FC Köln : Génération face de bouc

Mais où donc va le FC Cologne ? Club mythique de la Bundesliga, victorieux du 1er championnat officiel lors de la saison 1963-64, l'équipe de Nord-Rhein Westfalien, actuellement 13ème du championnat, lutte pour retrouver son luxe d'antan.

Modififié
0 3
« Voulez vous devenir Champion d'Allemagne avec moi ? »

La légende dit que c'est à Köln que la Bundesliga moderne s'est inventée. Bien sûr, les mauvaises langues diront que seuls les habitants de la 4ème plus grande ville d'Allemagne défendent cette thèse. Mais c'est bien sous la houlette de Franz Kremer, premier président du club, et dans ses bureaux que l'impulsion fut donnée. Le slogan du patriarche était le suivant : « Voulez vous devenir Champion d'Allemagne avec moi ? » . C'est sur cette formule, électoraliste et populiste, que le FC Köln remporta le Meisterschale en 1964 avant de récidiver en 1978 avec un magnifique doublé coupe-championnat. Rahn, Schnellinger, Allofs, Fischer, Hässler, Illgner, Steiner, Littbarski, Bonhof, Overath, Müller, Flohe, Schumacher, sans oublier les Danois Elkjaer Larsen et Olsen. Tous ont porté le maillot des "Geissbocker", des Boucs ! En 1986, au Mexique, l'irascible Rummenigge s'épanchait dans la presse sur la "mafia de Köln", le "clan" des joueurs de Cologne, responsables, selon lui, de ses problèmes de genoux ! Et en 1990, en Nationalmannschaft, les Rot-Weissen pouvaient se prévaloir d'être le second plus gros effectif représenté derrière l'inamovible Bayern München !

L'histoire est belle : à Köln, le carnaval se danse aussi bien dans le stade qu'au-delà de ses murs. La fête est totale, surtout qu'il s'agit de se moquer de la Prusse, de sa domination outrancière et de sa rigidité comique. Comique ? 9 mois après le "Karnaval", on se pose toujours les mêmes questions, on vit toujours les mêmes drames : mais de qui est cet enfant ? Qui est le père ? Quel est ce Bubi, ce garnement, conçu dans les vapeurs d'alcool ! Mais restons altier : N'oublions pas la principale attraction : c'est en effet en 1950 que La Reine du Carnaval, Carola Williams née Althoff offrit un bouc au club du FC Köln. Celui-ci deviendra vite l'emblème et la mascotte du club. Le nom fut aussitôt trouvé : Hennes en hommage au prénom de Weisweiler le mythique...A chaque début de match le bouc, revêtu de sa cape aux couleurs locales, représente fièrement la huitième génération de sa lignée. Il vient brouter l'herbe verte du rectangle, y urinant éperdument. Pas besoin d'arroser la pelouse, Hennes VIII s'en charge ! Une cérémonie païenne par excellence relayée par les haut-parleurs bêlants du stade ! Pas de corbeaux au RheinEnergieStadion !

« Aucun sentiment d'appartenance » "

29ème journée de Bundesliga, l'équipe se prend une nouvelle raclée à domicile contre les jambons du Hertha. Le FC Cologne prend l'Eau et Le projet mené par le Président Overath, nom de code, "Rückkehr zu alter Stärke "retour à la puissance d'antan" a du plomb dans le jarret. Incapable de remporter un match à domicile depuis le 20 décembre dernier, l'effectif subit les critiques de toutes parts. D'abord le public, 50 000 âmes, l'un des plus "shows" d'Allemagne, siffle les joueurs à chaque nouvelle prestation désastreuse. Et dire que lors du sulfureux derby contre les voisins de Mönchengladbach, ils étaient encore 20 000 dehors trépignant d'impatience devant un stade dégorgeant déjà son trop plein ! Le "Prinz Poldi" est le bouc émissaire en chef ! Oui, Lukas Podolski sacré roi du Carnaval puisque recordman absolu en Bundesliga du temps de jeu passé sur un terrain sans marquer de but ! C'est pour lui le retour le plus abrupt qui soit au bercail, lui l'enfant du pays. Le vénérable Udo Lattek lui assène : « Il ne sait pas transmettre l'amour du club » . On réclame des têtes, les Portugais Petit et Maniche ainsi que le Camerounais Womé sont désignés. En clair les gros salaires, ceux qui émargent à 2 millions d'euros annuel polarisent les critiques. Et l'on s'interroge sur le bien-fondé des 10 millions d'euros déboursés à l'intersaison pour Podolski en provenance du Bayern München. Udo Lattek encore : « Il y a trop de joueurs dans cette équipe qui se foutent du fait que le club de Köln descende, ils n'ont aucun sentiment d'appartenance » . Le manager Michael Meier s'emporte : « Les joueurs palpent beaucoup de pognon, en retour ils doivent aussi savoir donner ! » .

Au-delà des problèmes sportifs c'est aussi la crédibilité financière qui est en jeu. Les lignes de crédit s'amoncellent. Une descente serait fatale pour le club. Les émoluments de certains joueurs plombent le compte de résultat. Et comme disait un autre Roi, Otto Rehhagel : « L'argent n'a jamais fait marquer un but ! » . Quant à Michael Meir il prévient : « Il va falloir, à l'issue de la saison, se poser la question de l'engagement de l'effectif » . 30ème journée, le FC Cologne l'emporte à l'extérieur contre le riche "Hoppenheim", Podolski n'a pas marqué, la relégation s'éloigne. Hennes a des problèmes de vessie.

Traduit de l'allemand par Maxime Marchon, source Frankfurter Allgemeine Zeitung

Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Salut Polo
merci pour cet article
toujours tres interessant de te lire
Très intéressantes ces histoires de club, j'aime beaucoup... je remarque qu'il y a beaucoup de folklore autour des clubs Allemands. Un nouvel article très passionnant. Bravo Polo !
bel article

quand j'etais petit ,j'aimais regarder les blasons des equipes . celui de Koln me plaisait bien avec son bouc ! en fait je pensais voir un bouquetin et j'imaginais Koln au pied des montagnes. en grandissant je ne comprenais donc pas pourquoi ce bouc
tes articles sont vraiment enrichissants,bravo

Cologne prend l'Eau ! c'est bon çà !

sais tu que la veritable Eau de Cologne ,on la doit à un italien immigré à Koln au 18eme siecle? '( et non ,ce n'etait pas une pleureuse)

Fc Koln : que de souvenirs de grands joueurs !!! Tomasino Haessler,Littbarski ,les plus belles jambes arquées d'Europe ,Allofs ,Fisher (vice champion du monde en 82 ),et le bison Larssen qui a fait le bonheur de l'Hellas Verone !!!
Danke
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Paris éteint Quevilly
0 3