En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 8 Résultats Classements Options

Fernando Torres : « L'Atlético, c'est comme la vie »

Il y a quelques mois, SO FOOT interviewait Fernando Torres au centre d'entraînement de Chelsea. El Nino était alors sur le départ et espérait fébrilement une convocation pour le Mondial brésilien. À l'époque, un retour à l'Atlético Madrid était désiré, mais impensable. Après un passage éclair au Milan AC, l'Espagnol a réalisé son rêve de revenir dans le club de ses amours. Comme il se l'était juré en quittant Madrid pour Liverpool. Entretien avec un homme heureux de rentrer enfin chez lui.

Modififié
Il y a quelques années, l'Atlético Madrid a fait une pub ou un garçon demandait à son père pourquoi ils étaient colchoneros. Que vous a dit votre grand-père Eulalio pour vous convaincre de supporter l'Atlético Madrid ?
Dans ma famille, on n'était pas des footeux. À la maison, personne n'avait d'équipe préférée, parce que ce n'était pas notre truc. La première équipe que j'ai commencé à suivre, c'est le Superdepor. Mon père est galicien, et tous les étés, nous allions passer nos vacances là-bas. À l'époque, la région toute entière vibrait pour le Depor, qui avait failli remporter la Liga à la dernière journée de championnat. Les gens étaient comme des fous avec ça. Moi, tout ce que je savais du football à ce moment-là, c'était ce qu'on me racontait du Depor pendant mes vacances. Je n'aimais pas le football. C'est peut-être pour ça que je ne suis pas devenu fan du Real Madrid… Le football ne m'intéressait pas vraiment à ce moment-là, je n'avais pas d'équipes. J'avais 6 ou 7 ans et je jouais avec un ballon comme n'importe quel gamin de mon âge, mais c'est tout. Je ne regardais pas les matchs à la télévision et je ne connaissais pas non plus le nom des footballeurs qui composaient les équipes. C'est au contact de mon grand-père que tout a changé. Il vivait dans un petit village près de Madrid, et c'était un fanatique de l'Atléti'. Dans son salon, il y avait une assiette décorative gravée de l'écusson de l'Atléti', et je me souviens qu'il sortait toujours se promener pour écouter les matchs avec sa petite radio. Je le vois encore s'énerver en écoutant les commentaires du match. Quand je lui demandais pourquoi il ne regardait pas les matchs à la télévision plutôt que de les écouter à la radio, il me disait : « Petit, je ne peux pas infliger ça à mes nerfs ! » C'était au-dessus de ses forces : écouter la radio, c'était ce qu'il y avait de moins éprouvant pour lui. Moi, ça m'intriguait de le voir comme ça, je ne comprenais pas vraiment. Du coup, je lui posais un tas de questions sur l'Atlético. Je suis devenu fan de ce club sans même les avoir vus jouer. Quand t'écoutais mon grand-père parler de l'Atléti', c'était difficile de ne pas adhérer. Il me disait : « L'Atlético, c'est un combat. Peu importe que nous ne soyons pas les meilleurs, le plus important, c'est de lutter pour défendre ses valeurs. » Il avait raison. L'Atlético, ce n'est pas seulement une équipe de football, c'est un sentiment. Une manière d'aborder la vie. Il faut se bagarrer, lutter et faire les choses par soi-même sans attendre l'aide de n'importe qui… J'aimais bien le côté « seul contre tous » . J'ai fini par regarder des matchs, et là, je me suis rendu compte que j'avais choisi d'être pour un club qui ne gagnait pas beaucoup… Je m'en foutais.

Cela correspondait à ce que t'avait raconté ton grand-père ?
Complètement. On perdait, mais ce n'était pas la fin du monde pour autant. Dans la vie, de toute façon, tu perds plus de fois que tu ne gagnes. C'est le cas dans ton travail, en amour, à l'école… La réalité, c'est ça : on passe notre vie à perdre. L'important, c'est de profiter à fond des bons moments. Tu peux perdre, tu peux gagner, mais tu n'as pas le droit de baisser les bras. Il faut toujours se battre. Le plaisir est beaucoup plus important quand tu t'es battu sans relâche pour quelque chose qui paraissait, au début, inaccessible. Bah, l'Atlético, c'est ça. C'est comme la vie.

