrée du Brésil dans le concert des nations, l'arrivée d'entreprises américaines, les gros travaux d'infrastructures. Tout le monde s'attendait à une victoire. La défaite a fait reculer le pays. La thèse selon laquelle le sous-développement était dû au métissage des races a par exemple frappé très fort. Barbosa, le gardien, était un métis noir, c'était le parfait bouc émissaire. Ces dernières années, on a vu aussi beaucoup de joueurs de la Seleção affirmer leur foi. En 2002, par exemple, on se rappelle avoir vu les Brésiliens prier en cercle au milieu du terrain au terme de la finale contre l'Allemagne. Les footballeurs sont géniaux sur le terrain, mais ils peuvent être assez limités en dehors. Ils n'ont pas été à l'université, ils ne lisent pas. Et quand ils le font, il s'agit de cette merde de littérature américaine de développement personnel, de la philosophie bon marché et canaille. C'est la même chose avec la religion et notamment avec les évangélistes. C'est un recours qu'ont les joueurs pour échapper à la pression, rester concentrés sur le jeu et fuir les tentations des femmes ou de l'alcool. Et puis, le Brésil est un pays religieux. Ici, même les trafiquants de drogue disent le Notre Père. Imaginez-vous un footballeur qui se déclare athée. Impossible.

« Qui est la FIFA pour me dire que je ne peux pas regarder un match debout ? »
Vous suivez la Coupe du monde ?
Le plus possible. (Il montre un tableau du tournoi où il a pronostiqué les résultats de chaque rencontre) J'aime bien regarder les matchs seul, avec une bière à la main. Parfois ma femme m'accompagne, mais elle ne connaît rien du foot. Imagine, elle supporte Fluminense, alors que je suis de Botafogo ! Quand j'étais jeune, j'aimais voir les matchs avec mes potes, faire la fête. Mais le lendemain, je me rendais compte que j'avais tout oublié. Les buts, les actions. À l'époque, j'allais aussi au stade. L'UERJ (Université de l'État de Rio de Janeiro) est vraiment à côté du Maracanã. On entendait la foule depuis les salles de classe. Quand je me faisais chier, je filais au stade pour voir les matchs, sans même savoir quels clubs jouaient.

Qu'est-ce que vous aimez dans le fait d'être au stade ?
J'aime insulter l'arbitre. Ici, on l'insulte avant même que le match ne commence. Il n'a rien fait, mais c'est une façon de rejeter l'autorité. Sinon, je ne suis pas forcément de ceux qui chantent. Sauf quand je rentre à la maison, je reprends l'air de « o campeão voltou » et je chante à ma fille « o papazão voltou, o papazão voltou » (le gros papa est rentré, ndlr).

Vous allez toujours voir des matchs ?
Plus maintenant. Déjà, c'est trop cher. Pendant la Coupe du monde, les personnes qui vont au stade ne sont pas des vrais supporters. Ils n'y vont que parce que c'est un événement. Avant, tu pouvais aller en virage pour 5 ou 10 reais (3 euros environ). C'était génial parce que tu pouvais être dans la fosse et avoir la tête quasiment au niveau de la pelouse. C'était un angle de vue absolument inédit pour regarder le football. Et puis c'était un endroit de déraison, avec des mecs qui allaient au stade pour faire la fête, des personnages dingues. On avait de la place. Quand le match était pourri, on prenait un ballon et on jouait dans la fosse. Les nouveaux stades répondent aux règles de la FIFA qui interdisent aux supporters de regarder un match debout. Qui est la FIFA pour me dire que je ne peux pas regarder un match debout ?

Vous vous considérez comme un bon joueur de football ?
J'ai joué au foot jusqu'à 18 ans et j'ai eu une proposition pour signer un contrat comme joueur professionnel dans une équipe à São Paolo. À ce moment-là, j'ai dû choisir entre poursuivre mon rêve de devenir écrivain et déménager à Rio ou aller à São Paolo pour le football. Ce fut une décision difficile, comme toutes les décisions le sont à cet âge-là. J'ai dû faire le mauvais choix, j'aurais pu gagner de l'argent plus vite (rires).

Rio de Janeiro et São Paolo, ce sont deux idées différentes du football ?
Historiquement, les équipes de Rio étaient des inventives, liées à l'idée du jogo bonito, et en même temps plus en galère au point de vue financier, avec des structures très limites. Même les torcidas cariocas sont plus créatives. São Paolo, c'est la puissance économique, les structures, la discipline, une organisation presque européenne, avec un jeu plus efficace, mais moins beau à regarder.

