Advertisement Une caméraUne caméra qui illustre les papiers contenant une vidéo PhylactèrePictogramme représentant un phylactère (bulle utilisée dans les bandes déssinées) servant à illsutrer les commentaires envoyés par les lecteursTrophéePictogramme représentant un trophée. Ce picto illustre la section résultats / classement de SOFOOT.com Logo FacebookIcone facebook faisant le lien avec la page Facebook de notre siteFlècheUne flèche servant à la navigation. Le sens de la flèche change en fonction du contexte où elle est utiliséeLogo Google +Lien vers notre page Google+Icone "Hamburger"Icone composé de trois lignes noires horizontales identiques, les unes au dessus des autres, servant à illustrer la notion de "menu".Logo, InstagramPetit appareil photo servant à lier vers notre page InstagramPouce vers le hautPictogramme représentant une main fermée en poing avec le pouce dressé vers le haut. Illustration de la notion de "like" des réseaux sociauxMoinsLe signe mathématique "moins" Appareil photoUn appareil photo qsui illustre les articles avec photoPlusLe signe mathématique "plus" LoupePictogramme représentant une loupe, illsutrant la notion de "recherche" sur le site.Répondre àUne flèche arrondie, pointant vers la gauche et servant à évoquer la réponse à un commentaireEtoileEtoile à 5 branches, illustrant la notion de "mise en favoris"Logo twitterPetit oiseau illustrant le lien vers notre compte Twitter
MATCHS 1 Résultats Classements Options
  1. // Tous championnats
  2. // Question existentielle

Faut-il avoir un gros boule pour bien jouer au foot ?

Avec le retour 5 étoiles de Lassana Diarra, la guerre des fans fait rage entre tenants du jeune loup Verratti et partisans du briscard Diarra. En attendant, c'est l'école du beau postérieur qui ramasse de nouveaux arguments. On a tenté d'y voir plus clair.

Modififié
Il y a, parmi les fans de foot, de nombreux pygophiles qui s'ignorent. À savoir des supporters émoustillés par la vue d'une belle paire de fesses parvenant à s'extirper d'un marquage un poil serré, ou à maintenir à distance un prétendant un peu trop pressant. L'amateur se pâme, s'émeut devant le culot d'Eden Hazard et l'insolence de Samir Nasri. Il succombe à la danse de Marco Verratti, s'abandonne à l'aisance de Lassana Diarra. Ses esprits repris, il s'interroge : mais pourquoi diable les meilleurs ont-ils un bête de boule ?

Usain Bolt en Kahmo-Sutra


Le docteur Collado, médecin du sport à Marseille, en connaît un rayon sur l'arrière-train. Doc' d'Istres en Ligue 2, de l'équipe de France féminine à l'Euro 2013 en Suède, de celle de beach soccer en 2014, il a vu passer pas mal de culs. Il y va sans détours : « Le grand fessier est un des muscles les plus importants du corps. Son action musculaire, c'est être extenseur de hanche, il vous fait aller la hanche en arrière. Quand vous courez, quand vous prenez l'impulsion, l'extension de hanche est très importante. Donc en gros, plus on a un gros fessier, plus on va avoir une impulsion dynamique. » Ce n'est donc pas toute la région glutéale, le terme adéquat pour les dîners en ville, qui est en jeu, mais un seul de ces trois muscles, le gluteus maximus. Et cela ne vaut pas que pour les footballeurs : « Si vous regardez les sprinteurs, Bolt, Gatlin, ils ont des gros fessiers. Dès qu'on est dans la dynamique, l'impulsion, le saut, comme les gymnastes aussi – vous voyez les petites gymnastes qui ont des fesses rebondies ? –, c'est vachement important. »

Dans le cul comme partout, la clé réside dans la proportion. Un petit gabarit, verticalement parlant, bien doté dans la profondeur bénéficiera de certains avantages comparatifs : « Pour le centre de gravité, c'est super important. Verratti, c'est sa grande force. Il est bien campé, avec des muscles très importants notamment au niveau des fessiers. Plus le centre de gravité va être bas, plus ça va être rapide. Si on prend un basketteur qui fait 2 mètres, le centre de gravité va être très très haut et, pour la même musculature que Verratti, le temps de réaction va être bien plus lent, le temps qu'il mobilise l'ensemble de son corps via son centre de gravité. C'est vraiment relié. Regarde Valbuena : il a un centre de gravité bas et un fessier haut, donc, en un crochet, il va être de manière beaucoup plus dynamique sur ses appuis. » De quoi varier les positions en Kahmo-Sutra.

De la Vénus noire à Thomas Müller


De là à affirmer que la stéatopygie (faut-il le préciser, une hyperplasie génétique du tissu adipeux de la région fessière) est à rechercher ? Pas forcément. Selon le docteur Collado, la Vénus noire eut fait une carrière digne d'Abou Diaby. Une affaire de proportion, encore : « Le problème, c'est le déséquilibre que peut entraîner des gros fessiers avec des abdominaux faibles. Dans un bassin, en arrière il y a les fessiers, en avant les abdominaux, tout ça forme un équilibre. S'il y a un déséquilibre, ça entraîne une pubalgie. Il y a des morphologies de joueurs qui sont plus à risques que d'autres. Typiquement, j'avais le frère Malouda qui avait une pubalgie car il était très cambré, avec des fessiers importants et des abdominaux assez faibles. Là, l'idée est de faire du préventif, on va demander au préparateur physique de travailler plus chez lui des gainages et des abdominaux. Il y a 20 ou 30 ans, les abdominaux n'étaient pas suffisamment travaillés. Maintenant, on arrive à rééquilibrer par rapport à un fessier fort et donc il y a beaucoup moins de pubalgies. » Malheureusement pour Yoann Gourcuff, Tiburce Darou ne versait pas dans la rumpologie (l'art de lire l'avenir dans les fesses...)


Et heureusement pour Thomas Müller, le boule ne fait pas tout. Que l'on s'appelle Seedorf ou Hulk, de la protection de balle à la frappe de balle, la technique reprend le dessus : « La protection de balle, c'est pas le fait d'avoir un gros fessier. Sinon tu mets un mec de 160 kilos et on lui prend pas le ballon. Mais ça ne marche pas comme ça. La protection est due au positionnement du corps. Verratti par exemple, il met son dos, ses épaules, ses bras... Pour moi, on est plus dans l'intelligence de jeu et dans le positionnement. Quant à la frappe, c'est multi-musculaire : grand fessier, quadriceps, fléchisseurs de hanche... Après, c'est une approche médicale. Il y a surtout la technique de frappe. Si vous savez pas où placer le pied d'appui, comment prendre le ballon... D'ailleurs, ça vaut pour tout le foot. » Soulagement : il restera toujours des Peter Crouch.

Par Eric Carpentier
Vous avez relevé une coquille ou une inexactitude dans ce papier ? Proposez une correction à nos secrétaires de rédaction.
Modifié



Partenaires
MAILLOTS FOOT VINTAGE Gérez comme un pro votre équipe de sport amateur Un autre t-shirt de foot est possible Tsugi Podcast Football Recall Olive & Tom
Podcast Football Recall Épisode 46 : Français ou Belges, le match des râleurs, les adieux des Bleus et la battle Angleterre-Belgique vendredi 13 juillet Le Mondial 2022 aura bien lieu en hiver 73 vendredi 13 juillet Infantino : « La meilleure Coupe du monde de tous les temps » 104