1. //
  2. // CFA
  3. // FC Saint-Louis

FC Saint-Louis, l'agression de la discorde

Il y a deux semaines, Pierre Fichter, le président du FC Saint-Louis Neuweg, s'est fait agresser par ses propres joueurs lors du dîner de fin d'année. C'est en tout cas ce qu'il clame haut et fort. Que s'est-il vraiment passé ? Enquête.

Modififié
802 20
Le long de la D66 en direction de Mulhouse, impossible de rater « Le Stelle » , restaurant italien planté au nord de Saint-Louis, petite ville d'Alsace accoudée à la frontière suisse. Une arche fait office d'entrée pour accéder sur le parking. Les murs sont rosés. À droite, posée sur un petit cabanon, une voiture vert-blanc-rouge achève la déco kitsch du lieu. Qu'importe, ce mardi 30 juin 2015, la scène se joue à l'intérieur de l'établissement. « Je suis arrivé à 21h15, pose Djibril*. À exactement 21h35, nous allions passer à table. Je m'en souviens, car c'était l'heure de rompre le jeûne du Ramadan. » Ce soir-là, c'est Pierre Fichter, président du club de foot de la ville, qui invite. Joueurs, nouvelles recrues, entraîneurs, dirigeants, proches, ils sont une quarantaine attablés pour ce repas de fin d'année. Manque à l'appel l'équipe première, tout juste promue en CFA ; ceux-là sont en vacances. « Ce devait être une fête » , situe Pierre Fichter. Jusqu'à ce que le président du FC Saint-Louis Neuweg aperçoive Djibril.

Dix minutes d'exclusion, une engueulade et une licence retirée


En mars dernier, Djibril, 20 ans, joueur de l'équipe 3 à Saint-Louis (dans l'avant-dernier échelon du foot français), s'emporte auprès de l'arbitre en plein match : dix minutes d'exclusion pour lui. Sur le bord du terrain, Pierre Fichter, 53 ans, à la tête du club depuis six ans, fait la leçon au jeune homme : « T'es pas digne du club ! » , avant que celui-ci ne lui rétorque « T'as rien à m'dire ! » Les décibels montent et le président enjambe la barrière pour s'expliquer en tête à tête. Littéralement front contre front. Une engueulade musclée qui ne s'arrête pas là : le président file au vestiaire confisquer la licence de Djibril. Ce dernier est exclu du club sur le champ, deux saisons et demi après son arrivée.

Alors, quand Pierre Fichter entrevoit Djibril à l'autre bout du restaurant, avec ses anciens coéquipiers, il a deux mots à lui dire : « Je lui ai demandé gentiment de partir, il n'était pas invité » - selon d'autres sources, c'était sur un ton autrement moins cordial : « Qu'est-ce que tu fous ici ? Dégage ! » Djibril ne bouge pas de sa chaise : « Comme j'ai participé à la montée de l'équipe 3, le bras droit du président m'avait proposé de venir au dîner.  » Pierre Fichter va alors chercher le témoin en question, Michel Peter… qui nie en bloc. Les proches de Djibril proposent de régler la note, en vain. « À ce moment-là, le ton est monté, le président lui a crié dessus  » , assure un joueur présent aux premières loges. Les autres tables ne prêtent pas encore attention à la dispute, avant le casus belli de la soirée : une assiette volante.

De la salade, du Coca et des pâtes à la sauce tomate


Le président reçoit de la salade en pleine figure. Ensuite, ce sont des récits discordants. Pierre Fichter, version une, sur le site du journal Dernières Nouvelles d'Alsace : « J'ai esquivé un premier coup de poing, puis ils me sont tombés dessus à douze ou quinze, comme un essaim d'abeilles. J'en ai pris partout, dans le ventre, sur la tempe aussi. J'ai vu flou un moment ; c'était de la folie. On aurait dit des bêtes, il ne leur manquait plus que la bave. » Pierre Fichter, version deux, pour So Foot : « [Djibril] m'a dit : "On vous tuera tous. Connard, je fais ce que je veux." (…) J'ai reçu un coup de poing, il m'ont roué de coup à dix ou douze. Mais c'était très rapide, ça a duré peut-être deux secondes. Michel Peter et le directeur du restaurant sont intervenus. J'ai quand même pris un coup de pied dans l'œil et un hématome à la tête, ce qui m'a valu trois jours d'ITT (incapacité temporaire de travail). »

