1. //
  2. //
  3. // 6e tour
  4. // FC Kronenbourg/Strasbourg

Felipe Saad : « Dans la tête du Strasbourgeois, il y a le Racing et la cathédrale »

Brésilien et vrai Français d'adoption, Felipe Saad fréquente nos pelouses et zigzague dessus depuis huit ans. Habitué des clubs en quête de remontée et de rédemption, il vient de rejoindre le Racing Club de Strasbourg, après un passage à Caen ou il fréquenta autant le stade Michel-d'Ornano que la bibliothèque universitaire sur le campus. Alors que le club alsacien conserve une place exceptionnelle dans le cœur et l'existence du foot tricolore, le voilà donc sur le front du Rhin pour écrire une nouvelle page d'histoire de cette vénérable institution. Et tout commence donc en National, dans le vrai championnat d'un pays qui ne s'est toujours mis que modérément au professionnalisme…

Modififié
1k 9
Comment s'est négociée ton arrivée à Strasbourg cette année ?
C'est assez simple. J'étais à Caen l'an dernier et mon contrat s'est terminé, et il n'a pas été renouvelé. À mon retour du Brésil, la proposition du Racing est arrivée entre mes mains via un agent. Après, j'ai été en contact avec le staff et la direction. Leur projet m'a convaincu.

Question bateau : pas trop peur du climat ?
Cela fait quand même un bout de temps que je suis arrivé et installé chez vous. Je prévois quelque chose de similaire aux intempéries que j'ai connues quand j'appartenais à Évian Thonon Gaillard. Mon passage là-bas fut peut-être une sorte de préliminaires aux hivers alsaciens, je suppose. Après, je dois avouer que depuis quelques jours, les températures commencent à se refroidir sérieusement pour les entraînements...

Qu'est-ce tu connaissais vraiment de ce club avant d'y arriver ?
D'abord, j'ai plusieurs fois joué contre eux quand j'évoluais à l'En Avant Guingamp, il ne m'était donc pas totalement inconnu. Je savais qu'il s'agissait d'un club mythique du football français, comme tous les championnats en possèdent quelques-uns qui ont marqué leur passé. Ensuite, je me suis renseigné de mon côté. J'ai découvert les difficultés financières et autres, auxquelles il a été confronté, les problèmes qu'il a rencontrés avec un précédent président qui apparemment n'avait pas trop bien fait le job, la situation délicate dans laquelle il s'était retrouvé en conséquence. Depuis deux ou trois ans, avec Marc Keller, le nouveau président, il existe une réelle volonté de conduire un renouveau de cette belle maison. J'aime cette idée. Plus largement, j'ai été également séduit par le côté historique, y compris pour ce qui concerne la ville.

Comment décrirais-tu le fossé entre le niveau de la L1 et celui qui existe en National ?
Tout d'abord, je dois dire qu'au quotidien, je ne l'ai pas trop ressenti dans le club, je veux dire en matière d'infrastructures ou d'organisation, d'encadrement, etc. En tout cas, rien de très différent de ce que je vivais quand j'étais encore au Stade Malherbe par exemple. Toutefois, sûrement que le Racing demeure atypique à ce niveau de compétition. En revanche, lors des matchs, effectivement tu observes plus de déchets techniques ou moins de conscience tactique…

Autre particularité, au niveau de l'ambiance, tout le monde semble admettre que la Meinau possède le public et les supporters les plus nombreux et actifs en National, tu confirmes ?
C'est vrai que cela se révèle assez impressionnant d'être confronté à une telle fréquentation, qui dépasse souvent la moyenne de la plupart des clubs de L2, voire de certains pensionnaires de L1. Quand tu te retrouves au milieu d'un derby en troisième division contre Colmar devant 25 000 personnes, impossible de ne pas être scotché. Après, pour ma part, justement, lors de cette confrontation, j'ai plutôt éprouvé de la tension et de la crainte que de la ferveur, jusqu'à ce que l'on marque en tout cas. Après, les supporters sont vraiment derrière nous, avec beaucoup de passion, en positif. Pour moi, s'il existe effectivement une pression énorme ici autour du club, je la situerais plutôt de « l'extérieur » que des tribunes. J'ai l'impression qu'il se manifeste beaucoup d'attente désormais que les choses se sont normalisées, une exigence qui s'exprime notamment dans la presse régionale.