Depuis la victoire en 1970, le Brésil qui gagne, c'est celui qui joue mal ?
La plus belle Seleção de tous les temps était celle de 1982. Une équipe démente. Mais voilà, elle a perdu. Depuis cette défaite, il y a un faux débat sur l'efficacité et le spectacle. Au Brésil, on croit qu'il n'est plus possible de concilier les deux. Mais il existe des équipes qui montrent que c'est tout à fait possible, par exemple les trois premiers champions du monde du Brésil (58, 62, 70). En fait, c'est comme en littérature. Un beau texte doit être efficace, précis, tout en préservant la surprise et l'émerveillement. Quand j'écris, je travaille et travaille encore, pour qu'il n'y ait aucun mot de trop. Je déteste l'excès. L'écrivain doit toujours trouver le mot juste.

« Il y aura toujours un Luis Suárez pour mordre un joueur »
En littérature comme en football, est-ce que ce n'est pas l'excès qui permet le grandiose ?
Si, mais tout est une question de contexte. Par exemple, il y a un poème de Carlos Drummond de Andrade où il répète indéfiniment la même phrase. No meio do caminho tinha uma pedra / Tinha uma pedra no meio do caminho / Tinha uma pedra / No meio do caminho tinha uma pedra. (Au milieu du chemin il y avait une pierre / Il y avait une pierre au milieu du chemin / Il y avait une pierre / Au milieu du chemin il y avait une pierre). C'est excessif, mais ça fonctionne parfaitement. Pour moi, c'est le même poème que Pelé qui dribble le gardien uruguayen sans toucher la balle en 1970. Il manque ensuite le cadre, ça manque donc d'efficacité, mais c'est un geste absolument poétique. Aujourd'hui, on se retrouve avec une Seleção qui n'est ni poétique, ni efficace.

Comme écrivain et critique, vous dites détester les romans qui veulent faire passer un « message » . Ne trouvez-vous pas qu'il y a trop de morale dans le football ?
Le foot a toujours été utilisé pour transmettre un message, qu'il soit politique, moral ou idéologique. La dernière dictature brésilienne a tiré profit du succès du Brésil en 1970, au pire moment de la répression politique dans notre pays. Le football est également instrumentalisé pour faire passer des messages sur le dépassement de soi, la fraternité et la solidarité entre coéquipiers. De la même manière, la FIFA a entrepris une pasteurisation du football. Regardez la présentation des formations à la télé, tous les joueurs font la même chose. Ils croisent les bras, regardent à droite, regardent la caméra. Les bus des sélections sont tous les mêmes. La FIFA veut des stades très propres, tout doit être parfait, tout doit être sous contrôle. Sauf que le football continue à nous désorienter, à surprendre. Il échappe au système. Il y aura toujours un Luis Suárez pour mordre un joueur, un Costa Rica qui sort l'Italie et l'Angleterre. L'imprévu, c'est ce qui fait la beauté du football et d'un bon polar. Le reste, c'est de la mauvaise littérature.

Qu'est-ce que le football vous a-t-il appris sur la vie ?
Déjà, le sens des mots solidarité et camaraderie. Tu joues avec un mec que tu ne connais pas et, tout de suite, il devient un pote, quelqu'un que tu as l'impression d'avoir connu toute ta vie. Surtout, le football m'a appris que je ne suis pas infaillible. La veille d'un match, je rêve toujours de ce que je vais faire sur le terrain, du but que je vais marquer. Casagrande ou Ronaldo Fenomeno parlent très bien de ça. Sauf qu'on ne peut pas tout contrôler. Par exemple, tu peux t'entraîner tous les jours à tirer des penaltys pendant des heures, et puis le louper le jour du match. Le monde ne peut pas être planifié et le foot aide à accepter l'incertitude et l'imprévu.

Existe-t-il un parallèle possible entre le joueur de foot et l'écrivain que vous êtes ?
Je n'ai jamais pensé à ça, mais je crois avoir hérité de quelques trucs de ma période de joueur. Le meneur de jeu ressemble sans doute au poète. Moi, j'étais attaquant, comme l'écrivain de prose, qui poursuit un objectif, un but. Je pense aussi qu'il faut s'entraîner, se préparer pour être prêt à saisir l'opportunité quand le moment d'inspiration arrive. C'est une question de secondes, un truc très rapide. Prends par exemple le but de Messi contre l'Iran. Il ne voit même pas le but. Il dribble et puis il la met dans le petit filet, sans jamais avoir regardé où se trouvait le gardien ou le poteau. C'est la même chose pour un écrivain. Tu te mets à écrire, et à un moment l'intuition ou l'inspiration arrivent. Un autre point en commun entre la littérature et le foot, c'est la lecture. Dans le football, tout n'est que lecture. Sur un terrain, tu dois en permanence lire les comportements de tes adversaires, de tes coéquipiers et de toi-même. Et je ne crois pas qu'il existe un écrivain qui ne soit pas, déjà, un lecteur.