Gagner, c'est une anomalie ?
C'est rare et surtout très difficile. Il y a beaucoup de chemins qui mènent à la défaite et au moins autant de chemins qui te conduisent à gagner, mais la meilleure des victoires, c'est celle pour laquelle tu t'es bagarré sans trahir tes valeurs personnelles. Gagner, c'est difficile, mais gagner en respectant ses valeurs, ça l'est encore plus.

Être supporter de l'Atlético Madrid dans une ville où il y a le Real Madrid, ça relève un peu du sadomasochisme, non ?
Dans un certain sens, il faut être un peu rebelle dans l'âme pour supporter l'Atlético, un club qui a souvent été à l'ombre du Real Madrid. Cela ne m'a jamais posé de soucis. J'ai toujours été à contre-courant. À l'école, mes camarades de classe étaient tous pour le Real Madrid. Dans mon quartier, tout le monde était pour le Real Madrid. En ville, pareil…

Il te pointait du doigt en se foutant de ta gueule ?
(Rires) Non, quand même pas ! Que l'on perde ou que l'on gagne, ça ne changeait rien pour moi. J'ai toujours été fier de porter le maillot de l'Atlético dans la rue. Le rapport de mes camarades avec le Real Madrid était complètement différent. Tu les entendais beaucoup parler quand ils gagnaient, mais quand ils perdaient, bizarrement, personne ne voulait parler de football. C'était le silence absolu.

Quand Xavi parle du Barça, il évoque la formation et la possession de la balle. Quand un Merengue parle du Real Madrid, il parle de prestige, de Décima et de victoires. Quand un joueur parle de l'Atlético, il n'utilise jamais des termes footballistiques. En revanche, il parle beaucoup de sueur, de larmes et de sang... On peut dire que l'Atlético forme des humains et pas des robots ?
Je comprends ce que tu veux dire et, dans un certain sens, tu as raison, mais être de l'Atlético, ça ne me rend pas nécessairement plus humain que les autres. Ce qui façonne les gens, c'est leur entourage. Si j'étais né à Barcelone, je serais sans doute complètement différent de celui que je suis aujourd'hui, mais j'ai grandi en banlieue de Madrid, dans un quartier ouvrier. Tout ce que je vois, c'est qu'il y a des similitudes entre l'Atlético Madrid et l'environnement dans lequel j'ai grandi. Mes parents, les amis de mes parents, mes voisins… Je les ai tous vus trimer sans relâche et sans jamais se plaindre. Les valeurs de ces gens-là et de l'Atlético sont les mêmes. Tu deviens fan d'une équipe de football parce que tu t'identifies à elle. Ce n'est pas le hasard qui entre en ligne de compte au moment de choisir quelle équipe tu vas supporter. Beaucoup de gens sont du Real Madrid uniquement parce qu'ils ont les meilleurs joueurs. D'autres préfèrent le Barça parce qu'ils gagnent beaucoup de matchs… Mouais, c'est bien. (Il fait la moue) Moi, j'ai pas choisi l'Atlético en prenant en compte ces critères-là. Je suis devenu de l'Atlético, parce que je considère qu'on partage les mêmes valeurs. J'ai aucun mal à y adhérer. J'ai supporté l'Atlético Madrid, j'ai été formé à l'Atlético Madrid et j'ai joué pour l'Atlético Madrid dans une ville qui abrite le Real Madrid… Plus le temps avance et plus je me dis que cette situation est dure et compliquée. Tout joue en notre défaveur.

