Fin de la blague

Les sanctions sont tombées. Anelka est poussé vers la sortie, même s'il n'est sans doute pas le plus abattu des condamnés. Evra, en revanche, peut faire la gueule, plus sanctionné que Ribéry. Pour les autres, pipi de chat ou à peu près.

Modififié
0 0
Laurent Blanc ne cachait plus son agacement quant à cette affaire des « mutins de Knysna » , ces combattants qui avaient oublié qu'avant leur gueule, il aurait surtout fallu penser à l'honneur de l'équipe de France, tout simplement. Pour Lolo, la non-convocation des 23 Mondialistes en Norvège aurait dû suffire. Mais, aujourd'hui, la commission de discipline de la FFF a voulu marquer le coup ou alors marquer son territoire vis-à-vis de cette institution « équipe de France » . Si les députés et leur commission inutile ont mis leur nez dans cette histoire, la FFF devait elle-aussi occuper le terrain. Pas question d'être humiliée une fois de plus. Des cinq leaders d'opinion dans ces 23 joueurs, seuls trois étaient présents ce matin au siège de la fédé : Patrice Evra, capitaine du groupe, Jérémy Toulalan, dont l'avocat avait servi de scribe pour leurs revendications syndicales et Eric Abidal, auto-déclaré forfait avant Afrique du Sud – France. Franck Ribéry, vice-capitaine et caïd en claquette-chaussette, a lui fait l'économie du déplacement, remerciant sans doute le Bayern de ne pas l'avoir autorisé à effectuer le voyage à Paris. Nicolas Anelka n'a lui plus de contact avec la Fédération depuis son départ de Knysna.

L'adage dit que les « absents ont toujours tort » . Vrai pour Nico qui vient quand même de se faire annoncer sa retraite internationale par les chefs de la fédé. Tricard pour les 18 prochains matches, Anelka ne pourrait théoriquement revenir chez les Bleus qu'à partir d'un hypothétique quart de finale de l'Euro 2012. Et on ne parle pas d'une éventuelle présence dans le groupe France pour le Mondial brésilien en 2014. Anelka aurait alors 35 berges. On attend désormais l'article exclusif dans France-Soir nous officialisant la retraite du littéraire des vestiaires. A demi-vrai aussi pour Ribéry. L'ailier du Bayern s'est vu coller 3 matches de sanction, en qualité de vice-capitaine des 23 de Knysna. Présenté comme le big caïd du scandale, Francky ne s'en sort finalement pas trop mal, à l'inverse de Patrice Evra qui vient de se prendre une sacrée gifle. Le pardon en mondovision exprimé devant les caméras après le lamentable dernier match des Bleus n'y aura donc rien fait. 5 matches de suspension, point. Thierry Henry et William Gallas, capitaine et vice-capitaine destitués par Dodo avant le Mondial peuvent se marrer. Et les autres alors ? Ben, la Toul' paie gentiment son audace, avec un petit match pour la forme. On le pensait au-delà de tout soupçon mais il a bien obligé la FFF à agir en avouant son initiative via son avocat. Enfin, Eric Abidal sort avec un non-lieu bien ficelé. Le précédent Thuram lors de l'Euro 2008 a a-priori servi de jurisprudence. Si Tutu avait jugé physiquement son forfait inéluctable face à l'Italie en 2008, c'est psychologiquement qu'Abidal a décroché avant Afrique du Sud - France.

Quelles conséquences auront dès lors ces sanctions sur le terrain et sur le futur sportif des Bleus ? Toulalan a indirectement été déclaré indispensable par la Fédé et voit donc sans doute sa place dans le groupe France, voire dans celui des titulaires sauvée. Pour Ribéry et Evra, le problème est plus épineux. Avec respectivement 3 et 5 matches dans les gencives, Laurent Blanc devra inévitablement reconstruire au poste de latéral gauche et sur une des ailes (gauche ou droite). Une seule porte de salut envisageable pour ces deux exclus : que l'équipe de France se vautre lors de ses premiers matches éliminatoires. Sinon, à quoi bon les réintégrer dans un groupe qui tourne ? Enfin, pour terminer, quid d'Eric Abidal ? Ben, on ne sait pas trop. Mis à part une bonne Coupe du Monde 2006, Abidal n'aura jamais satisfait, que ce soit sur le flanc gauche ou bien dans l'axe. Alors, lui aussi sera ultra-dépendant des performances de la nouvelle charnière centrale installée par le Président, mais avant tout de ses performances avec le Barça. Pour faire court, il y a des places à prendre chez les Bleus, avis aux amateurs.

Ronan Boscher

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
0 0