Le football, c'est le Brésil. Qu'en est-il de la littérature brésilienne ?
Depuis le XIXe siècle et pendant la quasi-totalité du XXe siècle, la littérature brésilienne s'est construite comme une littérature nationale. Pour exister, les écrivains brésiliens devaient écrire sur le Brésil, sur nos terres, notre culture. Ceux qui remportent des prix littéraires sont ceux qui racontent des histoires de favelas ou de carnaval. C'est caractéristique d'une culture qui se considère comme périphérique culturellement. On doit coller aux stéréotypes. Ce n'est pas le cas du football. On a toujours fait partie des meilleurs. On n'avait pas besoin de montrer quoi que soit aux autres. Cependant, cette histoire s'est terminée quand Pelé et Zico ont quitté le pays. Aujourd'hui, la Seleção, c'est une équipe d'étrangers.


Propos recueillis par PB, LDCC et CP, à Petrópolis
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 09:53 408€ à gagner avec PSG, Lazio & Fiorentina vendredi 20 octobre OFFRE SPÉCIALE : 10€ offerts sans dépôt pour parier chez Winamax !!! 1
Hier à 18:44 Le président de la FA sous pression 5 Hier à 16:08 Course-poursuite entre un entraîneur et des supporters en colère 6 Hier à 15:30 Près de cinq mille agressions d’arbitres en France en 2016-2017 12
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Hier à 09:50 Golden Boy : Mbappé et Dembélé finalistes 46 vendredi 20 octobre Le Récap "Ligue des champions" de la #SOFOOTLIGUE vendredi 20 octobre Un U17 suspendu trente ans pour avoir frappé un arbitre 48
vendredi 20 octobre Bastian Schweinsteiger : « Je suis ouvert à toutes propositions » 25 vendredi 20 octobre Ils ont joué à Marseille ET au PSG (via Brut Sport) vendredi 20 octobre Luiz Felipe Scolari va quitter Guangzhou Evergrande 20 jeudi 19 octobre Le très joli but d'Olivier Giroud 37 jeudi 19 octobre Une sauce barbecue géante se frite avec les supporters adverses 27 jeudi 19 octobre Il parcourt 6 000 km pour son club sur Football Manager 30 mercredi 18 octobre Lyon-Duchère : Enzo Reale suspendu 7 matchs 11 mercredi 18 octobre Un club de D3 va construire une tribune debout grâce à un crowdfunding 8 mercredi 18 octobre La roulette insolente de JK Augustin 34 mercredi 18 octobre À Coventry, un fan descend sur la pelouse pour engueuler les joueurs 12 mardi 17 octobre 345€ à gagner avec PSG, Bayern & Juventus mardi 17 octobre 300€ offerts en CASH pour parier le cœur léger ! mardi 17 octobre Zebina condamné à deux ans de prison avec sursis 13 mardi 17 octobre Le fils de Giovinco ambiance les fans de Toronto 3 mardi 17 octobre Troisième commotion cérébrale en six mois pour Birnbaum 10 mardi 17 octobre Une chèvre s'invite sur un terrain de foot en Grèce 12 mardi 17 octobre Arbitre agressé et baston générale dans un match de U19 32 mardi 17 octobre Un maillot pour Halloween créé à Hawaï 6 lundi 16 octobre 216€ à gagner avec Dortmund, Man City - Naples & Real - Tottenham lundi 16 octobre Taarabt met fin à trois ans de disette 16 lundi 16 octobre C1/C3 : 100€ offerts pour miser chez BetStars ! 1 lundi 16 octobre Un joueur de Xanthi (Grèce) sanctionné à cause de la mousse 6 lundi 16 octobre Kaká a joué son dernier match à Orlando 12 lundi 16 octobre Un match retardé à cause des confettis 3 lundi 16 octobre Une équipe de D3 argentine déguisée en Lionel Messi 6 lundi 16 octobre Le missile de Guedes avec Valence 21 dimanche 15 octobre Alessandrini nommé pour le trophée du meilleur nouveau venu en MLS 14 dimanche 15 octobre Un match de foot suivi d'un match de rugby sur le même terrain 11 dimanche 15 octobre Pronostic Inter - Milan AC : 431€ à gagner sur le derby ! samedi 14 octobre L'incroyable raté de Mateta 5 samedi 14 octobre Martin Palermo est champion du monde ! (via Brut Sport) samedi 14 octobre Un club de migrants en Andalousie 4 vendredi 13 octobre Découvrez le mini-foot ! (via Brut Sport) vendredi 13 octobre