1. //
  2. //
  3. // Ce qu'il faut retenir

Feu d’artifice sur la Liga

Agacés par la résistance affichée depuis le début du championnat, l’Atlético, le Real et le Barça ont empilé les pions pour cette journée. Une orgie offensive à laquelle s’est également joint le FC Séville, solide troisième, et l’Athletic Bilbao, vainqueur du derby basque. Olé !

Modififié
593 19

L’equipazo du week-end : Atlético de Madrid


Diego Simeone est ravi. Plus que pour la présence de Giovani, son fils cadet remplissant le rôle de ramasseur de balle juste à côté de sa guérite, il festoie dans sa zone technique en hommage à la prestation XXL de ses ouailles. Pour la première fois depuis qu’il dirige l’Atlético de Madrid, le tableau d’affichage du Vicente-Calderón annonce une victoire de 7 à 1. Un festival offensif que ne renieraient pas Real Madrid et FC Barcelone, mais qui confirme l’évolution de ces Colchoneros, décidément plus tournés vers l’avant. Malgré un golazo de Cuenca pour Grenade, les protégés du Cholo font l’étalage de tous leurs progrès en phase de construction, en attestent les deux premiers pions de Carrasco, auteur de son premier triplé en Liga. Suivent un doublé de Gaitán, une réalisation de Correa et une ultime du revenant et éternel Tiago. Toujours seul aux commandes de la Liga, l’Atlético affiche un bilan offensif exceptionnel – 21 buts contre 22 pour le Real et 26 pour le Barça – tout en conservant une assisse défensive impénétrable – trois pions concédés. De quoi donner au locataire du Vicente-Calderón l’étiquette d’épouvantail du championnat.

Le Don Quichotte du week-end : Isco


Chaque week-end, les paroles de Zinédine Zidane ressemblent à un robinet d’eau tiède. Une fois le set passé au Betis sur la pelouse du Benito Villamarin conclu, l’entraîneur madridista le rappelle à tous les journalistes présents en conférence de presse, puisqu'à l’heure d’évoquer la prestation resplendissante d’Isco, il délivre une analyse insignifiante : « Je suis content de ses buts et de son travail en général. » Dans les faits, le meneur de jeu andalou récite sa meilleure prestation depuis l’arrivée du Marseillais sous la guérite madridista. Posté au milieu de terrain, un cran devant la doublette Kroos-Kovačić, il retrouve son influence sur le jeu merengue grâce à ses déplacements entre les lignes. Arithmétiquement, il compte au coup de sifflet final deux pions, le premier en conclusion d’un contre d’école, le second en solo d’une frappe enroulée se logeant dans la lucarne d’Adán. Mais plus encore que ses retrouvailles avec le but, le natif de Málaga retrouve le sourire et le goût de l’effort. Car premier défenseur du onze de ZZ, il imprime l’intensité nécessaire et, mieux, se transforme en joueur le plus actif (11,57 km). Avec cet Isco, le Real est royal.

Le Franchute du week-end : Lucas Digne


D’abord annoncé à un poste de latéral droit, absence de Sergi Roberto et bannissement d’Aleix Vidal obligent, Lucas Digne a pourtant bien arpenté tout le flan gauche du Camp Nou face au Deportivo La Corogne. Dans un 3-5-2 atypique, et donc soutenu par un trio de centraux, le Français a sans doute délivré sa meilleure partition depuis qu’il défend la liquette blaugrana. Disponible, attentif et, même, tourné vers l’offensive, il n’est que rarement pris en défaut par l’adversaire galicien. Délesté d’une grosse partie du boulot défensif par un autre Français, Jérémy Mathieu, il s’octroie quelques montées que n’aurait pas reniées Jordi Alba et n’hésite pas à jouer vers l’avant, lui le grand habitué de la passe en retrait. Sans la maladresse d'Arda Turan et Paco Alcácer, il aurait dû comptabiliser, a minima, une passe décisive. Mais le Nordiste n’étant pas le Speedy Gonzalez de L’Hospitalet, son bilan statistique reste vierge et ses montées ponctuelles, tant Neymar, toujours on fire, nécessite de l’espace pour délecter le Camp Nou de ses dribbles chaloupés et humilier des adversaires qui le lui rendent bien – cf. expulsion de Laure après un coup de coude sur le Brésilien.