« Partir à l'étranger, c'est la meilleure décision de ma carrière et peut-être même de ma vie »

C'est-à-dire ?
Numériquement déjà, on ne peut pas lutter. À Madrid, il y a plus de fans du Real que de l'Atlético. Le Real est plus riche, plus puissant. Il suffit de comparer les droits télé des deux clubs pour se rendre compte que le rapport de force est inégal. L'Atlético est le voisin du club le plus puissant du monde, c'est comme si un véhicule utilitaire devait affronter des Ferrari pour un Grand Prix de Formule 1. Ce serait le même circuit pour tout le monde, mais pas la même mécanique… La richesse de l'Atlético, ce sont ses valeurs. Il ne peut pas rivaliser dans d'autres domaines, et pourtant, ces valeurs lui permettent de réaliser de grandes choses. C'est beau.

Comment tu as fait pour t'épanouir dans un club qui, à ce moment-là, était au bord de la crise de nerfs ?
J'ai eu une progression très linéaire. Paradoxalement, le fait que l'Atlético soit en D2 et vive l'une des périodes les plus sombres de son histoire, ça m'a aidé. Aujourd'hui, ce serait sans doute plus difficile pour moi de débuter aussi jeune dans l'Atlético de Simeone. Mon Atléti était complètement différent : on ne disputait pas la finale de la Champions. Loin de là. Je suis arrivé à un moment où l'Atlético était en deuxième division et avait besoin d'une lueur d'espoir. De quelque chose de différent… D'une certaine manière, j'incarnais ce renouveau. Je venais de fêter mes 17 ans quand j'ai fait mes débuts en pro avec l'Atlético. Cela aurait pu mal se passer, mais mon cas a été plutôt bien géré. J'ai pas eu la sensation de brûler d'étapes, tout s'est passé très naturellement. Combien de joueurs se seraient cassé les dents à ma place ? Un paquet. Il faut laisser les jeunes grandir. Cela ne sert à rien de les griller trop vite. Quand on est jeune, on n'est pas forcément imperméable à la pression.

Toi, tu l'étais ?
Dans mon cas, tout est allé trop vite pour que je me rende compte de ce qui était en train de m'arriver. Deux semaines avant de m'entraîner avec les pros, j'étais en train de disputer l'Euro des moins de 16 ans avec la sélection. À ce moment-là, je ne considérais pas le football comme une profession. Quand je sortais de l'entraînement, je partais au lycée et c'était pas un truc que je prenais à la légère parce que si je n'étais pas bon en cours, je ne jouais pas. Quand j'ai commencé à m'entraîner avec les pros, je pensais que ce serait juste temporaire. Jamais je n'avais imaginé que j'allais rester dans le groupe. La pression, je ne l'ai jamais vraiment ressentie parce que je ne me faisais pas de film dans ma tête. J'ai commencé à en ressentir les effets lorsque j'ai pris conscience que le football allait devenir ma profession. Je ne jouais plus avec mes amis, mais avec des gens qui nourrissaient leurs familles avec le football. Quand tu prends conscience qu'il y a beaucoup d'enjeux économiques, ce n'est plus pareil. En quelques semaines, j'ai découvert des stades de 60 000 personnes, alors que j'avais l'habitude de jouer devant 300 spectateurs. Même si je considérais toujours le football comme un jeu, j'ai assimilé très vite que c'était un jeu sérieux, avec beaucoup d'enjeux et de passion. Une fois que t'as compris ça, tu deviens plus responsable. Et plus mature.

T'es plutôt un joueur de profondeur dans un pays qui prêche la possession de balle. T'es plus grand que l'Espagnol moyen. Quand tu étais jeune, tu ressemblais plus à Van Basten qu'à Alfonso. T'as jamais eu l'impression d'être une sorte d'exception culturelle et que ton départ vers l'Angleterre était inéluctable ?
Je ne correspondais pas au stéréotype du footballeur espagnol, c'est vrai. Si je n'étais pas parti, je n'aurais sûrement pas fait long feu en sélection. Mes caractéristiques, je les ai développées en Angleterre, et cette différence, j'en ai fait profiter l'Espagne. Quand tu assembles quelque chose de différent, ça peut donner d'agréables surprises. Les opposés s'attirent. C'est bon d'avoir des joueurs différents, parce que ça ouvre un éventail de possibilités à une équipe. Quand j'étais petit, les attaquants espagnols étaient des renards des surfaces, généralement très petits, très techniques. Puis Villa est apparu, mais l'évolution des attaquants espagnols s'est poursuivie. Des types comme moi ou Llorente, plus forts et plus corpulents, sont apparus, et on a su faire notre trou en apportant notre petit grain de sable à l'édifice.

