1. // CAN 2010
  2. // Algérie/Côte d'Ivoire (3-2 ap)

Fennecs plus ultra !

Et One-Two-Trrrrrri ! Et viva l'Algérie ! Dramaturgie extraordinaire à Cabinda, où l'Algérie a éliminé le favori ivoirien au terme d'un final hallucinant. Kader Keïta avait donné l'avantage 2-1 aux siens à la 89ème et l'Algérie par Bougherra avait égalisé à la 92ème avant de faire la diff' en prolongations. Une qualif' pour les demies amplement méritée. Magnéto, Serge !

Modififié
0 0
On résume : les Fennecs ont croqué le Sénégal, l'Égypte, le Mali et maintenant la Côte d'Ivoire. Des pré-éliminatoires jusqu'à ce soir, ils en imposent au vu de leur tableau de chasse devenu conséquent. L'exploit ne tient plus du miracle. Mieux : les Fennecs ont donné la leçon aux Éléphants sur toute la ligne. Évidemment, à Téléfoot, les Ivoiriens gagnent toujours. Un rituel dominical qui suit la bande à Drogba à chacune de leurs victoires. Quelques miettes pour le Cameroun aussi sur TF1, et puis voilà... C'était faire peu de cas de l'Algérie qui avait quand même terrassé le géant africain qu'est l'Égypte. Nul doute d'ailleurs que l'épopée en Égypte, commencée au Caire par un caillassage de car et s'achevant une semaine plus tard à Khartoum, a pesé lourd dans la qualif' de ce soir : un groupe (déjà né) s'est fortement soudé au Soudan.

Il est là le premier avantage des Algériens : à la différence des Ivoiriens, ils ont joué en équipe. La bande à Drogba, c'est justement une bande, des noms, des potes, de très bons joueurs. Mais pas exactement une vraie équipe. Les Oranges ont coulé au bout d'un quart d'heure, le temps de marquer un premier but par Salomon Kalou, profitant de la vigilance non réveillée de la défense algérienne (4ème). Et puis ce sera tout ! A partir de là, les Fennecs vont contrôler presque intégralement le jeu jusqu'à la 120ème minute.



Deuxième avantage des Algériens : le fait d'avoir joué trois matches en poule a sûrement favorisé leur mise en jambes. L'incroyable mobilité de Belhadj a été époustouflante. Les Ivoiriens, qui n'avaient joué que deux matchs et sûrement subi à Cabinda le poids du drame togolais (en plus de la protection militaire serrée), étaient en manque de rythme flagrant.

Enfin, troisième avantage algérien : le 3-5-2 a priori hors d'âge (remember Argentina 86 ou Allemagne 96) de Saadane a bousillé le 4-3-3 de Coach Vahid. Qui plus est, les trois attaquants ivoiriens (Gervinho, Drogba et Kalou) ne disposent pas en sélection de l'appui très rapproché de leurs milieux (Zokora-Tioté-Yaya Touré) : que d'espace entre les lignes ! A Lille, Gervinho a un Balmont jamais très loin. A Chelsea, Drogba et Kalou ont Essien, Ballack, Obi Mikel, Lampard, et on en oublie...

Le sort en était jeté. Place à la maîtrise collective algérienne et ses 55 % de possession de balle en première période ! Grosse surprise de la part de Saadane, coach des Fennecs : ce coup-ci, l'Algérie avait décidé de faire le jeu plutôt que de subir, comme contre le Mali, Malawi, voir l'Égypte. Sur le plan tactique, contre la Côte d'Ivoire, l'Algérie a progressé d'un cran : elle sait désormais contrôler le jeu pendant tout un match et ce, face à de grandes équipes. A la baguette, Mansouri en 6 et Matmour en 8. Sur les côtés, un Ziani volontaire mais un Meghni fantomatique. Heureusement, il se réveillera en deuxième mi-temps. Seul en pointe, Ghezzal. Tout était donc en place et ce qui devait arriver arriva : une égalisation un peu chanceuse sur un ballon curieusement récupéré par Matmour aux 16 mètres et une frappe violente près du poteau (1-1, 35ème).

En deuxième mi-temps, l'Algérie déroule et se procure un nombre d'occasions supérieur. Les deux équipes rateront chacune la balle de break sur deux duels seul à seul de Yebda (67ème) et Gervinho (84ème). Et puis tout bascule dans la folie ! Coaching gagnant de Vahid : à peine entré en jeu, Kader Keïta expédie un missile en pleine lucarne de Chaouchi... 2-1 à la 89ème : le but est splendide, une vraie frappe à l'Africaine, estampillée 100 % CAN, comme on aime. Le but est inscrit un peu contre le cours du jeu. Les Fennecs sont éliminés ? Non... Bougherra pique une tête victorieuse à l'ultime minute (92ème +1). Vahid est sonné et les Éléphants avec lui. Explosion de joie algérienne !



On ne va pas réapprendre le foot : avantage psychologique aux Fennecs revenus de l'Enfer (comme au Caire et Khartoum) face à des Ivoiriens qui s'y voyaient déjà. Prolongations : ça ne traîne pas... A la 2ème minute de l'extra time, centre de Ziani à gauche sur la tête de Bouazza, lui aussi entré plus tôt. Ras du poteau de Barry : 3-2 ! Les Éléphants lâchent prise. L'Algérie entame une danse du scalp ponctuée de quatre occasions nettes devant le but, toutes manquées dans la précipitation. Quelques vagues alertes pour Chaouchi, héros blessé au dos qui repoussera un tir surpuissant de Drogba (97ème). En toute fin de match, Kolo Touré égalisera... mais l'arbitre refusera le but pour un hors-jeu inexistant. Voilà qui entachera sûrement une qualification pourtant amplement méritée...



Voilà. Un mot sur la Côte d'Ivoire, le favori de cette CAN, qui s'abonne à la lose avec cet échec prématuré en quart de finale, après la finale perdue de 2006 et la demi-finale de 2008. Une génération dorée est en train de se manquer complètement. Les Éléphants nous doivent une revanche au Mondial sud-africain... Et l'Algérie ? L'Algérie n'est pas une équipe extraordinaire. Pas encore. Mais cette équipe a du cœur, des grosses qualités techniques et elle progresse bien sur le plan tactique. En demies, elle pourrait retrouver un autre cador : le Cameroun, pour s'étalonner à nouveau face à un grand, ou bien l'Égypte, pour une quatrième confrontation hyper électrique. A suivre... A suivre aussi à la prochaine Coupe du Monde. On le redit : l'Algérie n'est pas une équipe extraordinaire mais elle sait punir tous les adversaires qui oublieraient d'être au taquet. “Punir”, ça veut dire être capable de subir (voire de faire le jeu) tout en étant sûr de marquer au moins un but. Voilà la Slovénie, l'Angleterre et les USA prévenus.

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Aucun commentaire sur cet article.
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
Article suivant
«Jouer avec notre sang !»
0 0