En poursuivant votre navigation sur SOFOOT.com, vous acceptez nos CGV relatives à l’utilisation de cookies
et des données associées pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts
. Gérer les paramètres des cookies.
MATCHS 12 Résultats Classements Options
  1. // CM 2018
  2. // Qualifs
  3. // Bolivie-Argentine (2-0)

Faut-il donner du Viagra aux joueurs ?

Pour combattre les conséquences de l’altitude liées au match en Bolivie, les Argentins ont consommé du sildénafil, la substance connue pour lutter contre les problèmes d’érection. Ce qui n’est pas nouveau dans le monde du foot, le Viagra se révélant efficace dans ce genre de situation. Mais ce produit peut s’apparenter à du dopage.

Modififié
« Moi, je ne l’ai jamais prescrit à mes patients, je ne l’ai jamais utilisé et je n’en ai même jamais entendu parler. Mais on n’est pas à l’abri d’un protocole spécial. » Le docteur Jérémie Bertin, médecin du sport, a du mal à y croire. Ainsi donc les joueurs de l’équipe nationale argentine auraient consommé du Viagra avant d’affronter la Bolivie dans son stade situé à 3600 mètres de haut. Mais si cela peut étonner en France et plus largement en Europe, cette idée n’a rien de franchement nouveau. Et en Argentine, ce n’est pas la première fois que des footballeurs se servent de cette substance luttant contre les problèmes d’érection. L’objectif : combattre les effets négatifs de la haute altitude sur l’organisme.

Le Viagra, pour monter au septième ciel


«  Quand on se trouve à plus de 3500 mètres, ce qui est le cas à La Paz (le stade olympique Hernando Siles est situé à exactement 3 637 mètres), il y a moins d’oxygène dans l’air que l’on respire et le calibre des artères des poumons diminue. Conséquences : le muscle est moins oxygéné, le joueur s’essouffle plus rapidement, il récupère beaucoup moins bien entre les matchs et le risque de crampe augmente, liste Jean-Jacques Menuet, autre médecin du sport, pas du tout surpris par l’anecdote. Or, le sildénafil, composant du Viagra et qui a été élaboré pour soigner l’hypertension à l’origine, dilate tous les vaisseaux sanguins de l’organisme, augmente la circulation sanguine au niveau des artères pulmonaires et permet au cœur de pomper et d’éjecter plus de sang. » Résultats : la quantité d’oxygène, transporté par le sang, parvient plus facilement aux muscles pendant l’effort, et les muscles sont mieux oxygénés. À haute altitude, le Viagra favorise donc effectivement la performance. Comme les tubes à oxygène que Sergio Agüero et ses potes ont aussi expérimenté.

La menace du priapisme


Raison pour laquelle le Viagra est utilisé depuis longtemps par les alpinistes. « Les militaires qui ont été déposés sur les sommets des montagnes en Afghanistan en ont également consommé, ajoute le docteur Menuet. Pour des indications à la frontière entre la médecine et la performance. » En revanche, le Viagra ne serait plus aussi utile lorsque la partie se déroule bien plus bas, au niveau de la mer, malgré quelques pratiques qui ont pu voir le jour ces dernières années. Quid des effets indésirables ? Un seul est véritablement gênant : le « priapisme » . Soit l’érection forte et prolongée. Docteur Menuet : « Chaque personne réagit de façon individuelle, mais l’érection peut durer plusieurs jours. Mais moi, si un sportif me demande s’il peut en prendre, je vais lui répondre qu’il s’expose à des surprises dans le short. » Voilà sûrement pourquoi Edgardo Bauza, le sélectionneur de l’Albiceleste, s'est contenté quant à lui de paracétamol – le cocktail délivré à ses joueurs était constitué d'un mélange de Viagra, de paracétamol pour diminuer les douleurs aux jambes et de caféine pour gommer les effets du décalage horaire et économiser des réserves musculaires de glucides.

Médicament ou dopage ?


Mis à part ce problème, qui reste minime et rare si la dose prescrite est respectée, le Viagra aurait donc droit de cité dans le monde du foot. Vraiment ? Pas tant que ça, finalement. Car pour certains, la substance n’est ni plus ni moins qu’un produit... dopant. Même les instances se posent la question chaque année. «  À ce jour, les avis divergent et ce produit n’est pas interdit. Il fait juste l'objet d'une "surveillance"  » , constate Jean-Jacques Menuet. Avant de livrer son verdict personnel : « C’est la grande hypocrisie des autorités. Il s’agit d’un produit qui améliore la performance et qui est contraire à l’éthique du sport. Selon les critères de l’AMA, l’Agence mondiale antidopage, ça devrait donc être interdit. Un alpiniste qui en consomme afin d’éviter le mal de montagne, OK : il s’agit alors d’un médicament. Mais un footballeur n’est pas malade, donc le Viagra n’a rien à faire dans son sac. »


Même quand le contexte est exceptionnel, comme un match joué à 3600 mètres d’altitude ? « On ne va pas autoriser une substance en fonction de l’altitude. À mon sens, si le joueur prend le temps de bien s’adapter à l’altitude, s’il est accompagné par un staff médical compétent avec des conseils adaptés, il n’en a pas besoin. » Et le médecin spécialisé dans la nutrition et la sophrologie du sport de conclure : « Il existe un certain fantasme autour de ce produit, parce qu’on a eu des études complètement délirantes qui faisaient état d’une amélioration de la performance de l’ordre de 15-25%. Comme il n’est pas très cher, il peut être considéré comme le dopage du pauvre. Mais ça reste du dopage quand même, puisqu'on a affaire à une amélioration de la performance de manière artificielle. » Un fantasme qui n’a en tout cas pas permis d’atteindre l’orgasme pour les Argentins, battus 2-0 en Bolivie. Preuve que le Viagra ne constitue pas le remède miracle.

Par Florian Cadu
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié


Dans cet article


il y a 7 heures L'entraînement extrême des gardiens du Dock Sud 19 il y a 9 heures Le gouvernement italien veut intégrer les migrants par le foot 31 il y a 11 heures Tévez : « En Chine, j'étais en vacances » 81
Partenaires
Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Olive & Tom
Hier à 18:30 La Fondation Lionel Messi pas très utile selon les Football Leaks 40 dimanche 14 janvier Le low-kick fou de Tony Chapron 166
À lire ensuite
Top 10 : Haute trahison