« J'ai signé pour deux ans, alors pourquoi pas ensuite envisager une fin de de carrière ici. » Felipe Saad

Puisque nous parlions derby alsacien, comment appréhendes-tu celui contre le FC Kronenbourg, encore plus proche voisin du Racing ?
Oui, c'est marrant. Le tirage au sort avait eu lieu un lundi, et le lendemain dans les vestiaires, après l'entraînement, Abdel Belahmeur, qui est un enfant du coin, nous a expliqué l'enjeu, ce que cela pouvait signifier. Il nous a décrit une très bonne équipe de foot amateur. Nous devons jouer chez eux, je crois que cela sera sur un synthétique. J'imagine qu'il faut s'attendre à un match difficile.

Tu évoquais le statut du club, peut-on vraiment toujours affirmer que le Racing demeure un club à part ?
Oui, c'est indéniable. Il conserve le rôle d'une véritable institution en Alsace. Je ne l'avais jamais ressenti à ce point autre part en France. Peut-être un peu à Guingamp, mais davantage à une échelle départementale, certainement pas pour toute la Bretagne et pour tous les Bretons. Dans la tête du Strasbourgeois, il y a le Racing et la cathédrale, presque millénaire. Cet attachement ne se retrouve pas que dans la capitale régionale, même dans les petits villages, tu peux constater cet amour pour les couleurs du club, pour ce qu'elles représentent ou incarnent. Quand les supporters s'adressent à toi, en tant que joueur, tu mesures à quel point cela compte, tout ce patrimoine, et combien il faut vite remonter en L2. Pour un club en National, c'est impressionnant.

Justement, quelle est ton ambition sous tes nouvelles couleurs ?
Tout d'abord pour le club globalement, la montée cette saison, revenir chez les pros, c'est le projet que défend le président Keller, et je partage cette visée. On va essayer d'y arriver en 2016 avec ce mélange de joueurs venus du monde amateur, de gars du cru, de personnes comme moi avec plus d'expérience, en espérant que l'amalgame se réalise. J'ai signé pour deux ans, alors pourquoi pas ensuite envisager une fin de de carrière ici.

Pour terminer, tu as un regard assez décalé sur le foot, tu as dû suivre la crise que traverse la FIFA. En tant que Brésilien, tu soutiens la candidature de Zico ?
Franchement, je ne peux pas vraiment me prononcer. Bien sûr, je respecte énormément l'homme et le footballeur, ce qu'il a accompli au Brésil par la suite, je ne connais cependant pas son programme, ce qu'il désire accomplir. J'aurais bien du mal à me positionner. J'ai seulement lu le livre de Michel Platini durant les vacances. Néanmoins, selon moi, l'essentiel reste le besoin pressant d'effectuer un grand nettoyage au sein de l'institution, de renouveler les hommes, de changer les choses. Cela devient urgent, on ne peut pas continuer comme ça.


Propos recueillis par Nicolas Kssis-Martov
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Faut pas avoir peur Felipe, mais c'est sûr qu'après un début de saison mitigé, les 26 000 gus présents à la Meinau le soir du match contre Colmar voulaient voir une victoire !

Sinon, évidemment que le Racing à une importance au niveau régionale, c'est depuis les années 60 le seul club Alsacien à compter sur la scène nationale et internationale donc de fait le porte-étendard de l'identité alsacienne dans le monde foot.
Message posté par Valouz
Faut pas avoir peur Felipe, mais c'est sûr qu'après un début de saison mitigé, les 26 000 gus présents à la Meinau le soir du match contre Colmar voulaient voir une victoire !

Sinon, évidemment que le Racing à une importance au niveau régionale, c'est depuis les années 60 le seul club Alsacien à compter sur la scène nationale et internationale donc de fait le porte-étendard de l'identité alsacienne dans le monde foot.


Je connais assez bien l'Alsace et même assisté à quelques matchs enfant à la Meinau, Mulhouse..ou non loin à Sochaux, souvenirs marquants..mais je n'ai aucun souvenir des circonstances ayant conduit le Racing si bas, perdu le fil..

Certes vaguement souvenir que Claude Leroy parmi d'autres y aurait joué un rôle néfaste, mais si une bonne âme pouvait me rafraîchir la mémoire..

Mon souvenir surtout, c'est qu'il était alors inconcevable que le Racing puisse tomber si bas, et que la Meinau m'en avait mis plein les yeux, c'était du temps il est vrai de la finale de coupe des coupes 88 qui y avait été disputée précisément, stade pour le moins inscrit alors sur la carte du football européen.. Rien n'autorisait alors à imaginer une telle bérézina..
Autre question, suis-je le seul à trouver d'analogies entre stades de la Meinau, la Mosson, la Beaujoire et le Parc des Princes?