Le partidazo du week-end : CD Leganés - FC Séville


Une éternité, ni plus ni moins. Voilà ce à quoi Sarabia, buteur décisif sur une frappe enroulée et délicieuse sur le gong, met fin sur la pelouse du CD Leganés. Victorieux sur la plus petite des marges (2-3), le FC Séville s’impose enfin à l’extérieur au terme d’une série invraisemblable de dix-sept mois sans y connaître le succès, pour le plus grand bonheur de sa position au classement. En plus de suivre la cadence du trio intouchable composé par le Barça, l’Atlético et le Real, les Sevillistas enchaînent un énième succès dans les dernières minutes. Une spécialité depuis que Jorge Sampaoli habite la zone technique sévillane que l’entraîneur argentin aimerait bien troquer : aux commandes 0-2 face aux banlieusards madrilènes, son onze s’est, en l’espace de deux minutes, fait rejoindre au score. Pourtant, avec des banderilles de zquez et de Nasri, le break est rapidement en poche, mais cette avance fond comme neige au soleil, sur une lourde frappe de Timor puis sur un but en filou de Szymanowski. Finalement, c’est un canterano du Real Madrid, Sarabia, qui décante la situation pour rendre aux Palanganas leur troisième place.

La polémique de la machine à café con leche : un week-end portes ouvertes


Depuis le coup d’envoi de cet opus de Liga, les « petits » se rebiffent. Le temps des championnats se terminant à 100 points est révolu, comme l’atteste le bilan comptable des trois mastodontes colchonero, merengue et blaugrana. Avec seulement – ouvrez grand les guillemets – 18 points au compteur, le binôme madrilène de leaders chiffre un total inférieur aux premiers de Ligue 1 (Nice, 23 points), de Premier League (Manchester City et Arsenal, 19 points) et de Serie A (Juventus, 21 points), tandis que le Bayern de Munich (17 points) dispose d’une journée de moins. La Liga retrouve donc du suspense, mais pas ce week-end. Pour sûr, alors que le Barça frôle la manita face au Deportivo La Corogne (4-0), les deux Madrid écrasent le Betis (1-6) et Grenade (7-1) pour ce qui devient la plus grosse orgie offensive de la saison. Une pluie de buts qu’expliquent autant les sursauts barcelonais et merengues, pas vraiment dans leur assiette depuis quelques semaines, que les tristes visages proposés par leurs adversaires du week-end. Néanmoins, les exagérations n’ont plus lieu d’être, cette Liga à trois n’offrira pas de telles branlées à chaque journée.

Le golazo du week-end : Isaac Cuenca


Inutile, mais ô combien délicieuse, la réalisation d’Isaac Cuenca pour l’ouverture du score de Grenade sur la pelouse du Vicente-Calderón renvoie le buteur andalou à sa formation à la Masia. Seulement troisième homme à tromper Oblak cette saison, il peut se targuer d’être l’auteur du golazo le plus prodigieux de ce début de Liga.

La caresse du canterano de la Masia :

La statistique futile du week-end : vingt-deux matchs


Pour suivre le rythme imposé par les trois mastodontes de la Liga, le FC Séville se devait de renouer avec le succès en déplacement. Une victoire acquise dans la douleur (2-3) qui met fin à une série folle de vingt-deux matchs sans ramener les trois points d’un déplacement. Pour rappel, il y a dix-sept mois, les Sevillistas s’imposaient pour une ultime fois à l’extérieur, cette fois sur la pelouse de Málaga.

Les déclas du week-end


Diego Simeone, ravi mais critique à propos de Carrasco : « Je suis content pour Yannick. C’est une lutte quotidienne que nous avons avec lui pour qu’il soit en permanence le joueur qu’il a été aujourd’hui, un joueur déterminant. Il a une super frappe, il sait déborder, il adore servir ses partenaires… C’est un joueur très complet qui a une marge de progression énorme, mais il faut qu’il ait envie de s’améliorer et d’écouter. »

Gustavo Poyet, inquiet pour son poste : « Je ne connais pas encore le président qui vire vingt-cinq joueurs. Si quelqu’un doit être viré, c’est moi, donc je dois gagner du temps. Mais ce n’est pas avec des matchs comme ce soir que mon espérance de vie sur ce banc va grandir. »

Et sinon, que pasa ?


