1. // Cérémonie Ballon d'or 2013

Faut-il forcément soutenir Ribéry quand on est français ?

À quelques heures de la nomination du Ballon d'or, nombreuses sont les voix qui s'élèvent pour appeler au soutien de Franck Ribéry avec un argument imparable : la fibre patriotique. Vraiment ?

Modififié
14 55
Ce soir, la France retient son souffle et à les yeux rivés vers Zurich. Ce soir, un de siens peut devenir son cinquième représentant à remporter le Ballon d'or. Ce soir, nous sommes tous un peu des enfants de Boulogne-sur-Mer, tous réunis derrière Franck Ribéry. L’union nationale serait à l’ordre du jour. Ils ont été plusieurs à le réclamer, le soutien infaillible de la nation à Franck Ribéry. De Pascal Praud à Zinedine Zidane, en passant par… Vincent Moscato, plusieurs voix, à la légitimité variable, se sont élevées pour appeler à la veine patriotique et clore un débat mort-né : les Français doivent soutenir Ti-Franck et non Messi ou Cristiano Ronaldo. Quitte à en faire une cause nationale.

En arrière-plan, quelques faits d'actualité à l'importance somme toute variable : Mamadou Sakho qui s’incline devant le talent de Ronaldo au grand dam de son partenaire en sélection, une embrouille de couloir avec Gérard Houllier, « coupable » de pas ranger Ribéry dans la même catégorie que CR7 et Messi. C'est peu dire que la présence de Kaiser Franck dans le top 3 de la course au Graal suprême cristallise, embarrasse et interroge. Même l'UNFP, d'habitude dans l'ombre, s'est fendue d'un communiqué de presse loin de sa froideur habituelle : « N’y allons pas par quatre chemins ! L’UNFP n’a pas eu besoin de choisir ou de voter tant le choix s’est imposé à nous. À l’heure où il est de bon ton, y compris en France, de supporter Cristiano Ronaldo au prétexte que Lionel Messi lui a - fort justement ! - soufflé les quatre derniers Ballons d’Or sous le nez, nous sommes - à l’UNFP - tous derrière Franck Ribéry ! » . Une façon de sous-entendre qu'encore une fois, les Français ne savent pas supporter l'un des leurs et de pointer une sorte de faillite patriotique, un récit qui a la vent en poupe.

L'individu avant l'équipe ou la nation

Pourtant, à y regarder de près, le Ballon d'or reste une récompense individuelle dans un sport collectif et n'a à peu de chose près rien à avoir avec un quelconque ressentiment national. Si son existence et sa raison d'être peuvent être discutées inlassablement, elles rappellent juste que le foot est un sport mondialisé où les histoires individuelles dépassent depuis un moment les histoires collectives et où les sportifs construisent davantage son actualité que ses équipes. Le Ballon d'or officialise même le fait que le football peut se résumer à un trophée individuel, hors championnat, hors compétition avec une définition très floue où se mélangent lignes statistiques personnelles et attaches irrationnelles. Franck Ribéry, Cristinao Ronaldo ou Lionel Messi ne sont pas des joueurs français, portugais ou argentins, ce ne sont pas non plus des joueurs du Bayern Munich, du Real Madrid ou du Barça, ce sont des entités individuelles, à mi-chemin entre des storytelling construites et prémâchées et des marques.

De Ch'ti Franck à Francky le lascar, qui est Franck Ribéry ? Du joueur UNICEF à l'autiste endormi, qui est Lionel Messi ? De l'idiot utile du capitalisme à l'homme qui tient sa revanche sur la vie, qui est Cristiano Ronaldo ? Là est le cœur du Ballon d'or, qui fait voter journalistes (en position de juges), sélectionneurs (en position d'évaluateurs) et capitaines des pays membres de la FIFA (en position de confrères). Autant le dire tout net : tout et son contraire. On peut regretter cette dérive qui accompagne le football actuel. Mais pourquoi évoquer à ce moment précis une fibre nationale puisque le Ballon d'or en est finalement le reniement ultime. Pourquoi forcer les Français à aimer un joueur qu’ils auraient le droit dans le fond (pour de bonnes ou de mauvaises raisons) de ne pas apprécier ? Ces appels maladroits, dans la même veine que ceux qui consistent à demander de chanter La Marseillaise, ont le même fond. Un fond passablement absurde et il est amusant de voir comment la patrie est invoquée à tort et à travers pour servir une rhétorique. Comme si le patriotisme devait en fait empêcher l'intelligence collective et individuelle. Le Ballon d'or ? Un bon patriote aurait en fait demandé de juste soutenir Ribéry quand il porte le maillot bleu. Or ce lundi soir, il sera en costard.

