1. //
  2. // Qualifications
  3. // Groupe B
  4. // Belgique/Pas de Galles

Ferreira Carrasco, le prince de Belgique

À 21 ans, le Monégasque est relativement inconnu en Belgique où il n'a quasiment jamais joué. Appelé en sélection belge depuis peu, Yannick Ferreira Carrasco a envie de se faire une place au sein de la génération la plus douée depuis la Coupe du monde 1986 et la bande à Scifo. Ça tombe bien, il a les moyens de s'incruster.

Modififié
57 19
« Depuis qu'il a intégré l'équipe nationale de Belgique, il a franchi un cap. Surtout dans sa tête. C'est sans doute pour ça qu'il prend plus de place dans l'équipe.  » Les mots sont de Valère Germain en zone mixte de Furiani où l'AS Monaco vient d'en coller trois à Basita en Ligue 1 (3-1). Sur les trois buts, Yannick Ferreira Carrasco est à l'initiative des deux premiers et à la conclusion du dernier. Dans une équipe monégasque amputée de ses Colombiens James et Falcao, le Belge a pris les choses en main. Ce n'est pas une nouveauté pour lui. Pour son premier match en professionnel avec l'AS Monaco, alors en Ligue 2, le garçon de 19 ans demande à Nabil Dirar – pourtant international marocain et recruté pour 7,5 millions d'euros – de lui laisser tirer un coup franc lors du premier match face à Tours. Le Marocain ne comprend pas, mais se laisse faire. Dix secondes plus tard, celui que tout le monde à La Turbie surnomme YFC envoie la gonfle dans les ficelles. Easy.

Sous le charme


Finalement, rien d'anormal à retrouver le gamin issu de la banlieue de Bruxelles au sein de la sélection de Marc Wilmots deux ans plus tard. En tout cas, ce n'est pas une surprise pour celui qui l'a découvert chez les jeunes de Genk et qui l'a ramené sur le Rocher. Cet homme, c'est Stéphane Pauwels. Un garçon tout en accent et fin connaisseur du football belge. Alors recruteur pour l'ASM de Marc Keller, Pauwels raconte sa première rencontre avec YFC. « Il avait quinze ans et demi la première fois que je l'ai vu. À l'époque, il jouait chez les U16 de Genk. J'étais venu assister à un match entre les U16 de la Belgique et ceux du Luxembourg. Après dix minutes sur le terrain, je suis conquis par Yannick. Même s'il avait un corps de crevette, il avait déjà tout : les deux pieds, la vista, la vitesse » assure-t-il.

Très vite, le garçon se retrouve sur le Rocher pour y faire un essai. 24 heures plus tard, les dirigeants monégasques sont déjà sous le charme. Au club, on annonce que personne n'avait autant bluffé son monde durant un essai depuis Nicolas Nkoulou. À Monaco, on lui propose une formation dans les règles. Encadrée, quoi. Il faut dire qu'à l'époque, YFC n'était pas considéré à sa juste valeur à Genk. Pauwels, toujours : « Je me renseigne et je découvre que le gamin n'a pas de contrat avec Genk, poursuit-il. Il habitait à l'époque chez l'habitant, à Diegem, près du centre de formation. Il avait appris le flamand pour s'intégrer au plus vite. À ce moment, il ne gagne rien, du genre 250 euros de défraiement mensuel et une paire de pompes. »

Gérer la concurrence


Finalement, les négociations vont durer presque trois mois pour finaliser son transfert. Dans la dernière ligne droite, le coach de l'équipe fanion de Genk – Franky Vercauteren – inonde le gamin de messages, lui promettant notamment une place en équipe première, afin de ne pas le laisser partir. Valence, la Real Sociedad ou encore la Juventus sont aussi sur le dossier, mais Yannick Ferreira Carrasco a donné sa parole à l'ASM. C'est ainsi que la Belgique va perdre une nouvelle pépite qui ira terminer sa formation ailleurs (comme Mirallas, Hazard, Origi). À Monaco, YFC prend un peu de muscles et se perfectionne avec ses potes du centre de formation, Eysseric, Kurzawa, Mendy ou encore Appiah. Ensemble, ils braquent une Gambardella en 2011 et passent tous professionnels.