L’Espanyol, c’est toujours pas ça. Contraints, une énième fois, au partage des points (0-0 sur la pelouse de Las Palmas), les Pericos restent bloqués en queue de peloton. Un début de saison tout pourri pour le nouveau riche de Liga qui n’a connu la victoire qu’à une reprise.


Aduriz est éternel. Natif de San Sebastián, mais formé à l’Athletic Bilbao, Aritz Aduriz continue de trimbaler sa classe au gré des rencontres. À l’occasion du derby basque remporté haut la main face à la Real Sociedad (3-2), l’international espagnol y est ainsi allé de son pion et de son caviar.


  • Résultats et classement de Liga
    Retrouvez toute l'actualité de la Liga

    Par Robin Delorme
    Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
  • Modifié

    Dans cet article

    pas n'importe quel pion en plus Aduriz! un piqué subtil, ce joueur va encore nous émerveiller quelque temps!
    Sinon, effectivement, beaucoup de gros scores (39 buts en 9 matchs!!!), je pense que la Liga est extrêmement hétérogène mais en revanche devant ça se confirme, c'est plus serré. Je pense que le trio de tête Barça-Real-Atlético reviendra aux trois premières places, mais comme le montrent les résultats en coupe d'Europe Villarreal, Bilbao et Séville vont jouer les trouble-fêtes!
    Et sinon j'ai beau être supporter barcelonais, je ne peux que me réjouir du match d'Isco. Ce joueur est une pépite ça me faisait mal de le voir sur le banc... J'espère qu'il va confirmer en l'absence de Modric.
    pas n'importe quel pion en plus Aduriz! un piqué subtil, ce joueur va encore nous émerveiller quelque temps!
    Sinon, effectivement, beaucoup de gros scores (39 buts en 9 matchs!!!), je pense que la Liga est extrêmement hétérogène mais en revanche devant ça se confirme, c'est plus serré. Je pense que le trio de tête Barça-Real-Atlético reviendra aux trois premières places, mais comme le montrent les résultats en coupe d'Europe Villarreal, Bilbao et Séville vont jouer les trouble-fêtes!
    Et sinon j'ai beau être supporter barcelonais, je ne peux que me réjouir du match d'Isco. Ce joueur est une pépite ça me faisait mal de le voir sur le banc... J'espère qu'il va confirmer en l'absence de Modric.
    Le 4-2-4 de l'Atletico de cette saison va en violer des défenses...de petits clubs de Liga parce qu'il faut pas déconner quand même! Quand Simeone aura fini de polir Carrasco (et Pep avec De Bruyne et Conte avec Hazard et Koeman avec Lukaku), Martinez va vraiment disposer d'armes de destruction massives de défenses!
    C'est cool qu'après James, Isco fasse un bon match, comme quoi Zidane compte sur les 2 et les 2 peuvent servir jusqu'à la fin de la saison, dommage que ca soit souvent en sortant du banc ou dans des matchs mineurs, le luxe madrilène...
    Et le Seville de Sampaoli fait vraiment les mêmes matchs que le Marseille de Bielsa, en tant que télespectateur c'est génial de voir autant de buts et de spectacle, en tant que supporter ca doit l'etre un peu moins...
    1 réponse à ce commentaire.
    Je n'ai regardé que le match de l'Atléti en entier, et quelle deuxième mi-temps ! Autant ils sont repassés devant Grenade aux forceps, autant la 2e ne doit rien à personne, à part Carrasco peut-être. Pour une fois, il a joué juste sur (presque) 90min, ses accélérations font très mal, il est souvent à-propos dans ses passes. Griezmann, bien qu'un peu plus effacé a sorti un bon match aussi.
    Correa progresse très vite, il est à la bonne école, il y a plus de gnaque dans son jeu et ça fait souvent la différence.
    Défensivement pas grand chose à signaler si ce n'est le nouveau match de darons de la charnière.
    Ouais enfin Godin il a souffert en premiere mi temps quand meme.

