1. // Rétro
  2. // 10 ans de football vus par So Foot
  3. // Équipe de l'année 2008/2009

FC Barcelone, a fucking grace

2008-2009 est une année orgiaque pour le club catalan, une année placée sous le signe du Pep et du sextuplé. Une année en forme de fête, qui a ravi le monde entier, et pas mal énervé le reste.

Modififié
852 65
La saison 2008-2009 du FC Barcelone commence par un gros changement dans la continuité. Mieux, dans la tradition. Pour succéder à Frank Riijkard, à sa tête depuis 5 ans, le plus qu'un club choisit Pep Guardiola. Son ancien cerveau sur le terrain, le 4 de la Dream Team de Cruijff, ok ok, mais un novice sur le banc. Résultat ? Un sextuplé unique dans l'histoire du football. Ligue des champions, championnat d'Espagne, Coupe du Roi, Supercoupe d'Europe, Supercoupe d'Espagne et Coupe du monde des clubs. Une impression de domination rarement vue à ce niveau. Une qualité de jeu très rarement atteinte, mais également une polémique comme on en fait peu, suite à ce fameux duel contre Chelsea en demi-finales de la Champions. Bref, une saison pleine. Toutes compétitions confondues, le bilan du Mes est le suivant : 42 victoires, 12 nuls et 5 défaites ; 156 buts inscrits pour 52 buts encaissés. Ouf.

En début de saison, Guardiola tranche dans le vif et décide de se séparer de Deco (vendu à Chelsea) et Ronaldinho (au Milan). Eto'o est à deux doigts de quitter le club. Mais non. Le rejoignent Dani Alves et Seydou Keita from Séville, Piqué de retour de sa purge à United, Hleb depuis Arsenal, Cáceres de Villarreal. Et puis Pep fait monter trois jeunes de la Masia : Pedro, Víctor Sánchez, et un certain Sergio Busquets (dit aussi Lulu les grandes guiboles). La saison démarre pourtant moyennement, avec une défaite contre Numencia et un nul tout piteux contre Satander. Guardiola est déjà discuté. Mais ensuite, son équipe enchaîne comme Froom dans le Ventoux ; des victoires à la pelle, et déjà 34 buts plantés à la dixième journée. Le Barça est vite sacré champion d'hiver avec 50 points sur 57 possibles (16 victoires, 2 nuls et 1 défaite), battant ainsi le record absolu de points à mi-saison, jusque-là détenu par le Real Madrid lors de la saison 2007-2008. Il bat également le record de victoires consécutives à l'extérieur avec 8 en championnat et 13 en tout. L'équipe marque plus de 3 buts par match de moyenne en championnat (65 buts en 21 matchs). Lionel Messi est à la mi-saison à 21 buts en 24 rencontres. Messi qui, d'ailleurs, inscrit le 5000e but de l'histoire du Barça, le 1er février 2009, en entrant à la 58e minute et en claquant un doublé, alors que l'équipe est menée 1-0 à Santander.

Youtube

Entre-temps, début décembre, le club s'est farci Estudiantes en finale de la Coupe du monde des clubs. Mené 1-0, le FCB revient d'abord grâce à Pedro, puis arrache le trophée sur un but de Messi dans les arrêts de jeu.

Youtube

Et en Champions, c'est la même musique. Des poules peinardes, un petit accroc 1-1 à l'aller, à Gerland, puis un 5-2 dans la bouche de Lyon lors du huitième de finale retour. En quarts, le Barça reçoit dès l'aller, et le Bayern s'en prend quatre dans la poire. L'impression d'être intouchable n'a pas été aussi forte depuis les chevaliers d'or. Le 2 mai, c'est le Clásico. Tu parles d'un Clásico. Doublé de Titi, doublé de Messi, bim bam boum, et un 6-2 qui s'abat comme un avion de chasse sur la Maison Blanche.

Youtube

À quatre journées de la fin de la Liga, le Barça a sept points d'avance, et le Real n'avait pas encaissé six buts à domicile depuis les années 30.

6 mai 2009, Stamford Bridge. Demi-finale de la Ligue des champions, 93e minute de jeu. On clique.


On se rassoit, merci. La folie.

Youtube

Chacun son avis, mais une chose est certaine, ce Barça vit une saison historique. Le 1er mai, bingo pour une vingt-cinquième Coupe du Roi face à l'Athletic Bilbao, onze ans après sa dernière victoire. En réponse au précoce but de Toquero, le Barça joue à Puissance 4 : un pion de Yaya, un de Leo, un de Bojan et le dernier de Xavi pour gagner la partie. Arrivent le 27 mai, et la finale de Ligue des champions. Arrive Manchester. Repart le Barça. Eto'o dès la dixième, puis la soixante-dixième et ce but de la tête de Messi, perché entre Vidić et Ferdinand.


Tout au long de cette historique saison, Pep aura remis au goût du jour le mythique football total inspiré par Cruijff et ses orange mécaniques. Pressing, engagement, récupération, fluidité, fluidité, fluidité. Et un niveau de technique quasiment jamais vu sur un terrain de foot. Une domination totale, une balle toujours catalane. Sans arrêt, sans accroc, sans perte de balle. Une saison passée à démontrer son savoir-faire, et à écouter les louanges de toute la planète foot, les critiques des haters du reste du monde. Une partition maîtrisée à la perfection, peut-être même trop. L'homme sage qu'est l'un d'entre nous le dit lui-même : le mieux est l'ennemi du bien. Mais l'homme singe que nous sommes tous ne peut que reconnaître la qualité supérieure de cette équipe pour qui tout paraît simple, si simple, que cela ne peut que relever du génie.

