En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 1 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Affaire Mediapart

Fédération Française de Fous

L'affaire Mediapart ne démontre pas que la FFF est raciste, mais complètement à l'ouest. C'est encore pire.

Modififié
En pensant lâcher une bombe sur le racisme de la fédération française de football, Mediapart a peut-être fait bien plus que ça. Le site vient en effet, et sans le savoir, de parfaitement démontrer l'incompétence voire la bêtise d'une institution en perdition. La véritable info divulguée par Médiapart, ce n'est pas que la FFF veuille instaurer des quotas sur des critères raciaux, mais qu'elle pensait pouvoir le faire en douce, et un peu n'importe comment...

Ce que nous apprend vraiment le site d'information payant, c'est que les membres des hautes instances du foot français se penchent donc concrètement sur le problème de la "représentation de l'Edf". Ils y travaillent, ils y réfléchissent, et le sujet est même abordé lors de réunions en présence du sélectionneur de l'équipe de France, de celui des espoirs ou encore du DTN. Voilà la base du problème. Voilà même tout le problème. Théoriquement, la fédération française de football ne devrait en avoir rien à foutre de ces problèmes d'images, de représentation, de combien de noirs, de combien de blancs, de combien d'arabes... Officiellement, en tout cas, c'est bien entendu sa position. Or on apprend aujourd'hui que la FFF se sent donc chargée de réfléchir en douce à la composition “raciale” de son football et à plus forte raison de son équipe nationale. On savait que la FFF allait mal, mais on ne pensait pas que c'était à ce point...

La dernière Coupe du Monde, l'incident de Knysna et toutes les leçons de morale qui ont suivies ont sans doute fini de convaincre les responsables du foot français qu'il fallait non seulement réfléchir au sujet, mais en plus agir. Alors la fédération a agi. Problème, elle a agi comme parle Franck Ribéry, n'importe comment. Puisqu'il est bien entendu impossible de s'attaquer frontalement au sujet sous peine de tollé général, la fédé s'est retrouvée obligée de ruser comme un vieux singe. Problème, elle s'est fait gauler...

Le principal reproche fait à l'encontre de la formation à la française est de favoriser le physique sur la technique. Et ça, la fédé le sait mieux que personne. Aussi, dans la lignée du succès de l'Espagne et de l'emballement général sur le FC Barcelone, elle veut rectifier le tir. En gros, il s'agirait de calmer le jeu sur les grands costauds et de se pencher davantage sur les petits techniques. Pourquoi pas. Seulement, le verbatim publié par Mediapart prouve que ce réajustement pourrait être utilisé au service d'une autre cause. En partant du "constat" que la plupart des grands costauds sont plutôt noirs et que les petits malins sont plutôt blancs, favoriser les petits au détriment des grands permettra du même coup de rééquilibrer la couleur de notre football sans avoir à l'avouer. Malin non ? Non.


Pour un Zidane, il faut accepter deux Meghni

Même logique pour ce qui concerne le problème des joueurs dits “bi-nationaux”. Le problème a toujours existé. Le foot français n'a eu de cesse de former des joueurs susceptibles de jouer pour leur pays d'origine. Les Kopa, Platini, Christian Perez, Desailly, Zidane, Nasri et compagnie. Et si certains font parfois ce qu'on appelle communément “le choix du coeur”, la plupart des joueurs ont, comme on peut le constater, choisi de jouer l'EDF. Ce qui est à la fois naturel pour des gens nés et formés en France, mais également logique d'un point de vue professionnel : jouer pour l'équipe de France étant plus intéressant - que ce soit sportivement ou financièrement - que pour son pays d'origine. Car il faut être honnête, ce sont principalement les joueurs qui n'ont pas la possibilité de briller en bleu qui choisissent leur première patrie, afin de pouvoir eux aussi faire carrière internationale. Moussa Sow a choisi le Sénégal, très bien, mais aurait-il joué pour le maillot bleu ? Et la question ne se pose pas que des pour des joueurs africains, loin de là. Des joueurs comme Obraniak ou Pjanic ont choisi la sélection de leur pays d'origine. Mais auraient-ils fait le même choix s'ils étaient assurés d'une carrière en bleu ? Bref, ce problème n'en est pas un.


Alors après, on peut comprendre que la fédération soit emmerdée de voir des joueurs qu'elle a formés exercer leurs talents sous d'autres couleurs. Mais c'est le “prix à payer” pour pouvoir justement aligner les meilleurs d'entre eux. La fédération le sait très bien, c'est le principe même de la formation. Pour un Zidane, il faut accepter deux Meghni ; on ne peut pas avoir le beur et l'argent du beurre. D'ailleurs, la FFF, qui n'a jamais hésité à profiter de la mixité de la population française quand ça l'arrangeait, est donc très mal placée pour regretter les mauvais côtés de cette formation. Et surtout, pourquoi maintenant ? Il semblerait d'après les récentes découvertes que ce soit là aussi pour faire le tri au plus vite et en profiter pour rééquilibrer la couleur de notre football...



On peut aujourd'hui remercier Mediapart d'avoir sorti cette info et alerté l'opinion quant aux véritables intentions de la FFF, mais surtout quant à son état mental. Car si le masque est tombé, c'est la FFF qui n'en finit plus de se casser la gueule. Elle s'est perdue en route, de mauvais choix en mauvais choix, au point aujourd'hui d'envisager de glisser une petite quenelle par dessous, sous la forme de quotas discriminatoires. Pire, elle pensait faire son affaire peinarde en prétextant favoriser la technique et régler le “problème” des joueurs d'origine étrangère. La fédé est devenue complètement dingue, et ne s'en rend même pas compte. Elle doit maintenant répondre de ses actes, auprès de tous et surtout auprès du capitaine de son équipe nationale, Alou Diarra, un grand Malien aux pieds carrés...


Par Simon Capelli-Welter

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Hier à 15:40 Une ex-formatrice défonce la goal-line technology (via Brut Sport) Hier à 14:28 Quand Ronaldo planquait de la bière 48 Hier à 12:50 Dupraz quitte le TFC 128 Hier à 11:55 Robinho en route vers Sivasspor 59
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
Hier à 08:57 Un supporter arrêté après avoir uriné dans la bouteille du gardien adverse 18 dimanche 21 janvier La double fracture de McCarthy 4 dimanche 21 janvier Pablo Aimar va (re)faire ses adieux 10 dimanche 21 janvier Un gardien espagnol marque de 60 mètres 7
À lire ensuite
Manchester dans le viseur