Être différent, ça te dérange ?
Non. Être comme je suis, ça m'a aidé. Les entraîneurs en me voyant devaient sûrement être ravis : « Des joueurs comme ça, on n'en a pas, profitons-en ! »

Si tu étais resté en Espagne, tu penses que ton évolution aurait été la même ?
Je ne pense pas. Je n'aurais jamais pu grandir en Espagne comme je l'ai fait en Angleterre. Partir à l'étranger, c'est la meilleure décision que j'ai prise de ma carrière et peut-être même de ma vie.

Comment t'expliques le boom du sport espagnol ces dernières années ?
Depuis quelques années, je trouve que le sport est devenu une affaire sérieuse alors qu'avant, c'était « fais tes devoirs et laisse tomber le football » . Aujourd'hui, les gens considèrent le sport comme un cursus de plus. Il n'est plus snobé, et il y a beaucoup moins d'a priori, parce que les champions qui ont remporté autant de victoires ont démontré qu'ils avaient des valeurs et qu'ils étaient intelligents. Moi, par exemple si je n'avais pas été footballeur, je n'aurais pas autant voyagé, je n'aurais jamais connu autant de cultures, ma vision des choses serait plus réduite. Grâce au football, je suis devenu quelqu'un que je ne serais sans doute jamais devenu.

Tu as connu Ancelotti, Aragonés, Del Bosque, Bianchi, Villas-Boas, Benítez, Mourinho, Di Matteo. Avec toutes ces rencontres, tu comptes faire un livre ou plutôt embrasser une carrière d'entraîneur ?
(Rires) Le livre, c'est sûr que j'en ferai un. Devenir entraîneur, en revanche, je ne sais pas… Je suis encore loin de me poser cette question. J'ai pas envie encore de visualiser la fin de ma carrière parce que je sais que le jour où je devrai raccrocher les crampons, ça sera dur. Je suis dans le football depuis que j'ai 17 ans et, pendant toutes ces années, je n'ai pas eu un week-end de libre, pas de jour férié, peu de vacances et pourtant j'aime ça, c'est ma routine. Ma vie changera radicalement quand je ne devrais plus aller m'entraîner. Après, je relativise pas mal en me disant que le football n'est pas ma vie, mais plutôt une étape de ma vie. D'ailleurs, quand j'arrêterai de jouer, peut-être que je ferai un truc qui n'aura rien à voir avec un ballon. On verra bien.

T'as bien une idée de ce que tu feras lorsque tu ne seras plus joueur de foot ?
J'irai visiter l'Australie. Je posais beaucoup de questions à Mark Schwarzer sur son pays. Traverser le bush, ça doit être impressionnant, mais il faut du temps. C'est quelque chose que je ne peux pas faire aujourd'hui. J'aime beaucoup les voyages. Cela t'ouvre l'esprit. Tu comprends mieux les choses, les gens. Je suis allé à Paris récemment et on m'a traité super bien. En Espagne, il y a beaucoup de gens qui disent que les Parisiens ne sont pas aimables. Je ne suis pas d'accord. Si tu ne voyages pas, tu ne peux pas te faire ta propre opinion. Si j'étais resté à Madrid toute ma vie, je penserais sûrement que c'est la meilleure ville du monde. Il faut voyager pour comparer. Il n'y a que les cons qui ne changent pas d'avis et qui font attention à ce genre de clichés. Et puis, il y a les types qui sont capables de dire qu'ils se sont trompés : « J'aimais pas les Français avant de venir à Paris, mais maintenant que j'y suis, je les trouve géniaux » . Les Français sont comme ils sont, les Espagnols sont comme ils sont, et c'est la même chose pour les Anglais. Si on était tous semblables, la vie serait vraiment triste.

