Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 24 Résultats Classements Options
  1. // Euro 2016
  2. // Gr. E
  3. // Italie-Irlande (0-1)

Feu vert pour l'Irlande

Dans une rencontre engagée, mais avec beaucoup de déchet technique, l'équipe d'Irlande est allée chercher sa qualification face à des Italiens qui n'avaient plus rien à récolter. Et qui font donc pleurer la Turquie à leur place.

Modififié

Italie 0-1 Irlande

But : Robbie Brady (85e) pour l'Irlande

Fatih Terim estimait hier que la Turquie avait 80 à 90% de chances de passer. Les 10 à 20% se sont donc réalisés à la faveur d'une tête rageuse de Robbie Brady et une sortie manquée de Salvatore Sirigu en fin de match. Pas un drame pour une Italie déjà en huitièmes et assurée de la première place, mais un crève-cœur pour une Turquie qui avait célébré sa victoire contre les Tchèques hier telle une qualification. Une belle illustration de l'ambivalence du football : aussi cruel que beau, une pure question de perspectives.

Long et Sirigu, best friends forever


D'entrée de jeu, on comprend qu'on va avoir un combat physique plutôt qu'un football léché. Exit les roulettes et les ailes de pigeon, à nous les bons gros tacles de derrière les fagots. Ou les tampons, comme celui entre Federico Bernardeschi et Stephen Ward au quart d'heure de jeu. Question football, la Nazionale a clairement décidé de compter sur les Irlandais, qui se procurent les meilleures occasions du premier acte : une frappe de mule de Jeff Hendrick qui passe à quelques centimètres du poteau de Salvatore Sirigu (10e), une tête de Daryl Murphy sur corner que le gardien du PSG claque au-dessus de sa barre (22e) ou encore une situation litigieuse sur James McClean, visiblement déséquilibré dans la surface juste avant la pause (44e).

En réponse, l'Italie n'aura quasiment fait que défendre, excepté quelques incursions près des buts de Darren Randolph, avec pour occasion la plus nette une frappe de Ciro Immobile de peu à côté (44e). Le moment le plus mémorable reste donc le double carton pour Shane Long et Sirigu, le premier ayant chambré l'Italien et le second répondu à sa provocation (39e).

Brady libère l'Irlande


Lors que Simone Zaza claque une superbe reprise juste au-dessus à la réception d'un centre de Mattia De Sciglio, on se dit que la seconde période sera plus enlevée. Perdu. Malgré un public irlandais chaud comme la braise, les hommes de Martin O'Neill ne font pas grand-chose de leur domination territoriale : double frappe de Murphy, puis Coleman (56e), dévissage de Hendrick (61e) et basta. C'est l'Italie, via le nouvel entrant Lorenzo Insigne, qui est proche de porter l'estocade avec une frappe sur le poteau (78e). À croire que le match vient de tourner, Wes Hoolahan manque de peu d'ouvrir le score, seul face à Sirigu (82e), mais se rattrape dans la foulée en adressant un centre au cordeau pour Robbie Brady, entre les deux centraux, qui ajuste un Sirigu parti aux fraises. Le Stadium Pierre-Mauroy explose aux sons des chants irlandais. Qui ne cesseront plus jusqu'à la fin du match et la qualification assurée.

Par Nicolas Jucha, au stade Pierre-Mauroy (Villeneuve d'Ascq)
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


il y a 7 heures Euro Millions : 130 millions d'€ + 1 millionnaire garanti il y a 6 heures La LFP doit verser 2000 euros à Luzenac 16
il y a 7 heures Virtus Entella bientôt réintégré en Serie B ? 7 il y a 7 heures Un groupe lance une chanson géniale pour Bielsa 19 il y a 8 heures Un club de 3e division espagnole ne veut plus que Vinicius Jr joue 45
Partenaires
Podcast Football Recall MAILLOTS FOOT VINTAGE Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi Olive & Tom Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur