En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 4 Résultats Classements Options
  1. //
  2. // Ce qu'il faut retenir de la 1re journée

Faux départs pour la Juve, la Roma et Naples

Malgré de nombreuses, nouvelles et belles recrues, les grosses écuries ont plutôt galéré. La Roma ne s'est pas montrée du tout inspirée, la Juve en manque d'armes offensives et le Milan à côté de ses pompes. Seules la Lazio, la Samp et la Fiorentina ont retrouvé le bureau avec le sourire.

Modififié

L'analyse définitive

Les deux gros poissons de Serie A ont calé d'entrée. Manques cruels d'automatismes et de rythmes. Et phénomène rare dans un championnat : la deuxième journée est un duel entre les deux premiers du dernier championnat. Autant dire que ça va saigner et que le vainqueur de ce face-à-face prendra un ascendant psychologique non négligeable pour la suite. Même s'il y a toujours la possibilité d'un nul…

L'équipe de la journée

Ils ont perdu leur maître à penser durant les vacances, mais pas leur fougue. La Sampdoria, même si ce n'est que Carpi en face, a passé cinq buts en 22 minutes. Un doublé d'Eder, de Muriel et le coup de grâce de Fernando. Walter Zenga rassure d'ores et déjà les perplexes.

L'homme de cette journée : Cyril Théréau

Une action, une frappe cadrée, un but. Parfois le foot, c'est aussi simple que ça. Alors que l'Udinese subit les assauts fébriles de la Juve pendant 90 minutes, le Français convertit la seule vraie occasion du match pour les Frioulans : un centre au second poteau pas si évident que Cyril place entre les jambes de Buffon. Facile. Ou écœurant. Ça dépend du point de vue.

Vous avez raté Frosinone - Torino (et vous avez presque bien fait)

Pour leur premier match en Serie A, Frosinone a ouvert le score en début de match et nous a laissé croire pendant une petite heure qu'il pouvait tenir cet avantage. Et puis Quagliarella et Baselli sont passés par là et ont bousillé tous nos rêves d'ascension sociale fulgurante.

L'action de la journée

Pour bien comprendre toute la beauté de cette action, il faut connaître son contexte. L'Inter a confisqué le ballon, poussé tout le match, joué plus de vingt minutes en supériorité numérique et a frappé une quinzaine de fois aux cages, et ce, pendant 93 minutes. Et là, sorti de nulle part, Jovetić, la seule recrue de ce mercato à avoir un tant soit peu brillé, sort une merveille de frappe. L'extase.

Ils ont dit

« Il n'y a pas eu de match en deuxième mi-temps. C'est tout à l'honneur de la Fiorentina. » Mihajlović, nouvel entraîneur du Milan AC, lucide après la défaite 2-0 de son équipe d'une fadeur extrême.

« J'espère que mon équipe sera meilleure, surtout mentalement. » Maurizio Sarri, nouvel entraîneur du Napoli, lucide après la défaite 2–1 de son équipe d'une fragilité déconcertante.

« On ne mérite pas la défaite. » Max Allegri, amer.

« Si on avait joué à armes égales, ça aurait peut-être fini différemment. À onze contre onze, on était bien et on a même pris quelques risques. Le carton rouge a complètement changé une partie dans laquelle nous étions bien. » Edy Reja, coach de l'Atalanta, à deux doigts d'en mettre plein la gueule à l'arbitre.

« Le début de saison est toujours compliqué et l'Inter a encore besoin de temps. » Mancini, un an après, alors qu'il vient de gagner, temporise encore et toujours.

La polémique de la machine à café

A-t-on le droit de sortir une légende quand rien ne va ?


66e minute de jeu. La Roma rame dans la boue, son jeu est brouillon et elle perd 1–0. Rudi Garcia prend alors une décision couillue. Il sort De Rossi pour faire entrer Keita. L'emblème du club s'énerve et casse une bouteille en plastique sur le banc. Jusque-là, rien d'anormal, ça arrive. Sauf que cette réaction soulève une question primordiale : le statut d'un joueur passe-t-il au-dessus de son niveau du jour ? Certes, ce n'était pas le plus mauvais sur le terrain, mais il faut parfois créer un électrochoc. Qu'importe la manière. Et avec pas mal de réussite, c'est exactement ce qui s'est passé pour la Louve. Florenzi a marqué la seconde d'après. Rudi Garcia a donc démontré qu'un entraîneur pouvait sortir n'importe qui. À condition que l'avenir lui donne raison.

Dolce Vita

Mattia Destro et Marco Di Vaio dans une voiture. Ou comment rendre les supporters de Bologne totalement hystériques. Mais bon, ça n'a rien changé face à la Lazio. Les Romains ont dominé la rencontre de long en large et Destro, entré en fin de match, n'a rien pu y faire.

Le tweet

D'ailleurs, Stefano Mauri n'était même pas sur la feuille de match alors qu'il a annoncé son retour au club. Mais il a bien suivi le match...

La stat inutile

3. Comme le nombre de cartons rouges pour cette première journée. Ivan de la Sampdoria, Carmona de Bergame et Ely du Milan. Agressifs.

Par Ugo Bocchi
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



il y a 4 heures Une ex-formatrice défonce la goal-line technology (via Brut Sport)
il y a 6 heures Quand Ronaldo planquait de la bière 44 il y a 7 heures Dupraz quitte le TFC 123 il y a 8 heures Robinho en route vers Sivasspor 55 il y a 11 heures Un supporter arrêté après avoir uriné dans la bouteille du gardien adverse 18
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
Hier à 17:15 La double fracture de McCarthy 4 Hier à 16:45 Pablo Aimar va (re)faire ses adieux 8 Hier à 16:05 Un gardien espagnol marque de 60 mètres 7