par Antoine Mestres
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié

Quand on voit comment TOUS les joueurs du Bayern (meme Robben) sont derrieres Ribeiry, ca répond un peu à la question.
Sur le palmares, Francky mérite. (ou un autre joueur du Bayern). Apres c'est talent individuel (effectivemment les deux autres sont devant) contre Palmares
gregoirelenormand Niveau : DHR
A partir du moment ou ma cher maman n'est pas la soeur de mon cher papa je ne suis pas un enfant de boulogne sur mer desolé.
C'était trop tentant, facile certe, mais trop tentant ;)
Lamine Turgut Niveau : CFA
Moi ce que j'ai adoré dans ces campagnes de soutien, ce sont les déclarations de mecs ou institutions (coucou l'UNFP) qui :

- ne participaient pas au vote et
- après la clôture des votes.

Ou comment allier l'inutile à ... l'inutile.
I_Love_nuggets Niveau : Loisir
En France on est malheureusement l'un des pays les moins patriotiques d'Europe...
Sauf quand on gagne bien entendu!
maisouimaisnondabord Niveau : Loisir
Il faut le soutenir non parce qu'il est français mais parce qu'il faut garder une certaine logique et tradition du ballon d'or. Le meilleur joueur de l'année est celui qui a gagné le plus de trophées pas celui qui est le plus individuel.
ray_mulligan Niveau : CFA2
Je cherche encore la signification de cette phrase : "le Ballon d'Or reste une récompense individuelle dans un sport collectif et n'a pas à peu de chose près rien à avoir un quelconque ressentiment national." Il n'y aurait pas des mots en trop ?!
"Au grand damNE" ? Daaamned !
Après, le Ballon d'Or devient ce que ses votants en font... Personne n'a décrété qu'il récompensait le plus titré, ou le meilleur. Je me souviens d'une année (je crois que c'est en 99) où le journaliste slovène avait mis Zlatko Zahovic en premier...
Donc bon, journaliste ou footballeur pro, les conneries datent pas d'hier !
La meilleure définition serait en fait la même que pour le MVP de NBA : le joueur qui a le plus aidé à faire gagner son équipe (étant donné que son équipe a gagné quelque chose !) Dans ce cas : Ribéry.
Master of footix Niveau : Loisir
Pour ma part, c'est non !
Note : 3
Article co-écrit par Mathieu Faure et les gars de zone mixte, franchement allez voir, ça vaut le coup c'est du grand art
http://zonemixte.20minutes-blogs.fr/arc … .html#more
Ronaldo McDonald's Niveau : CFA2
Ribery 1er du classement journalistes, ce qui veut dire qu'avec l'ancienne formule, il aurait le BO. CQFD.
PhoenixLite Niveau : Loisir
Message posté par gregoirelenormand
A partir du moment ou ma cher maman n'est pas la soeur de mon cher papa je ne suis pas un enfant de boulogne sur mer desolé.
C'était trop tentant, facile certe, mais trop tentant ;)


C'est surtout pas drôle du tout, en fait.
je peux éventuellement le soutenir en termes d'offre de soutien scolaire, mais c'est tout.
Message posté par Azad
https://scontent-b.xx.fbcdn.net/hphotos-ash4/1511106_348229605319419_516965984_n.jpg


http://pbs.twimg.com/media/Bd3t4NdCMAAMqXV.png
Il aurait été ouzbek, je l'aurais soutenu quand même ... il le mérité plus que les deux autres, peut être pas plus que tous les autres footballeurs, mais plus que les deux autres pour sûr !
Message posté par I_Love_nuggets
En France on est malheureusement l'un des pays les moins patriotiques d'Europe...
Sauf quand on gagne bien entendu!


malheureusement ou heureusement. ça dépend des convictions de chacun et de la façon dont on peut concevoir le patriotisme dans le monde d'aujourd'hui : une force ou un frein.
cerveau-gauche Niveau : Loisir
Il est pas algérien Ribéry? Du moins c'est ce qu'il aurait souhaité être...
Roger-le-routier Niveau : CFA2
Non, on doit voter pour celui qui correspond le plus aux critères proposés, quelle que soit sa nationalité
Partenaires
Olive & Tom Logo FOOT.fr
Article suivant
Dossevi, va et deviens
14 55