«  Poussé au sol » auparavant par Pierre Fichter, Djibril prétend qu'il n'a rien vu à cause de la foule amassée devant lui. Mais il réfute radicalement les mots que lui prête le patron du club. « Quand ça a dégénéré, je n'ai pas cherché à comprendre, je suis sorti de la pizzeria rejoindre la voiture, rembobine l'étudiant. On est reparti avec mon frère et mon cousin. J'avais juste eu le temps de boire un verre de Coca, on est rentrés pour manger. (…) Le pire c'est que je m'étais excusé auprès de lui il y a quelques mois quand on s'était croisés dans une épicerie de la ville. On s'était même serrés la main. » La police arrive au restaurant, le soufflé est retombé. Comme la majorités des convives, Fabian* a finalement pu s'attaquer aux pâtes à la sauce tomate cuisinées par le chef. Mais lui aussi dément les propos de Pierre Fichter, retranscris dans la presse locale : « Des jeunes ont bousculé le président, il y a eu des échanges de coups avec les dirigeants, mais ça ne concernait pas plus de deux ou trois joueurs. » « Dans ces cas-là, difficile de savoir qui essaye de séparer ou d'envenimer les choses » , synthétise une autre source interne au club.

« Autoritaire » , « dictatorial » , « il ne connaît rien au ballon »


Quand nous contactons le restaurant, quelques jours plus tard, le patron est parti en vacances ; l'employée, quant à elle, ne veut pas « remuer l'affaire » . L'entraîneur de l'équipe assure poliment que « la situation devrait bientôt s'éclaircir » . La secrétaire du club n'est pas plus loquace : « La vérité est dans les Dernières Nouvelles d'Alsace » . Le fait est que, depuis, le président a décidé de démissionner de son poste : « Je suis tombé sur le cul. Ma décision est irrévocable. Après tout, je ne suis qu'un simple paysan.  » Un paysan ? En fait, Pierre Fichter dirige Capi, une entreprise de sécurité, sponsor du FC Saint-Louis. Si, à l'image de l'ensemble du comité démissionnaire, les membres de ce club «  sans tension » selon un ancien de la maison sont solidaires de leur patron, ce n'est pas l'opinion générale. « Autoritaire » , « dictatorial  » , « il ne connaît rien au ballon » : voilà pour les tacles bien appuyés envers l'ancien libéro.

« C'est un bosseur, mais cela arrive qu'il empiète sur le travail des coachs, note Fabian. Avant les matchs, à la mi-temps, à la fin, il est tout le temps dans le vestiaire. » Est-ce que les entraîneurs laissent faire ? « Ils n'ont pas le choix. » De son côté, un des éducateurs regrette « un manque de considération » quand il ne s'agit pas de l'équipe première - qui pousse de nombreux licenciés à mettre les voiles vers Hégenheim, le club voisin. A contrario, Pierre Fichter souligne « un travail de fond. En six ans, on est passé d'un budget de 200 000 à 900 000 euros. » La CFA, il l'avait en ligne de mire depuis longtemps, mais ce sera finalement sans lui. Si les neuf membres du comité sont, eux, revenus sur leur décision initiale, Robert Schnerberger, ex-responsable partenariats au sein du club, a été nommé à la présidence en intérim jusqu'en novembre. Paradoxe, alors que celui qui l'avait exclu du FC Saint-Louis n'est plus là, Djibril veut également tourner la page. « Je n'ai pas envie de revenir, c'est trop pesant » , explique-t-il. En attendant les résultats de l'enquête, il se murmure que deux personnes se présenteront au tribunal à partir de novembre prochain, sous la menace d'une amende à trois chiffres. Ce serait donc loin des « douze ou quinze personnes » , à qui il ne « manquait plus que la bave » .

Par Florian Lefèvre Tous propos recueillis par FL, sauf mention
* Sur demande des intéressés, les prénoms ont été modifiés.
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

C'est inadmissible de voir cela ! Je comprend pourquoi de plus en plus de jeune se tournent vers d autre sport ! Sacré Djibril , toujours les meme ...
Note : 5
Ouais des sports comme le rugby où on retrouve toutes les "valeurs" du terroir.

Ahlala on en lit des conneries.
Note : 11
J'attendais un article plus poussé depuis la brève d'il y a quelques jours, merci.
Versions différentes, on ne peut pas vraiment savoir ce qui s'est réellement passé mais l'auteur semble avoir pris un parti clair et net.

La fin de l'article pue, on dirait une charge contre le président "autoritaire". En France, pays où l'autorité est un punching ball et le respect du au supérieur un fantasme, être autoritaire est une faute, voire un crime contre l'humanité. Et comme il démissionne, autant retourner sa veste et tout lui mettre sur le dos, comme les membres du comité, façon "on va tout mettre sous le tapis et ne plus jamais en parler". Pratique.