Retrouvez l'entretien fleuve de Fernando Torres dans le SO FOOT #117

Propos recueillis par Javier Prieto-Santos
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 18:09 Pronostic Juve Barça : 365€ à gagner sur l'affiche de C1 ! lundi 20 novembre 280€ à gagner avec Naples & Dortmund - Tottenham
Hier à 16:42 Le capitaine de l'Atalanta reçoit un disque d’or 15 Hier à 13:30 Vincent Labrune veut lancer une nuit du football 33 Hier à 12:03 Tavecchio accusé de harcèlement sexuel 45
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
Hier à 08:15 Mexique : un assassinat lié au procès FIFA 17 lundi 20 novembre Galway United : vingt matchs en vingt-quatre heures 4 lundi 20 novembre Des associations d'ultras français s'unissent pour leur liberté 21 lundi 20 novembre Une pancarte « Wenger Out » lors d'une manifestation au Zimbabwe 26 lundi 20 novembre Il marque et adresse un doigt d'honneur à son coéquipier 15 lundi 20 novembre Ce but marqué en D8 anglaise va vous émouvoir 29 lundi 20 novembre Le merveilleux csc de Fankaty Dabo 15 dimanche 19 novembre Un supporter s'installe en tribune avec son scooter à Crotone 14 dimanche 19 novembre Le carton rouge complètement idiot de German Lux 17 dimanche 19 novembre Italie : « Ancelotti, Conte, Allegri, Ranieri et Mancini » ciblés par Tavecchio 29 dimanche 19 novembre Tapie : « C'est la plus belle cure de chimiothérapie » 9 dimanche 19 novembre Le raté de l'année signé Neal Maupay 13 samedi 18 novembre Orlando City donne 280 000 euros pour les victimes de l’ouragan Maria samedi 18 novembre Chris Coleman, du pays de Galles à Sunderland 3 vendredi 17 novembre 320€ à gagner avec Caen-Nice & Espanyol-Valence vendredi 17 novembre Une enquête du fisc espagnol menace le poste de Tebas 51 vendredi 17 novembre Le classement FIFA réformé après le mondial 39 vendredi 17 novembre Bebeto rejoint le parti politique de Romário au Brésil 8 vendredi 17 novembre Chapecoense assure son maintien 3 vendredi 17 novembre Deux éducateurs d'un club amateur écartés pour radicalisation 131 vendredi 17 novembre L’effigie d’un serial killer sur le drapeau d’un supporter 24 jeudi 16 novembre Parme passe sous pavillon chinois 41 jeudi 16 novembre Mondial 2022 : Le Qatar fixe un salaire minimum pour les travailleurs immigrés 24 jeudi 16 novembre Des spectateurs payés pour remplir les stades du Qatar 91 jeudi 16 novembre Corinthians sacré champion du Brésil 23 mercredi 15 novembre La boulette de Carragher lors d'un match amical 8 mercredi 15 novembre Les Danois arrosent un plateau TV avec de la bière 11 mercredi 15 novembre Valderrama fait de la prévention contre le cancer des testicules 14 mercredi 15 novembre Poursuivi pour corruption, un ancien dirigeant argentin se suicide 15 mardi 14 novembre Un jeune joueur suspendu par son club après un salut fasciste 46 mardi 14 novembre Des drapeaux LGBT sur les poteaux de corner anglais 33 mardi 14 novembre Tony Chapron va prendre sa retraite 48 mardi 14 novembre Les Suédois ont cassé le plateau d'une chaîne de TV après la qualif' 30 lundi 13 novembre Évra tracte une Jeep à Dubaï et promet de revenir plus fort 103 lundi 13 novembre Ryan Giggs futur directeur d'une académie au Vietnam 13 lundi 13 novembre Le GRAND TOURNOI de la #SOFOOTLIGUE 40 lundi 13 novembre Benzema : « Il ne faut pas être bête... » 189 lundi 13 novembre OM : la photo souvenir d'Évra 43 dimanche 12 novembre Le geste de grande classe de la réserve du Rayo Vallecano 14 dimanche 12 novembre Un penalty d'une dimension parallèle marqué en D4 roumaine 21 dimanche 12 novembre Le golazo de Ronaldinho 23 dimanche 12 novembre Un chien tacle un joueur en plein match de D3 argentine 20 dimanche 12 novembre Un gardien explose le record de matchs de Peter Shilton 14 dimanche 12 novembre Real Madrid : 450 millions d'euros pour Neymar ? 