    C'etait top le Calderon encore une fois, je vais essayer d'y aller plus souvent :)
    Quel spectacle et un super public.

    La premiere mi-temps un peu bizzarre ou Grenade bloque bien l'atleti mais quand meme 2-1 a la 45eme, et la deuxieme en mode rouleau compresseur.
    J'ai dit a mes potes juste apres le 3-1 "ca sent l'orgie de but", ils avaient vraiment faim et ca se voyait.
    Ah, je te trouve dur avec Godin. Parfois un peu juste mais je n'irais pas jusqu'à dire qu'il a souffert. Cuenca a sorti une belle première mi-temps et était chiant à gérer, n'ayant pas vraiment de positionnement spécifique. Savic qui commence vraiment à s'imposer avec sa gueule de taulard, ça fait plaisir aussi. C'est bien pourvu dans l'axe (Godin, Savic, Gimenez & Hernandez, il y aussi un jeune brésilien qui est pas dégeu qu'on devrait voir en Copa del Rey, dont le nom m'échappe totalement).

    L'Atléti a cette chance d'avoir probablement avec Dortmund l'un des tous meilleurs publics d'Europe. Ils ont connu de longues périodes de disettes et ils kiffent ce qu'il se passe depuis quelques temps. Premier réflexe sur le pion de Cuenca, chanter encore plus fort, c'est beau !

    Clairement dès qu'il trouve la burette d'huile pour faire tourner l'engrenage comme il faut, ça fait très très mal. Je pense que ce n'est pas un hasard ce score. Il y avait déjà des précédents avec Gijon & le Celta.

    Ce qui est bluffant, c'est cette faculté qu'à Simeone de réellement adapter son 11 de départ en fonction de ce qui va lui être proposé. Ça demande une sacrée culture tactique à mon humble avis. Apprendre à ses joueurs à évoluer en 4-3-2-1 ou en 4-2-4, ce ne doit pas être des plus simples.
    Et du coup je comprends que des mecs comme Koke ou Griezmann n'aient pas tellement envie de bouger de l'Atléti tant qu'il y a un coach comme El Cholo à la barre.
    Rado & milinko Niveau : District
    Le plus important c'est de voir la capacité d'adaptation tactique que simeone qui se ressent face au plus petites équipes, c'est à dire un jeu direct et offensif qu'on ne voyait pas forcément avant. Ce qui ne veut pas dire que leur style de jeu changera face aux cadors européens, loin de là !!!
    Rado & milinko Niveau : District
    *Tactique de simeone
    Rado & milinko Niveau : District
    Sinon un savic qui prouve de match en match qu'il est important est que son duo avec Godin est le meilleur
    5 réponses à ce commentaire.
    J'ai regardé la 2e mi-temps de l'Atlético et j'ai été bluffé. Alors qu'il avait un peu plus de mal la saison passée contre les plus petites équipes, j'ai trouvé qu'ils gardaient super bien la balle, géraient très bien la possession du ballon, tout en mettant 7 buts. Tous les postes sont doublés, je les vois, pour l'instant, meilleurs que l'année passée.

    Sinon, content du gros match d'Isco. Globalement, c'est le milieu de terrain qui a été super fort, Kroos et Kovacic ont été excellent. Ça ressemblait presque à un 4-2-3-1, par moment, avec Isco en 10. C'est intéressant car on trouve mieux les espaces entre les lignes, je trouve. A retenter.
    J'ai regardé la 2e mi-temps de l'Atlético et j'ai été bluffé. Alors qu'il avait un peu plus de mal la saison passée contre les plus petites équipes, j'ai trouvé qu'ils gardaient super bien la balle, géraient très bien la possession du ballon, tout en mettant 7 buts. Tous les postes sont doublés, je les vois, pour l'instant, meilleurs que l'année passée.