Si on regarde les faits :
- les coups que ce type a pris ne sont pas venus du saint esprit, donc il y a quand même eu baston ou au moins quelques coups ou chaises envoyés.
- que sont venus faire le frère et le cousin au restaurant, ils étaient invités aussi?
- le président organise, Djibril n'est pas invité par lui, donc il n'a rien à y faire. On invite pas des gens quand on organise pas. Surtout quand on a été viré par le club avant. Venir à cette soirée en disant "j'y ai participé" alors qu'il a été viré par le club, si c'est pas se foutre de la gueule du monde, c'est quoi?
Hasta_Siempre Niveau : DHR
C'est gratuit mais il a quand même une tête à fréquenter assidûment la Fistinière
Note : 3
Message posté par toof11
Si on regarde les faits :
- les coups que ce type a pris ne sont pas venus du saint esprit, donc il y a quand même eu baston ou au moins quelques coups ou chaises envoyés.
- que sont venus faire le frère et le cousin au restaurant, ils étaient invités aussi?
- le président organise, Djibril n'est pas invité par lui, donc il n'a rien à y faire. On invite pas des gens quand on organise pas. Surtout quand on a été viré par le club avant. Venir à cette soirée en disant "j'y ai participé" alors qu'il a été viré par le club, si c'est pas se foutre de la gueule du monde, c'est quoi?


- Peut être que son frère et son cousin sont licenciés du club
C'est la verité , c est triste de voir que le "plus beau sport du monde" soit mal vu à cause de faits comme as
HernánCrespo Niveau : DHR
Hahahaha pas mal, je lis un article sur ST-Louis dans SoFoot, juste incroyable le délire. Bisou d'Australie.
Pour bien connaitre l'alsace, notamment à travers moultes reportages diffusés sur TF1, ce genre de comportement ne m'etonne pas!
Juju la Terreur Niveau : DHR
Message posté par Hasta_Siempre
C'est gratuit mais il a quand même une tête à fréquenter assidûment la Fistinière


@ Hasta_Siempre,

Je ne l'ai jamais croisé.
Note : -1
Mardi dernier je me suis embrouille avec mon pote Thom sur le terrain, vous voudriez pas faire un article dessus ?
Ehrmantraut Niveau : Loisir
Message posté par VKbougnat
PAS D'AMALGAMES SVP.


Je pense même que les plus bienpensants du monde n'ont jamais pensé à autre chose qu'un Djibril ou Momo en tant "qu'intervenant"...
Sawasdee Krap de Thailande,

Plus calme ici lol ....
Jean-Marcel Colissimo Niveau : DHR
Message posté par Hasta_Siempre
C'est gratuit mais il a quand même une tête à fréquenter assidûment la Fistinière


Ahah carrément. Ptin ce truc c'est un pote qui m'a montré un reportage là dessus sur youtube, au début je pensais que les types déconnaient et que c'était un fake mais non, ces mecs sont grave atteint mentalement.
Message posté par toof11
J'attendais un article plus poussé depuis la brève d'il y a quelques jours, merci.
Versions différentes, on ne peut pas vraiment savoir ce qui s'est réellement passé mais l'auteur semble avoir pris un parti clair et net.

La fin de l'article pue, on dirait une charge contre le président "autoritaire". En France, pays où l'autorité est un punching ball et le respect du au supérieur un fantasme, être autoritaire est une faute, voire un crime contre l'humanité. Et comme il démissionne, autant retourner sa veste et tout lui mettre sur le dos, comme les membres du comité, façon "on va tout mettre sous le tapis et ne plus jamais en parler". Pratique.

Si on regarde les faits :
- les coups que ce type a pris ne sont pas venus du saint esprit, donc il y a quand même eu baston ou au moins quelques coups ou chaises envoyés.
- que sont venus faire le frère et le cousin au restaurant, ils étaient invités aussi?
- le président organise, Djibril n'est pas invité par lui, donc il n'a rien à y faire. On invite pas des gens quand on organise pas. Surtout quand on a été viré par le club avant. Venir à cette soirée en disant "j'y ai participé" alors qu'il a été viré par le club, si c'est pas se foutre de la gueule du monde, c'est quoi?