La méthode Pep marche si bien que le seul reproche qu'on peut alors lui formuler est un comble : celui de trop dominer son sujet et ses rencontres. Au point qu'il ne s'agisse plus de matchs de football, mais de représentations théâtrales d'une équipe sans égal, opposition, ni partage. Cette année-là, et pour sa première saison, l'élève a fait mieux que le maître, si Johan Cruijff avait créé le football total, Pep a inventé le foot totalitaire. Dès 2009, il était évident qu'il allait partir en Bavière.

Par Simon Capelli-Welter
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

C'est clair que cette année-là, le Barça ne touchait plus terre!
J'avais oublié les claques reçues par le Real et Lyon (entre autres)
derIngenieur Niveau : CFA
Note : 15
C'était pas mal, mais la chute douteuse, on s'en passe !
Note : 6
C'est clair que ce retour à Stamford Bridge ça pique "viol"emment. Ceci dit, malgré les bourdes d'arbitrage, on a vu deux pions de salaud!
J'aime pas vraiment le Barça, mais ce but de Messi contre Manchester de la tête alors qu'il a Ferdinand et Vidic au marquage, c'est sale.
Cetait 1 an après Estudiantes..
el peruano loco Niveau : Ligue 2
Note : 6
So Foot et le second degré.... Attention à vos chutes d'articles. Des fois c'est bien mais là une chute avec totalitarisme, football et Bavière... Boff Boff comme comme quoi Hitler en a marqué quelques un.... :(
Le Barça le plus sexy de l'ère Guardiola à mon humble avis ...
Garrincha7 Niveau : CFA2
Putain* je l'avais pas senti venir la dernière phrase... Mais ça m'a fait sourire quand même.
"It's a fucking Disgrace"
Voilà la phrase qui a rendu de nombreux supporters Barçaphobe..
La France n'aime pas les gens qui gagnent, mais a toujours préféré les perdants magnifiques.. (Ex: Poulidor en cyclisme, tous les petits poucets en coupe...).

Depuis, Barcelone et sa domination (aidée ou pas par les arbitres) sont devenus détestés ou adulés, mais le club ne laisse plus indifférent, et c'est surement ça la plus grande réussite de Guardiola.
Marek Hamsik Niveau : National
Note : 6
On parle beaucoup du Liverpool-Milan 3-3, du Man U-Réal de 2003, mais cette demie retour Barcelone-Chelsea était mythique...déjà, l'intensité sur le terrain était juste exceptionnelle, on sentait les 22 acteurs transcendés par l'enjeu. Des occasions à foison, des tacles désespérés, des duels acharnés... Sans parler des buts, magnifiques tous les deux, notamment cette volée du gauche d'Essien absolument superbe. Et pour finir, l'action dramatique exacerbée par l'arbitre et ses décisions douteuses, et ces images de Ballack le poursuivant sur 30 mètres...

Vraiment, un match historique, même si ce soir la, j'aurais aimé que Chelsea gagne.
Pour jouer le championnat du monde des clubs il faut d'abord gagner la ligue des champions. Estudiantes c'est en décembre 2009. Barça mené presque jusqu'à la fin (but de Boselli). Pedro égalise en fin de match et Messi marque en prolongation.
Piqué et henry font l'amour ou quoi?
Message posté par Auguste

J'avais oublié les claques reçues par le Real et Lyon (entre autres)


Et n'oublie pas le Bayern qui s'était fait découper comme un jambon (oui, ça fait du bien de le dire maintenant).

Sinon, la CDM des clubs, c'était en 2009-2010 comme dit plus haut.
On est sur So Foot, on adore l'humour, tourner toujours tout à la dérision, on ne se prends pas au sérieux ...mais il y a des sujets, des thèmes (et des chutes d'articles) que l'on ne peut pas tolérer et cautionner éternellement
Bordelais33800 Niveau : Loisir
Au risque d'en vexer, la chute est excellente!!!! J'ai bien ri!
Le second degré les amis, le second degré!
derIngenieur Niveau : CFA
Note : -3
Un jour, je vais me faire ta copine, et tu devras le prendre au second degré.

Et ceci est à prendre au second degré.

Bref, il a le dos large le second degré !
Benito-Bx Niveau : CFA
Note : 1
C'est quand même dingue de dire chacun sont avis en parlant de la demi-finale Chelsea-Fc Barcelone...

Je veux bien que ce soit un article pour mettre en lumière la valeur du Barça cette année mais "chacun son avis" faut pas pousser.

Ce match avec un arbitre impartial ou compétent se finit en 4-1 pour Chelsea avec 3 pénaltys minimum et ça aurait été un gros accro dans une si parfaite saison...
Message posté par Auguste
On est sur So Foot, on adore l'humour, tourner toujours tout à la dérision, on ne se prends pas au sérieux ...mais il y a des sujets, des thèmes (et des chutes d'articles) que l'on ne peut pas tolérer et cautionner éternellement


Hey Auguste la LICRA recrute
nononoway Niveau : CFA
Barcelone - Estudiantes c'était en décembre 2009, pas décembre 2008.
Wewantashrubbery Niveau : DHR
Putain, la chute est dantesque, j'adore !
Perso ce qui me gêne/gênait avec cette équipe ce n'est/était pas leurs victoires mais leur système de passe à dix horripilant, assorti de ses têtes à claques et pleureuses, Busquets en tête. Grande équipe sinon, c'est indéniable. J'avais été assez choqué par leur victoire contre MU en finale, l'impuissance incarnée.
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
852 65