59 samedi 11 novembre Privé d'arbitrage à cause de son nom 22 samedi 11 novembre Van Basten teste des nouvelles règles en D4 néerlandaise 28 vendredi 10 novembre Mondial 2018 : un ancien responsable russe reconnaît avoir détourné 735 000 euros 5 vendredi 10 novembre Bernard Ross toujours porté disparu 28 vendredi 10 novembre Un joueur de NBA lâche un « Matuidi Charo » en plein match 49 vendredi 10 novembre Le but classieux de Lys Mousset lors de France-Bulgarie 6 jeudi 9 novembre Coupe du monde : Un rapport inquiétant du Conseil des droits de l'homme de la FIFA 9 jeudi 9 novembre Ben Arfa piégé comme un bleu par Hanouna 50 jeudi 9 novembre Le but de furieux signé Keisuke Honda en Coupe du Mexique 16 jeudi 9 novembre Rémi Garde reprend du service à l'Impact de Montréal 18 jeudi 9 novembre Guangzhou : Cannavaro remplace Scolari 3 mercredi 8 novembre 735€ à gagner avec France, Brésil & Allemagne 2 mercredi 8 novembre So Foot Club 100% Neymar 7 mardi 7 novembre Le coach de Vélez Sársfield démissionne, car on lui a craché dessus 10 mardi 7 novembre Modène fait faillite 12 mardi 7 novembre Manfredonia perd un match sur tapis vert en Serie D 5 mardi 7 novembre Il entre sur le terrain en glissant sur les escaliers 14 mardi 7 novembre Ronaldo de retour au Corinthians ? 54 mardi 7 novembre Polémique autour des secouristes d'un match de D4 allemande 19 mardi 7 novembre Un match de Gambardella interrompu à cause d'un sabre 24 mardi 7 novembre Un fan anglais mate Chorley-Fleetwood depuis sa fenêtre 17 mardi 7 novembre Allemagne : le chef de la VAR limogé pour favoritisme 17 mardi 7 novembre Maradona va jouer avec le président Maduro 39 lundi 6 novembre Al Ahly veut déposer un recours contre l'arbitrage 22 lundi 6 novembre Makelele nouvel entraîneur d'Eupen 24 lundi 6 novembre L'attentat d'Ignacio Fernández pendant River-Boca 25 lundi 6 novembre Cannavaro du Tianjin Quanjian au Guangzhou Evergrande 6 dimanche 5 novembre Le tacle assassin d'un U17 de Fenerbahçe face à Galatasaray 22 dimanche 5 novembre Le but magnifique de Meijers face au Feyenoord 1 dimanche 5 novembre Yoann Barbet humilie un adversaire pendant Brentford-Leeds 8 dimanche 5 novembre Al-Quwa Al-Jawiya remporte l'AFC Cup 5 dimanche 5 novembre Le Wydad remporte la Ligue des champions africaine 12 samedi 4 novembre 259€ à gagner avec Man City & Inter Milan samedi 4 novembre Chengtou, premier club tibétain dans une ligue professionnelle chinoise 15 samedi 4 novembre Marco Simone viré par le Club africain 23 samedi 4 novembre La pelouse du club d'Hyde United prend feu face à MK Dons 5 samedi 4 novembre EXCLU : 120€ offerts pour parier chez Unibet ! vendredi 3 novembre Patrice Évra mis à pied par l'OM 54 vendredi 3 novembre LE RÉCAP DE LA #SOFOOTLIGUE: BILAN DU MOIS D'OCTOBRE 8 vendredi 3 novembre L'Albirex Niigata Singapore champion du Singapour 4 vendredi 3 novembre Un club de D4 roumaine a payé ses supporters pour jouer 6 vendredi 3 novembre MHD présente le nouveau