Auquel cas, une explication? Architectes?
Houla, ouias, c'est un peu long à expliquer.

De manière rapide :

Proisy, Leroy,Fontenla, Hilali.

Certains te parleront de Ginestet ou de Gress aussi.

Je t'invite à consulter ce site et notamment le forum sur Hilali pour t'apercevoir de la dinguerie de la situation :

http://racingstub.com/forum/topic/10574?page=5
[citer id="1934255" auteur="Bota67"]

Je connais assez bien l'Alsace et même assisté à quelques matchs enfant à la Meinau, Mulhouse..ou non loin à Sochaux, souvenirs marquants..mais je n'ai aucun souvenir des circonstances ayant conduit le Racing si bas, perdu le fil..

Certes vaguement souvenir que Claude Leroy parmi d'autres y aurait joué un rôle néfaste, mais si une bonne âme pouvait me rafraîchir la mémoire..

Effectivement, dans les années 90 le racing est un solide club de 1ere division avec finale de coupe de France 95, coupe de la ligue 97, des internationaux ( Leboeuf, Mostovoi, Djetou, Keller, Dacourt, Vencel) et de bons joueurs de D1 ( Zitelli, Baticle, Raschke, Collet, etc). Avec aussi des parcours en UEFA 95 et 97 ( où ils éliminent les Rangers et Liverpool avant de tomber contre l'Inter de Ronaldo honorablement avec victoire 2-0 à l'aller et défaite 3-0 au retour).

Et puis vers l'an 2000,ils ont commencé à faire n'importe quoi, je me souviens de joueurs sud américains dont on avait dit qu'ils seraient des cracks et qui en réalité étaient des grosses quiches. Parmis eux Gonzalo Belloso et surtout Garay qui était soit disant aussi fort que Gallardo. A l'arrivée le Garay en question non seulement était bidon mais avait aussi un faux passeport je crois du coup c'était vraiment la loose.

Ajoutons à cela le superbe recrutement de Chilavert pour illustrer parfaitement le n'importe quoi généralisé. Malgré la Coupe de France gagnée en 2001, le Racing descend en ligue 2 et c'est cette saison 2000-01 qui va vraiment fragiliser le club et casser tout le boulot fait depuis 10 ans.

Le club remonte mais est clairement fragile, il vivote en L1 4 ans, et malgré une coupe de la ligue en 2005 il redescends en 2006, avant de remonter en 2007. Mais il redescend dans la foulée avec 10 défaites de rang pour les 10 dernières journées 07-08.

A partir de là, c'est la fête au village, tout va s'enchainer et ca va être un festival d'incompétence à tous les niveaux ( dirigeants et joueurs) pour arriver à descendre de ligue 2 en National en 2010.

Et comme la saison d'après le club échoue à la 4ème place, truffé de dettes et sans remontée, ils déposent le bilan et repartent en CFA2.

je peux vous dire que dans la région pas mal de monde n'a aucunement apprécié ce festival d'incompetence de la période 2008-2011.
Aujourd'hui le club est actuellement 3ème de national, espérons qu'il remonte en fin de saison.

Mais la place du racing est en ligue 1.

Voila, j'ai fais un pavé, j'espere t'avoir un peu éclairé.
Tu remontes loin quand même, le club se portait plutôt bien à l'époque des Pagis/Niang des frères Farnerud etc..

Le tournant pour moi c'est vraiment l'hiver 2007/2008 ou alors qu'on était dans le ventre mou du championnat, Gameiro se pète les ligaments ET Julien Féret préfère signer à Nancy à la dernière minute alors qu'il était pressenti du côté de la Meinau. A partir de là l'équipe part à vau l'eau et on va de malchance en malchance en enchainant ce triste record de défaites consécutives puis en foirant le match décisif pour la montée l'année d'après ( à la Mosson avec ce putain de penalty raté), ou encore en ayant l'idée de génie de rappeler Gress et sa préparation d'avant guerre.

LE club est repris par cet enculé d'hilali, sans doute le président le plus inccompétent de l'histoire du foot qui a presque réussi son pari de fossoyeur en éradiquant le racing du paysage footballistique français. Du coup perclus de dettes, on retombe en CFa2 après avoir frolé la mort du club.

MAis bon depuis tout roule, les supporters se sont mobilisés pour que le club continue à vivre en cfa2, on se crée pleins de souvenirs sympas dans les divisions inférieures, tout le monde est enthousiaste sur l'avenir, la ferveur est de retour du côté des jardins haemmerlé, merci aux Keller, merci aux UB, et à la fédé des supporters en général.
Message posté par Sash
Tu remontes loin quand même, le club se portait plutôt bien à l'époque des Pagis/Niang des frères Farnerud etc..