Derby County clashe Nottingham avec un freestyle de rap 4 vendredi 13 octobre Billericay Town FC (D7 Anglaise) recrute deux SDF 4 vendredi 13 octobre À Brescia, les joueurs interrompent l'entraînement pour éviter un PV 1 jeudi 12 octobre Éric Cantona va chanter du Disney 28 jeudi 12 octobre Le Récap "Semaine Internationale" de la #SOFOOTLIGUE 1 jeudi 12 octobre Villarreal s’attaque aux pigeons 20 jeudi 12 octobre Une équipe éliminée sur tapis vert à cause de ses numéros de maillots 16 jeudi 12 octobre Une séance de tirs au but jouée trois semaines après la prolongation 5 mercredi 11 octobre Le Dynamo Dresde ressort son maillot anti-raciste 22 mercredi 11 octobre La voisine avait planqué 186 ballons 47 mercredi 11 octobre L'improbable dégagement en touche d'un remplaçant du Panama 12 mercredi 11 octobre Le feu d'artifice des supporters bosniens 3 mardi 10 octobre George Weah, président du Liberia ? (via Brut Sport) lundi 9 octobre Mondial 2018 : La folie dans les rues du Caire (via Brut Sport) lundi 9 octobre Ballon d'or : la liste des 30 nommés 84 lundi 9 octobre 245€ à gagner avec France-Bélarus & Lettonie-Andorre lundi 9 octobre Quand le pays de Galles foire sa photo d’avant-match 13 lundi 9 octobre Le caramel de quarante mètres d'une joueuse de l'OL 19 lundi 9 octobre Raté incroyable en D4 néerlandaise 6 lundi 9 octobre Ballon d’or : Kane et Lewandowski sont bien là 15 lundi 9 octobre Pronostic France Bélarus : 670€ à gagner sur le match des Bleus ! 1 lundi 9 octobre Ballon d’or : Suárez, Coutinho et Mertens y sont aussi 24 lundi 9 octobre Paraguay : match interrompu pour violences après huit minutes 3 lundi 9 octobre 12 matchs de suspension pour avoir critiqué le district de Moselle 8 dimanche 8 octobre 35 Hollandais font le déplacement pour voir un match de D6 anglaise 6 dimanche 8 octobre La FIFA veut reformer les trêves internationales 20 samedi 7 octobre Une blessure affreuse en Argentine 9 samedi 7 octobre U17 : des IRM pour contrôler l'âge des joueurs 13 samedi 7 octobre QPR a créé un groupe de supporters LGBT 117 vendredi 6 octobre Un nouveau rapport accable l'organisation du mondial au Qatar 42 vendredi 6 octobre Quand des supporters anglais marquent avec un avion en papier 8 jeudi 5 octobre 267€ à gagner avec Bulgarie-France, la Suisse & Iles Féroé-Lettonie jeudi 5 octobre 545€ à gagner sur Bulgarie France ! jeudi 5 octobre 190 Millions d'€ à gagner ce vendredi à l'Euro Millions !!! jeudi 5 octobre Mondial 2018 : la mise en place de la VAR remise en cause 6 mercredi 4 octobre Ivre, Alex Morgan se fait virer de Disney World 39 mercredi 4 octobre Le gardien prend un but gag, les supporters envahissent le terrain 6 mercredi 4 octobre Une équipe espagnole intégralement formée de Sud-Coréens 15 mardi 3 octobre Un triplé dont deux ciseaux en D2 Suisse 3 mardi 3 octobre Emmanuel Eboué fait taire la rumeur VIH 9 mardi 3 octobre Victime d’un malaise cardiaque, il prolonge son contrat 3 mardi 3 octobre Ribéry a payé le salaire de son frère à Bayonne 29 mardi 3 octobre Des fans en colère parce que leur équipe gagne 10 mardi 3 octobre La terrible faute sur Renato Civelli 2 lundi 2 octobre Rocket League dans la vraie vie (via Brut Sport) lundi 2 octobre Emmanuel Eboué atteint de graves problèmes sanguins 21 lundi 2 octobre Les funérailles du club de Modène organisées par ses supporters 12 lundi 2 octobre 190 Millions d'€ à gagner ce mardi à l'Euro Millions !!! 1 lundi 2 octobre Gignac collecte 241 000 euros pour une fillette atteinte d'une tumeur 4 dimanche 1er octobre Le tifo « Dikkenek » des ultras d'Anderlecht 32 dimanche 1er octobre Il envoie un coup de boule à son coéquipier en plein match 2 dimanche 1er octobre Le ciseau d'Haller 2 samedi 30 septembre Villas-Boas suspendu huit matchs 1 samedi 30 septembre Un club de D6 allemande sponsorisé par une actrice porno 26
À lire ensuite
Les inconnus de la Seleçao