    Sinon, content du gros match d'Isco. Globalement, c'est le milieu de terrain qui a été super fort, Kroos et Kovacic ont été excellent. Ça ressemblait presque à un 4-2-3-1, par moment, avec Isco en 10. C'est intéressant car on trouve mieux les espaces entre les lignes, je trouve. A retenter.
    J'ai regardé la 2e mi-temps de l'Atlético et j'ai été bluffé. Alors qu'il avait un peu plus de mal la saison passée contre les plus petites équipes, j'ai trouvé qu'ils gardaient super bien la balle, géraient très bien la possession du ballon, tout en mettant 7 buts. Tous les postes sont doublés, je les vois, pour l'instant, meilleurs que l'année passée.

    Sinon, content du gros match d'Isco. Globalement, c'est le milieu de terrain qui a été super fort, Kroos et Kovacic ont été excellent. Ça ressemblait presque à un 4-2-3-1, par moment, avec Isco en 10. C'est intéressant car on trouve mieux les espaces entre les lignes, je trouve. A retenter.
    C'est clair que l'Atlético est candidat à tout mais c'est plus vraiment une surprise. Ils avaient un fléchissement assez logique après les départs de Courtois, Filipe Luis, Miranda et Costa, mais depuis l'an dernier ils se renforcent régulièrement. Filipe Luis est revenu, ils ont recruté Griezmann, Carrasco, Savic l'an passé, Gaitán et Gameiro cette année, plus les éclosions d'Oblak ou Giménez, la progression des Godín, Koke, Saúl... l'équipe est non seulement armée pour jouer sur toutes les compétitions mais en plus ils peuvent s'adapter à l'adversaire en jouant plus ou moins offensif. Equipe redoutable!
    Supporter du Barca, je fais pourtant de l'Atletico mon favor pour la CL, rarement vu une equipe aussi complete et defensivement au point. J'espere juste qu'ils sont pas a leur pic de forme trop tot.

    Le barca est complet mais penche vers l'attaque, ce qui est historiquement moins payant que l'inverse en CL.
    1 réponse à ce commentaire.
    crabunjourcrabtoujours Niveau : CFA2
    Pour moi l'Atletico est passé devant le Barca et le Real.
    J'en fait mon favori pour le titre.
    el.maestro Niveau : DHR
    Perso j'en fais pas mon favoris pour le titre en championnat, même s'ils ont fait des progrès et possèdent un jeu bien plus variés, notamment grâce à ce 4-4-2 penchant vers le 4-2-4 qu'ils alignent contre les plus petites équipes. Je sais pas, je me dis qu'ils vont toujours retomber dans leur travers de perdre des points parfois bêtement contre des "petits" (bon en tant que supporter du barça j'avoue que ça m'arrangerait bien aussi).
    En revanche les formats de matchs à élimination directe aller/retour conviennent parfaitement aux troupe de Simeone et à ce titre je les vois favoris de la ligue des champions. D'ailleurs, s'ils devaient faire un choix (ce n'est pas la philosophie de Simeone, c'est pour cela que je précise "si"), je pense qu'ils accorderaient leur priorité à la C1.
    1 réponse à ce commentaire.
    el.maestro Niveau : DHR
    Par contre, d'un point de vu personnel, je n'ai pas été réellement emballé par la prestation de Digne. Je ne l'accable pas, il lui faut du temps pour s'intégrer. Mais je l'ai souvent trouvé à contre-temps en phase offensive, même s'il aurait pu délivrer une passe dé comme le souligne l'article. Concernant la partie défensive, même si Matthieu était là pour le décharger d'une partie du travail, j'ai trouvé que parfois il se faisait trop facilement manger sur son côté, obligeant ce dernier à rattraper le coup plusieurs fois.
    Je ne suis pas plus inquiet que ça pour lui, je suis sûr qu'il progressera, mais sur ce match il ne m'a pas autant convaincu que vous.
    Robin Delorme : "a minima" ne veut pas dire "au minimum". C'est bien joli d'utiliser du latin et de le mettre en italique comme il faut, mais autant utiliser les bonnes formules...
    Partenaires
    Logo FOOT.fr Olive & Tom
    593 19