Le tournant pour moi c'est vraiment l'hiver 2007/2008 ou alors qu'on était dans le ventre mou du championnat, Gameiro se pète les ligaments ET Julien Féret préfère signer à Nancy à la dernière minute alors qu'il était pressenti du côté de la Meinau. A partir de là l'équipe part à vau l'eau et on va de malchance en malchance en enchainant ce triste record de défaites consécutives puis en foirant le match décisif pour la montée l'année d'après ( à la Mosson avec ce putain de penalty raté), ou encore en ayant l'idée de génie de rappeler Gress et sa préparation d'avant guerre.

LE club est repris par cet enculé d'hilali, sans doute le président le plus inccompétent de l'histoire du foot qui a presque réussi son pari de fossoyeur en éradiquant le racing du paysage footballistique français. Du coup perclus de dettes, on retombe en CFa2 après avoir frolé la mort du club.

MAis bon depuis tout roule, les supporters se sont mobilisés pour que le club continue à vivre en cfa2, on se crée pleins de souvenirs sympas dans les divisions inférieures, tout le monde est enthousiaste sur l'avenir, la ferveur est de retour du côté des jardins haemmerlé, merci aux Keller, merci aux UB, et à la fédé des supporters en général.


En fait Gameiro il se pète les croisés début 2006, alors que le racing essaye de se sauver en L1, je me souviens de ca car j'étais au stade, je crois que c'est contre Troyes, Gameiro ne se relève pas et le mec assis devant moi dit " Allez arrête le chiqué debout", alors que le mec vient de se faire les croisés. Du coup Gam est présent toute la saison 07-08, il marque même au Vél lors de la derniere journée.

Pour Feret je savais pas, mais c'est clair qu'un joueur compétent comme lui aurait pu rendre des services.

Pour les présidents de toute façon, depuis Proisy en 97 tous ceux qui lui ont succédé sont des quiches finies, il y en a pas eu un pour rattraper l'autre.

Si on regarde en Europe, quasi dans chaque pays t'as des clubs mythiques qui tombent très bas et qui ont du mal à revenir ( Leeds, Parme, Strasbourg), mais l'exemple de Reims donne de l'espoir...
Oui, tu as raison, c'est bien en 2006 qu'il se fait les croisés, j'ai confondu les deux descentes.

Sinon Pour Saad je trouve son début de saison plutôt bon, il compense un peu la baisse de régime de Seka, qu'on espère retrouver aussi tranchant que l'an dernier.

Mea culpa et allez Racing !



Message posté par Sash
Oui, tu as raison, c'est bien en 2006 qu'il se fait les croisés, j'ai confondu les deux descentes.

Sinon Pour Saad je trouve son début de saison plutôt bon, il compense un peu la baisse de régime de Seka, qu'on espère retrouver aussi tranchant que l'an dernier.

Mea culpa et allez Racing !





C'est intéressant, personnellement, et sans vouloir faire le rabat-joie de base, j'attendais plus de Saad. Sauf que je me dis qu'il lui faut du temps. A ses côtés, Seka me fait vraiment peur, il est pas dedans depuis le début. Et, à titre personnel, j'ai jamais été emballé par Oukidja.

Alors ouais, on produit pas un football bandant depuis le début. Mais osef, on gagne. N'Dour, N'Doye sont également deux joueurs "de l'ombre" qui nous font un bien fou. Douniama commence en trombe, et Pouye qui revient, les deux devraient régler ce qui était pour moi le GROS problème de notre config : un finisseur (Jerem) mais pas de percuteurs pour lui apporter la balle sur un plateau. On a vu trop souvent une difficulté à le trouver. Je pense que Pouye et Douniama peuvent réellement apporter ça.

Pour revenir à l'article, évidemment que c'est dans nos gênes, le Racing. Pour avoir un petit peu vécu ailleurs étant gamin (Nice, Lille ...) les clubs locaux (bien qu'on puisse vaguement retrouver cette fierté régionale à Nice autour du Gym), n'est présente nulle part.
Mais surtout, cet article me fait plaisir pour une chose : Felipe Saad prouve qu'il est venu dans un club pour s'y intéresser et pour l'aimer. Et ça, rien que pour ça, je me dis qu'on pourra plus voir des Paisley ou des Fanchone qui sont là pour tirer profit du club et se tirer quand il l'ont saigné, tant que MK continuera cette politique de recrutement.

Allez Felipe, et ALLEZ RACING :)
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
1k 9