Il faudra attendre sa troisième saison monégasque pour le voir finalement appelé avec son pays (il a fréquenté toutes les sélections de jeunes en Belgique), un objectif qu'il s'était déjà fixé l'an dernier avec le Mondial en point de mire. Même s'il n'a jamais joué pour un club belge, personne au pays ne s'étonne de le voir dans le groupe de Marc Wilmots. Pourra-t-il s'y faire une place de titulaire ? C'est un autre débat. « Actuellement, il découvre le groupe. La malchance qu'il a, c'est de jouer à un poste ultra concurrentiel en sélection avec Hazard, Mertens, Chadli, Januzaj ou encore Origi qui peut jouer sur un côté, conclut Pauwels. Cela dit, il est en avance sur un garçon comme Januzaj, par exemple. Il doit continuer à bosser. Et comme c'est un garçon qui n'a pas le "gros cou" comme on dit en Belgique, il peut vite y arriver.  » Bon, bah, s'il n'a pas le gros cou, alors...

Par Mathieu Faure
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Super joueur mais Pauwels comme référence sur le foot belge, euh comment dire faut stopper tout de suite par pitié !

Pauwels, une grande histoire d'hôpital et de charité...
"Stéphane Pauwels ...fin connaisseur du football belge" Ou comment perdre toute crédibilité en une phrase.
Sinon j'avais complétement oublie que Nabil Dirar avait été acheté pour 8m, Bon joueur au Club, mais il valait jamais se pris la a l'époque.
Un mec qui a eu le culot de placer Moussa Maazou a Monaco est plus fin connaisseur d'athlétisme que de foot.
Praet reste au dessus , une blague j'espère ! Donne moi des arguments pcq là j'en vois aucun
Avec les départ de James et Falcao, on a bien fait de ne pas le vendre à la Roma...
pierre ménès 2.0 Niveau : Ligue 1
Message posté par Barna-Bb
Sinon j'avais complétement oublie que Nabil Dirar avait été acheté pour 8m, Bon joueur au Club, mais il valait jamais se pris la a l'époque.


...et même maintanant!!
pierre ménès 2.0 Niveau : Ligue 1
Message posté par pierre ménès 2.0


...et même maintanant!!


*maintenant
Message posté par Skantene
Praet reste au dessus , une blague j'espère ! Donne moi des arguments pcq là j'en vois aucun


C'est assez difficile de mettre des mots sur un ressenti, mais je vais essayer. Tu verras que c'est assez personnel et forcément biaisé vu que je supporte Anderlecht.

Bien que YFC soit plus fort physiquement et ait une meilleure qualité de dribbles, je trouve Praet au-dessus. Il a une vision du jeu et une qualité de passe en première intention absolument phénoménale, en plus d'une parfaite technique. De plus, sa capacité à se sublimer dans les matchs importants (cfr champion's league) me fait penser que pour des matchs aussi importants que ceux des éliminatoires, il a plus sa place en équipe nationale que YFC.

Voilà ! Qu'est-ce que tu en penses toi ?
Tu peux être supporteur des mauves et être réaliste , je pense que Ok Dennis a passé un cap cette année ! Mais très difficile de les comparer ils jouent vraiment pas la meme place ! J'aimerais voir Dennis dans un autre championnat pour en juger ! Donc avantage YFC pour moi ! T'en penses quoi ? Vite 18h Putin lol
Pauwels... Connaisseur... Foot... Pff. Connaisseur de la connerie oui.
Praet et Carrasco ne jouent même pas au même poste, il y a pas de comparaison à faire.
lebrugeois Niveau : DHR
Praet est axial, YFC joue sur les ailes, aucune comparaison possible
Bien sur qu'ils sont comparables ! L'un n'est pas gardien et l'autre pointe tout de même ! On parle ici de deux joueurs pouvant intégrer le trident offensif derrière l'attaque. Tu en choisis un donc en fonction de l'animation offensive que tu veux donner, les faiblesses adverses, l'expérience des joueurs concernés, et leurs capacités particulières.

La comparaison a tout à fait lieu d'être donc, et cantonner des joueurs à une position particulière dans un schéma donné n'est pas vraiment réaliste.
Bah non, parce que Praet est incapable de jouer sur l'aile (ou en tout cas de bien y prester), et pareil pour Carrasco dans l'axe. Donc on ne choisit pas entre Praet et Carrasco, on les associe éventuellement mais c'est tout. On ne parle de Hazard, de De Bruyne ou de Mertens, qui sont nettement plus polyvalents et qui peuvent voyager sur toute la largeur de l'attaque. Au mieux Carrasco change d'aile, mais c'est tout.
J'ai arrêté de lire et je suis direct passé aux commentaires après ceci: "Cet homme, c'est Stéphane Pauwels. Un garçon tout en accent et fin connaisseur du football belge."
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
57 19