maillot du Cameroun 9 jeudi 2 novembre 326€ à gagner avec Valence & Porto jeudi 2 novembre Un jeune espoir belge décède d'une crise cardiaque 10 jeudi 2 novembre La blessure impressionnante d’Ustari 9 jeudi 2 novembre Un joueur de MLS suspendu pour violences conjugales 13 jeudi 2 novembre Un joueur argentin prend deux cartons jaunes en dix secondes 10 mercredi 1er novembre Ballon d'or africain : la liste des 30 nommés 28 mercredi 1er novembre L'ancien international ghanéen Abubakari Yakubu est décédé 13 mercredi 1er novembre Envahissement de terrain pendant l'entraînement d'Al Ahly 4 mercredi 1er novembre Les joueurs du Club africain refusent de s'entraîner 3 mercredi 1er novembre Le superbe but d'une joueuse de Nancy face à Grenoble 3 mercredi 1er novembre Boca Juniors interdit les cheerleaders à la Bombonera 16 mercredi 1er novembre Éric Abidal cartonne la prolongation de Deschamps 51 mardi 31 octobre 350€ à gagner avec Séville & Naples - Man City mardi 31 octobre Pronostic Besiktas Monaco : 500€ à gagner sur le match de C1 ! mardi 31 octobre Un entraîneur de D4 anglaise contraint de rejouer 1 mardi 31 octobre Le but « messiesque » d'un jeune de 14 ans du Benfica 11 mardi 31 octobre L’entraîneur d’Ipswich pète un câble en conférence de presse 21 mardi 31 octobre Pour Diego Maradona, Sampaoli est « un charlatan » 19 mardi 31 octobre Il se coince dans un mur pour assister à un match de Boca 11 mardi 31 octobre Le but insolent de Marcus Maddison avec Petersborough 11 lundi 30 octobre La Pro League belge envisage d'impliquer les entraîneurs pour la VAR 13 lundi 30 octobre Un promu en D2 chinoise offre 3,5 millions d’euros à ses joueurs 8 lundi 30 octobre 225€ à gagner avec Man U, Bayern & Atlético 3 lundi 30 octobre Des joueurs feront leur coming out dans le jeu Football Manager 2018 82 lundi 30 octobre La minute la plus folle en Angleterre 23 lundi 30 octobre Colombius Crew pourrait changer de ville 7 dimanche 29 octobre Malbranque rebondit à Chasselay ! 8 dimanche 29 octobre Deux Dunkerquois en viennent aux mains pour tirer un penalty 17 dimanche 29 octobre L'hommage des fans de Willem II à Fran Sol dimanche 29 octobre Thuram : « Je me demande s'il y a une réelle volonté d'en finir avec la haine » 62 dimanche 29 octobre Bittolo se fait poser dix points de suture sur le pénis à cause d'un coéquipier 17 dimanche 29 octobre Expulsé pour avoir uriné en plein match 9 vendredi 27 octobre Le Récap "Coupe de la Ligue" de la #SOFOOTLIGUE 7 vendredi 27 octobre Pronostic Lille OM : 380€ à gagner sur le Bielsasico ! vendredi 27 octobre La Coupe des confédérations remplacée par un Mondial des clubs ? 31 vendredi 27 octobre Olimpia vainqueur de la première CONCACAF League 1 vendredi 27 octobre Youssef Rabeh (WAC) attaqué avant la finale de LDC africaine 4 vendredi 27 octobre Un ultra d’Independiente recherché par Interpol 3 vendredi 27 octobre Shaw « espère rejouer pour Pochettino » 10 vendredi 27 octobre Participez à la Coupe du monde de Football Manager ! 16 vendredi 27 octobre David Trezeguet candidat pour devenir directeur sportif à River 12 vendredi 27 octobre À Tahiti, un arbitre se bat avec un supporter pendant un match 9 jeudi 26 octobre Le ballon du Mondial russe a fuité 47 jeudi 26 octobre Charlotte Lorgeré impressionne au chant pour son bizutage 23 jeudi 26 octobre Un footballeur roumain fait ses débuts avec une prothèse du bras 30