Pour bien connaitre le coin, et l'univers foot qui va avec, je tiens à préciser que l'ambiance est assez raciste dans le sundgau, c'est palpable et bien présent notamment à St Louis. Les meilleurs joueurs sont, comme partout, bien souvent issus en majorité des quartiers populaires, donc soit italiens soit d'Afrique du Nord pour le Haut Rhin (je schématise), et on voit encore régulièrement, en 2015, des choses difficilement tolérables au bord des terrains. Comme refuser de donner de l'eau après un match amical, justement à l'équipe 3 de St Louis composée en grande partie de musulmans. Je l'ai vu de mes yeux et m'y suis évidemment opposé.
Par expérience, je me méfie des versions "officielles" relayées par les différents journaux, pas touche aux notables. Et même si "Djibril" ne doit pas être innocent, on peut raisonnablement penser que les 2 parties ont des torts.
lomenphan Niveau : DHR
Message posté par toof11
J'attendais un article plus poussé depuis la brève d'il y a quelques jours, merci.
Versions différentes, on ne peut pas vraiment savoir ce qui s'est réellement passé mais l'auteur semble avoir pris un parti clair et net.

La fin de l'article pue, on dirait une charge contre le président "autoritaire". En France, pays où l'autorité est un punching ball et le respect du au supérieur un fantasme, être autoritaire est une faute, voire un crime contre l'humanité. Et comme il démissionne, autant retourner sa veste et tout lui mettre sur le dos, comme les membres du comité, façon "on va tout mettre sous le tapis et ne plus jamais en parler". Pratique.

Si on regarde les faits :
- les coups que ce type a pris ne sont pas venus du saint esprit, donc il y a quand même eu baston ou au moins quelques coups ou chaises envoyés.
- que sont venus faire le frère et le cousin au restaurant, ils étaient invités aussi?
- le président organise, Djibril n'est pas invité par lui, donc il n'a rien à y faire. On invite pas des gens quand on organise pas. Surtout quand on a été viré par le club avant. Venir à cette soirée en disant "j'y ai participé" alors qu'il a été viré par le club, si c'est pas se foutre de la gueule du monde, c'est quoi?


le ton de l'article est plutôt "Il y a eu une dispute, une bagarre s'en ai suivi entre deux trois jeunes et un vieux qui l'aurait provoqué, au final le président est le seul à avoir démissionné".

Juste l'auteur a bien tenu à montrer que le président ne s'est pas fait lynché par 15 personnes sans raison et qu'il n'est pas tout à fait blanc comme neige. Il a eu le mérite d'être allé voir tous les protagonistes.
C'est quand même un sacré con Pierre. Déjà la façon dont il a lynché Djibril. Puis au repas c'était pas des amabilités qu'ils servaient. Puis 12, lol, y'avait surtout une dizaine de personne pour séparé. 3 jours d'ITT on les donnes comme on donnerai du pain aux oiseaux, rien d'exceptionnel. Il a bien fait de démissioner, effectivement, il ne connait rien au ballon.
Redondo minot Niveau : Loisir
Message posté par lomenphan


le ton de l'article est plutôt "Il y a eu une dispute, une bagarre s'en ai suivi entre deux trois jeunes et un vieux qui l'aurait provoqué, au final le président est le seul à avoir démissionné".

Juste l'auteur a bien tenu à montrer que le président ne s'est pas fait lynché par 15 personnes sans raison et qu'il n'est pas tout à fait blanc comme neige. Il a eu le mérite d'être allé voir tous les protagonistes.


Voilà c'est comme les types de Charlie ils l'ont bien cherché.
Redondo minot Niveau : Loisir
Ce pays est merveilleux.

Ben Arfa se fait lyncher, diffamer, insulter, déshonoré sans aucune raison valable, personne n'y voit le fond de racisme pourtant évident.

Une bande de bêtes sauvages tabassent à 3,4 ou 12 contre 1, vous vous mettez en position levrette en espérant que ça fera moins mal et vous leur trouvez des circonstances atténuantes "oui mais tu comprends c'est la racisme kikou".

Je crois vraiment que la lâcheté et l'instinct de collaboration sont inscrits dans notre patrimoine génétique, ça transparait même dans les coms d'un article, c'est assez fascinant sur le plan sociologique, avec toujours la bonne excuse des gens qui veulent "comprendre" ha ha.

On ne comprends pas les barbares on les abat.
En lisant dîner du club, j'ai imaginé Djibril lancé:
"C'est l'histoire d'un mec qui fait de la prison pour un viol qu'il n'a pas commis...ASSEYEZ VOUS PRESIDENT VOUS SEREZ MIEUX POUR RIGOLER..."

Les cinéphiles reconnaitrons!
Partenaires
Logo FOOT.fr Olive & Tom
802 20